Canada - États-Unis (Mondial U20, Demi-finale)

C'est la finale tant attendue... sauf que le faux-pas canadien face à la Suède place le match en demi-finale. Les Canadiens ont dû passer par un quart de finale face à la Suisse, facilement remporté malgré un match monstre du gardien Benjamin Conz.

2011-01-03-MondialjuniorRevanchards, les Canadiens ? Et comment ! la défaite en prolongation sur un but de John Carlson l'an dernier est encore dans toutes les têtes... En face, les Américains veulent confirmer, à domicile : plusieurs joueurs ont vécu la finale 2010 et savent donc à quoi s'attendre. Enfin, à domicile, c'est vite dit ! Une marée rouge occupe les travées de la HSBC Arena de Buffalo... C'est la mobilisation générale, Steve Yzerman lui-même rendant visite aux jeunes pousses avant le match.

Un absent côté canadien, l'ailier Jaden Schwartz. Autres curiosités du jour, Marcus Foligno, né à Buffalo, affronte le pays pour lequel a joué son frère Nick. Plus déroutant, 3 autres Canadiens sont nés chez le voisin : Sean Couturier (Phoenix), Curtis Hamilton (Tacoma) et Dylan Olsen (Salt Lake City)... Olsen, qui jouera face à son équipier de Denver Justin Faulk, vient d'ailleurs de signer avec les Blackhawks de Chicago et passe pro à mi-saison. En face, Brock Nelson et Jeremy Morin sont de retour de blessure.

Mark Visentin est confirmé au poste de gardien et vivra son premier vrai test : la Norvège et la Suisse l'ont peu sollicité, mais comme Olivier Roy a déçu face aux Suédois, il a sa chance avec 52 arrêts sur 54 tirs dans ce tournoi. L'Américain Jack Campbell, champion U18 et U20 et 1er choix de draft, mène le tournoi avec 4 victoires et 95,6% d'arrêts...

Le Canada impose sa marque

hamilton_goal24 joueurs choisis au 1er tour des dernières draft NHL, il va y avoir du talent sur la glace. Le rythme est tout de suite élevé, aucune équipe ne parvenant à garder le disque très longtemps. Une partie d'échec ponctuée de quelques chyrges appuyées. Une énorme erreur américaine va cependant lancer la partie. Le disque est mal sorti sur une percée de Brayden Schenn le long de la bande, et Cody Eakin trouve Curtis Hamilton tout seul au cercle gauche. Il patiente devant Jack Campbell qui fait le premier arrêt mais ne peut rien faire sur le rebond cage ouverte, malgré une défense désespérée de Jon Merrill (1-0, 2'38", photo). Hamilton, victime de deux fractures de la clavicule la saison dernière, explose. Une erreur de placement fatale qui contraint les blancs à l'attaque. Ils se découvrent, et Sean Couturier manque le break en contre face à Campbell. En face, Mark Visentin joue beaucoup le palet à la crosse, et prend parfois des risques : il faut un retour de Schenn pour sauver la situation.

Les Américains prennent le contrôle du palet face à une équipe canadienne plus attentiste et très physique, à l'instar de Quinton Howden qui renvoie Jérémy D'Amigo sur son banc. Réplique immédiate mais l'avantage reste de 12-7 en mises en échec après 9 minutes... Côté tirs, Ryan Ellis, recordman de passes pour le Canada, mène le jeu vers un tir de Louis Leblanc, puis une déviation et une percée de Carter Ashton, sortis par Campbell. Le gardien sort aussi un revers de Ryan Johansen, le maître des mises au jeu dans ce tournoi et qui reste sur un match exceptionnel contre la Suisse.

howden_goalLe palet vole d'une crosse à l'autre dans cette partie jouée à 100 à l'heure. Le Canada, plus solide, exploite parfaitement ses contres. Un 3 contre 2 est lancé par Visentin et Brett Connolly déborde à droite, centre fort pour Quinton Howden, qui dévie juste devant le gardien (2-0, 13'54", photo). Les Rouges frôlent encore le but sur un 2 contre 1, Zack Kassian trouvant Johansen pour un tir hors cadre.

Les Américains sont privés de solutions offensives, étant trop souvent contraints à jeter le palet au fond, où Visentin se régale. Campbell, lui, est plus occupé, avec un nouvel arrêt sur un lancer plein axe de Casey Cizikas. Johansen, en technique, se crée ensuite un 3 contre 2 mais Kassian, bien décalé, ne parvient pas à reprendre face à Campbell, son coéquipier de Windsor. Pas mieux pour le 3e Spitfire, Ryan Ellis, qui allume son gardien habituel de la bleue. La meilleure chance américaine revient à Ryan Bourque, servi juste devant le but après un bon travail dans le coin. Trop peu trop tard, et les Canadiens virent en tête à la pause. Plus physiques, plus précis et plus créatifs, ils n'ont pas volé leur avance face à une formation américaine empruntée, qui a peiné à franchir le rideau défensif adverse et s'est donc heurtée aux talents de Mark Visentin dans la relance à la crosse.

