Morzine-Avoriaz - Amiens (Ligue Magnus, 16e journée)

Des Pingouins en panne de carburant

Amiens se présente ce soir dans le petit village du Chablais avec les dents longues. En cas de victoire en terre savoyarde, il serait leader de Ligue Magnus. À l'échauffement déjà on peut remarquer que les joueurs picards sont appliqués, les passes appuyées. Il y a manifestement du rythme et beaucoup d'envie. Dans les tribunes, ils ont le soutien d'un nombre non négligeable de supporters qui ont fait le déplacement depuis la Picardie.Morzine-Amiens_aChez les Pingouins, plusieurs joueurs relèvent de l'épidémie de gastro-entérite et de grippe qui a touché la région récemment. Pourtant, il devient important d'engranger les points pour Morzine : zéro point sur 8 possibles et c'est la spirale de la défaite qui menace de faire tomber le club dans le bas du classement, avec la menace d'un tirage au sort difficile pour le 1er tour des phases finales !

Un prologue équilibré

Le match démarre sans round d'observation, comme d'habitude sur la petite glace savoyarde. Billy Thompson, le portier amiénois, a l'occasion de se mettre en évidence après une minute seulement sur un tir de près de Niko Toivonen. Il repousse bien le puck pour l'occasion, mais à peine une minute plus tard, il ira le chercher au fond de sa cage sur une action dans l'axe, Matic Kralj expédiant la rondelle sur son côté droit (1-0, 2'17).Morzine-Amiens_b-1

Morzine poursuit sur cette bonne entame de match avec Denis Yusupov qui se montre dangereux sur le flanc gauche de la défense amiénoise (2'44). Mais les Picards réagissent, le jeu est vif et l'on va d'un but à l'autre sans retenue. Sur une action personnelle, après seulement cinq minutes de jeu, Paul Deniset, oublié sur le flanc droit de la défense locale, récupère le puck à la ligne bleue, accélère, et fixe parfaitement Tuomas Lohtander, le gardien morzinois, avant de glisser le palet sur la gauche du dernier nommé (1-1, 5'05).

Amiens poursuit sur son élan et se montre très menaçant avec un puck repoussé par Lohtander, plein axe, mais le rebond n'est pas concrétisé (6'17). Sur cette action, Morzine écope d'une prison, le jeu de puissance picard s'installe bien et l'on craint le pire. Heureusement, les Pingouins s'en sortent indemnes, mais la dynamique amiénoise est en marche.Ils se montrent dangereux sur une action à la limite du hors-jeu (8'40), puis Lohtander repousse de la poitrine (9'20), et il bloque parfaitement de la mitaine un lancer de Grégory Beron (10'37).

Bizarrement, après ces occasions picardes, c'est Morzine qui est à deux doigts de prendre l'avantage sur un puck qui rebondit contre la bande, derrière la cage de Billy Thompson, et qui revient légèrement sur le côté droit du but amiénois. Mais en homme d'expérience, Billy Thompson est attentif et fait échec à la tentative  de reprise morzinoise. Un arrêt spectaculaire et presque miraculeux, tant on voyait déjà l'objet dans la cage des visiteurs.

Alors que le 1er tiers se termine, on se dit que le match est équilibré et qu'Amiens se montre dangereux en attaque, surtout par l'intermédiaire de Paul Deniset. Morzine tente crânement sa chance, en cette fin de tiers, sur des lancers de Martin Arup (17'33) et Martin Millerioux (17'53). Les Gothiques répondent par un bon shoot de Claireaux qui finit dans la mitaine du portier local.

Amiens prend l'ascendant

Trente secondes  de jeu à peine, et Kévin Hecquefeuille remonte seul la rondelle, cadre parfaitement son shoot, malheureusement pour lui, sur le poteau. Une action de grande classe de la part d'un joueur omniprésent qui va éclabousser la rencontre de son talent ! Morzine répond sur l'action suivante, mais Amiens est le plus dangereux par Grégory Beron qui manque une cage ouverte (23'05), ou du moins a-t-il été contrarié dans sa tentative par le retour de Tuomas Lohtander !

Malgré cet excellent début de tiers amiénois, c'est Morzine qui trouve l'ouverture sur un bon travail dans l'axe et un lancer pleine lucarne, à mi-distance, de Ben O'Connor (2-1, 25'46). Un but qui vient à point pour les Pingouins et qui met la pression sur les Gothiques. Mais ceux-ci ont un objectif, ce soir, la victoire, et ils sont à nouveau dangereux. Lohtander repousse plusieurs tirs de près, le poteau le supplée et Amiens parvient à réduire le score sous les huées des supporters locaux qui avaient vu une charge incorrecte juste avant l'action conduisant à l'égalisation amiénoise par Valentin Claireaux (2-2, 26'49). M. Colleoni a choisi de ne pas sanctionner cette charge contre la bande. Sur d'autres actions, il se montrera plus pointilleux !

