Dunkerque - Clermont-Ferrand (Division 2, 12e journée)

En mémoire de "Paulo"

Sanchez_FlorianLes Corsaires auraient voulu souhaiter la bonne année à leur public toujours nombreux avec le sourire aux lèvres et les bonnes résolutions attendues. Mais le coeur n'y est pas ce soir, la faute au drame qui a frappé le club, ainsi que l'Étoile Noire de Strasbourg, à la nouvelle du décès de Jean-Paul Cruchandeau. Membre de l'équipe dans les années 1990, l'Alsacien d'origine est vite devenu un Dunkerquois d'adoption, très apprécié notamment pour les précieux conseils distillés aux joueurs loisirs. Ironie du sort, il était encore assis dans les travées de la patinoire Michel-Raffoux il y a quelques semaines.

C'est en la mémoire de "Paulo", à l'issue d'une minute de silence, que les Corsaires tenteront de redresser une situation rendue sensiblement plus difficile par les deux défaites concédées lors des trois dernières sorties. L'adversaire du soir n'est pas au mieux, dans ce qui s'apparente à un duel de convalescents.

Les Sangliers Arvernes n'ont pas connu la victoire depuis le 6 novembre, et ont encore reçu un coup derrière la tête du fait du retour fracassant de Peter Zambori à Champigny. Les cinq défaites d'un but pourraient finir par coûter cher à un groupe peu épargné par les absences pour ce long déplacement. Aux absences temporaires du fait de blessures et obligations extra-sportives diverses viennent s'ajouter les problèmes de santé plus graves qui poursuivent Cyril Gavalda, nullement épargné cette saison. À tel point que seul un portier et deux centres sont présents côté visiteurs.

Aligné en première ligne à la place de François Rozenthal, Loïc Destoop s'illustre très rapidement, étant à l'origine du premier lancer, en hauteur de la part de Hanzal. Toutefois, Clermont ne subit pas encore les foudres de l'attaque nordiste, et se procure plusieurs opportunités, ripostant par Valère, directement dans le gant de Martel, et Plichta, à la suite d'un premier raté de la défensive des Corsaires. Légèrement trop court, du revers, Tuomo Määttä passe même près de l'ouverture du score, qui est finalement l'oeuvre de Xavier Davranche pour les locaux. De façon surprenante, car le lancer lointain, de la droite, de l'ancien attaquant de La Roche surprend totalement Sylvain Lerch, peu employé jusque là (1-0 à 03'50").

Zich_Petr-2Le navire corsaire semble alors lancé, dans la foulée d'un slalom percutant de Hanzal, mais son élan reste fragile car, sur un contre occasionné par une erreur de transmission en zone offensive, Hugo Florentin se présente seul face à Marc-André Martel, qui réalise deux arrêts coup sur coup. La première pénalité, venue d'une faute de Vigier, n'offre qu'un lancer de Benjamin N'Guyen, sur lequel Lerch se rachète bien. La pénalité tuée, Määttä s'illustre encore aux abords de la cage dunkerquoise, mais la riposte de Destoop  se traduit par le deuxième but de Zich, venu en soutien devant la cage pour déjouer Lerch avec sang-froid (2-0 à 11'39").

Mené de deux buts sans avoir pu tirer profit de ses quelques opportunités de faire douter son adversaire, Clermont passe près de la correctionnelle avant la fin de tiers. Son gardien empêche la marque de s'aggraver sur le rebond consécutif à un tir en force de Chabot, réceptionné par Péan, et surtout sur un jeu à deux de la paire Hanzal-Rozenthal, trop rapide pour sa défense (18'30").

Au retour des vestiaires, les visiteurs connaissent beaucoup de difficultés à sortir la tête de l'eau, et sur leur première incursion dans la zone adverse, un rebond capricieux trompe Florian Sanchez, qui voit la rondelle filer vers son camp et échoir à Loïc Destoop, impitoyable face au dernier rempart auvergnat (3-0 à 23'47"). Les Sangliers Arvernes parviennent cependant à réduire la marque. Non sur un effort de leur courageux capitaine Brajon, aligné malgré une gastro-entérite et dont le tir puissant est repoussé sur Voyer, qui se heurte à un déplacement rapide de Marc-André Martel, mais sur un autre essai en force de Luc Magnin, sur lequel le portier québécois s'avoue vaincu, car Hugo Florentin s'est bien intercalé devant la cage pour le déjouer (3-1 à 29'46").

