Amiens - Caen (Ligue Magnus, 15e journée)

Amiens vire en tête

But_Petit-Claireaux_VS_CaenLa bonne opération de cette 15e journée est pour Amiens ! Profitant du faux-pas de leur voisin rouennais face à Chamonix et de la défaite angevine à Briançon, les Picards ont, ce 8 janvier 2011, pris la tête du championnat en remportant un succès face aux Drakkars de Caen.

Équipe promue cette année en élite, les hommes de Bertrand Pousse restaient sur trois défaites d'affilée en championnat contre Rouen et deux fois face à Gap. Tendance locale complètement inverse : les hommes d'Antoine Richer sont sur trois victoires consécutives face à Rouen, à Strasbourg puis au Coliseum contre cette dernière.

Si le championnat est encore loin d'être achevé, la rencontre du soir n'a laissé qu'un mince suspens lorsque les Normands se sont relancés à 3-1 suite au but d'Erwan Pain (41'38). Les Amiénois, qui avaient pris le large dès la fin du premier tiers par deux buts à zéro, ont finalement fait craquer un Arnaud Goetz combattif pour mener la marque à 8-2. Résultat sans appel pour des Normands qui ont souffert face à un groupe homogène et complet.


 Le large dès le départ

Bachet_-_UrpoÀ peine le temps de s'installer que les Gothiques ouvrent déjà le score. Suite à un jeu contre la bande, Martin Tomasek hérite du palet dans l'axe et ouvre le compteur des siens (1'14, 1-0). Les Drakkars, pris de court, profitent d'un retard de jeu de Romain Bault (2'06) pour se tester un peu en zone offensive. Seul le tir de Samuel Gibbons trouve Billy Thompson, et Amiens annihile le reste de la pénalité. Le jeu est ouvert, extrêmement décousu. Les Caennais tentent de déstabiliser ainsi Amiens, mais les Picards gardent une maitrise technique en zone offensive. Lorsque Caen parvient à franchir la ligne bleue, les tirs fusent : celui de Jeremiah Cunningham est hors-cadre, l'autre de Jérémie Romand est repoussé par le portier adverse. Pour le lancer de la bleue d'Antti Urpo, Thompson doit cependant s'y prendre à deux fois pour geler le puck. Amiens n'est pas en reste sur ses attaques et les trois lignes proposent de belles combinaisons à l'image de cet échange entre Paul Deniset et Tomasek pour trouver Goetz.

De la bleue, Teddy Trabichet fait face à un palet fuyant et ne peut lancer correctement. Erwan Pain prend tout le monde de vitesse et part en break face à Thompson. L'un des nouveaux chez les Bleus pique dans l'axe, feinte, et voit son équipier tricolore Kevin Hecquefeuille revenir à toute vitesse pour se jeter sur le puck et lui enlever de la palette. D'un but à l'autre, on assiste à une action chaude sur la cage des visiteurs où Valentin Claireaux, très en vue ce soir, force Goetz à s'étendre de tout son long pour récupérer la rondelle. Successivement, Deniset passe à Tomasek qui s'y prend en deux fois pour tromper le portier visiteur et doubler sa mise (14'01, 2-0). Les blancs s'énervent, à l'image de Samuel Gibbons qui prend deux minutes pour dureté (19'32).

Tempête sans dégâts

Ca_chauffeSi l'on en reste là pour le premier tiers, la pénalité de Gibbons va coûter cher aux siens dans le tiers médian. Les Normands reviennent avec de meilleures intentions, repoussent les assauts picards jusqu'à un changement de ligne, à l'opposé de leur but, un peu lent. Kevin Hecquefeuille passe jusqu'à la ligne bleue à Vincent Bachet, libre de tout marquage, qui part fusiller le portier caennais (21'20, 3-0). Les Drakkars en prennent un coup derrière le casque et Amiens tente d'enfoncer le clou. Grégory Béron et Deniset lancent sans succès.

