République Tchèque - Russie (Mondial U20, poule B)

Le dernier toast de l'année

2010-12-31-Russie-Tcheque-junAprès le réveillon, on entre parfois dans la nouvelle année avec la gueule de bois. C'est le cas des supporters canadiens, qui ont acheté la majorité des billets de ce Mondial junior "américain". Ils se sont enivrés d'un match au sommet plein de bulles contre la Suède (5-6 aux tirs au but), mais en ressentent les effets secondaires : comme la première place de poule leur échappe, ils perdent la qualification directe et devront d'abord jouer un quart de finale contre la Suisse. Mais surtout, les États-Unis les attendent en demi-finale pour un match au sommet anticipé par rapport aux prévisions.

Les Européens se disputeront donc l'autre place en finale : la Suède jouera contre le vainqueur du match entre la Suède et... le dernier qualifié, la Russie ou la République Tchèque, qui s'affrontent en clôture pour la troisième place de leur groupe. Le gagnant pourra rêver du titre, le perdant devra jouer pour le maintien. Les mots "Russie" et "poule de relégation" n'ont jamais été accolés ensemble dans quelque compétition que ce soit, chez les seniors ou chez les juniors. Cela ferait l'effet d'un séisme que certains prédisent ici, peu convaincus par le manque de jeu collectif des Russes.

Il s'agit du dernier match de hockey sur glace de l'année, toutes compétitions confondues ! À l'heure du coup d'envoi (19h00 heure locale), on est déjà en 2011 en République Tchèque comme en Russie. C'est même déjà le petit matin à Novosibirsk, terre natale du prodige russe Vladimir Tarasenko. Un Tarasenko qui ne met que 43 secondes pour porter le premier toast. Il passe de derrière la cage à Valuiski qui tire à mi-hauteur du poteau gauche. À quelques centimètres près, c'était le but imparable !

Moins talentueux, les Tchèques pratiquent un jeu direct avec une grosse activité de grattage. Et ce sont eux qui ouvrent le score sur une action typiquement nord-américaine : on envoie au fond, on gagne le palet dans la bande et on lance dès que possible vers la cage. Ce que cherche Jakub Orsava par son tir excentré, c'est juste un rebond. Avec le palet qui arrive d'un côté et l'attaquant tchèque de l'autre, le défenseur Andrei Sergeev ne sait plus où donner de la tête et se fait dribbler comme un pylône. Orsava se présente face au gardien, a le temps de préparer un premier tir assez peu précis, puis récupère le rebond, se met sur son revers et marque à la seconde tentative (1-0, 01'53").

2010-12-31-Russie-Tcheque-jun2La réaction est immédiate : la quatrième ligne russe travaille un peu plus, et Panarin provoque une  faute de Reznicek dans la bande. La supériorité numérique est aussitôt transformée par un missile de la ligne bleue de Dmitri Orlov qui passe au-dessus de l'épaule droite du gardien (1-1, 02'57"). Berdyukov accroche Hlinka qui l'a dribblé, mais les Russes, bien plus actifs désormais, se dégagent inlassablement en infériorité. Sitôt la pénalité terminée, Burdashov part à deux contre un, mais sa passe est contrée par la crosse de Planek. Le problème, c'est que Holik n'arrive pas ensuite à contrôler ce palet, et Dvurechenski peut donc lancer à la cage. Mazanec ne fait que freiner ce palet qui file tout doucement entre ses jambières, avant qu'Evgeni Kuznetsov - photo de gauche - ne finisse le travail dans son dos (1-2, 6'23").

Les quatre supporters russes dans les tribunes, dont un avec un maillot du Sibir et deux avec des maillots des Krylia Sovietov, exultent. Ils ont de quoi. Lorsque Vladimir Tarasenko commence à s'infiltrer en dribblant dans l'enclave, toute la défense se resserre autour de lui. Il peut alors libérer côté gauche Denis Golubev, qui avait initié l'action en gagnant un duel dans le coin de sa zone défensive face à Straka, et qui la conclut en angle fermé (1-3, 8'30").

