Épinal - Dijon (Ligue Magnus, 14e journée)

Boisclair sort de l'ombrekristinmiroslav

Cette année, la trêve des confiseurs prend un petit goût de playoffs. En effet, c'est par une double confrontation spinalo-dijonnaise que s'ouvre la phase retour... après que le cycle aller s'est clôturé sur un succès des Vosgiens en Côte d'Or (6-3).

L'ICE ne pouvait espérer meilleure rédemption après sa contre-performance du 11 décembre dernier. Mais après avoir rassuré leur monde, les Dauphins doivent maintenant confirmer face à un adversaire leur réussissant étonnement bien cette saison. Des Dijonnais pourtant renforcés par le retour de Miroslav Kristín et l'arrivée, courant novembre, de deux Slovaques expérimentés (Branislav Kvetan et Peter Trokan). Trois renforts qui ont accru le potentiel d'un DHC longtemps invaincu dans sa nouvelle configuration. Mais désormais en quête d'un second souffle.

S'il sait que ses hommes peuvent difficilement rivaliser face à l'équipe "la plus physique du championnat" selon lui, Daniel Maric sait également que le DHC n'est jamais aussi fort qu'en position d'outsider. Ce qui est le cas après le succès spinalien du lendemain de Noël.

Vainqueurs ce soir-là grâce à une meilleure gestion de situations spéciales, les Dauphins reprennent là où ils en étaient restés. Sur sa première incursion, Petrák est accroché par Mrena (01'03"). Le jeu de puissance tarde à se mettre en place et lorsqu'il y parvient, Plch, de la pointe, trouve Boisclair dans l'enclave, qui reprend instantanément. Malgré l'angle fermé, Božík est battu (1-0 à 02'01").

"Andy" Mrena, indirectement coupable sur ce coup, se rattrape sur la première supériorité numérique dijonnaise. Son lancer de la bleue, repoussé par Lacasse, profite à un Kristín surgissant sur la droite du gardien (1-1 à 08'28"). Ce mauvais rebond est rattrapé dans la foulée face à Dugas, parti en break suite à une relance hasardeuse de Papelier (10'30").

Les hommes de Santino Pellegrino assurent une présence régulière aux avant-postes durant tout ce premier tiers, se montrant donc les plus dangereux. Mais pas les plus efficaces, la faute à un Božík des grands soirs. Comme sur ce slap de Mäntylä repoussé tant bien que mal  (19e) ou encore cette montée d'un Boisclair plus entreprenant que jamais. D'une astucieuse remise, le Canadien d'origine haïtienne trouve Mäntylä, qui s'en va buter sur un solide Božík (19e). Qu'on se le dise, Maxime Boisclair réussit son match le plus abouti depuis son arrivée dans la Cité des Images et pèse autrement sur le jeu que par ses retentissantes mises en échec dans une rencontre il est vrai très pauvre en défi physique. Mais pas en suspens !

Des Ducs "petits bras"

Car Trokan, lancé dans l'intervalle côté gauche par Sadoun, vise juste, c'est à dire entre les bottes de Lacasse, pour donner l'avantage aux visiteurs (1-2 à 23'27"). Un but largement évitable pour le gardien canadien des Dauphins, qui se reprend vite sur une rapide entrée de zone de Yanick Riendeau. Ce dernier lance Nicolas Ritz dans un duel singulier paré du bouclier (27'09"). Riendeau remet ça, en fin d'infériorité cette fois, piquant un sprint côté droit pour décaler Kristín à l'opposé. Une action remarquable par sa vitesse d'exécution... mais gâchée par la reprise dévissée du Slovaque (33e).

Deux actionDecockThomass symptomatiques d'un manque criant d'efficacité. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : quinze tirs pour les Ducs dans cette période, huit seulement pour leurs hôtes... pour un but chacun. Oui, car il suffit d'un palet bêtement perdu en zone défensive pour que Chassard, en contre, ne s'en aille viser la lucarne opposée (2-2 à 36'13"). Ce contre tombe à point nommé pour les locaux, jusque-là empêtrés dans le faux rythme dijonnais.

Mojmir Božík ressort sa panoplie de grand gardien au retour des vestiaires. Qu'il repousse acrobatiquement le slap de Fabien Leroy (40'49") ou qu'il sorte une mitaine plus conventionnelle devant Jan Hagelberg à bout portant (41e), le Slovaque montre d'étonnants réflexes. Pourtant, Boisclair finit par en venir à bout après un bon travail préparatoire de Chassard (3-2 à 42'12"). Un but "de raccroc" supplémentaire pour Boisclair, à qui Dijon semble particulièrement convenir. En effet, "Max la Menace" signe-là sa septième réalisation en quatre confrontations avec les Ducs cette saison !

