Bélarus - Danemark (Coupe de Polésie)

Les papas patriotes et les pas papas pas patriotes

LASSEN_Stefan-100516-298Eduard Zankovets, le sélectionneur biélorusse papa d'une petite fille depuis la veille, a déclaré avant ce tournoi que le Bélarus était "à court de patriotes". Il visait par cette phrase les nombreuses défections de joueurs privilégiant leur état de fatigue au maillot national. Les clubs qui retiennent leurs joueurs plus ou moins ouvertement n'aident pas la cause. Les équipes russes de KHL n'ont pas fait preuve d'une collaboration très active et ont tout fait pour retenir leurs joueurs. Mais même le représentant du pays, le Dynamo Minsk, n'a dépêché que 4 joueurs sur les 11 qu'il a dans son effectif.

Ce n'est pas pour autant que les Danois sont plus patriotes. Kim Lykkeskov vient en effet d'annoncer qu'il se mettait en congé de l'équipe nationale, citant un manque de motivation. Après le quart de finale historique aux derniers championnats du monde, le Danemark peut-il se remotiver pour de nouveaux défis ?

Une couverture médiatique inédite peut-il l'y aider ? Ce match est en effet retransmis en direct sur la télévision danoise TV2 Sport. C'est la première fois que la Coupe de Polésie est diffusée en dehors des frontières du Bélarus.

Les Biélorusses savent bien sûr que leurs téléspectateurs les regardent aussi, et ils dominent le jeu. Korshunov glisse cependant sur sa ligne bleue, commet une faute, et pendant la pénalité différée, Stefan Lassen, bien servi par Madsen alors qu'il s'enfonce en zone offensive, ouvre le score. Le tir semblait jouable pour Milchakov qui ne fera en tout que deux arrêts durant la première période... Les locaux s'en sortent quand même en rejoignant les vestiaires à parité, grâce à un but d'Efimenko, le vrai "patriote" cité en exemple parce qu'il joue malade après avoir été victime d'une sinusite cette semaine.

Le problème du Bélarus dans ce match n'est pas tant un manque d'individualités qu'un sérieux problème de cohésion entre les lignes. Les joueurs semblent se chercher, et la liaison entre défense et attaque est en panne. Le résultat est que la deuxième période tourne au désastre à cause d'une succession d'erreurs de placement et de transition. Lasse Holgaard suit un rebond et le convertit en angle fermé. Puis une incompréhension biélorusse en sortie de zone permet à Lasse Lassen d'envoyer Kasper Degn seul face au gardien pour un face-à-face gagnant. Et enfin, Jesper Jensen vient capitaliser dans le slot après un premier essai de Morten Madsen (1-4). Zankovets prend son temps mort

Ses hommes se mettent ensuite à mieux jouer. La vitesse des attaquants locaux pose problème à la défense danoise. Mais la plupart des actions échouent sur le gardien international Fredrik Andersen, qui confirme sa révélation au Mondial. Il faut un véritable bombardement en supériorité numérique pour qu'il finisse par céder sur un lancer puissant d'Usenko, deux secondes après la fin de la pénalité de Stefan Lassen. Trop tard. Le Bélarus n'a pas pu rattraper ses confusions en défense.

Désignés joueurs du match : Pavel Razvadovsky pour le Bélarus et Julian Jakobsen pour le Danemark.

Commentaires d'après-match

Per Bäckman (entraîneur du Danemark) : "Le résultat de ce match est une surprise pour nous parce qu'il y a dans l'équipe beaucoup de joueurs qui n'ont jamais évolué à ce niveau. Seulement cinq joueurs de la présente convocation ont participé aux derniers championnats du monde [NDLR : en réalité, huit joueurs]. Néanmoins, l'équipe a joué avec compétence et attention.".
 
Eduard Zankovets (entraîneur du Bélarus) : "Je pense que les jeunes joueurs ont été affectés de nervosité, surtout devant des tribunes pleines. Nous avons commis de vraies bourdes en deuxième période, mais les joueurs sont allés de l'avant jusqu'à la fin et ont cru pouvoir sauver le match. Lishichkin s'est blessé lors de la préparation [NDLR : aine] et j'ai dû modifier les lignes. Malheureusement, il n'y avait pas de jeu du tout, et nous avons effectué des changements durant le match. Je pense que le mix final était plus productif. Je crois avoir eu raison sur le choix du capitaine. Ivan Usenko n'est pas seulement un des joueurs âgés de cet effectif, il a aussi l'expérience de la sélection nationale. Il travaille toujours pour l'équipe. [...] Les échecs s'oublient, alors que les évènements importants et joyeux [NDLR : la naissance de sa fille] restent en mémoire pour toujours."

 

Bélarus - Danemark 2-4 (1-1, 0-3, 1-0)
Jeudi 11 novembre 2010 à 19h00 au palais de glace de Gomel. 2800 spectateurs.
Arbitrage d'Uwe Lutchko (NOR) et Viktor Trilar (SLO) assistés d'Ivan Diedoulia et Andrei Gavrilenko (BLR).
Pénalités : Bélarus 4' (4', 0', 0'), Danemark 8' (4', 0', 4').
Tirs : Bélarus 38 (12, 12, 14), Danemark 22 (3, 15, 4).
Évolution du score :
0-1 à 12'08" : Lassen assisté de Madsen (sup. num.)
1-1 à 15'29" : Efimenko assisté de Zakharov
1-2 à 20'48" : Holgaard assisté de Madsen et Jakobsen
1-3 à 24'06" : Degn assisté de Lassen
1-4 à 33'01" : Jensen assisté de Madsen
2-4 à 50'24" : I. Usenko


Bélarus

Gardien : Dmitri Milchakov [sorti de sa cage à 58'59"].

Défenseurs : Ivan Usenko (C, +1) - Andrei Glebov (-1) ; Andrei Filichkin - Andrei Korshunov (-1, 2') ; Dmitri Korobov - Sergei Sheleg ; Oleg Goroshko - Ilya Shinkevich (-2).

Attaquants : Artem Demkov - Pavel Razvadovsky (-1) - Andrei Kolosov ; Aleksei Efimenko (-2) - Aleksandr Kitarov (-1) - Konstantin Zakharov (-2) ; Sergei Drozd (-1) - Evgeni Kovyrshin - Pavel Musiyenko (-1) ; Evgeni Solomonov (2') - Evgeni Baukin (+1) - Viktor Turkin.

Remplaçant : Sergei Shabanov (G).

Danemark

Gardien : Frederik Andersen.

Défenseurs : Stefan Lassen (-1, 4') - Daniel Nielsen (C) ; Mads Bødker (+1) - Mads Bech Christensen (+3) ; Philip Hersby (+1, 2') - Michael Esksesen (-1) ; Kasper Jensen.

Attaquants : Morten Madsen (+2) - Julian Jakobsen (+1) - Lasse Holgaard (+1) ; Lasse Lassen (+1) - Jesper Jensen (+1) - Kasper Degn (+1, 2') ; Morten Poulsen - Morten Andreasen - Kirill Starkov ; Sune Hjulmand - Thomas Boll - Olafur Gunnarsson.

Remplaçant : Simon Nielsen (G).