Les deux équipes se livrent ensuite à un étonnant échange de courtoisie : à un surnombre tchèque répond une minute plus tard... un surnombre russe pendant la supériorité ! Voilà qui est inédit. Les Russes prouvent ainsi qu'ils s'installent même à quatre contre quatre : Sobchenko sort le palet du coin vers le défenseur Dmitri Orlov qui s'est avancé pour un lancer à mi-distance. Il ne trouve que le poteau mais Tarasenko est à la retombée du palet (1-4, 10'48")

2010-12-31-Russie-Tcheque-jun3On voit mal comment les Tchèques vont revenir au vu de la faiblesse dont ils font preuve en supériorité numérique. Pourtant, dès le début du deuxième tiers-temps, Petr Straka, laissé libre dans le slot, prend le rebond d'un tir de la bleue de Nestrasil (2-4, 22'33"). Un espoir de retour vite gâché : Jerabek accroche Orlov une minute plus tard, et le jeu de puissance russe est supérieur en maîtrise technique. Ce qui lui permet de conclure, c'est cependant le travail d'écran de Sergei Kalinin pendant le lancer axial de la bleue de Georgi Berdyukov. Les blancs transforment même un second avantage numérique d'affilée : Danil Sobchenko, venu de derrière la cage, est le premier au rebond d'un tir du cercle droit de Tarasenko et  peut lever le poing - photo de droite (2-6, 26'28"). Le gardien Marek Mazanec sort alors, même si ces deux derniers buts en infériorité lui sont moins imputables que les premiers.

Le gardien de Plzen finit le match au chaud - photo ci-dessous à gauche. Pour son baptême du feu,  son remplaçant Filip Novotny se voit "offrir" par ses coéquipiers un breakaway d'Evgeni Kuznetsov. Il réussit à le parer du bouclier, mais ne fait que retarder l'échéance. Un but-gag l'attend : une passe russe de Bocharov destinée au second poteau est déviée malencontreusement par la crosse d'Orsava, sur le patin gauche de son propre gardien en grand écart. Ceci dit, quand la passe arrive à destination, la conclusion est la même : Kitsyn fusille Novotny entre les bottes sur passe de Kuznetsov (2-8, 31'00").

2010-12-31-Russie-Tcheque-jun4Dix buts en un peu plus d'une moitié de match, on frise l'indigestion de fin d'année ! Ensuite, les Russes digèrent. Les Tchèques poursuivent leurs efforts jusqu'à la fin et parviennent à grignoter un but, à cinq contre trois. Michal Hlinka marque dans le haut du filet en reprenant dans le cercle droit une belle passe croisée de Martin Frk (3-8, 51'01").

On a pu croire à une victoire de la République Tchèque, grâce à son activité offensive et à son ouverture du score précoce. Mais, trop indisciplinée, elle a accumulé les buts en infériorité, comme tout au long du tournoi (2-7 contre le Canada et 3-6 contre la Suède, après avoir à chaque fois marqué le premier but). Les lignes étaient désorganisées entre avants et arrières, la défense dépassée, et les gardiens ont sombré en même temps. La poule de maintien ne s'annonce pas si facile. Certes, les Tchèques ont déjà le bénéfice de leur victoire sur la Norvège, mais c'est l'adversaire le plus faible. Le prochain match qui s'annonce capital sera contre l'Allemagne, qui avait battu cette même génération chez les moins de 18 ans.

Quant aux Russes, ils sont fidèles à eux-mêmes : talentueux, rapides, et souvent imprévisibles. Quand on leur laisse des espaces autant d'espaces que ce soir, ils se régalent. On peut compter sur la Finlande pour leur proposer une opposition plus serrée.

Désignés joueurs du match : Michal Hlinka poour la République Tchèque et Danil Sobchenko pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Marek Mazanec (gardien de la République Tchèque) : "Nous sommes bien partis, mais ensuite nous avons pris des pénalités et nos buts viennent de là. Soudainement nous avons été submergés. Nous avons fait des erreurs en défense, je n'ai rien attrapé. En bref, tout allait mal. Je ne me suis jamais senti aussi démuni dans la cage. Les Russes venaient à 3 contre 2, à 2 contre 1, ils avaient le but ouvert. C'était vraiment dur. Nous avons échoué contre trois adversaires forts, maintenant il faut battre les Allemands et les Slovaques. Mieux vaut oublier ce match rapidement."

