Angers - Villard-de-Lans (Ligue Magnus, 14e journée, match en retard)

Sans fond de jeu, point de salut !

AUBRY_Peter_100911_164Les Ducs d'Angers recevaient les Ours de Villard-de-Lans pour leur match en retard de la 14e journée de Ligue Magnus programmée avant le Nouvel An. Les deux équipes se présentent au complet dans un Haras bien garni (1000 spectateurs).

Les Ours prennent le match par le bon bout et se montrent rapidement dangereux, mettant à contribution un Peter Aubry que l'on sent déjà fébrile. Les Angevins font quelques tentatives par l'intermédiaire d'Éric Fortier (2') et Juho Jokinen (4'), mais ce sont bel et bien les visiteurs qui imposent leur jeu : des sorties de zone propres, et quelques individualités rapides telles que Jiri Zdenek, Marc-André Tourigny et surtout Antti Pusa. Contre le cours du jeu, Angers ouvre néanmoins le score. Marc Bélanger – après une belle montée côté droit – sert Jonathan Bellemare au second poteau ; ce dernier n'a plus qu'à mettre la palette en opposition pour pousser la rondelle au fond (1-0, 06'20").

Cette ouverture du score est sévère pour des Villardiens appliqués et dangereux. Deux minutes plus tard, leur envie sera récompensée quand Jiri Zdenek – à mi-distance – lance entre les jambières de Peter Aubry, qui se troue complètement (1-1, 08'32"). Dès lors, il n'y a qu'une seule équipe sur la glace et les Angevins sont à l'agonie : des passes hasardeuses, des sorties de zone énigmatiques, un pressing inexistant... Telle est la palette de jeu proposée par les hommes de Martin Lacroix !

La chance est quand même du côté des Ducs puisqu'un tir de Nicolas Favarin trouve le poteau de Peter Aubry (9'). Les protégés de Stéphane Barin auraient pu également prendre l'avantage sur une échappée de Jiri Zdenek ; malheureusement pour l'attaquant villardien, le portier local ferme bien son angle (11').

LAHESALU_Lauri_100911_157Les Ours se retrouvent deux fois en supériorité sans vraiment être inquiétants. Le jeu placé ne leur correspond pas vraiment, et il faut bien reconnaître que les joueurs du Vercors sont beaucoup plus à l'aise lors de contres, devant une défense angevine costaude mais diablement lente ! Le tiers se termine sur ce score de parité mais les visiteurs mènent largement aux points.

Le deuxième tiers repart sur des bases similaires. Les Ducs se retrouvent en supériorité numérique, mais après avoir posé le jeu de puissance, Lauri Lahesalu se fait chiper le palet à la bleue par Antti Pusa. Le lutin finlandais n'en demande pas tant et va battre Peter Aubry avec une facilité déconcertante (1-2, 23'16"). Quelques instants plus tard – alors que la domination est toujours villardienne – Tomas Baluch placé devant le slot arrive à placer la rondelle dans la lucarne gauche de Romain Farruggia (2-2, 27'46").

Dès lors, les Angevins qui continuent de déjouer, vont être surclassés en moins de quatre minutes. Tout d'abord, suite à un cafouillage devant la cage angevine, Marc-André Tourigny est le plus prompt à placer la rondelle dans les filets (2-3, 30'19"). Dès l'engagement, Jean-Christophe Gauthier s'infiltre côté droit – sans réellement être inquiété par l'arrière-garde angevine – et repique vers le centre pour battre tranquillement un Peter Aubry laissé à l'abandon (2-4, 30'29"). Enfin, en double supériorité numérique, Marc-André Tourigny seul au second poteau porte l'estocade à cinq buts (2-5, 33'44"). Ce désastre angevin n'a pas outre mesure inquiété le staff qui n'a même pas jugé nécessaire de prendre un temps-mort...

Les Ducs tentent bien de réagir mais les déviations de Tomas Baluch (35') et Éric Fortier (37') trouvent un Romain Farrugia efficace. Les tirs de la bleue de Marc Bélanger (38') et de Lauri Lahesalu (39') n'ont pas plus de succès. Les Ducs rentrent au vestiaire dans un silence de cathédrale et le public angevin est dubitatif.

IRANI_Michael_100911_030La soufflante dans le vestiaire angevin a dû être terrible, puisqu'à l'entame de ce dernier tiers, on retrouve des Ducs plus mordants et surtout qui montrent de l'envie ! Même si le jeu est assez brouillon, les protégés du président Juret vont parvenir à égaliser lors des dix premières minutes de ce tiers. Tout d'abord, en supériorité numérique, Éric Fortier trompe Romain Farruggia dans un angle très fermé. Le portier visiteur dévie le palet de la botte le long de son poteau gauche (3-5, 44'04"). Ensuite Antonin Manavian, de la ligne bleue, place le palet à mi-hauteur le long du poteau droit villardien (4-5, 47'22"). Enfin, Jonathan Bellemare reprend du revers à bout portant son propre rebond (5-5, 49'11").

Le public angevin pense que ses protégés ont repris le match par le bon bout mais deux minutes plus tard, les Ours vont refroidir l'ambiance du Haras... Les Ducs, en installant leur jeu de puissance, se font encore chiper le palet par ce diable d'Antti Pusa. Ce dernier file tout seul au but et - malgré l'accrochage d'un défenseur angevin signalé par l'arbitre Alexandre Bourreau – arrive à tromper Peter Aubry (5-6, 51'42"). Dès lors, malgré les offensives angevines et la sortie de leur gardien en fin de match, plus rien ne sera marqué.

Une victoire logique pour des Villardiens concentrés, appliqués et diablement efficaces ! Les recrues étrangères auront pleinement contribué à la victoire des Ours puisqu'elles sont les auteurs de l'intégralité des buts. Côté angevin, il y a beaucoup de questions à se poser... Des joueurs complètement à côté de leurs patins (Aubry, Manavian, Irani, Lahesalu) et surtout un fond de jeu inexistant. Très inquiétant au vu des prochaines échéances : Strasbourg, Amiens, Rouen en Ligue Magnus, et surtout la finale de la coupe de France à Bercy le 30 janvier contre ces mêmes Rouennais.

Étoiles du match : *** Antti Pusa (Villard), ** Marc-André Tourigny (Villard), * Daniel Sedlak (Villard).


Angers - Villard-de-Lans 5-6 (1-1, 1-4, 3-1)
Mardi 11 janvier 2011 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1000 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Nicolas Piedigrossi et Pierre Dehaen.
Pénalités : Angers 14' (4', 6', 4') ; Villard 14' (2', 2', 10').
Évolution du score :
1-0 à 06'20" : Bellemare assisté de Belanger et Carlsson
1-1 à 08'32" : Zdenek assisté de Guillot-Diat
1-2 à 23'16" : Pusa assisté de Sigouin et Tourigny (inf. num.)
2-2 à 27'46" : Baluch assisté de Poudrier et Laprise
2-3 à 30'19" : Tourigny assisté de Pusa et Sedlak
2-4 à 30'29" : Gauthier assisté de Diaferia et Simonneau
2-5 à 33'44" : Tourigny assisté de Sedlak et Simonneau
3-5 à 44'04" : Fortier assisté de Bellemare et Belanger (sup. num.)
4-5 à 47'22" : Manavian assisté de Fortier et Bellemare
5-5 à 49'11" : Bellemare assisté de Fortier et Lahesalu
5-6 à 51'42" : Pusa assisté de Tourigny