Ce maigre avantage, Épinal va devoir le préserver par tous les moyens. Et la récurrente maladresse des Ducs dans le dernier geste les y aide bien ! L'ICE n'est guère plus inspirée en powerplay, où Pellegrino va même jusqu'à simultanément aligner quatre défenseurs de métier. Fabien Leroy, Stéphane Gervais, Jan Hagelberg et Benoît Quessandier, sachant que les deux derniers sont utilisés comme attaquants en forces égales...

Daniel Maric a lui ce soir opté pour une retouche incessante de ses trios offensifs, positionnant parfois Kristín et Riendeau, ses deux meilleures individualités, aux côtés de Stephen Dugas. Quand Thomas Decock ou Anthony Guttig ne remplacent pas leur capitaine au centre. Cette tactique n'est guère payante puisque ses troupes, inefficaces en supériorité numérique, voient le temps tourner en leur défaveur. Et vont plus d'une fois laisser passer leur chance. La mitaine de Lacasse ne tremble pas devant Dmytruk à bout portant (58e). Et que dire de ce raté monumental de Thomas Decock, plus prompt à jaillir sur un rebond d'Andrej Mrena mais incapable de glisser la rondelle dans une cage apparemment ouverte (59e).

Le dernier acte, haché par les pénalités, va bientôt rendre son verdict. Et confirmer l'actuelle hégémonie vosgienne sur ce "derby de l'Est". Mais pas avant un dernier but de Ján Plch, dans une cage vidée de son occupant (4-2 à 59'07").

Avec plus de réussite, Dijon aurait pu ramener au moins un point de son déplacement lorrain. Au lieu de ça, les coéquipiers de Peter Strapatý voient un de leurs concurrents directs creuser l'écart au classement. Privés de Mathias Arnaud (et donc de leur principale source d'énergie), les "jaune et bleu" peuvent nourrir certains regrets. Surtout qu'au tiers médian, leur défense prenait lentement, mais sûrement l'ascendant sur une attaque emmenée par sa deuxième ligne... et non par son fameux duo Plch-Petrák, qui n'a pas eu son rayonnement habituel !

De nouvelles perspectives

Qu'à cela ne tienne, les Dauphins ont engrangé douze points sur quatorze possibles (depuis novembre) et s'affirment comme de sérieux prétendants au top 5. Voire plus si affinités. Tout n'a pourtant pas été parfait ce soir mais gagner sans convaincre, n'est-ce pas la marque d'une grande équipe ?


Épinal - Dijon 4-2 (1-1, 1-1, 2-0)
Jeudi 30 décembre 2010 à 18h30 à la patinoire provisoire de Poissompré. 350 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colléoni assisté de Jérémy Rauline et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Épinal 16' (2', 6', 8') ; Dijon 16' (4', 4', 8').
Tirs : Épinal 34 (18, 8, 8) ; Dijon 35 (10, 15, 10).

Évolution du score :
1-0 à 02'01" : Boisclair assisté de Plch et Petrák (sup. num.)
1-1 à 08'28" : Kristín assisté de Mrena et Riendeau (sup. num.)
1-2 à 23'27" : Trokan assisté de Sadoun et Decock (sup. num.)
2-2 à 36'13" : Chassard assisté de Šimko et Petrák
3-2 à 42'12" : Boisclair assisté de Chassard et Kuuluvainen
4-2 à 59'07" : Plch assisté de Boisclair et Kuuluvainen (cage vide)

 

Épinal

Gardien : Loïc Lacasse.

Défenseurs : Niko Mäntylä - Fabien Leroy ; Peter Slovák - Guillaume Papelier ; Jan Hagelberg - Stéphane Gervais.

Attaquants :  Ján Šimko - Michal Petrák (A) - Ján Plch (A) ; Timo Kuuluvainen - Maxime Boisclair - Guillaume Chassard (C) ; Benoît Quessandier - Nathan Ganz [ou Erwan Agostini à partir de 25'] - Kévin Benchabane [puis Tarik Chipaux].

Remplaçants : Mathieu Perrin (G), Jonathan Gury, Anthony Rapenne.

Dijon

Gardien : Mojmir Božík [sorti de sa cage de 58'39" à 59'07" et de 59'23" à 60'00"].

Défenseurs : Andrej Mrena (A) - Michael Steiner ; Branislav Kvetan - Rob Dmytruk ; Rob Jarvis - Peter Strapatý.

Attaquants : postes tournants, combinaisons de centres [Anthony Guttig (A) ; Stephen Dugas (C) ; Peter Trokan] et d'ailiers [Thomas Decock ; Yanick Riendeau ; Miroslav Kristín ; Nicolas Ritz ; Loïc Sadoun ; Julien Tiphaigne].

Remplaçants : Andy Foliot (G), Pierre Sanchez. Absents : Mathias Arnaud (genou), Gabriel Da Costa (blessé, saison terminée).