France - Suisse (match international)

2010-12-14-France-Suisse1L'équipe de France dispute un match capital dans sa préparation puisqu'elle retrouvera la Suisse de Sean Simpson dans son groupe aux prochains championnats du monde. L'occasion de se frotter à cet adversaire capable d'évoluer à très haut niveau comme il l'a prouvé au dernier Mondial. En conséquence, Dave Henderson et Pierre Pousse ont appelé tous leurs joueurs-cadres, sauf Cristobal Huet : le gardien grenoblois n'a pas obtenu d'autorisation des Chicago Blackhawks, avec qui il est toujours sous contrat même s'il est prêté à Fribourg-Gottéron, et ne peut donc pas jouer ce match particulier dans sa ville face au pays de son épouse.

Hormis quelques forfaits (Bellemare, Henderson, Fleury et Manavian remplacés par Pain, Romand, Le Blond et Roussel), il s'agit d'une équipe de France dans sa configuration optimale.

La sélection helvétique n'est pas complète puisque Plüss, Christen, Back et Von Gunten ne sont pas présents. Les Suisses sont donc amoindris en nombre, avec à peine plus de trois lignes, mais pas en qualité. Ils sont venus avec des locomotives offensives comme Monnet ou Ambühl et des cadres d'expérience comme Seger ou Jeannin.

Les Da Costa se payent un champion d'Europe

Leur palmarès n'impressionne pas la frange la plus jeune des tricolores. Mathias Seger entre ainsi au tableau de chasse de Teddy Da Costa, qui lui met un café-crème-l'addition. Rarement le capitaine des champions d'Europe 2009 se sera fait humilier en un contre un avec une telle insolence ! Peu après le dribble magique de Teddy (qui a échoué ensuite face au gardien), son frère Stéphane prend la première pénalité du match. Il se rattrapera en envoyant en prison le pauvre Seger, encore dérouté par un dribble en pleine vitesse et qui est en train de faire une indigestion de Da Costa... Un dribble de Gras en fin de période provoque aussi une faute de Reber. Les jeux de puissance ne se mettent pourtant jamais en place, ni d'un côté de l'autre.

À cinq contre cinq, les deux équipes sont en revanche toutes deux bien organisées, ce qui est à l'honneur des Bleus. Ils ont fait preuve d'une grande rigueur et ont rivalisé en vitesse et en physique pour empêcher les Suisses de gagner le palet après l'avoir envoyé dans les coins. Alors que les Français ont généralement du mal à se mettre dans le rythme international, ils ont été complètement au niveau dans ce premier tiers-temps. Ce sont même eux qui ont pris l'avantage individuellement en un contre un sur quelques dribbles marquants. Fabrice Lhenry, pour sa part, n'a jamais été mis en danger, hormis en perdant sa crosse derrière sa cage.

Vingt minutes quasiment idéales pour l'équipe de France. Seul souci, Luc Tardif, qui mettait comme toujours une bonne pression physique avec son compère Sacha Treille, a vu se réveiller le lumbago qui lui a déjà fait manquer la demi-finale de Coupe Continentale. Il suivra la fin de match en civil.

Les Français craquent à la mi-match

2010-12-14-France-Suisse3L'élévation de rythme est relativement prévisible en deuxième période. Au début, les Français la sollicitent, encouragés à aller de l'avant par leur bonne entame. Mais à l'approche de la mi-match, ils commencent pour la première fois à souffrir défensivement sur des actions suisses. Un temps faible qui se paye, malheureusement sur un but un peu bête. Fabrice Lhenry rate sa sortie avec la crosse en fond de zone et se fait contrer par Thibaut Monnet, qui n'a plus qu'à servir Patrik Bärtschi seul devant la cage vide (0-1, 30'54").

La France ne mérite pas (encore) d'être menée, mais elle se met alors dans la position du vaincu. D'abord par une pénalité de Teddy Da Costa, vite exploitée : après un lancer non cadré de Blum qui frappe la balustrade, Steve Hirschi envoie le rebond dans l'angle ouvert (0-2, 35'38").

