Canada - Russie (Mondial U20, finale)

La plus incroyable des finales

2011-01-05-Canada-Russie0Ce championnat du monde junior a d'ores et déjà battu le record d'affluence pour un tournoi aux États-Unis. Le total de spectateurs des Jeux Olympiques de Salt Lake City a été pulvérisé dès les demi-finales, pour un nombre de rencontres pourtant moins important. Bien sûr, la contenance de la patinoire de Buffalo participe à l'explication, avec ses quinze mille places, mais il ne faut pas oublier que plus d'un tiers des matches se sont joués dans une petite patinoire universitaire de deux mille places.

Le plus important, c'est quand même de remplir les salles, et à ce titre, rien ne vaut la proximité de la frontière canadienne. Même les formalités administratives - les Canadiens doivent depuis quelques années avoir un passeport pour entrer aux États-Unis - n'ont pas dissuadé les passionnés de hockey de venir assister à leur compétition favorite. Le Canada adore le Mondial junior... surtout le happy end. Il a participé aux dix dernières finales (!), et a gagné cinq des six dernières. En demi-finale, les Canadiens ont écarté avec une certaine insolence l'équipe "locale".

2011-01-05-Canada-RussieLes Canadiens sont chez eux dans ce tournoi, sur la glace comme dans les tribunes. La seule équipe à pouvoir gâcher leur rêve, c'est la Russie, qui n'a plus gagné depuis la génération Ovechkin en 2003. Pour la première fois, le match est retransmis en direct sur la première chaîne russe... en pleine nuit évidemment.

Le Canada est bien sûr favori. Sa défense est la plus forte, et son gardien semble en forme : Mark Visentin a détrôné son aîné Olivier Roy grâce à ses 96% d'arrêts lors de ses titularisations.

L'équipe de Russie a prouvé sa force mentale en remontant une situation compromise en toute fin de match face aux Finlandais et aux Suédois, mais elle n'a pas encore prouvé sa force physique. Les nordiques ont peu utilisé cet aspect du jeu, alors que le Canada met tout de suite des mises en échec... mais en reçoit aussi. Les Slaves se montrent prêts au défi physique. Zaïtsev, qui ne jouait plus à cause d'une blessure au poignet, revient sur la glace malgré la douleur.

La première occasion est russe après quatre minutes de jeu. Evgeni Kuznetsov remonte toute la glace en dribblant, il s'enferme mais Sergei Kalinin enchaîne par un tir en pivot. Les Russes continuent de garder le palet, et Kalinin manque une cage ouverte au rebond d'un nouveau tir de Kuznetsov... Mais sur la contre-attaque, Marcus Foligno passe à Ryan Johansen dans le dos de Georgi Berdyukov qui accroche.

2011-01-05-Canada-Russie2Le meilleur powerplay du tournoi entre donc en scène, avec un système très clair avec une circulation de palet parfaite : De Haan est à la pointe, Johansen et Kassian sont devant la cage, pendant que Schenn dans le cercle droit et Ryan Ellis dans le cercle gauche cherchent la passe transversale, dans un sens ou dans l'autre. Passe n°1 : mal contrôlée par Ellis. Passe n°2 : lancer de Schenn. Passe n°3 : one-timer d'Ellis - photo de gauche (1-0, 04'50"). Trois fois le même schéma, et la Russie n'a pas réagi.

Les Canadiens continuent sur leur lancée : Shikin repousse du bout de la botte un dangereux revers de Zack Kassian, puis voit deux fois le très rapide Cody Eakin se présenter seul en venant de sa droite : il reçoit d'abord le palet dans son élan pour déborder Uryshev, puis bénéficie d'une passe de Schenn qui a récupéré en zone neutre un palet mal contrôlé par Sobchenko.

Cette dernière action s'intercale cependant entre deux grandes occasions russes. D'abord, un tir de Tarasenko est dévié par une crosse canadienne et touche la transversale. Ensuite, Jared Cowen, trop personnel, perd le palet en zone neutre et permet à Kuznetsov de s'échapper... mais son collègue défensif Tyson Barrie revient contrer ce palet dans la crosse adverse en plongeant. Il ne fait tomber le Russe qu'après, et l'arbitre écarte donc les bras. Il fallait un certain sang-froid pour réussir ce geste défensif qui, s'il avait été raté, pouvait valoir un tir de pénalité.

