Chamonix - Strasbourg (Ligue Magnus, 12e journée)

Une victoire qui fait du bien !

Suite à l'épisode malchanceux du huitième de finale de Coupe de France (défaite en prolongation 3-4), le menu de la douzième journée de Ligue Magnus voyait le retour de la redoutable Étoile Noire de Strasbourg, cinquième du classement. Un match sous haute pression pour des Chamois en mal de points et avec le devoir de s'extirper de la zone rouge du bas de tableau.

Le premier tiers-temps débute sur un faux rythme. Les deux équipes cherchent à mettre leur jeu en place. Le premier fait de la rencontre est une pénalité de match quelque peu sévère infligée à Kévin Igier, dès la cinquième minute, pour charge à la tête. Chamonix résiste en infériorité et se retrouve ensuite en supériorité numérique. Richard Aimonetto prend le rebond d'un tir puissant de Laurent Gras et permet aux Hauts-Savoyards d'ouvrir le score (1-0, 15'14). Joie de courte durée, puisque quarante secondes plus tard, l'intenable David Cayer profite d'un déséquilibre de Florian Hardy pour égaliser (1-1, 15'51). Sur un nouveau powerplay, Anders Torgersson, bien servi plein axe par Laurent Gras, se rappelle au public chamoniard en crucifiant Vladimir Hiadlovsky (2-1, 18'18).

Le deuxième acte est à l'actif des locaux, mais comme à leur habitude ils manquent de réalisme et de réussite devant la cage ! Pire, incapables de transformer plusieurs avantages numériques dont un à 5 contre 3, ils voient Strasbourg revenir au score sur un contre joliment mené et conclu par Lionel Tarantino (2-2, 30'29).

À deux secondes du terme de leur avantage numérique, Carl Lauzon efface un défenseur et sert royalement Laurent Gras en embuscade dans le slot, qui reprend instantanément (3-2, 40'59). Le jeu devient crispé et les pénalités pleuvent. Strasbourg profite à son tour d'une supériorité numérique pour égaliser (3-3, 45'29). Le vaillant Matthias Terrier s'échappe une fois de plus, sert Carl Lauzon qui part seul devant le portier adverse. La feinte ne passe pas, mais l'expérimenté Laurent Gras a bien suivi et loge la rondelle sous la barre (4-3, 46'35). On pense que le plus dur est fait, d'autant plus que David Cayer écopent de deux fois deux minutes de pénalité. Mais, en supériorité numérique, les Chamois ont beaucoup de mal à sortir de leur zone et perdent pied. Inexplicable ? La sentence tombe et le buteur strasbourgeois Jan Cibula  remet l'Étoile Noire à flot (4-4, 54'55). Tout est à refaire !

Le début des prolongations est accroché et on assiste même à une phase de jeu à 3 contre 3 (au lieur du 4 contre 4 réglementaire en prolongation) qui ne donne rien des deux côtés. Richard Aimonetto sert Carl Lauzon qui se retrouve en face-à-face avec Vladimir Hiadlovsky ! Cette fois, son dribble est millimétré. Le palet glisse sous la botte et franchit lentement la ligne bleue, synonyme de victoire et de délivrance (5-4, 64'09). Il était temps !

(Communiqué du Chamonix Hockey Club)

Commentaires d'après-match (sur le site du CHC) :

Anders Torgersson (défenseur de Chamonix) : "C'est probablement l'une des meilleures victoires pour nous après ce début de saison laborieux. Nous avons pris cette fois la rencontre par le bon bout en scorant en premier. Malgré ce bon feeling du début, nous aurions dû tuer le match en prenant plus largement l'avantage. Mais notre capital confiance un peu entamé ne nous aide pas forcément. Maintenant, il faut regarder devant et appréhender sereinement chaque match. Lorsque nous retrouverons notre pleine confiance, je reste persuadé que notre équipe est capable de beaucoup mieux. En ce qui me concerne, mon parcours est jusqu'ici une déception. Malgré cela, je reprends confiance en moi depuis quelques matchs et j'espère revenir le plus vite possible à mon niveau normal, pour aider l'équipe à gagner."

 

Chamonix – Strasbourg 5-4 après prolongation (2-1, 0-1, 2-2, 1-0)
Samedi 11 décembre 2010 à 20h30 à la patinoire Richard-Bozon. 428 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez assisté d'Anne-Sophie Boniface et Geoffrey Barcelo.
Évolution du score :
1-0 à 15'14" : Aimonetto assisté de Gras (sup. num.)
1-1 à 15'51" : Cayer assisté de Tarantino et Cibula
2-1 à 18'18" : Torgersson assisté de Lauzon et Gras (sup. num.)
2-2 à 30'29" : Tarantino assisté de Cayer et Cibula
3-2 à 40'59" : Gras assisté de Lauzon et Patry (sup. num.)
3-3 à 45'29" : E. Marcos assisté de Cesnek et Devin (sup. num.)
4-3 à 46'35" : Gras assisté de Lauzon et Terrier
4-4 à 54'55" : Cibula assisté de Bradley (inf. num.)
5-4 à 64'09" : Lauzon assisté d'Aimonetto et Patry


Chamonix

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Brent Aaron Patry - Fabien Veydarier ; Anders Torgersson (A) - Damien Torfou ; Simo Pulkki - Kevin Igier puis Maxime Claret-Tournier à 4'24".

Attaquants : Matthias Terrier - Laurent Gras (A) - Carl Lauzon ; Vincent Kara - Richard Aimonetto (C) - Alexandre Audibert ; Thibault Geffroy - Emil Tobiasson-Harris - Aram Kevorkian.

Remplaçants : Tom Charton (G), Clément Colombin, Laurent Deldicque, Matthieu Seguy. Absent : Arnaud Hascoët (acromio-claviculaire).

Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský.

Défenseurs : David Stříž - Michal Česnek ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Žiga Svete - Pasi Petriläinen ; Pierre Bougé.

Attaquants : Édouard Dufournet - Élie Marcos (C) - Pierre-Antoine Devin (A) ; Ján Cibula - David Brissette-Cayer - Lionel Tarantino ; Juho Lehtisalo - Paul Bradley - Julien Burgert.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Timothée Franck.