Les Bleus subissent maintenant le forechecking suisse. Ils peuvent être relancés lorsqu'un bel effort Loïc Lampérier force Reber à une obstruction au passage de la ligne bleue, mais la supériorité numérique est gâchée par un surnombre. Teddy Da Costa n'abdique pas et son travail derrière la cage pousse Monnet à la faute. Fabrice Lhenry écope d'une méconduite parce qu'il s'emporte contre un juge de ligne sur la sirène.

Après ces sifflets à répétition, le troisième tiers-temps commencent dans un calme olympien. La première paire défensive française s'endort un peu en laissant le rapide Anders Ambühl centrer pour la reprise dans le slot de Thibaut Monnet puis s'essayer lui-même.

À l'assaut d'une cage récalcitrante

2010-12-14-France-Suisse5La France réagit en accentuant le danger sur la cage adverse. Alors que Sacha Treille s'impose solidement dans le slot pour gêner le gardien et occuper la défense, le tir de la bleue de Hecquefeuille permet à Jérémie Romand de faire fructifier le rebond (1-2, 49'08"). Sean Simpson appelle son temps mort, mais une obstruction de Steiner sur Auvitu treize secondes plus tard peut permettre aux Bleus d'enchaîner. Pour la première fois du match, ils installent leur powerplay. Ils n'obtiennent cependant pas l'égalisation, malgré un lancer mi-distance de Laurent Meunier dans le plastron du gardien, et surtout un tir à bout portant de Stéphane Da Costa sur passe de derrière la cage de Sacha Treille.

La première ligne tricolore signe une belle action collective, mais Julien Desrosiers voit sa crosse le trahir au moment de reprendre le centre au second poteau de Yorick Treille. Le Franco-Canadien essaie de rendre la pareille à son passeur, mais l'attaquant du Sparta Prague manque de vitesse d'exécution pour reprendre le palet avant le retour rapide de la défense suisse.

Commence alors un long feuilleton pour fixer la cage de Daniel Manzato, qui se déloge fréquemment en raison d'un trou qui s'est formé autour du poteau droit. Après une interruption, le gardien suisse appuie du patin sur le poteau gauche et provoque un long arrêt pour l'intervention des techniciens. Le rythme des Français est ainsi brisé à cinq minutes de la fin.

Auvitu, le meilleur relanceur français ?

2010-12-14-France-Suisse4Les Suisses essaient de verrouiller le score avec un faux rythme, mais à deux minutes de la fin, Yohann Auvitu effectue une superbe relance aérienne vers Laurent Gras à la ligne bleue. Le Chamoniard ne trouve pas l'espace entre les jambières du gardien en breakaway. Dave Henderson profite de l'engagement en zone offensive pour utiliser son temps mort et sortir son gardien, mais Ryan Gardner plonge crosse en avant devant un lancer de la bleue d'Auvitu. La phase de 6 contre 5 s'achève prématurément à cause d'une mauvaise charge de Sacha Treille, dont coude envoie la tête de Jeannin percuter la bande. Les deux minutes de pénalité sont un tarif minimum. Malgré l'infériorité, Auvitu trouve une seconde relance pour Stéphane Da Costa, mais Philippe Furrer gagne son un-contre-un face à l'attaquant français.

Les Français peuvent être satisfaits de ce match équilibré, même si la Suisse n'est évidemment pas au complet. Autant le gabarit d'un Ryan Gardner, appelé de dernière minute en remplacement de Rüthemann (commotion cérébrale), peut encore être utile, autant la première sélection d'un Jörg Reber semble sans lendemain, tout sympathique que puisse être ce défenseur de 36 ans qui connaît à Langnau la meilleure saison passée plus longtemps en LNB qu'en LNA.

