Compiègne - Strasbourg 2 (Division 3, poule C)

Rentrée réussie pour les Lions !

IMG_95151Après la trêve de Noël, Compiègne se devait de bien démarrer l'année avec en ligne de mire la place de leader du groupe C. Objectifs atteints pour les jaunes qui s'imposent face à Strasbourg 2, grâce notamment à un dernier tiers-temps de folie.

Pourtant l'incertitude était de mise du côté des Picards avant l'entame de la rencontre. En effet, les Lions n'avaient plus disputé de match depuis près d'un mois, le dernier en date remontant au 11 décembre dernier à Valenciennes (2-6). De plus, les conditions climatiques difficiles des dernières semaines ont perturbé la bonne tenue des entraînements, de nombreux joueurs ne pouvant s'y rendre.

Pour Strasbourg, ce match était l'occasion de s'offrir le scalp d'un deuxième «gros» de ce groupe, après sa victoire face à Metz (5-3), mais aussi de revenir dans la course au premières places puisqu'avant le coup de sifflet, l'Etoile Noire n'était qu'à deux points des leaders.

Gueule de bois des lendemains de fête

Dès l'entame de match, on peut sentir la tension sur la glace. Malgré une défense agressive quoique légèrement brouillonne de Compiègne, se sont les visiteurs qui se créent la première occasion, suite à un renvoi de Ludovic Rio, le gardien de Strasbourg, du fond de la patinoire qui permet à Sylvain Quiquerez d'aller défier Richard Caladi, mais le dernier rempart des Lions s'impose avec autorité. Dans la foulée, les Strasbourgeois se retrouvent en situation de trois contre un mais ne parviennent pas à en profiter. Ils vont le regretter quelques secondes plus tard... Christopher Texeira Leite transmet à Ondrej Prokop qui envoie le palet au fond des filets (1-0, 3'17'').

On pense alors que Compiègne va se libérer complètement et lâcher les chevaux, mais c'est l'inverse qui se produit. Loin de se démoraliser, Strasbourg met la pression sur Compiègne et oblige Richard Caladi à intercepter un palet qui trainait dangereusement par là (3'40''). Quelques secondes plus tard, il est de nouveau mis à contribution mais relâche le palet, Noé Gersanois surgit et égalise (1-1, 4'03'').

Les Lions profitent ensuite de leur supériorité numérique, Thomas Dort passant deux minutes par la case prison pour trébucher sur Prokop, pour se procurer coup sur coup deux. La première suite à une belle frappe d'Alexandre Delplanque (6'14''). La seconde par l'intermédiaire de Christopher Texeira Leite dont le tir trouve le poteau du but gardé par Ludovic Rio (7'23''). De nouveau au complet sur la glace, c'est encore l'équipe de David Dostal qui se montre la plus entreprenante, à l'image de cette frappe qui passe de peu à côté après une belle remontée du palet.

Mais le sort a choisi son camp dans ce premier tiers-temps. Sur un palet anodin dégagé au fond de la glace par Strasbourg, Richard Caladi le récupère derrière sa cage, cherche son défenseur en s'aidant de la balustrade, mais un mauvais rebond envoi la rondelle de cuir devant la cage vide et, malgré un retour en catastrophe du gardien des jaunes, Noé Gersanois n'a aucun mal à s'offrir un doublé et permet aux alsaciens de prendre les commandes du match (1-2, 11'49'').

Compiègne KO, Strasbourg en profite. De nouveau dépassé en défense, le défenseur Sébastien Fronty est obligé de faire la faute pour empêcher un attaquant alsacien de partir défier seul Richard Caladi. L'arbitre n'hésite pas est accorde un tir de pénalité à Strasbourg. Noé Gersanois, encore lui, ne tremble pas et remporte son duel face au gardien picard en signant par la même occasion un triplé (1-3, 12'20''). Les Lions boivent le calice jusqu'à la lie.

Car par la suite, les jaunes essayent tant bien que mal de s'approcher du but strabourgeois mais sans réellement se montrer dangereux. Ainsi, après une frappe de David Dostal (12'36''), les joueurs de l'Etoile Noire ne se laissent pas impressionner et continuent de bouger la défense picarde, à l'image de ce joli slap de Sébastien Berges qui met Richard Caladi à contribution (15'47). Compiègne s'énerve et l'équipe multiplie les erreurs sur la glace. David Dostal tente de remobiliser ses joueurs en donnant de la voix sur le banc.

En fin de tiers temps, petit sursaut d'orgueil des Lions qui se procurent une belle occasion en contre-attaque. Après une bonne remonté du palet, trois jaunards se jettent devant la cage de Ludovic Rio mais c'est au-dessus (17'45''). Le mot de la fin revient tout de même à Strasbourg par l'intermédiaire de Pierre Bougé qui voit son slap dévié par une crosse compiègnoise.

