Finlande - République Tchèque (Euro Hockey Tour 2)

Leader blessé dans un traquenard

RACHUNEK_Karel-100509-099On a confié une équipe championne du monde à Alois Hadamczik, et elle a marqué zéro point lors du premier tournoi de l'Euro Hockey Tour en novembre. Autant que ses joueurs, le sélectionneur a besoin de se racheter. Il leur a montré une petite vidéo du 0-5 encaissé contre ces mêmes Finlandais le mois dernier, et il les a appelés à une meilleure solidarité défensive. Il leur a donné une seconde chance, mais peut compter cette fois sur quelques renforts de plus. Blatak et Rachunek ne sont plus blessés et doivent mener la défense.

Le retour du capitaine Rolinek devait aussi permettre à Roman Cervenka, un peu dépassé par ce rôle qui lui avait été confié par intérim, de se concentrer sur son jeu. Actuel meilleur marqueur de KHL, il est attendu comme la figure de proue de l'équipe tchèque. C'était sans compter sur le guet-apens tendu à son équipe d'Omsk par le Vityaz Chekhov, dans un énième réglement de comptes. Les vandales du championnat russe ont provoqué une bagarre générale après... six secondes de jeu !

La KHL a dû sévir une fois de plus envers ce club qui entache sa réputation, avec amende au manager Zhamnov et suspensions maintenues ou augmentées aujourd'hui - de 12 à 20 matches - aux joueurs coupables (Gratton, Bielokonov, Verot et Larin). Cervenka et Škoula ont dû renoncer à leur venue en équipe nationale à la suite de cet incident. Victime d'une commotion cérébrale, Roman Cervenka a été remplacé par Martin Adamský, le seul débutant de l'équipe.

Karalahti, de la ligne blanche à la ligne bleue

Alors que toutes les autres nations amènent leurs meilleurs joueurs, la Finlande aligne sept débutants, mais aussi un nom très connu. Trop connu, diront certains. Depuis son arrestation pour participation à un trafic de drogue fin 2007, sa conndamnation pour consommation de cocaïne un an plus tard, le sulfureux Jere Karalahti avait dû s'exiler pour obtenir encore une chance de contrat pro. Cette saison, il est rentré en Finlande, aux Blues d'Espoo. Et comme ce match décalé de la manche moscovite de l'Euro Hockey Tour a justement lieu à Espoo, le sélectionneur Jukka Jalonen n'a pas hésité à le rappeler en équipe nationale. Le public lui réserve un tonnerre d'applaudissements à son entrée !

À la deuxième minute de jeu, le gros gabarit tchèque Josef Vasicek charge la tête du géant Olli Malmivaara contre la bande. Ni l'un ni l'autre ne reviendront sur la glace. En coulisses, c'est le staff finlandais qui s'active pour remplacer Malmivaara commotionné : dès le deuxième tiers, le staff a appelé le vétéran de 38 ans Jan Latvala pour lui demander de faire ses bagages pour Moscou demain ! Sur la glace, c'est le gardien tchèque qui s'active. Jakub Stepanek résiste pendant les cinq minutes d'infériorité, en particulier face à Janne Lahti qui avait marqué un doublé dans la confrontation de novembre. Cette pénalité tuée donne confiance aux Tchèques. En fin de tiers-temps, Marek Kvapil part en contre côté gauche et repique dans l'axe. Son lancer puissant heurte le bas de la transversale et rebondit juste derrière la ligne de but.

HYTONEN_Juha-Pekka-100520-016Les Tchèques inexistants

La Finlande domine totalement la deuxième période. Leo Komarov, qui distribue comme d'habitude des mises en échec impressionnantes, mène également l'offensive. Il croit marquer une première fois, mais le but est annulé car il est entré dans le demi-cercle du gardien, et il prend même deux minutes de pénalités. Komarov reste le meilleur joueur sur la glace, et égalise finalement à vingt secondes de la sirène sur une passe en retrait de son vieux complice Juha-Pekka Hytönen qui a récupéré trop facilement un palet envoyé dans le coin (1-1). Les revenants en sélection (Rachunek, Blatak et Koukal) n'ont été d'aucune utilité sur cette action. Les Tchèques restent bien malades. Dans ce deuxième tiers, ils n'ont construit aucune action offensive digne de ce nom et n'ont tiré qu'une fois sur la cage adverse !