2011-01-05-Canada-Russie1La Russie semble donc mieux finir ce tiers... mais à quatorze secondes de la sirène, Carter Ashton domine physiquement Sergueïev, se débarrasse de son marquage d'un une-deux avec Leblanc, et place un tir magnifique dans le haut du filet en angle fermé (2-0, 19'46"). Le coup de massue parfait.

Dans le vestiaire, Valeri Bragin pique une colère et casse sa tablette. La Russie doit rester disciplinée pour espérer revenir. Une obstruction d'Uryshev sur Foligno est un mauvais signe, même si elle n'induit pas de dégâts immédiats. À cinq contre cinq, cependant, Cody Eakin, petit gabarit doté d'une énergie inépuisable, gagne le palet en zone neutre, passe la bleue et envoie au fond. Schenn gratte le palet devant Orlov, puis Eakin bloque Uryshev avec une mise en échec : Foligno peut alors centrer sur Schenn laissé seul au second poteau par le centre russe Sobchenko qui a patiné vers l'avant au moment où Urychev a en fait perdu le palet (3-0, 26'27").

Dmitri Shikin, le moins coupable des six joueurs blancs sur la glace lors de cette action, est sorti du jeu. Le grand gardien Igor Bobkov, seul joueur russe à évoluer en junior majeur au Canada, entre alors en jeu. Il espère une revanche, lui qui avait perdu sa place à cause des six buts en ouverture contre ce même adversaire. Mais ses premiers instants sont difficiles. Les rouges poussent tellement fort qu'il ne sait plus où donner de la tête : Berdyukov le sauve en plongeant devant un tir en cage ouverte de Foligno. Une crosse haute de Voronin au visage d'Ellis n'annonce rien de bon. Tarasenko ne s'y fie pas et envoie Sobchenko en breakaway d'une passe contre la bande, mais Mark Visentin fait se lever le public par un arrêt-mitaine à bout portant - photo de droite.

2011-01-05-Canada-Russie3La mi-match est passée quand le Canada commet sa première faute : Gudbransen charge Bocharov contre la bande. La Russie est obligée de profiter de cette rare indiscipline, mais le poison Eakin, Cowen et Despres sortent tour à tour le palet de la zone. Seul un tour de cage de Kuznetsov fait planer le doute sur Visentin qui a perdu de vue le palet : il est resté à côté du poteau. De quoi rappeler que les Canadiens impressionnent défensivement, à l'instar de Simon Després qui se couche deux fois de suite devant des lancers.

Aucune solution ne se présente à la Russie, et voilà que son capitaine reste étendu sur la glace : Vladimir Tarasenko, en pleine chute, prend de plein fouet dans la tête la jambe de Foligno (35'31"). Terrible choc. Dvurechenski occupe la place de Tarasenko sur la première ligne, qui maintient la pression en zone offensive pendant une séquence d'une minute, la plus longue pour les Russes depuis le début du match : décidément, leur attitude dans l'adversité est remarquable.

2011-01-05-Canada-Russie8La Russie n'utilise cependant pas un surnombre canadien avant la pause, et sa situation paraît donc inextricable. Elle a certes réussi de belles remontées, mais on parle ici de trois buts de retard !

Bon pour le moral, Tarasenko fait son retour. C'est justement lui qui occupe les défenseurs pendant que ses collègues de quatrième ligne marquent ce but qui semblait impossible : Artemi Panarin reprend la passe de derrière la cage de Denis Golubev - photo de gauche (3-1, 42'33"). La deuxième ligne prend le relais sur l'engagement : Kalinin travaille en zone neutre, Kuznetsov déborde à droite et remet devant la cage, et Mark Visentin laisse passer un tir de Maksim Kitsyn entre ses jambières (3-2, 42'46"). En treize secondes, le scénario cousu de fil blanc de la victoire canadienne s'est décousu !