IMG_95491Strasbourg fait de la résistance

Au retour des vestiaires, Compiègne sait qu'elle doit absolument réagir et se jette en attaque. Jérémy Lebreton est le premier à s'y coller mais sa frappe passe à côté. A noter que le président des Lions est descendu sur le banc des joueurs, preuve que les picards ne sont pas au mieux dans cette rencontre.

La rencontre devient alors beaucoup plus agressive et les pénalités se multiplient des deux côtés. Alexandre Delplanque (cinglage) répond ainsi à Come Dixsaut (retenir). Compiègne, peu réaliste jusque là, continue sont pressing offensif, cherchant désespérément le but qui leur permettrait de se relancer. Ludovic Rio joue alors les pompiers de service en effectuant deux arrêts décisifs (24'30''). Mais les Lions restent tendus et Alexandre Delplanque est de nouveau rappelé à l'ordre deux minutes pour trébucher (26'34'').

C'est le moment que choisit Strasbourg pour effectuer son effort. Et c'est le patin d'un joueur de Compiègne qui procure aux Alsaciens une grosse occasion, celui-ci envoyant le palet sur une crosse strabourgeoise. L'attaquant de l'Etoile Noire ne se fait pas prier et allume Richard Caladi qui repousse puis se jette sur la rondelle de cuire pour s'en saisir (27').

Dans la continuité de ce qu'ils avaient montré au premier tiers, les joueurs picards ne semblent pas trouver les clés du verrou alsacien et la frappe de David Selin du milieu de la glace sonne comme un aveu de désespoir (27'59''). Pourtant, poussés par un public de plus en plus chaud, les Lions vont véritablement bombarder le but strasbourgeois. C'est d'abord Pierre Brochard qui, d'un joli slap, sonne la révolte, mais Ludovic Rio détourne (28'25''). Puis David Dostal s'infiltre dans la défense alsacienne, contourne la cage et transmet à Ondrej Prokop qui, face au but, envoie le palet au-dessus (29'07''). C'est ensuite au tour d'Aurélien Delanchy de s'y frotter, mais son slap finit dans la mitaine du gardien de l'Etoile Noire (29'45''). Dans la foulée, Fronty n'accroche pas la cadre et Aurélien Delanchy, après avoir propulsé un joueur adverse contre la balustrade sous les hourras du public, manque son face-à-face (30'27'').

Strasbourg n'est pas en reste et se procure coup sur coup deux occasions par l'intermédiaire de Romain Schmitt et Sébastien Berges dont les frappes sont stoppées par un Richard Caladi inspiré (31'30''). Mais c'est bien Compiègne qui par la suite va continuer son pilonnage, à l'image des frappes des frappes d'Ondrej Prokop et de Maxime Caillard. Mais celles-ci restent trop lontaine et ne posent pas de problème à Ludovic Rio. Et c'est là tout le problème de Compiègne dans ce deuxième tiers. Car si l'équipe de David Dostal parvient à frapper, elle le fait le plus souvent de loin et n'est ainsi pas dangereuse outre mesure.

Malgré leur supériorité numérique en fin de période, les Lions ne parviennent pas à créer le danger et c'est même Strasbourg qui va se procurer une grosse occasion juste avant la rentrée aux vestiaires en contre attaque, avortée toutefois par un très bon Richard Caladi. Fin du second acte, le score n'a pas évolué et Strasbourg résiste face à une équipe de Compiègne qui doit se montrer beaucoup plus réaliste en attaque.

IMG_96141Les Lions sortent les griffes

Dès le début du troisième tiers-temps, Compiègne se procure une occasion suite à un gros cafouillage devant la but strasbourgeois (40'20'') mais ne parvient toujours pas à trouver l'ouverture. Ce n'est que partie remise quelques secondes plus tard... David Dostal remonte le palet avant de transmettre à Ondrej Prokop qui, face au gardien, propulse le palet dans la lucarne droite (2-3, 40'58''). Le public explose de joie.

Soulagés d'avoir enfin trouvée la faille, les Lions repartent à l'attaque. Après une première frappe contrée, Maxime Caillard arrive lancé et envoie un coup de pétard surpuissant, à côté cependant (43'50''). Strasbourg va ensuite se mettre en difficulté tout seul. Après une pénalité de Pierre Bougé pour cinglage (45'21''), Compiègne évolue deux minutes en supériorité numérique. Les jaunes ne laissent pas passer cette occasion et surtout pas Alexandre Delplanque qui, sur la droite du but alsacien, envoie le palet sur sa gauche en direction de Pierre Brochard qui transforme l'offrande (3-3, 46'20'').