Les pénalités de Tommy Lafontaine (27'35) et de banc mineur (28'05) aident alors Amiens, qui joue pendant plus d'une minute et demie à cinq contre trois. Kevin Bergin tire une première fois pour se faire contrer, puis lance habilement entre les jambes de Tomasek, juste devant Goetz, qui ne dévie pas le palet suffisamment. Caen donne le fouet pour se faire battre : Gibbons fait le ménage devant le but et part lui aussi en prison pour deux minutes, laissant ses équipiers encore longtemps en infériorité numérique. Amiens loupe le coche, sait comment prendre la défense adverse à défaut mais se heurte à sa combattivité. Une crosse, un patin, se mettent toujours en travers du chemin des Gothiques pour dévier le palet. Caen revient au complet, et seul les trois buts d'avance amiénois ne leur font pas regretter d'avoir loupé le coche.

Les hommes de Pierre Pousse repartent à l'avant, plus que jamais soudés après cette épreuve d'unités spéciales, et en oublient le repli défensif : les Picards partent à trois contre zéro ! Simon Petit renverse à droite pour Claireaux et Goetz doit glisser sur les bottes pour suivre. Le jeune tricolore remet au second poteau à Julian Marcos, mais trop en arrière pour que celui-ci ne crucifie le gardien allongé (34'). Miroslav Pazak se montre également mais à fort à faire contre des adversaires bien placés. Enfin, Caen réussit à percer quelques secondes, suffisant pour créer le danger et provoquer des unités spéciales : Thomas Roussel est accusé d'une charge incorrecte (38'14), puis Kevin Hecquefeuille le rejoint pour quatre minutes suite à une crosse haute (38'38). Au tour des Normands d'avoir leurs chances à cinq contre trois, puis longuement à cinq contre quatre. Lafontaine et Urpo cherchent depuis la bleue le meilleur angle de tir mais ne trouvent pas le cadre. Un shoot est pris sur le buzzer et Caen n'a pas su faire la différence.

Mises au jeu remportées dans le deuxième tiers : Amiens 8 – 3 Caen

Vague déferlante

Kowalczyk_PavelAu troisième tiers, il ne reste que quelques secondes aux Amiénois avant de revenir à quatre contre cinq l'espace de trois minutes. Les Gothiques se jettent un peu trop à l'avant, et Pain nous fait son requiem de break, cette fois réussie en glissant le puck entre les bottes d'un Thompson - rarement délaissés, mais suffisamment pour encaisser un but (41'38, 3-1). Alors, ce but en supériorité relance totalement Caen, où plutôt lance enfin. L'équipe est métamorphosée, joue à fond plus que jamais, à croire que ce n'était pas la même lors des deux premiers tiers. Un orage, intense, lourd, devant la cage de Thompson qui dure quelques minutes. Les Gothiques ont beau garder leur sang-froid et leur maîtrise, ils doivent s'employer deux fois plus physiquement. Jonathan Duscheneau vient se mêler à cette bataille et trouve le poteau de Thompson.

À croire que les Amiénois sont piqués au vif, ils vont rapidement sceller le match. Le pauvre Goetz, qui aura retardé l'échéance si longuement, finit par s'effondrer, trop souvent abandonné par une défense dominée physiquement, puis désabusée. Béron joue son coup de poker : Sur le côté, quasiment derrière le but, le 3 local repique dans l'axe et feinte une passe au premier poteau pour mieux transpercer l'axe et crucifier le portier adverse (46'52, 4-1). À voir les facilités de Béron dans l'axe, ses équipiers l'imitent. Petit transmet dans le slot à Claireaux qui se retourne sur lui-même et force Goerz à s'étendre de tout son long pour repousser : Julian Marcos a bien suivi et renvoi le palet dans le but (48'11, 5-1). Pas le temps de souffler que Pavel Kowalczyk transmet à droite à Béron. Intenable ce soir, l'Amiénois fausse compagnie à son adversaire et lance Deniset en break qui fusille le goalie (48'46, 6-1). En deux minutes, Amiens a fait sauter le verrou caennais pour marquer autant de but qu'en quarante minutes.

