Finlande - Suède (Euro Hockey Tour 2)

Une première transformée en calvaire

KOMAROV_Leo-100520-014Alors que le nouveau sélectionneur suédois Pär Mårts a mis en place une stabilité jamais vue (4 changements seulement entre les deux premiers tournois de l'Euro Hockey Tour), la Finlande continue de faire tourner ses équipes et d'appeler sans cesse des joueurs nouveaux.

C'est encore plus vrai au poste de gardien, où l'école finlandaise semble avoir un réservoir inépuisable de portiers tous dotés des mêmes qualités : vitesse de mouvement et réflexes athlétiques. Eero Kilpeläinen s'ajoute à la liste. Il profite du bon début de saison de l'Ässät Pori (3e de SM-liiga), tout comme Ville Uusitalo, l'ancien défenseur de Brest, confirmé après ses débuts de novembre. Pour un premier match international, ce n'est pas n'importe quel match : en face, il y a la Suède, pour le grand derby nordique.

Entre des équipes qui se connaissent, il faut pouvoir surprendre l'adversaire par des actions rapides. Cela donne deux jolis buts en première période, dont le point commun est qu'ils sont inscrits par un troisième homme démarqué venu conclure au rebond dans l'enclave. Mattias Ekholm déborde et passe de derrière la cage pour la reprise de Mattias Sjögren, puis Daniel Brodin vient glisser le palet du revers entre les bottes du gardien. Action finlandaise rondement menée pour l'égalisation : longue relance croisée de Hietanen trouve Mika Pyöräla à la ligne bleue, centre du revers pour la déviation de Ville Viitaluioma, et rebond dans le haut du filet de Janne Pesonen (1-1).

La différence se fait sur une erreur individuelle en défense. Jamais Jerry Ahtola, treizième attaquant finlandais laissé sur le banc avant-hier, n'aurait-il dû laisser Sebastian Erixon sortir du coin où il le couvrait. Plus actif de la crosse que des patins, il a quitté la position à garder entre le but et l'adversaire, et le défenseur suédois a donc repiqué à la cage sous le regard penaud du Finlandais, qui a compris sa naïveté coupable à ce niveau (1-2, 18'15"). Vingt secondes plus tard, la Finlande dégage un palet de but sur sa ligne après une action du duo Persson-Nilsson. Pyöräla y prend une pénalité de retard de jeu en bougeant la cage en catastrophe.

La seule pénalité finlandaise du deuxième tiers-temps, un cinglage de Tyrväinen, creuse un écart définitif. Robert Nilsson sert parfaitement Niklas Persson dans le dos des défenseurs, et Joakim Lindström vient aider à mettre le palet au fond (1-3, 28'57"). La Suède domine alors de la tête et des épaules. Niklas Persson reçoit un palet en or alors qu'il est tout seul au poteau opposé, mais il hésite plusieurs secondes face à un Kilpeläinen bien replacé avant de ne lui proposer qu'un revers en angle. Daniel Brodin échoue ensuite en breakaway. Même en infériorité numérique, c'est la Tre Kronor qui marque en contre-attaque : passe précise de Brodin pour Sjögren qui tire sous la barre (1-4, 36'48").

À l'évidence, ce n'est pas la faute de son gardien débutant si la Finlande perd ce match. Eero Kilpeläinen s'en sort plutôt pas mal et a surtout subi jusqu'ici les erreurs de sa défense. Mais au troisième tiers-temps, il va vivre un calvaire plus personnel.

Alors qu'il est sorti derrière sa cage pour contrôler un palet sans pression pendant une supériorité numérique, Kilpeläinen s'embrouille et voit la rondelle s'échapper de sa crosse. Sjögren en profite pour donner en retrait à Nicklas Danielsson dont le premier but international est le plus facile de sa carrière, dans des filets déserts. Le gardien finlandais a tout de suite l'opportunité de se reprendre moralement grâce à un bon déplacement latéral sur un 2 contre 1 que ne conclut pas Petrasek. Mais cinq minutes plus tard, il encaisse... un second but-gag ! Un lancer flottant de Magnus Johansson sur lequel il lève son bouclier. Le palet part en l'air et retombe derrière lui, dans la nasse (1-6, 46'50").

