Viry-Châtillon - Français Volants de Paris (Division 2, 10e journée)

Les deux équipes sont en quête d'un tournant dans leur saison. Viry-Châtillon attend toujours sa premère victoire à domicile. Les Français Volants comptent trois points de retard sur la queue du peloton occupée par Meudon, Vanoise et justement Viry : ils pourraient recoller en cas de succès, mais sont privés de leur joker Antoine Amsellem, qui a pris une pénalité de match la semaine dernière à Lyon.

Ah, ces Parisiens, toujours en retard !

2010-12-11-Viry-FVEn Coupe Continentale à Rouen, les équipes qui sortaient en retard du vestiaire prenaient deux minutes en retard de jeu. On ne plaisante pas avec le timing dans une compétition IIHF. Pas en division 2 française, où les ordres sont moins clairs. Les Volants sortent ainsi après tout le monde, et après deux sonneries pour les rappeler.

En retard, les Parisiens le sont aussi pour entrer effectivement dans leur match. Dès la deuxième minute, ils concèdent une occasion. Felix Chougui reçoit une belle relance dans la palette, déborde à droite et centre pour Alexis Gautron face au but. Le gardien Johan Bäckö s'avance bien et le dribble de contournement est alors trop large. Après quatre minutes, ce même Gautron, surtout remarqué par ses nombreuses pénalités ces derniers temps, en provoque cette fois une, sur une rapide contre-attaque viroise, en se faisant accrocher en entrée de zone par Derek Summerlin. En quinze secondes, Kevin Dugas, de sa position à la ligne bleue en supériorité numérique, marque d'un lancer flottant (1-0, 04'23"). Logique conclusion de cinq minutes totalement viroises.

Les Volants tuent une seconde pénalité et se procurent une énorme chance d'égaliser : tir de la bleue d'Adrien Sellem et rebond d'Alexander Muse devant la cage a priori ouverte. Marcon plonge et parvient à contrer ce palet de but (07'23"). Le match s'équilibre et les deux équipes ont des occasions. Après un début mou, le jeu devient plus physique et l'on distribue des mises en échec à qui mieux mieux. Sellem et Lamey sont à mentionner dans le guide des bonnes boîtes parisiennes, par contre la charge
de Faudot-Bel sur Delecour est incorrecte.

Comme Engström est envoyé une prison pour une faute commise en fait par un de ses coéquipiers, Viry joue même à 5 contre 3 pendant 47 secondes, mais ne cadre pas ses lancers. Les Parisiens sortent renforcés psychologiquement et se sont bien remis de leur entrée en matière ratée.

La première pénalité viroise de Kerneis leur offre même une égalisation providentielle juste avant la pause. Alors que Delecour est monté haut en infériorité, une passe en zone neutre de Marouillat est interceptée par Alexander Muse qui, au passage de la bleue, envoie un magnifique lancer poteau rentrant (1-1, 19'56").

2010-12-11-Viry-FV2Le danger vient de derrière la cage

Viry pourrait gamberger de ne pas avoir fait la différence quand il était encore temps, mais dès la reprise, David Layne envoie en contre Felix Chougui qui lève le palet en lucarne (2-1, 21'21").

Un avantage annulé par un but-gag par excellence. La rondelle envoyée de derrière la cage par Julien Boulet ricoche sur le patin de Guillaume Jeannette et glisse au ras du poteau. En voulant la bloquer, le gardien Geoffroy Marcon la repousse en fait derrière la ligne (2-2, 22'35"). Le doute ne s'empare pas si longtemps des Jets, car Mickaël Marouillat convertit une passe de derrière la cage de Cohen, dans le haut du filet (3-2, 27'00").

Même si Kerneis obtient un breakaway en infériorité, les deux pénalités de Gilbert, qui a envoyé un palet au ras des têtes des supporters parisiens, et de Dugas, pour obstruction, permettent aux Français Volants de s'installer durablement en zone offensive autour de la mi-match. Leur jeu de puissance ne part pas de la ligne bleue, mais se construit derrière la cage, où Muse à droite et Engström à gauche s'échangent le palet en attendant de savoir lequel servira Sellem dans l'enclave.