Revenus à deux longueurs, les Clermontois n'ont cependant pas l'occasion d'accélérer car l'indiscipline commence à les frapper. Avec trois supériorités numériques dans les dix dernières minutes du deuxième tiers, les Maritimes ont l'occasion de sceller le sort de la rencontre. A condition de se rendre efficace dans un exercice où ils ont rencontré des difficultés ces derniers temps... et encore à cet instant, car après avoir enchaîné cinq lancers non cadrés, et vu Edgar Vigier se replier à temps face à Rozenthal, les Corsaires trouvent la barre transversale par Destoop, très en vue. C'est donc sur une rare séquence à égalité numérique que l'écart se creuse, lorsque Hanzal isole Clément Thomas, qui trouve le dessous de la barre (4-1 à 35'48").

Brajon_ClementLes efforts de Määttä et Magnin ne peuvent avoir raison de Marc-André Martel. De l'autre côté du glaçon, Sylvain Lerch contribue une fois de plus à écarter une attaque à cinq, mais courbe à nouveau l'échine face à François Rozenthal, à l'interception devant Michal Plichta (5-1 à 47'49"). Et, suite à un nouveau palet repoussé par le cadre, devant Thomas, les Corsaires convertissent enfin un  jeu de puissance par Simon Chabot, à l'affût d'un rebond provoqué par un nouveau tir de Loïc Destoop (6-1 à 52'05").

Très à son aise sur le premier trio, ce dernier clôture la marque à sept minutes du terme, sur un lancer croisé aussi précis que puissant (7-1 à 53'09"). Comme un symbole, dans les secondes précédentes, François Rozenthal, auteur par ailleurs du troisième tir nordiste sur le métal, avait perdu sa crosse et regagné le banc en urgence pour demander à son jeune équipier de le suppléer. Ce qu'il a fait avec efficacité, pour contribuer à ce festival offensif.

Commentaires d'après-match :

Clément Brajon (capitaine de Clermont-Ferrand) : "Nous avons quelques occasions en début de rencontre, mais Dunkerque est rapide et sait développer son jeu à domicile. Le premier but nous surprend, mais nous n'avons pas lâché jusqu'au troisième tiers. L'équipe est jeune, manque encore d'expérience et face à une équipe plus forte, qui fait les bons choix, nos nombreuses absences étaient de trop. Le manque de confiance se fait sentir devant le but, et nous faisons briller les gardiens adverses comme devant Champigny. Avec le retour des absents, nous serons en mesure de prendre des points face aux équipes présumées moins fortes."

 

Dunkerque - Clermont-Ferrand 7-1 (2-0, 2-1, 3-0).
Samedi 8 janvier 2011 à 18h45 à la patinoire Michel Raffoux. 840 spectateurs.
Arbitrage de Guillaume Gardiol et Christophe Picard.
Pénalités : Dunkerque 18' (4', 2'+10', 2'), Clermont-Ferrand 18' (4', 8', 6').
Tirs : Dunkerque 58 (21, 17, 20), Clermont-Ferrand 28 (10, 8, 10).
Évolution du score :
1-0 à 03'50" : Davranche assisté de Rozenthal
2-0 à 11'39" : Zich assisté de Destoop et Thomas
3-0 à 23'47" : Destoop assisté de Hanzal
3-1 à 29'46" : Florentin assisté de Määttä et Luc Magnin (sup. num.)
4-1 à 35'48" : Thomas assisté de Hanzal et Rozenthal
5-1 à 47'49" : Rozenthal
6-1 à 52'05" : Chabot assisté de Destoop (sup. num.)
7-1 à 53'09" : Destoop assisté de Zajac

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Petr Zich ; Simon Chabot - Ghislain Folcke ; Clément Derepper - Benjamin Denis.

Attaquants : Clément Thomas (A) - Jiri Hanzal - Loïc Destoop ; Antoine Houque - Benjamin N’Guyen - Arnaud Péan ; Xavier Davranche (ou Christophe Eichenholc au troisième tiers-temps) - François Rozenthal (C) - Aurélien Zajac.

Remplaçant : Pierrick Boudot (G). Absent : François Moretti (hernie discale, saison terminée), Benjamin Turpin (obligations professionnelles, arrêt), Alexandre Delmotte (obligations professionnelles, arrêt).

Clermont-Ferrand

Gardien : Sylvain Lerch.

Défenseurs : Luc Magnin - Michal Haluška ; Florian Sanchez - Clément Brajon (C) ; Edgar Vigier.

Attaquants : les paires d'ailiers Hugo Florentin (A) - Tuomo Määttä, Nans Souchon - Benjamin Valère et Marc Dupuylolier - Thierry Grossetête (A) ont alterné avec les centres Hugues Voyer et Michal Plichta.

Absents : Cyril Gavalda (spondylarthrite ankylosante), Geoffroy Voyer (dos), Anthony Puichafray (cheville), Raphaël Rivon (études au Mexique), Loïc Vernet et Jordan Manzo (examens), Amaury Girardin (malade), Benoît Sanchez et Cyrille Gaby (obligations professionnelles).