Strasbourg demande un temps mort. L'occasion pour les deux entraîneurs de motiver leurs joueurs au maximum. Mais rien n'y fait pour Strasbourg, la machine jaune est lancée et semble inarrêtable. En situation de trois contre un, les Lions reprennent le contrôle du match grâce à Christopher Texeira Leite (4-3, 47'22''). Les spectateurs sont aux anges.

Pourtant les Alsaciens tentent bien de réagir. Ainsi, Richard Caladi doit s'employer pour détourner de la jambière un joli tir de Romain Schmitt (48'30''). Puis il faut un superbe retour de Clément Roussie pour gêner Sébastien Berges qui se présentait seul face au gardien picard (49'58''). Mais la chance a belle et bien tournée dans ce troisième acte, et c'est désormais Compiègne qui se montre le plus réaliste. À commencer par Christopher Teixeira Leite qui signe un doublé et permet aux Lions de breaker après une bonne transmission de David Dostal (5-3, 51'54'').

Les jaunes profitent ensuite d'une nouvelle supériorité numérique, suite à la pénalité reçue par Sylvain Quiquerez pour charge incorrecte, pour creuser un peu plus la marque. De loin, Ondrej Prokop allume, sa frappe est déviée par David Dostal qui surprend Ludovic Rio (6-3, 53'46''). Rémy Feuillet tente également sa chance mais sa frappe est trop sur le gardien alsacien (55'40''). Strasbourg n'y est plus et Compiègne en profite pour soigner ses stats. Et c'est Ondrej Prokop qui clôt définitivement la marque d'une frappe près du poteau après une transmission de David Dostal devant le but strasbourgeois (7-3, 56'00''). Compiègne aurait même pu alourdir encore la marque après une déviation de Clément Roussie pour Rémy Feuillet, mais l'attaquant picard frappe de nouveau trop sur le dernier rempart.

Compiègne arrache dans un troisième tiers de feu une victoire précieuse dans la course à la première place. Cette victoire, la quatrième à domicile cette saison en autant de matchs à la Mercières, permet non seulement aux Lions de rester à égalité de point avec Metz au classement général de la poule C mais aussi de creuser l'écart avec Strasbourg 2 qui reste accrochée à la troisième place à quatre points des deux leaders.

Prochain rendez-vous pour Compiègne à domicile face au Luxembourg, lanterne rouge de la poule, dans un match en retard. En cas de succès les Lions prendraient seuls le contrôle du groupe, avec toutefois un match d'avance sur Metz. Pour Strasbourg 2, le match à domicile face à Epinal 2 devrait être l'occasion de se relancer.

Charles Thelliez

Photos de Hervé Reynaud

Réactions d'après match :

David Dostal (entraineur-joueur de Compiègne) : « On mène rapidement mais après on se déconcentre, on est pas dans le match. Après Strasbourg a très bien joué, ils ont bien patiné et ils méritaient d'être devant. Par la suite, on pousse, on devient plus agressifs et plus réalistes et les débats s'équilibrent. Je retiens le 3e tiers-temps qui fut très bon pour nous, avec une bien meilleure circulation du palet. Malgré tout on fait encore trop de fautes et on prend trop de pénalités. Mais l'essentiel est là. Je tire une fois de plus mon chapeau aux onze joueurs de Strasbourg qui nous ont montré le vrai hockey ce soir, qui se joue avec le cœur et avec la tête. »

 

Compiègne - Strasbourg II 7-3 (1-3, 0-0, 6-0)
Samedi 8 janvier 2011, à 20h30 à la patinoire de Mercières. 250 spectateurs.
Arbitrage de Thomas Caillot.
Pénalités : Compiègne 14' (2', 8', 4'), Strasbourg II 28' (2', 12', 14').
Évolution du score :
1-0 à 03'17" : Prokop assisté de Teixeira Leite
1-1 à 04'03" : Gersanois
1-2 à 11'49" : Gersanois
1-3 à 18'20" : Gersanois (tir de pénalité)
2-3 à 40'58" : Prokop assisté de Dostal
3-3 à 46'20" : Brochard assisté de Delplanque
4-3 à 47'22" : Teixeira Leite assisté de Boucher
5-3 à 51'54" : Teixeira Leite assisté de Dostal
6-3 à 53'46" : Dostal assisté de Prokop et Delanchy
7-3 à 56'00" : Prokop assisté de Dostal et Teixeira Leite

 

Compiègne

Gardien : Richard Caladi.

Défenseurs : Sébastien Fronty – Maxime Caillard (A) ; Christopher Teixeira Leite – Aurélien Delanchy.

Attaquants : Alexandre Delplanque – Rémy Feuillet – Pierre Brochard ; Clément Roussié – David Dostal – Jonathan Boucher ; Pierre Brochard – Ondrej Prokop – David Dostal.

Remplaçants : Antoine Loriot, David Selin.