Il y en a un autre qui aura besoin d'être... recousu. Ryan Johansen a la lèvre ouverte par une charge haute de Valuiski, et c'est tout le Canada qui saigne. Une compresse ne suffit pas à apaiser l'hémorragie. Les deux stars russes sont alignées pour la première fois ensemble : Evgeni Kuznetsov protège son palet le long de la bande et centre en pivot pour Vladimir Tarasenko au second poteau (3-3, 47'29"). On appelle les urgences : temps mort canadien !

Les Canadiens constituaient un danger permanent : ils ne se créent plus la moindre occasion. Les Canadiens étaient un modèle de discipline : ils ne doivent qu'à l'indulgence arbitrale du troisième tiers de ne pas prendre des pénalités. On les voit certes encore en bonne position dans le slot, mais dans ces cas-là ils ne peuvent plus recevoir les palets, battus dans les duels par des Russes déchaînés.

PanarinArtemiOn atteint les cinq dernières minutes et tout peut arriver. Par exemple, que Gudbransen perde le palet dans le coin face à Vladimir Tarasenko. Le centre est immédiat pour Artemi Panarin qui se présente seul face à Visentin mais est empêché de tirer par la crosse de Howden. L'action continue et Tarasenko passe de derrière la cage au premier poteau pour Panarin qui ne rate pas cette seconde chance (3-4, 55'22"). Doublé pour le joueur du Vityaz Chekhov, lanterne rouge de KHL que l'on ne connaissait que pour ses brutes nord-américaines !

Ryan Johansen et Zack Kassian sont encore là pour prendre leur position devant la cage et tester Bobkov. Les Canadiens tentent tout et se découvrent. Kalinin et Kuznetsov partent à deux contre un. Et à minute de la fin, Dvurechensko patine plus vite que Barrie sur un palet  dans la bande, part en breakaway et place un revers entre les bottes de Visentin (3-5, 58'44").

Valeri Bragin prend un temps mort : certains supporters canadiens réagissent en commençant à évacuer la salle. La volonté de lutter jusqu'au bout était russe ce soir.

Le Canada aurait dû être prévenu. Sa supériorité canadienne paraissait pourtant implacable. Il se pensait chez lui à Buffalo, mais il a été battu dans le tournoi qui lui tient le plus à coeur. La résurrection des Russes chez les juniors a eu l'issue de la finale la plus incroyable de toute l'histoire du Mondial des moins de 20 ans. Un retournement de tendance à tous les points de vue : pour la première fois, le titre revient à une équipe qui a commencé le tournoi par deux défaites. Une équipe destinée à disparaître (seul Kuznetsov aura encore l'âge l'an prochain) mais déjà rentrée dans la légende.

2011-01-05-Canada-Russie5À 3-0, les Canadiens célébraient déjà Brayden Schenn, qui avait égalé le record de points par un joueur canadien dans la compétition (17 par Dale McCourt), en dépassant lors de cette finale Wayne Gretzky et Eric Lindros. Sauf que McCourt, Gretzky et Lindros ont tous été champions du monde, et que le cadet des Schenn a dû subir la cérémonie des récompenses plutôt que la savourer.

Idem pour Cody Eakin lorsqu'il a reçu le prix du joueur du match des mains de Scotty Bowman - photo de gauche. Il mérite pourtant une ovation tant il a épaté dans ce match par sa vivacité et son énergie de tous les instants.

Ce n'est pas la première fin de match incroyable des Russes, mais elle dépasse toutes les autres. On notera qu'ils ont renversé le score lorsque leur entraîneur Valeri Bragin a commencé à bouleverser ses lignes, qui étaient immuables depuis une semaine, par obligation (Valuiski n'a plus joué en troisième période en raison de soucis d'adducteurs). En s'adaptant à différents partenaires, en travaillant dans les coins et en allant dans le slot, les Russes ont joué comme des Canadiens pour gagner ce match. Les stars offensives Tarasenko, Kuznetsov et Kitsyn ont été au rendez-vous tout le tournoi, mais ils n'ont pas été seuls ce soir.

Désignés joueurs du match : Cody Eakin pour le Canada et Igor Bobkov pour la Russie.

Joueurs canadiens du tournoi : Jared Cowen, Ryan Ellis et Brayden Schenn.