Consolidation

La reprise se fait sur la même vitesse d'exécution, et le même schéma : un Canada solide derrière et qui explose rapidement en contre. Sur l'un de ces contres, Campbell gèle le disque mais Howden survient pour jouer le coup : 2 minutes. Les blancs poussent, et Visentin s'emploie devant Derek Forbort puis Nick Bjugstad au rebond. À la dernière seconde du jeu de puissance, Charlie Coyle se rend coupable d'une crosse haute et les Canadiens s'installent en supériorité. Ils restent sur un 9/20 dans cet exercice et obtiennent rapidement un 5 contre 3 avec une faute de Patrick Wey, qui bloque son adversaire sur un centre de Schenn. Le pivot des Kings de Los Angeles orchestre le jeu : Campbell sort un tir d'Ellis, puis vole Ryan Johansen stationné dans l'enclave. Le pivot de Portland n'échoue pas deux fois : il se pose en écran et convertit immédiatement le rebond du tir puissant de Ryan Ellis plein axe (3-0, 25'59"). Johansen, totalement inconnu avant la saison dernière, explose au plus haut niveau depuis un an et confirme dans ce tournoi qu'il est l'un des hommes forts canadiens, avec Ellis, Schenn et Gudbranson.

johansen_goalLes Américains, sonnés, tuent le reste de la pénalité mais sont au fond du trou. Ils paraissent manquer de rythme, après un premier tour plutôt facile. Les Canadiens, surmotivés, sont rentrés dans le tournoi plus vite avec un groupe difficile, et sont restés dans le tempo avec ce quart face à la Suisse. Le public, majoritairement canadien, entame la première "ola" du jour...

Avec 22 tirs à 11, l'avantage est net ; le 23e est presque au fond puisque Sean Couturier se présente seul face à Campbell, le met au sol mais trouve la botte du gardien. Campbell sauve son camp devant Couturier et Connolly dans la continuité, maintenant son équipe à la dérive dans le match. Héroïque, il repousse encore une énorme action de Kassian et Foligno. Le rythme retombe enfin dans les dernières minutes, alors que les Américains tentent de reprendre la direction du jeu. Ils finissent même par obtenir une pénalité contre Calvin De Haan. John Merrill reprend de volée du cercle droit, puis Charlie Coyle tente une déviation dans l'enclave : Mark Visentin brille et la pénalité est tuée, avec un bon travail de Cizikas, Després et Barrie. La période s'achève sur ce net avantage : 3-0, sans contestation possible. Et l'addition aurait pu être bien plus lourde sans Jack Campbell...

Casser les temps forts

kassian_goalPas évident de reprendre à domicile, mais devant un public hostile, avec 3 buts de retard. Pire, la première occasion revient aux rouges, avec Johansen-Kassian vers Foligno lancé. Les Américains essaient d'accélérer avec Bjugstad, et Palmieri, sans réussite. Ils essaient d'appuyer physiquement, avec une charge limite de John Ramage sur Casey Cizikas. Puis, Chris Brown perce dans l'axe et trouve Visentin. Rien n'y fait... et les Rouges répliquent, avec une sévère charge de Foligno ET Kassian sur Nelson, envoyé sur le banc canadien ! Puis, c'est De Haan qui expédie un missile de la bleue, bloqué par Campbell. Sur l'action, une pénalité est appelée contre Carter Ashton. Chris Kreider tente de menacer Visentin, qui sort un tour de cage. Morin dévie un centre venu de la gauche, juste au-dessus, pour une très belle occasion. C'est le temps fort américain.

Mais les Canadiens tuent la pénalité, et, alors que Ashton revient sur la glace, Kassian profite d'un changement de ligne pour partir dans le dos de la défense et fusiller Campbell ras glace (4-0, 46'02", photo ci-dessus). Un but en plein dans la domination américaine, stérile pour cause de gardien en feu. Visentin vole encore un beau lancer du cercle de Kreider avec une mitaine spectaculaire...

