Allemagne - Suisse (Mondial U20, poule A)

Ponctualité suisse et retard allemand

NIEDERREITER_Nino-20100508-188En même temps que l'ère Krueger à la tête de l'équipe nationale de Suisse (13 ans) s'achevait celle presque aussi longue de son bras droit Köbi Kölliker aux commandes des juniors (12 ans). Passé directeur général des équipes nationales, Kölliker a été remplacé par Richi Jost, qui travaillait depuis 13 ans au sein de l'organisation des ZSC Lions, plus précisément comme directeur sportif du GCK.

Ce premier match est la clé du tournoi pour les deux équipes. Les deux équipes abordent le tournoi avec une bonne dose d'optimisme. Quatrièmes l'an passé, les Suisses visent les quarts de finale avec le plus grand talent offensif de leur histoire Nino Niederreiter. Les promus allemands ont une des plus fortes équipes de leur histoire, et comptent eux aussi leur prodige, Tom Kühnhackl, très médiatique du fait de sa filiation avec le joueur allemand du siècle Erich Kühnhackl. Il est parti cette année au Canada, comme beaucoup de ses compatriotes.

L'Allemagne compte huit joueurs en junior majeur : est-ce un avantage décisif sur les petites glaces américaines ? La Suisse ne le pense pas, elle en avait six à son camp, mais elle en a retranché deux (Lino Martschini de Peterborough et Dave Sutter de Seattle) parmi les trois derniers noms à biffer. En tout cas, être sur place présente un certain avantage à l'heure où les conditions climatiques perturbent les transports. Les joueurs de Mannheim et de Berlin ne sont pas arrivés à l'heure à l'aéroport de Munich et ont raté le vol il y a huit jours. En plus, comme l'équipe de Suède prenait le même avion, les bagages de hockey étaient très nombreux pour la capacité de l'appareil, et cinq d'entre eux n'ont pas pu être embarqués.

Toute la préparation allemande a été perturbée, et le match amical prévu mercredi contre les Tchèques, après quatre jours d'entraînement sur place, a dû être décalé à jeudi car les équipements n'étaient pas encore arrivés. Ce match de préparation perdu de peu (3-4 après avoir mené 3-1) a sans doute été décisif dans le choix du gardien : Philipp Grubauer (Kingston, OHL) n'a encaissé aucun but pendant la première moitié du match, alors que Niklas Treutle, qui a profité des problèmes de gardien de Hambourg pour jouer 8 matches de DEL cette saison, en a pris quatre.

C'est donc Philipp Grubauer qui se retrouve titulaire aujourd'hui... et il va concéder quatre buts sur les cinq premiers tirs ! Ses coéquipiers ne l'aident guère. Ils perdent tous les duels et accumulent les erreurs. C'est d'abord un mauvais changement de lignes allemand qui permet à Inti Pestoni d'ouvrir la marque en feintant Grubauer. Ensuite, les retardataires de Mannheim - Dominik Bittner (deux) et Corey Mapes (une) - concèdent trois pénalités qui se transforment en autant de buts. Celui de Nino Niederreiter, qui remonte toute la glace en slalomant et en profitant de la passivité des défenseurs adverses, est le plus beau. Les suivants de Romain Loeffel, en précision, et Luca Camperchioli, grâce à un écran devant le gardien, sont des tirs de la ligne bleue

0-4 en moins de quatorze minutes : le match semble plié et Treutle commence à s'échauffer. Grubauer a quand même le temps de repousser un breakaway de Pestoni avant d'être remplacé quatre minutes plus tard. Dix secondes après, Tom Kühnhackl prend 2'+10' pour une mauvaise charge dans le dos. À froid, Treutle doit donc faire face à une infériorité... mais c'est la première que les Allemands tuent. Ce changement de gardien les a remotivés : ils se mettent à dominer le jeu, et le feront jusqu'à la sirène.

Le butin restera longtemps maigre pour leurs efforts, un seul but du très actif Marcel Noebels sur un rebond en supériorité numérique (1-4). En fin de deuxième période, après un surnombre suisse, Benjamin Conz réussit deux arrêts importants face à Keil et Abeltshauser. La fédération helvétique a bien fait d'insister pour que Conz joue toute la semaine de préparation malgré la pression de son club de Langnau : qui sait s'il n'aurait pas connu les mêmes mésaventures que les Allemands dans le cas contraire ?