Jakub Jerabek (capitaine de la République Tchèque) : "Je ne sais pas quoi dire. C'est toujours la même chanson. Nous menons au score, nous prenons des pénalités, puis les adversaires marquent. C'est dans nos têtes, nulle part ailleurs. Cela ne doit pas arriver, nous avons voulu en marquer d'autres après le premier but. Nous étions à trois ou quatre près du but adverse, donc les Russes ont pris le palet et sont partis en breakaway ou en 2 contre 1. Ils sont si expérimentés et talentueux que la punition vient vite. Bien sûr, j'ai crié dans le vestiaire à la pause, mais en vain. Les matches pour le maintien sont très difficiles psychologiquement, cette année ce sera au moins 50% plus dur que l'an passé."

 

République Tchèque - Russie 3-8 (1-4, 1-4, 1-0)
Vendredi 31 décembre 2010 à 19h00 à la Dwyer Arena de Niagara (USA). 1400 spectateurs.
Arbitrage de Jari Levonen (FIN) et Patrik Sjöberg (SUE) assistés de Jozef Tvrdon (SVK) et Daniel Winge (SUE).
Pénalités : République Tchèque 18' (6', 6', 6'), Russie 36' (6', 8'+10', 12').
Tirs : République Tchèque 34 (15, 9, 10), Russie 29 (11, 10, 8).

Évolution du score
1-0 à 01'53" : Orsava assisté de Hlinka et Holik
1-1 à 02'57" : Orlov assisté de Tarasenko et Sobchenko (sup. num.)
1-2 à 06'23" : Kuznetsov assisté de Burdasov et Dvurechenski
1-3 à 08'30" : Golubev assisté de Tarasenko et Panarin
1-4 à 10'48" : Tarasenko assisté d'Orlov et Sobchenko
2-4 à 22'33" : Straka assisté de Nestrasil et Jerabek (sup. num.)
2-5 à 24'28" : Berdyukov assisté de Kitsyn et Kuznetsov (sup. num.)
2-6 à 26'28" : Sobchenko assisté de Tarasenko et Orlov (sup. num.)
2-7 à 30'22" : Panarin assisté de Golubev et Bocharov
2-8 à 31'00" : Kitsyn assisté de Kuznetsov et Berezin
3-8 à 51'01" : Hlinka assisté de Frk (sup. num.)


République Tchèque

Gardien : Marek Mazanec puis Filip Novotny à 26'28".

Défenseurs : Dalibor Reznicek - Jakub Jerabek (C) ; Petr Senkerik - Oldrich Horak ; Bohumil Jank - Martin Planek ; Adam Sedlak.

Attaquants : Jakub Culek - Roman Horak - Petr Straka ; Tomas Rachunek - Antonin Honejsek - Andrej Nestrasil (A) ; Jakub Orsava - Michal Hlinka (A) - Petr Holik ; Robin Soudek - Martin Frk.

Remplaçants : David Tuma, Ondrej Palat (palet dans le visage contre le Canada).

Russie

Gardien : Dmitri Shikin.

Défenseurs : Yuri Urychev - Dmitri Orlov (A) ; Nikita Pivtsakin - Georgi Berdyukov ; Andrei Sergeyev - Maksim Berezin ; Maksim Ignatovich.

Attaquants : Semyon Valuiski - Danil Sobchenko - Vladimir Tarasenko (C) ; Maksim Kitsyn - Evgeni Kuznetsov - Sergei Kalinin ; Anton Burdasov - Artyom Voronin - Nikita Dvurechenski (A) ; Artemi Panarin - Denis Golubev - Stanislav Bocharov.

Remplaçant : Igor Bobkov (G). Absent : Nikita Zaitsev (blessé à la main).