Joueurs russes du tournoi : Dmitri Shikin, Vladimir Tarasenko et Evgeni Kuznetsov.

Commentaires d'après-match

Valeri Bragin (entraîneur de la Russie) : "Nous avons une équipe de caractère, nous avons délibérément choisi des joueurs pleins de volonté. Le premier à me féliciter a été le président de la fédération Vladislav Tretiak. Ont aussi appelé des politiciens de haut rang, et l'entraîneur de l'équipe nationale Vyacheslav Bykov. Je pense que tout le pays est heureux. Après la première période, nous avons dû réveiller l'équipe et lui rappeler comment jouer. Nous avions étudié l'adversaire, mais nous avons manqué ces vingt minutes, apparemment en raison de l'excitation. Il est possible que le match aurait été différent si nous avions choisi Bobkov. Shikin a fait quatre grands matches, mais il était un peu fatigué, donc j'ai dû le changer. Bobkov est entré avec calme et notre succès lui doit beaucoup."

Evgeni Kuznetsov (attaquant de la Russie) : "Je pense que c'est la meilleure troisième période de l'histoire du hockey russe."

Calvin de Haan (défenseur du Canada) : "C'est mille fois pire que la défaite en finale l'an dernier. Je crois que tout arrive pour une raison, donc il doit y en avoir une à notre défaite."

Brayden Schenn (attaquant du Canada) : "C'est dur de croire tout ce qui vient d'arriver. Je suis sûr que si nous pouvions remonter en arrière et rejouer le début de cette troisième période, l'équipe russe ne pourrait ps le refaire. Mais maintenant nous ne pouvons qu'admettre la défaite. Personne n'aurait pu prévoir une telle fin."


Canada - Russie 3-5 (2-0, 1-0, 0-5)
Mercredi 5 janvier 2011 à 19h30 à la HSBC Arena de Buffalo (USA). 18690 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano (TCH) et Keith Kaval (USA) assistés de Jonathan Morrison (USA) et Felix Winnekens (ALL).
Pénalités : Canada 4' (0', 4', 0'), Russie 8' (2', 6', 0').
Tirs : Canada 38 (14, 15, 9), Russie 27 (8, 9, 10).

Évolution du score
1-0 à 04'50" : Ellis assisté de Schenn et De Haan (sup. num.)
2-0 à 19'46" : Ashton assisté de Leblanc
3-0 à 26'27" : Schenn assisté de Foligno
3-1 à 42'33" : Panarin assisté de Golubev et Berezin
3-2 à 42'46" : Kitsyn assisté de Kuznetsov et Kalinin
3-3 à 47'29" : Tarasenko assisté de Kuznetsov
3-4 à 55'22" : Panarin assisté de Tarasenko et Golubev
3-5 à 58'34" : Dvurechenski


Canada

Gardien : Mark Visentin.

Défenseurs : Jared Cowen (A) - Tyson Barrie ; Dylan Olsen - Ryan Ellis (C) ; Simon Després - Erik Gudbranson ; Calvin de Haan.

Attaquants : Curtis Hamilton - Brayden Schenn (A) - Cody Eakin ; Marcus Foligno - Ryan Johansen - Zack Kassian ; Quinton Howden - Sean Couturier - Brett Connolly ; Carter Ashton - Casey Cizikas - Louis Leblanc.

Remplaçant : Olivier Roy (G). Absent : Jaden Schwartz (cheville cassée).

Russie

Gardien : Dmitri Shikin puis Igor Bobkov à 26'27".

Défenseurs : Yuri Urychev - Dmitri Orlov (A) ; Nikita Pivtsakin - Georgi Berdyukov ; Andrei Sergeyev - Maksim Berezin ; Maksim Ignatovich - Nikita Zaïtsev.

Attaquants : Semyon Valuiski - Danil Sobchenko - Vladimir Tarasenko (C) ; Maksim Kitsyn - Evgeni Kuznetsov - Sergei Kalinin ; Anton Burdasov - Artyom Voronin - Nikita Dvurechenski (A) ; Artemi Panarin - Denis Golubev - Stanislav Bocharov.