Bélarus - Norvège (Coupe de Polésie)

Les armes du powerplay biélorusse

SOLBERG_Henrik-100513-141Après avoir remporté quatre fois de suite son tournoi, le Bélarus sait qu'il doit finalement renoncer à son trophée cette fois. Il tient toutefois à finir sur une bonne note devant son public de Gomel. Un public tout content de voir Aleksandr Zhidkikh, un des chouchous offensifs du club local, entrer dans l'équipe à la place de Musiyenko, parti comme prévu pour se marier aujourd'hui même.

Les rouges abordent bien le match et ouvrent le score sur leur première supériorité numérique par un lancer puissant d'Andrei Glebov : parfois défaillant dans son placement au premier match, il est bien meilleur ce soir et rappelle qu'il constitue un atout fort à la ligne bleue. C'est dans les intérêts de l'équipe nationale biélorusse que ce canonnier russe avait changé de passeport, mais il n'avait plus été rappelé depuis le Mondial 2007. En fait, dès lors que Ruslan Saleï est présent, ce qui a été le cas dans les quatre dernières compétitions internationales, l'arrière de NHL prend la majorité du temps de jeu en supériorité. La sélection de Glebov, doté d'un lancer puissant mais moins fort défensivement, ne se justifie plus. Le naturalisé n'est-il qu'une roue de secours ?

Les Norvégiens convertissent pour leur part leur deuxième supériorité numérique grâce à Tommy Kristiansen, le jeune attaquant du Sparta Sarpsborg qui réussit ainsi un beau premier tournoi international. Il ne fera pas que dans la dentelle avec une petite échauffourée avec Goroshko en début de troisième période.

Mais en ce qui concerne le powerplay, c'est bien le Bélarus qui est le plus fort dans ce week-end avec un taux d'efficacité de près de 40%. Sergei Drozd sait d'abord se placer au bon endroit pour reprendre au bon moment le rebond d'un tir de Zhidkikh. Mais les deux joueurs qui ont étincelé en supériorité numérique, ce sont Artem Demkov et Pavel Razvadovsky, deux petits gabarits capables de faire tourner la tête à leurs adversaires par leurs changements de position constants et leur grandes qualités techniques. Ils ont plusieurs cordes à leur arc : Demkov, qui avait touché le masque du gardien sur une première position en or, préfère cette fois la passe pour son coéquipier Kovyrshin seul à l'opposé et assure ainsi nouvelle réussite.

L'équipe locale s'envole donc tranquillement vers la victoire, et placera encore une cerise sur le gâteau à son powerplay gourmand en fin de rencontre : tir du poignet d'Evgeni Solomonov dans la lucarne gauche, opposée. Le Bélarus était bel et bien au-dessus du lot, mais il doit se contenter de la deuxième place pour avoir manqué son entrée en matière dans le tournoi.

Désignés joueurs du match : Evgeni Kovyrshin pour le Bélarus et Lars Løkken Østli pour la Norvège.

Commentaires d'après-match

Eduard Zankovets (entraîneur du Bélarus) : "L'équipe a eu beaucoup d'envie durant tout le tournoi. Même contre le Danemark, où nous n'avons en fait raté qu'une seule période. Huit tiers-temps sur neuf peuvent donc être portés à notre crédit. Dans ce dernier match, il y a eu des pénalités inutiles, mais je tends à en imputer la cause à la jeunesse et à l'enthousiasme des joueurs. Si les spectateurs et les joueurs ont apprécié ces rencontres, il n'y a pas de motifs d'insatisfaction. J'ai dit merci aux joueurs. Parce que ceux qui veulent vraiment jouer pour l'équipe nationale sont venus, malgré la maladie ou un mariage. Et je souhaite qu'il y en ait plus. La ligne de Razvadovsky n'a pas laissé transparaître son jeune âge. Chez les défenseurs, mention favorable à Goroshko et à Solomonov qui a été appelé au dernier moment. Efimenko, Baukin et Pavlovich m'ont aussi plu. Vous voyez, il y a beaucoup de positif. Les joueurs présents ici peuvent atteindre un niveau de championnat du monde. Il leur faut seulement renforcer leur condition physique. Les Norvégiens et les Danois nous sont supérieurs physiquement. Il est difficile de rattraper le retard pris durant les années juniors, mais il n'y a pas le choix, il faut essayer. Et puis, le manque de condition physique peut être compensé par d'autres atouts."

 

Bélarus - Norvège 5-2 (1-1, 3-0, 1-1)
Samedi 13 novembre 2010 à 17h00 au palais de glace de Gomel. 2800 spectateurs.
Arbitrage de Maksim Urda (UKR) et Viktor Trilar (SLO) assistés d'Andrei Gavrilenko et Ivan Diedioulia (BLR).
Pénalités : Bélarus 38' (10', 4', 14'+10'), Norvège 36' (8', 6', 12'+10').
Tirs : Bélarus 31 (7, 16, 8), Norvège 30 (13, 7, 10).
Évolution du score :
1-0 à 04'41" : Glebov assisté de Demkov et Korshunov (sup. num.)
1-1 à 12'59" : Kristiansen assisté de Bastiansen et L.-E. Spets (sup. num.)
2-1 à 25'52" : Drozd assisté de Solomonov et Zhidkikh (sup. num.)
3-1 à 28'17" : Kovyrshin assisté de Razvadovsky et Demkov (sup. num.)
4-1 à 38'46" : Kolosov assisté de Korshunov et Turkin
4-2 à 48'36" : Fredriksen assisté de Lorentzen et K.-H. Spets
5-2 à 55'56" : Solomonov assisté de Korshunov et Milchakov


Bélarus

Gardien : Dmitri Milchakov.

Défenseurs : Oleg Goroshko (-1, 4'+10') - Sergei Sheleg (-1, 2') ; Andrei Filichkin - Ivan Usenko (C) ; Andrei Korshunov (+1) - Andrei Glebov (+1, 2') ; Ilya Shinkevich.

Attaquants : Evgeni Solomonov (-1, 8') - Sergei Drozd - Aleksandr Zhidkikh (-1) ; Aleksei Efimenko (-1, 2') - Evgeni Baukin - Aleksandr Pavlovich ; Artem Demkov (4') - Pavel Razvadovsky (2') - Evgeni Kovyrshin ; Viktor Turkin (+1, 2') - Aleksandr Kitarov (+1, 2') - Andrei Kolosov (+1).

Remplaçant : Sergei Shabanov (G). Absents : Dmitri Korobov (pied), Konstantin Zakharov (pied), Pavel Musiyenko (mariage).

Norvège

Gardien : Pål Grotnes.

Défenseurs : Juha Kaunismäki - Alexander Bonsaksen (-1, 2') ; Henrik Solberg (+1) - Lars Løkken Østli (+1, 2') ; Henrik Odegaard (6') - Daniel Sorvik (-1, 2') ; Brede Csiszar (2').

Attaquants : Lars Erik Spets - Anders Bastiansen (C) - Tommy Kristiansen (4'+10') ; Andreas Marthinsen - Martin Røymark (2') - Mathias Trygg ; Knut Henrik Spets - Anders Fredriksen - Jonas Lovlie ; Peter Lorentzen (+1) - Kristian Forsberg (2') - Marius Holtet (4') ; Robin Dahlstrøm (-1).

Remplaçant : Lars Haugen (G).