À la reprise, Marcel Ohmann se crée une énorme occasion, il se décale bien du gardien mais attend trop avant de tirer et envoie son palet dans le petit filet. Ce n'est qu'à dix minutes de la fin que l'Allemagne parvient à revenir plus près avec un but chanceux dans le slot de Matthias Plachta. Les Suisses lèvent les bras à leur tour une minute plus tard, mais le but est refusé pour crosse haute. Conz s'interpose encore sur un tir du haut de l'enclave de Laurin Braun, mais une minute plus tard, Corey Mapes réussit à le tromper depuis la ligne bleue.

La Suisse est maintenant bien placée avec un calendrier favorable, mais l'Allemagne peut regretter son départ manqué car elle était bel et bien au niveau de sa voisine. Un talent est peut-être plus surcoté que l'autre : Niederreiter a marqué un but d'anthologie alors que Kühnhackl n'a pas tiré une seule fois au but...

Désignés joueurs du match : Marcel Noebels pour l'Allemagne et Benjamin Conz pour la Suisse.

Commentaires d'après-match

Klaus Merk (entraîneur-adjoint de l'Allemagne) : "Nous avons commencé trop nerveusement et les Suisses ont engrangé de la confiance en menant au score. Les Suisses étaient simplement plus prêts et plus décidés que nous, et ils ont converti leurs occasions. Après le premier tiers, nous étions dos au mur. Ensuite, nous nous sommes regroupés, nous avons travaillé brique après brique et nous sommes entrés avec plus d'engagement dans les duels. La raison de la défaite réside dans le meilleur départ des Suisses, et surtout à notre faiblesse à concrétiser nos occasions aux deux derniers tiers."

 

Allemagne - Suisse 3-4 (0-4, 1-0, 2-0)
Dimanche 26 décembre 2010 à 12h30 à la HSBC Arena de Buffalo. 13629 spectateurs.
Arbitrage d'Antti Boman (FIN) et Keith Kaval (USA) assistés de Jaromir Blaha (TCH) et David Brown (USA).
Pénalités : Allemagne 34' (8'+10', 2'+10', 4'), Suisse 14' (0', 8', 6').
Tirs : Allemagne 35 (5, 15, 15), Suisse 21 (10, 5, 6).
Évolution du score :
0-1 à 04'31" : Pestoni assisté de Hofmann
0-2 à 09'21" : Niederreiter (sup. num.)
0-3 à 09'48" : Loeffel assisté de Niederreiter (sup. num.)
0-4 à 13'25" : Camperchioli assisté de Pestoni et Hofmann (sup. num.)
1-4 à 24'22" : Noebels assisté de Plachta et Bittner (sup. num.)
2-4 à 50'10" : Plachta assisté de Hufner et Hofflin (sup. num.)
3-4 à 55'19" : Mapes assisté de Hauner et Orendorz


Allemagne

Gardien : Philipp Grubauer puis à 17'36" Niklas Treutle [sorti à 59'32"].

Défenseurs : Konrad Abeltshauser (A) - Jannik Woidtke ; Dominik Bittner - Corey Mapes ; Peter Lindlbauer - Benjamin Hufner ; Dieter Orendorz.

Attaquants : Tom Kühnhackl - Tobias Rieder - Laurin Braun (C) ; Marcel Ohmann - Thomas Brandl - Norman Hauner ; Bernhard Keil - Mirko Hofflin - Marcel Noebels ; Marius Mochel - Marc El-Sayed (A) - Matthias Plachta.

Suisse

Gardien : Benjamin Conz.

Défenseurs : Romain Loeffel - Nicholas Steiner ; Dominik Schlumpf - Dario Trutmann ; Samuel Guerra - Luca Camperchioli ; Ramon Untersander.

Attaquants : Nino Niederreiter (C) - Benjamin Antonietti - Tristan Scherwey (A) ; Sven Bärtschi - Ryan McGregor - Joël Vermin ; Gregory Hofmann - Reto Schäppi (A) - Inti Pestoni ; Yannick Herren - Samuel Walsser - Renato Engler ; Gaëtan Haas.

Remplaçant : Remo Giovannini (G).