La Suisse a peu attaqué le slot en début de partie, mais lorsqu'elle a vraiment pratiqué son jeu agressif, elle a fait fléchir l'équipe de France. Hormis ce moment de crise où ils ont plié sous l'impact, les Bleus ont tenu tête et même souvent dominé leurs adversaires. Mais au niveau international, on ne peut se permettre de rater ne serait-ce que dix minutes.

2010-12-14-France-Suisse2Si la leçon est utile, la balance du match penche du côté de la satisfaction pour les Bleus. Comme lors des rencontres en Alsace voici un an, les frères Da Costa sont redoutables côte-à-côte et peuvent désarçonner plus d'une défense avec leurs excellentes mains. Les enseignements les plus intéressants viennent plutôt des lignes arrières. Longtemps, elles ont tourné chez les Bleus autour de l'inamovible duo Amar-Bachet. D'autres solutions existent aujourd'hui grâce à la reconversion de Hecquefeuille mais aussi à l'avènement de Yohann Auvitu. Ses débuts en SM-liiga, même si c'est comme attaquant de quatrième ligne, ont sans doute contribué à lui donner une nouvelle dimension. La qualité de ses relances ce soir a été époustouflante.

Les seuls joueurs sans grande expérience dans cette équipe de cadres étaient deux joueurs de Grenoble, particulièrement observés dans une patinoire familière. Maxime Moisand a fait un bon match : propre dans ses relances, appliqué dans son marquage sur l'homme et son replacement. Mathieu Le Blond a été plus discret, mais c'était son tout premier match international et une certaine nervosité est compréhensible dans ce cas.

Désignés joueurs du match : Fabrice Lhenry pour la France et Daniel Manzato pour la Suisse.

 

France - Suisse 1-2 (0-0, 0-2, 1-0)
Mardi 14 décembre 2010 à 20h00 à la patinoire Pôle Sud de Grenoble. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Damien Bliek et Alexandre Hauchart (FRA) assistés de Pierre Dehaen et Geoffrey Barcelo (FRA).
Pénalités : France 18' (2', 4'+10', 2') ; Suisse 10' (4', 4', 2').
Tirs : France 23 (8, 5, 10) ; Suisse 28 (5, 17, 6).
Évolution du score :
0-1 à 30'54" : Bärtschi assisté de Monnet et Seger
0-2 à 35'38" : Hirschi assisté de Blum et Domenichelli (sup. num.)
1-2 à 49'08" : Romand assisté de Hecquefeuille


France (2' pour surnombre)

Gardien : Fabrice Lhenry (10') [sorti de 58'11" à 59'21"].

Défenseurs : Baptiste Amar (A, -1) - Yohann Auvitu (-1) ; Kevin Hecquefeuille (+1) - Vincent Bachet (A, +1) ; Teddy Trabichet - Maxime Moisand.

Attaquants : Julien Desrosiers - Laurent Meunier (C) - Yorick Treille ; Erwan Pain - Stéphane Da Costa (2') - Teddy Da Costa (2') ; Laurent Gras - Loïc Lampérier - Mathieu Le Blond ; Sacha Treille (2') - Damien Raux - Luc Tardif puis Jérémie Romand à 20'00".

Remplaçants : Ronan Quemener (G), Thomas Roussel.

Suisse

Gardien : Daniel Manzato.

Défenseurs : Mathias Seger (C, +1, 2') - Jörg Reber (4') ; Steve Hirschi - Eric Blum (+1) ; Beat Gerber (-1) - Philippe Furrer (-1).

Attaquants : Victor Stancescu (-1) - Ryan Gardner (-1) - Daniel Steiner (-1, 2') ; Thibaut Monnet (A, +1, 2') - Andres Ambühl (+1) - Patrik Bärtschi (+1) ; Hnat Domenichelli - Sandy Jeannin (A) - Morris Trachsler ; Matthias Bieber, Kevin Lötscher.

Remplaçant : Thomas Bäumle (G).