Le renfort américain Alexander Muse est un danger permanent par ses passes vicieuses vers le slot. Il sert ainsi Frédérick Brodin monté au second poteau, mais Geoffroy Marcon réussit un bon déplacement pour s'interpose de la jambière (32'50"). C'est finalement à égalité numérique que Muse finit par égaliser, en récupérant le rebond d'un tir de Brodin pour marquer en angle fermé (3-3, 34'05"). Viry souffre depuis dix minutes mais sort la tête de l'eau par un centre de la droite de Gilbert pour Dugas (4-3, 37'02"). Les Jets ont su reprendre à chaque fois l'avantage pour faire la course en tête.

Kerneis allume une chandelle et Viry brûle un cierge

2010-12-11-Viry-FV3-DugasEn début de troisième période, après un tir de Marouillat détourné sur le côté, Cohen remet en aveugle derrière lui, droit dans la botte de Bäckö, ce qui donne un rebond mieux placé à Mockaël Denis qui lève le palet dans l'angle (5-3, 40'56"). Avec deux buts d'avance, les Jets pourraient enfin jouer en confiance et oublier leurs doutes. Ce serait trop facile... Alors qu'ils sont en supériorité numérique, Kevin Dugas perd le palet, et Einar Engström n'est pas homme à gâcher l'offrande : but à mi-hauteur côté plaque (5-4, 45'17").

C'est en infériorité que les Volants sont revenus, mais c'est en infériorité que Viry réplique. Yvan Kerneis tente sa traditionnelle relance aérienne en chandelle, mais ce "spécial" vu maintes fois trouve aujourd'hui une utilité jusqu'ici inconnue. Le palet retombe précisément avant la ligne bleue, dans la palette de Kevin Dugas qui lance dans la lucarne droite - photo du tir par Philippe Rivier à droite - pour un triplé personnel (6-4, 50'45").

Le trou semble fait, d'autant qu'à moins de cinq minutes de la fin, une charge de Mazzone envoie Cohen contre le banc parisien. Les Volants doivent jouer en infériorité, et sans leur habituelle arme offensive Einar Engström, qui prend une méconduite en contestant la pénalité. Sauf que, depuis trois semaines, ils ont un nouvel atout offensif, qui s'appelle Alexander Muse, et qui marque... alors que les Virois attendaient que l'arbitre siffle parce que Delecour était resté au sol (6-5, 55'58").

Un tir de Gilbert touche l'épaule de Bäckö et rebondit derrière lui. Denis essaie de pousser le palet pour les quelques centimètres manquants avant la ligne... mais le gardien suédois a innocemment déplacé sa cage (57'07"). Viry tremblera donc presque jusqu'à la fin, jusqu'au but de Mickaël Denis en cage vide (7-5, 59'48"). Les Volants ne se remettent pas d'une précédente tentative d'atteindre les filets déserts, un tir parti d'un engagement à la ligne bleue viroise où les arbitres n'ont pourtant pas sifflé de dégagement interdit. Frédéric Brodin y a pris une méconduite, et les discussions se poursuivront après la sirène.

2010-12-11-Viry-FV4Sans Amsellem mais avec Ad'Sellem

Les Français Volants sont désormais à cinq points de la qualification, ce qui peut faire beaucoup dans cette poule homogène, mais leur équipe reste solide et n'a rien à envier à celle de l'an passé qui avait atteint la demi-finale. Si Alexander Muse est un renfort intéressant, la découverte inattendue du soir est Adrien Sellem. Alors que les capacités formatrices du club parisien ont été décriées ces dernières années, il este une preuve vivante que des joueurs sortent encore de l'école des Volants. Portant le numéro 2 dévolu d'habitude à Amsellem, il est allé au combat comme son quasi-homonyme. Il s'est montré particulièrement difficile à déloger de son poste devant la cage - Layne s'y essaie sur la photo de gauche de Philippe Rivier - en supériorité numérique.

Dans l'équipe de Viry-Châtillon, comme souvent quand l'adversaire a un jeu physique, c'est Yvan Kerneis qui s'est mis en évidence. Il s'est sacrifié défensivement quand il le fallait et a donné les mises en échec les plus nombreuses et les plus fortes, étant souvent le plus apte à répondre à la pression physique parisienne (bien que Kodyjasz et même le petit Delecour n'aient pas lésiné non plus à s'y engager). Et comme récompense de son travail, un de ses dégagements en altitude qui ont rasé les toits de toutes les patinoires franciliennes s'est transformé cette fois en passe décisive en or...

