Caen – Mont Blanc (Ligue Magnus, 12e journée)

Le déclic ou la claque

Jrmie_Romand2Voisin en classement et à égalité en terme de points, Caen accueille le Mont-Blanc pour un match plein d’enjeu. Avec 3 points en 2 rencontres, les Drakkars amorcent la confiance qui leur a tant fait défaut. Ce soir, il leur faut confirmer dans un match où le perdant se retrouvera dans la zone des relégables, et distancé par un concurrent direct. Le HCC organise la présentation des équipes mineures avant le coup d’envoi. Hasard du calendrier ou effet « club », l’affluence est à son comble.

La rencontre démarre par une première période hachée par les coups de sifflet. Gibbons, Urban et Romand passent par la case prison pour Caen, puis leurs adversaires Sullivan, Chang, Borini et Wiktorsson. Mais Mont Blanc a eu le temps de mettre son jeu en place. Le pressing est très haut et deux ailiers Haut-Savoyards viennent en permanence gêner les relances et bloquent le jeu bas-normand. Pas de précipitation inutile pour les locaux qui ne tombent pas dans le panneau et restent discipliné. Mais l’avantage est pour l’Avalanche qui ne parvient pas à faire plier Clément Fouquerel. Le jeune portier caennais s’affirme comme une valeur sure devant les filets. Quelques contre-attaques signées Cuningham ou Duchesneau prennent tout de même et poussent les défenseurs à la faute. Les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score vierge, mais avec une double infériorité contre St Gervais-Megève.

Erwan PainAu retour de la pause, les Drakkars réussissent à décrisper leur jeu. Profitant de leur dernière minute de supériorité, Cuningham récupère la passe de Gibbons, transmet à Romand derrière le but. Fort de son intégration dans l’équipe nationale, l’ex-Rouennais remonte vers le but et prend le temps d’ajuster son revers dans la lucarne (1-0 à 21'17"). La première ligne continue à faire parler d’elle. Cuningham lance Romand et Duchesneau sur un 2 contre 1. À pleine vitesse, Romand se prépare au tir, mais préfère transmettre à son partenaire qui reprend de volée (2-0 à 27'59"). Clément Masson donne l’exemple en revenant à un point de l’égalisation. Servi dans sa zone, il a passé le palet entre les jambières du gardien au bout d’une magnifique échappée solitaire (2-1 à 30'05").

La deuxième ligne caennaise a elle aussi trouvé son rythme. Erwan Pain est-il lui aussi poussé par l’impulsion tricolore ? En tout cas, il est bien placé pour dévier au fond des filets un tir assez anodin de son capitaine, Tommy Lafontaine (3-1 à 30'56"). Jonathan Avenel est lui aussi récompensé de son engagement en figurant sur deux assistances. Il se bat dans les bandes ou derrière le but pour conserver les palets, emmenant une partie de la défense adverse. Au début du troisième tiers, il réussi ainsi à remettre le palet à Udo Marie dont le tir est dévié par le gardien Henri-Corentin Buysse. Mais Erwan Pain est sur le rebond et signe un doublé personnel (4-1 à 33'00").

À ce moment Christopher Lepers appelle un temps mort pour remettre l’Avalanche dans la course. L’équipe répond favorablement au stimulus et transperce la défense locale en quelques secondes. La sentence immédiate est prononcée par Kévin Hamon, bien dégagé face aux filets (4-2 à 33'16"). Le tiers s’achève donc sur une belle prestation Caennaise, mais l’équipe du Mont Blanc n’a pas dit son dernier mot. Par le passé, Caen a déjà été remonté alors que la victoire semblait acquise (face à Chamonix puis Dijon). Le groupe doit prouver que cette époque est révolue s’il veut obtenir les deux points de la victoire.

Les rouge et bleu ont mûri. Ils le démontrent lors du dernier tiers en assurant la défense en premier lieu. Finis les assauts massifs en attaque qui laissent seul le gardien. Bien sûr, Clément Fouquerel est mis à contribution et donne sa part à l’effort collectif. Mais jamais le Mont Blanc ne peut vraiment revenir dans le match. Et, à force de patience, les espaces se créent. Gibbons voit le trou et lance son compatriote Duchesneau. Le Canadien part dans une des échappées dont il a le secret et donne du large aux Drakkars (5-2 à 58'16"). Ce dernier but sonne la fin des enjeux.

En conclusion, Mont-Blanc subit une double punition avec cette défaite car Chamonix et Villard ont gagné leurs matchs. Les Haut-Savoyards  se retrouvent donc seuls à la dernière place. S’ils n’ont jamais réussi à prendre le contrôle, leur gestion stratégique a été inspirée. Pour Caen, cette victoire apporte deux points supplémentaires, portant le total à 5 points en 3 matchs. Est-ce le déclic ? Les supporters et l’équipe l’espèrent…


Caen – Mont Blanc 5-2 (0-0, 4-2, 1-0)
Samedi 11 décembre 2010 à 20h00 à la patinoire de Caen-la-Mer. 1460 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Thomas Caillot et Pierre Dehaen.
Pénalités : Caen 12 (6', 6', 0’) ; Strasbourg 14' (8', 4', 2’).
Évolution du score :
1-0 à 21'17" : Romand assisté de Cuninham et Gibbons (sup. num.)
2-0 à 27'59" : Duchesneau assisté de Romand et Cuningham
2-1 à 30'05" : Masson assisté de Brincko et Sullivan
3-1 à 30'56" : Pain assisté de Lafontaine et Avenel
4-1 à 33'00" : Pain assisté de Marie et Avenel
4-2 à 33'16" : Hamon assisté de Masson et Simon
5-2 à 58'16" : Cuningham assisté de Gibbons (sup. num.)

Caen

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Samuel Gibbons ; Tommy Lafontaine (C); Antoine Vigier ; Alexis Gomane (A) ; Udo Marie ; Vladimir Urban.

Attaquants : Jonathan Duchesneau – Jeremiah Cuningham - Jérémie Romand ; Antti Urpo - Erwan Pain – Jonathan Avenel (A); Charles Geslain ou Pierre Bennett  - Kevin Da Costa  - Julien Lebey.

Remplaçant : Arnaud Goëtz (G). Absent : Aziz Baazi (Equipe de France U20).

Mont Blanc

Gardien : Henri-Corentin Buysse.

Défenseurs : Stefan Lars Wiktorsson - Sébastien Borini ; Numa Besson - Lionel Simon ; Dusan Brincko - Josselin Besson.

Attaquants : Johan Chang - Clément Masson (C) - Jérémy Ares ; Romain Orset (A) - Étienne Croz (A) - John Joseph Sullivan ; Julien Payraud - Kévin Hamon - Arthur Coulon ; Morgan Vialle.

Remplaçants : Luc Saccomano (G), Arthur Cocar, Sacha Jean, Gaël Jeanbourquin. Absent : Victor Cocar.