Gap - Caen (Ligue Magnus, 13e journée)

BAAZI_Aziz_100925_088En ce lendemain de Noël, le hockey était de retour pour la dernière fois de l'année 2010 sur la glace gapençaise de Brown-Ferrand. Malgré le froid (-7°C) et l'inconfort de la vénérable patinoire, le public s'est déplacé en nombre (1047 entrées payantes), sans doute attiré par la promotion du club faite aux familles et par un horaire moins tardif.

Si le public est complet, ainsi que l'équipe caennaise, les Rapaces devront eux composer sans Julien Correia. Le numéro 91 gapençais souffre en effet de l'épaule, et sera donc remplacé sur la troisième ligne par Mathieu André. Ce match est l'occasion de retrouver face-à-face les deux protagonistes de la finale de D1 de 2009, qui avait vu les Rapaces l'emporter au terme de deux matchs serrés et très tendus (4-3 a.p. et 6-3)

Après le protocole et la présentation de la mascotte gapençaise (un magnifique pygargue à tête blanche), le match peut débuter. À peine le palet est-il libéré que Jonathan Avenel reste au sol suite à une charge de Justin Vienneau. Le ton est donné. Caen s'installe tranquillement en zone gapençaise, et tente une première fois sa chance par Jeremiah Cunningham. Les Gapençais peuvent alors user d'une de leurs principales qualités cette saison, la contre-attaque. C'est ainsi que Rane Carnegie s'échappe, oublie Rambousek à ses côtés et tire au-dessus de Clément Fouquerel. Heureusement pour Gap, Jiri Rambousek récupère le palet et le transmet à Jiri Jelen, qui marque un magnifique but du revers.

Malgré cette ouverture du score, l'ambiance et le niveau de jeu ne s'élèvent pas. Caen repart bien à l'attaque, mais sans grande conviction. Sur les quelques tirs dangereux, Ronan Quemener s'interpose, comme le constate Aziz Baazi peu avant la pause. Durant les cinq dernières minutes, les Gapençais font le siège de la cage de Fouquerel, mais celui s'interpose à chaque fois. C'est donc sur ce score de 1-0 que les joueurs rentrent aux vestiaires. Un premier tiers avec de l'engagment physique côté gapençais, mais un jeu assez pauvre de part et d'autre. Les Rapaces semblent au-dessus de leur adversaire du soir, mais rien n'est encore fait.

De retour sur la glace, les Gapençais repartent à l'assaut de la cage adverse, tentant d'accentuer leur avance. Mais rien n'y fait, le palet ne rentre pas. On sent un certain agacement gapençais devant ces échecs. Caen tente d'en profiter, mené par Lafontaine. Le jeu est alors physique de la part des Gapençais, et c'est Caen qui se fera pénaliser. S'ensuit une énième supériorité gapençaise vierge de but, mais peu après le retour à l'équilibre, Sean Roche vient conclure d'une frappe puissante un beau mouvement collectif (2-0). La domination gapençaise se voit enfin récompensée.

Caen réagit immédiatement par Gomane, mais Quemener sort l'arrêt qu'il faut. Un petit moment de flottement s'ensuit, les esprits s'échauffent. Moussier et Carnegie tentent des actions individuelles, sans succès. Les Drakkars quant à eux ne sauront profiter d'une double supériorité numérique, malgré quelques situations chaudes. C'est ainsi que se termine le deuxième tiers, tiers assez semblable au premier, avec une domination gapençaise, mais une équipe de Caen qui sait se montrer dangereuse de temps à autre.

BENNETT_Pierre_100925_196Les Rapaces semblent plus libérés lors des premières minutes de ce tiers, et cela se traduit vite par un nouveau but gapençais. Carnegie, en embuscade derrière le filet, revient rapidement devant la cage et bat Fouquerel. 3-0, la messe semble dite. Caen tente bien quelques tirs, notamment par Cuningham à la 52e minute, mais soit Quemener, soit un défenseur (souvent Alexandre Cornaire, exemplaire ce soir), soit la malchance viennent contrecarrer les plans caennais.