Commentaires d'après-match

Olivier Monneau (entraîneur de Viry-Châtillon) : "On a toujours mené et on n'a pas craqué. On a pris les points qu'il fallait qu'on prenne. On avait mis 17 buts sur 27 en powerplay, cette semaine on a travaillé à 5 contre 5. Statistiquement, ce soir, on a tiré plus qu'eux, on a mis plus de mises en échec qu'eux, mais on a commis plus d'erreurs individuelles. Elles nous coûtent deux buts minimum. Ce n'est pas un problème de talent mais de lucidité. On n'est pas sûr de soi, et on joue avec le frein à main, par peur de mal faire."

Frédéric Brodin (entraîneur-joueur des Français Volants de Paris) : "Le début de match m'a paru bizarre. Je n'avais pas l'impression d'avoir de super-jambes, mais eux non plus car ils ne nous mettaient pas en difficulté. Le premier tiers manquait de rythme, mais par la suite, c'était un bon match. On prend des buts à la limite du but-casquette, mais l'équipe a fait les efforts nécessaires pour rester dans le match. Encore une fois, et sans généraliser, l'arbitrage a été exécrable, c'est très dommageable pour des joueurs amateurs. Un arbitre doit savoir siffler un dégagement interdit. Cette action-là ne nous coûte pas le match, mais elle nous enlève la chance de revenir. [...] J'y crois encore : on a un bon groupe qui peut s'en sortir. Mais on manque d'assurance en raison des défaites à répétition. Quand on n'est pas en confiance, au lieu de prendre un shoot de volée, on contrôle pour être sûr et on perd du temps. [...] Adrien Sellem, c'est moi qui l'ai mis sur les patins, et il a bien grandi depuis. J'avais hésité à l'intégrer dans l'équipe senior parce que je pensais qu'il n'était pas prêt mentalement, mais il m'a agréablement surpris."

 

Viry-Châtillon - Français Volants de Paris 7-5 (1-1, 3-2, 3-3)
Samedi 11 décembre 2010 à 20h30 à la patinoire des Lacs. 200 spectateurs.
Arbitrage de Guillaume Gardiol et Arnaud Bellotte.
Pénalités : Viry 12' (2', 6', 4'), FV Paris 36' (8', 4', 14'+10').
Tirs : Viry 38 (15, 13, 10), FV Paris 33 (9, 15, 9).

Évolution du score :
1-0 à 04'23" : Dugas assisté de Denis (sup. num.)
1-1 à 19'56" : Muse (sup. num.)
2-1 à 21'21" : Chougui
2-2 à 22'39" : Boulet assisté de Guimbard
3-2 à 27'00" : Marouillat assisté de Cohen
3-3 à 34'05" : Muse assisté de Brodin et Sellem
4-3 à 37'02" : Dugas assisté de Gilbert et Kodyjasz
5-3 à 40'56" : Denis assisté de Cohen et Marouillat (sup. num.)
5-4 à 45'17" : Engström (inf. num.)
6-4 à 50'45" : Dugas assisté de Kerneis (inf. num.)
6-5 à 55'58" : Muse assisté de Chauveau (inf. num.)
7-5 à 59'48" : Denis (cage vide)


Viry-Châtillon

Gardien : Geoffroy Marcon.

Défenseurs : Yvan Kerneis (C) – Hugo Delecour ; David Layne - Guillaume Jeanette ; Romain Costes.

Attaquants : Karl Gilbert - Kévin Dugas (A) - Anthony Kodyjasz ; Antoine Cohen - Mickaël Marouillat - Mickaël Denis (A) ; Gautier Rauline - Alexis Gautron - Felix Chougui.

Remplaçants : Nicolas Cargou (G), Loïc Lemoine, Killian Dufaut, Benjamin Aubry, Bertrand Danton. Absents : Giovanni Lelièvre (luxation de l'épaule), Thomas Frachon (raisons personnelles).

Français Volants de Paris

Gardien : Johan Bäckö [sorti de 58'30" à 59'48"].

Défenseurs : Hadrien Rattez - Arnaud Mazzone (C) ; Adrien Sellem – Frederick Brodin (A) ; Quentin Lamey - Nicolas Szewczyk.

Attaquants : Derek Summerlin – Julien Boulet (A) – Kevin Guimbard ; Einar Engström – Alexander Muse – Nicolas Chauveau ; Thomas Faudot-Bel – Tim MacLean - Antoine Blanchard ; Nicolas Gosset.

Remplaçants : Erwan Sergeant (G), Bruno Rivero, Cyril Depraetere, Stanislas Avrillon, Thomas Barré. Absent : Antoine Amsellem (suspendu).