C'est donc un hold-up quand, à sept minutes de la fin, le défenseur Lojek, monté se faire oublier dans le cercle droit, reçoit une géniale passe transversale de Jan Marek. L'avantage dure 87 secondes. Comme Lojek, Wirtanen marque son premier but internationale, au rebond d'un lancer de... Karalahti (2-2). Les Tchèques ne sont pas au bout de leur peine. Jan Bulis, pour son retour en équipe nationale un an après, prend sa troisième pénalité du match. Heureusement que le duo d'infériorité Rolinek-Koukal, si efficace au Mondial, est revenu remplir son rôle en sélection.

En prolongation, la République Tchèque est plus active et obtient même une supériorité numérique à 4 contre 3, mais sans faire la différence. Tout se joue donc aux tirs au but. Lehtonen ne bat pas Stepanek entre les jambières, alors que Kvapil ajuste Tarkkki. La victoire sourit donc de nouveau aux Tchèques, mais sur le plan de la manière, les champions du monde sont encore loin du compte.

Désignés joueurs du match : Leo Komarov pour la Finlande et Jakub Stepanek pour lea République Tchèque.

Commentaires d'après-match

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Toutes les préparations ont été organisées pour que la défense soit meilleure. Je pense que les six arrières ont plus ou moins rempli leur mission. Des joueurs expérimentés comme Miroslav Blaták ou Karel Rachunek ont très bien joué, ils forment une bonne combinaison. [...] Nous n'avons pas bien joué en deuxième période. Nous avons commencé à ouvrir le jeu et les Finlandais sont de grands patineurs. La défense était surchargée. [...] Stepanek me doit beaucoup, je l'avais propulsé premier gardien à Vitkovice. Il a été notre meilleur joueur, cela me rend heureux. J'admets que j'avais peur de son transfert à Saint-Pétersbourg, dans une équipe avec Nabokov. Bien qu'il ait passé moins de deux saisons complètes en Extraliga, 'Kuba' a prouvé qu'il était un grand gardien."

 

Finlande - République Tchèque 2-2 (0-1, 1-0, 1-1, 0-0) / 0-1 aux tirs aux buts
Jeudi 16 décembre 2010 à 19h30 à la Baron Arena d'Espoo. 5271 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Christer Lärking (SUE) assisté de Mikko Kekäläinen et Jussi Terho (FIN).
Pénalités : Finlande 10' (4', 4', 0', 2') ; République Tchèque 35' (5'+20', 6', 4', 0').
Tirs : Finlande 37 (10, 6, 19, 2) ; République Tchèque 25 (8, 1, 10, 6).
Évolution du score :
0-1 à 16'57" : Kvapil assisté de Koukal et Irgl
1-1 à 39'40" : Komarov assisté de Hytönen et Hietanen (sup. num.)
1-2 à 52'43" : Lojek assisté d'Irgl et Marek
2-2 à 54'10" : Wirtanen assisté de Karalahti et Tyrväinen
Tirs au but :
Finlande : Pesonen (manqué), Lindgren (manqué), Lehtonen (manqué).
République Tchèque : Klepiš (manqué), Marek (manqué), Kvapil (réussi).


Finlande

Gardien : Iiro Tarkki.

Défenseurs : Markus Nordlund (-1, 2') - Juuso Hietanen (A, -2) ; Janne Jalasvaara (+1) - Jere Karalahti (C, +1) ; Ville Uusitalo (2') - Olli Malmivaara [blessé à 1'44"] ; Oskari Korpikari - Topi Jaakola (-1).

Attaquants : Janne Pesonen (-1, 2') - Ville Viitaluoma - Mika Pyörälä (A, -1) ; Janne Lahti - Perttu Lindgren - Mikko Lehtonen ; Leo Komarov (-1, 4') - Juha-Pekka Hytönen (-1, 2') - Ossi Louhivaara ; Masi Marjamäki (+1) - Petteri Wirtanen - Antti Tyrväinen.

Remplaçants : Eera Kilpeläinen (G), Jerry Ahtola.

République Tchèque

Gardien : Jakub Štepánek.

Défenseurs : Karel Rachunek (A) - Miroslav Blaták ; Martin Lojek (2') - Petr Cáslava ; Lukáš Krajícek (+1) - Michal Barinka (+1, 2').

Attaquants : Jakub Klepiš (A) - Petr Vampola - Petr Hubacek (+1) ; Jan Bulis (6') - Jan Marek (+1) - Tomas Rolinek (C) ; Zbynek Irgl (+2) - Josef Vašícek (5'+20') puis à 1'44" Martin Adamský (-1) - Marek Kvapil ; Ivan Rachunek - Jan Kovár (-1) - Petr Koukal (+1).

Remplaçants : Miroslav Kopriva (G), Jakub Nakladal, Martin Ruzicka.