Des pénalités picardes vont laisser Caen souffler. Lafontaine trouve Thompson tout comme Cunningham, avant que les rôles ne s'inversent : Roussel monte au créneau et trouve Hecquefeuille au second poteau qui ne peut marquer et se fait balancer par Goetz. Kevin Da Costa part en substitut et laisse son équipe à quatre contre cinq (52'31). Amiens, trop gourmand, va laisser des caennais qui n'ont plus rien à perdre contrer habilement. À deux contre un, Julien Lebey réussit à donner au second poteau à Pierre Bennett. Le 17 des visiteurs voit bien Thompson jeter la botte à droite, mais parvient à glisser le puck dans les filets (52'54, 6-2).

Il reste cinq minutes quand la quatrième ligne composée de Florent Neyens, Aïna Rambelo et Yannick Offret entre en jeu. Les autres lignes soufflent et remettent un coup de turbo avant la fin du match : Deniset s'en va inscrire son but, lui qui, ce soir, ce sera montré extrêmement dynamique et aura remporté nombre de mises au jeu (56'36, 7-1). Dans la dernière minute, Simon Petit parachève le succès picard en reprenant un tir de Claireaux (59'16, 8-2).

Mises au jeu remportées dans le troisième tiers : Amiens 11 – 11 Caen

Tommy Lafontaine et Martin Tomasek sont élus meilleurs joueurs de chaque côté. Les Caennais, qui ont joué leur 15e journée en avance face à Rouen et l'ont perdu 9-2, ont presque deux semaines pour se donner un nouvel élan et éviter les barrages de maintien. Côté picard, on en est à quatre victoires consécutives et un rôle de leader qu'il faudra confirmer à Morzine le 15 janvier. En attendant et pour garder le rythme, les Amiénois recevront Neuilly-sur-Marne en match amical mardi 11 janvier à 19h30 sur la grande patinoire du Coliseum.

Adrien Lhermitte / Photos : Marc Dubois

Avec Déborah Lüder

(Un grand merci à Marc Dubois, photographe officiel des Gothiques, pour nous avoir gentiment donné quelques photos en l'absence d'Elie à qui on souhaite un bon rétablissement)

 

Amiens - Caen 8-2 (2-0, 1-0, 5-2)
Samedi 8 janvier 2011 à 20h au Coliseum. 2900 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Nicolas Piedigrossi et Jérémy Rauline.
Pénalités : Amiens 10' (2', 6', 2'); Caen 12' (2', 6', 4').
Évolution du score :
1-0 à 01'14" : Tomasek assisté de Mortas et Pazak
2-0 à 14'01" : Tomasek assisté de Deniset
3-0 à 21'20" : Bachet assisté de Hecquefeuille (sup. num.)
3-1 à 41'38" : Pain assisté de Duscheneau et Avenel (sup. num.)
4-1 à 46'52" : Béron assisté de Mortas et Tomasek
5-1 à 48'11" : Marcos assisté de Claireaux et Petit
6-1 à 48'46" : Deniset assisté de Béron et Kowalczyk
6-2 à 52'54" : Bennett assisté de Lebey et Urban (inf. num.)
7-2 à 56'36" : Deniset assisté de Béron et Bachet
8-2 à 59'16" : Petit assisté de Claireaux et Marcos

 

Amiens

Gardien : Billy Thompson

Défenseurs : Vincent Bachet (C) – Pavel Kowalczyk ; Teddy Trabichet – Kevin Hecquefeuille ; Thomas Roussel – Romain Bault.

Attaquants : Martin Tomasek – Paul Deniset – Grégory Béron ; Miroslav Pazak – Anthony Mortas – Kevin Bergin ; Simon Petit – Valentin Claireaux – Julian Marcos ; Florent Neyens – Aïna Rambelo – Yannick Offret.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Maxim Belov. Absents : Louis Boucherit, Marius Serrer.

Caen

Gardien : Arnaud Goetz

Défenseurs : Samuel Gibbons - Tommy Lafontaine (C) ; Antoine Vigier - Aziz Baazi ; Alexis Gomane (A) - Vladimir Urban ; Udo Marie.

Attaquants : Jonathan Duchesneau – Jeremiah Cunningham - Jérémie Romand ; Antti Urpo - Erwan Pain - Jonathan Avenel (A) ; Charles Geslain - Kevin Da Costa - Julien Lebey ; Pierre Bennett.

Remplaçants : Clément Fouquerel (G), Raphaël Mazie.