Tout est relancé à 57'50". Une pénalité à contretemps contre Suchanek permet aux Drakkars de marquer. Pierre Bennett efface son vis-à-vis et vient battre le gardien tricolore, le privant ainsi d'un blanchissage. Il reste alors à peine plus d'une minute, mais les courageux Normands ne perdent pas espoir. Fouquerel sort de sa cage. À 6 contre 5, les Caennais arrivent à inscrire un nouveau but par le biais de Jonathan Duchesneau. Un but étrange et polémique, où Quemener se retrouve au sol, où la cage bouge et où les crosses sont en l'air. Le but est cependant accordé (3-2). De rage, Jakob Suchanek "balance" la cage vers les plexis et se voit accorder une pénalité de match. Les trente dernières secondes sont tendus, le public se fait enfin entendre, et ce qui devait arriver arriva. Sur le buzzer, une petite bagarre éclate en zone neutre. Tout rentre tant bien que mal dans l'ordre, et le protocole de fin peut avoir lieu.

Au final, le public gapençais aura assisté à un match de reprise, où le manque de rythme a été flagrant, les estomacs semblant encore lourds. Les Gapençais voient leur supériorité récompensée par cette victoire, mais le retour caennais en fin de partie et les échauffourées finales promettent un match retour haletant et indécis. D'un point de vue individuel, les prestations de Paradis, Jelen ou encore Cornaire côté gapençais, et de l'ensemble de la première ligne d'attaque caennaise, sont à souligner.

Gap est désormais seul 4e avec 17 points, suivi d'un peloton de trois équipes à 16 points, dont l'ennemi briançonnais. Il faudra à tout prix confirmer jeudi soir à Caen sous peine d'être vite repris par les "charognards" qui suivent. Caen n'est pas trop pénalisé par cette défaite et reste à un point de Villard onzième, mais là aussi le match de jeudi est d'une importance capitale tant le classement est indécis. Un match retour qui s'annonce donc prometteur entre deux équipes devant s'imposer et régler un petit contentieux. Bien heureux celui qui peut pronostiquer le vainqueur.

Désignés joueurs du match : Rane Carnegie pour Gap et Clément Fouquerel pour Caen.

 

Gap - Caen 3-2 (1-0, 1-0, 1-2)
Samedi 26 décembre 2010 à 18h00 à la patinoire Brown-Ferrand. 1043 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Geoffrey Barcelo et Matthieu Barbez.
Pénalités : Gap 75' (2', 4', 14'+10'+20'+25') ; Caen 12' (4', 2', 6').
Évolution du score :
1-0 à 04'13" : Jelen assisté de Carnegie et Rambousek
2-0 à 28'59" : Roche assisté de Charette et Uronen
3-0 à 44'27" : Carnegie assisté de Paradis et Rambousek
3-1 à 58'58" : Bennett assisté de Gomane et Urban (sup. num.)
3-2 à 59'28" : Duchesneau assisté de Romand


Gap

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Jakub Suchanek - Milan Tekel (A) ; Justin Vienneau - Alexandre Cornaire ; Matus Luciak - Ryan Jorde.

Attaquants : Jiri Rambousek - Jiri Jelen - Rane Carnegie ; Sean Roche - Jean-Charles Charette (A) - Jesse Uronen ; Romain Moussier (C) - Jérémie Paradis - Mathieu André.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Romain Vitali, Jérémy Baridon, Kévin Zampa. Absent : Julien Correia (épaule).

Caen

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Samuel Gibbons - Tommy Lafontaine (C) ; Antoine Vigier - Aziz Baazi ; Alexis Gomane (A) - Vladimir Urban ; Udo Marie.

Attaquants : Jonathan Duchesneau – Jeremiah Cunningham - Jérémie Romand ; Pierre Bennett - Erwan Pain - Jonathan Avenel (A) ; Charles Geslain - Kevin Da Costa - Julien Lebey ; Raphaël Mazie.

Remplaçants : Arnaud Goëtz (G), Antti Urpo.