Meunier à l'honneur et Reinprecht en sauveur

Dans son bilan du mois de décembre, à l'heure de désigné le meilleur joueur de Straubing, Wolfgang Karl, le rédacteur en chef de Eishockey News (qui s'occupe directement de couvrir ce club car l'hebdomadaire publié dans cette ville) a écrit en ces termes : "Personne n'a été exceptionnel, mais les performances de la recrue française Laurent Meunier ont été au moins largement au-dessus de la moyenne. Le centre est combatif, a une bonne vision, amène des émotions dans le jeu et sait aussi où se trouve la cage."

Dans le même temps, un des prédécesseurs de Meunier au capitanat de l'équipe de France trouve lui aussi ses marques dans la DEL...

FreezersIl s'agit de Benoît Laporte, l'ancien joueur puis entraîneur de Rouen. Il a connu le meilleur - entraîneur de l'année - et le pire en Allemagne avec Nuremberg. Il y revient après une dernière expérience traumatisante en Suisse à Ambrì-Piotta (voir anecdotes d'octobre) pour s'occuper Hambourg, où le directeur sportif Stéphane Richer a - volontairement ? - renoncé à sa double casquette d'entraîneur-manager en laissant la direction du banc.

Benoît Laporte a commencé par quatre défaites et semblait n'être qu'un épisode de plus au déclin sans fond des Freezers. Et puis, le Nouvel An est arrivé, et tous ses voeux ou presque ont été exaucés depuis : 12 points sur 15 possibles, la dernière hier soir aux tirs au but sur Iserlohn, qui partage la dernière place avec Cologne (autre équipe en crise perpétuelle). Aujourd'hui, Hambourg est donc remonté à égalité de points avec le dixième et dernier qualifié en play-offs.

MannheimMais qui est-il, ce dixième, dont le sort ne tient qu'à un fil ? Il s'agit de Mannheim, qui restent sur six rencontres sans le moindre point marqué, et qui s'est donc fait rejoindre par le fond du peloton ! Compte tenu de leurs moyens financiers, les Adler n'ont pas tardé à réagir. Nathan Robinson, un des joueurs les plus techniques du championnat, a été mis à la porte parce qu'il ne rentrait pas dans le système de l'entraîneur Harold Kreis. Les jokers n'ont pas tardé à arriver : l'ancien joueur de NHL Niko Dimitrakos, sans emploi depuis son renvoi par MODO fin novembre, est arrivé le premier, en attendant... Steven Reinprecht.

Le vainqueur de la Coupe Stanley 2001 et de la Coupe Magnus 2005 (sans ordre hiérarchique, bien sûr !) avait marqué 10 points cette saison avec les Florida Panthers, mais n'avait plus de place de titulaire après le retour de blessure de plusieurs ailiers. Avec son contrat de 2 millions de dollars par an (signé pour trois ans en 2009), Reinprecht a été proposé en vain sur le marché. Florida s'est donc résolu à le prêter en Allemagne, où il est le renfort-vedette de cette fin de championnat. Vu la situation de Mannheim, le poids est lourd à porter : sera-t-il le sauveur ?