À la pause, l'analyste de la télévision suédoise a décrit Brodin comme le "prototype" idéal pour le système de jeu de Pär Mårts. Rapide, agressif, direct, Daniel Brodin s'était révélé au Mondial 20 ans l'an passé, alors que l'entraîneur des juniors était justement Mårts. Mais on y avait repéré aussi certains mauvais côtés et un jeu parfois à la limite. Il laisse traîner sa jambe devant le genou de Pesonen en fin de match, une faute qui révolte les Finlandais et lui vaut seulement deux minutes.

Après cette action, on ne peut même pas prétendre que les Finlandais ont dominé dans le secteur des mauvais coups, malgré les provocations de Komarov et les charges crosse en avant du capitaine repris de justice Jere Karalahti. Par conséquent, c'est dans tous les compartiments du jeu qu'ils ont cédé face à la Suède conquérante version Mårts. Tenante du titre avec seulement deux buts encaissés en trois parties l'an passé, la Finlande a craqué défensivement cette fois, et pas seulement par son gardien qui se souviendra de ses débuts internationaux comme d'un cauchemar. Elle avait terminé première ou deuxième dans les sept dernières éditions du tournoi moscovite, mais elle a toutes les chances de finir dernière ce coup-ci. On ne peut pas toujours impunément bouleverser son équipe.

Désignés joueurs du match : Ossi Louhivaara pour la Finlande et Daniel Brodin pour la Suède.

Commentaires d'après-match

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Nous n'avons pas joué à notre meilleur niveau. Nous avons perdu trop de duels, des deux côtés de la glace. La ligne de Hytönen a été la meilleure dans les deux rencontres. Ses ailiers Komarov et Louhivaara ont beaucoup d'énergie. J'en attend autant de la part des autres lignes."

 

Finlande - Suède 1-6 (1-2, 0-2, 0-2)
Samedi 18 décembre 2010 à 18h00 à la Khodynka Arena "Megasport" de Moscou. 7350 spectateurs.
Arbitrage d'Anatoli Zakharov et Vyacheslav Bulanov (RUS) assistés de Viktor Birin et Andrei Putilin (RUS).
Pénalités : Finlande 10' (6', 2', 2') ; Suède 10' (2', 2', 6').
Tirs : Finlande 22 (7, 8, 7) ; Suède 35 (10, 13, 12).
Évolution du score :
0-1 à 08'15" : Brodin assisté de Sjögren et Ekholm
1-1 à 16'14" : Pesonen assisté de Pyörälä
1-2 à 18'15" : S. Erixon
1-3 à 28'57" : Lindström assisté de Persson et Nilsson (sup. num.)
1-4 à 36'48" : Sjögren assisté de Brodin et Fernholm (inf. num.)
1-5 à 41'25" : Danielsson assisté de Sjögren (inf. num.)
1-6 à 46'50" : Johansson assisté de Lindström


Finlande

Gardien : Eero Kilpeläinen.

Défenseurs : Markus Nordlund - Juuso Hietanen (-1) ; Janne Jalasvaara (-3) - Jere Karalahti (C, -2, 2') ; Jan Latvala - Ville Uusitalo ; Oskari Korpikari (-1) - Topi Jaakola (-1).

Attaquants : Janne Pesonen (-1) - Ville Viitaluoma (2') - Mika Pyörälä (A, 2') ; Janne Lahti (-3, 2') - Perttu Lindgren (-3) - Mikko Lehtonen (-2) ; Leo Komarov - Juha-Pekka Hytönen (A) - Ossi Louhivaara ; Jerry Ahtola (-1) - Petteri Wirtanen (-1) - Antti Tyrväinen (-1, 2').

Remplaçants : Iiro Tarkki (G), Masi Marjamäki.

Suède

Gardien : Daniel Larsson.

Défenseurs : Mattias Ekholm (+2) - Magnus Johansson (C, +2) ; David Petrasek (A, +1, 2') - Daniel Fernholm (+1) ; Sebastian Erixon (+1) - David Rundblad (A, +1) ; Staffan Kronwall.

Attaquants : Joakim Lindström (-1) - Niklas Persson (-1, 2') - Robert Nilsson (-1) ; Jimmie Ericsson - Marcus Krüger (2') - Nicklas Danielsson (+1) ; Martin Thörnberg (+1) - Fredrik Warg (+1) - Björn Melin (+1) ; Patrik Zackrisson (+2) - Mattias Sjögren (+4) - Daniel Brodin (+3, 4') ; Dick Axelsson.

Remplaçant : Stefan Liv (G). En réserve : Jakob Silfverberg.