Le match parait plié, malgré une pénalité canadienne. Johansen, pris de vitesse par Coyle dans la neutre, sort pour accrocher. Cette fois, le jeu de puissance des Blancs paie. De Haan freine un tir de Morin du gant et Chris Brown surprend Visentin en reprenant le palet de volée (4-1, 49'37", photo ci-dessous). 

brown_goal

La tension remonte progressivement, surtout lorsque Coyle est puni pour un dégagement au dessus du plexiglas. Les Canadiens peuvent enfoncer le clou avec leur jeu de puissance efficace. Campbell s'en sort, mais la meilleure chance revient à Emerson Etem en contre : l'ailier fait parler sa vitesse, parvient à se défaire du marquage mais échoue sur Visentin. Sur le retour à cinq, Ashton décolle, résiste à Forbort, repique au but mais Campbell contrôle le disque pour son 34e arrêt du match. Visentin n'est pas en reste, devant Jason Zucker notamment. Les minutes s'égrennent devant un public déjà debout et qui fête déjà sa victoire. 4-1 score final et 10e finale consécutive pour le Canada.

Plus physique et plus appliqué, le Canada a su imposer son style aux Américains. Empruntés et battus dans les duels, incapables d'entrer en zone offensive à cause du jeu à la crosse de Visentin, les Américains n'ont commencer à trouver la clé qu'au 3e tiers, et encore... bien trop tard. Le score aurait pu être bien plus lourd sans les 37 arrêts de Campbell.

Désignés joueurs du match : Jack Campbell (États-Unis) et Mark Visentin (Canada).

Commentaires d'après-match :

Jack Campbell (gardien des États-Unis) : "Il n'y a pas grand chose à dire. Le Canada a sorti son meilleur match. C'est vraiment décevant. Je ne pense pas qu'un seul joueur de notre équipe puisse sortir du vestiaire en disant qu'il a joué son meilleur match, moi compris. Je n'ai jamais vécu ça. Avec Jason Zucker, on parlait de remporter notre 4e titre de suite. Mais d'être ainsi verrouillés par une grande équipe canadienne, c'est vraiment rageant."

Ryan Johansen (attaquant du Canada) : "La chose la plus importante : nos supporters étaient là pour nous. Pendant l'échauffement, c'était assourdissant. On savait que notre pays était derrière nous, c'était vraiment un rand moment."

Ryan Ellis (défenseur du Canada) : "C'est probablement le match le plus complet que j'ai jamais joué. Mon équipe était brillante ce soir. Il y avait une très bonne équipe en face, mais on était sur une autre planète. Perdre l'année dernière nous a fait souffrir. Tout le monde nous a critiqué dans les médias, critiquant le manque de talent, que l'on était pas favoris. C'était finalement motivant que les gens doutent de nous. Il ne faut jamais nous sous-estimer. Je suis juste fier des gars."

 

États-Unis - Canada 1-4 (0-2, 0-1, 1-1)
Lundi 3 janvier 2011, HSBC Arena de Buffalo (USA), 18690 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Jari Levonen (FIN) assistés de Mikko Kekalainen (FIN) et Felix Winnekens (ALL).
Tirs : États-Unis 23 (5, 10, 8), Canada 41 (12, 16, 13)
Pénalités : États-Unis 6' (0', 4', 2'), Canada 8' (0', 4', 4').

Évolution du score
0-1 à 02'38" : Hamilton assisté de Eakin
0-2 à 13'54" : Howden assisté de Connolly et Visentin
0-3 à 25'59" : Johansen (double sup. num.)
0-4 à 46'02" : Kassian assisté de De Haan
1-4 à 49'37" : Brown assisté de Morin et Leddy (sup. num.)
 

Canada

Gardien : Mark Visentin

Défenseurs : Dylan Olsen - Ryan Ellis ; Jared Cowen - Tyson Barrie ; Simon Després - Erik Gudbranson ; Calvin De Haan.

Attaquants : Curtis Hamilton - Brayden Schenn - Cody Eakin ; Marcus Foligno - Ryan Johansen - Zack Kassian ; Carter Ashton - Casey Cizikas - Louis Leblanc ; Quinton Howden - Sean Couturier - Brett Connolly.

Remplaçant : Olivier Roy (G).

États-Unis

Gardien : Jack Campbell

Défenseurs : John Ramage - John Merrill ; Brian Dumoulin - Justin Faulk ; Nick Leddy - Derek Forbort ; Patrick Wey.

Attaquants : Chris Kreider - Charlie Coyle - Kyle Palmieri ; Ryan Bourque - Nick Bjugstad - Jeremy Morin ; Jeremy D'Amigo - Brock Nelson - Emerson Etem ; Jason Zucker - Drew Shore - Chris Brown ; Mitch Callahan.

Remplaçant : Andy Iles (G).