Les Amiénois revenus à un score de parité, tout est à refaire. Morzine manque un 2 contre 1 avec Martin Arup, démarqué, seul face à Billy Thompson. Mais son camarade choisit de lancer... sur le portier picard. Amiens sera plus réaliste à peine une minute plus tard sur une action derrière la cage de Tuomas Lohtander et un puck repris à bout portant par Grégory Beron (2-3, 29'29). Imparable pour le portier finlandais.

À ce moment du match, Amiens est plus vif et patine plus vite. Ils prennent petit à petit l'ascendant. Malgré tout, ils commettent des fautes et sont pénalisés par trois fois à partir de la mi-tiers. Mais les Pingouins se montrent maladroits en jeu de supériorité. S'ils parviennent à s'installer, ils manquent de vitesse d'exécution et ne font pas tourner l'objet assez rapidement. Les schémas tactiques restent conventionnels et le peu de variété mis dans ces jeux de puissance ne parvient pas à mettre vraiment en danger les Gothiques. On signalera pendant ces jeux de puissance une mitaine de Billy Thompson (32'49) ainsi qu'un arrêt de la jambière (35'40) sur un lancer de Martin Arup. Un joueur dont ses camarades devraient s'inspirer, tant il est vrai qu'il cadre toujours ses shoots !Morzine-Amiens_c-1

Puis c'est Amiens qui se manifeste à nouveau, tout d'abord sur un lancer lointain bloqué par Lohtander, et ensuite par un shoot à mi-distance de Claireaux (36'30). Il trouvent même une concrétisation à leurs velléités offensives par Miroslav Pazak après plusieurs tirs de près repoussés par Lohtander. Le gardien morzinois doit même se coucher, en dernier ressort, et Pazak n'a plus qu'à lever la rondelle qui finit dans la cage (2-4, 37'37).

Le tiers se termine avec une nouvelle alerte sur le but local, Tuomas Lohtander devant à nouveau se coucher pour éviter le pire (38'35). Amiens s'est détaché au score et le silence des supporters morzinois reflète une grande inquiétude avant la reprise du dernier acte. Il est certain que, physiquement, certains joueurs locaux sont diminués, et on ne les verra d'ailleurs pas beaucoup sur la glace (Christian Elian, Denis Kadic au 3e tiers). Face à des équipes telles qu'Amiens, il est important de pouvoir "faire tourner" les lignes.

Dans la logique du second tiers

À la reprise, Morzine porte le danger devant la cage de Billy Thompson, qui doit se coucher, et l'on pense alors que le puck est rentré. M. Colleoni ne valide pas le but et s'attire alors les foudres des supporters morzinois. Il est vrai que l'action était limpide et que, des tribunes, on ne pouvait pas voir la rondelle ailleurs que dans la cage. Mais les joueurs morzinois, toujours très respectueux du corps arbitral, ne protestent pas (42'22). Peut-être auraient-ils dû le faire ? En tout cas, sur l'action suivante, c'est Amiens qui aggrave le score par Grégory Beron. Pour son second but de la soirée, il ajuste la lucarne, sur la gauche de Lohtander (2-5, 42'32).

M. Colleoni se met à nouveau en évidence en sifflant une obstruction (peu évidente car apparemment non volontaire !) contre les Pingouins. Nouvelle bronca dans les tribunes, pas de grossièretés car ce n'est pas le genre de la maison. Il faut faire avec les décisions arbitrales, même si ce soir, certaines ne vont pas en faveur des locaux. Petite faute, grande conséquence : Amiens prend le large en jeu de puissance sur un lancer entre les jambières de Miroslav Pazak (2-6, 45'11).

Le score devient lourd, il reste quinze minutes de jeu, et l'on sent bien que les Pingouins n'ont pas le "jus" nécessaire pour combler leur retard. Mais à défaut de vivacité ce soir, Morzine a l'envie de s'accrocher afin de ne pas laisser Amiens s'envoler au score. Sur une remontée rapide du palet, Matic Kralj nettoie magnifiquement la lucarne gauche du gardien canadien d'Amiens (3-6, 45'44). Un but consolation, mais pas seulement, car après tout, 3 buts en 15 minutes, c'est faisable se dit-on !

Les joueurs locaux n'abdiquent pas et ça se voit. Un premier lancer à mi-distance ne trouve pas l'ouverture (47'24), mais c'est partie remise puisque Jimi Santala transperce Billy Thompson de la ligne bleue , d'un lancer limpide qui laisse tout le monde admiratif (4-6, 47'27). Un retour somme toute mérité pour des Chablaisiens qui compensent leur manque de vivacité d'un soir, par une combativité méritoire.

Et puis l'inconcevable se produit. Certainement le tournant du match. Morzine tergiverse en défense, relance mal depuis l'arrière du but et abandonne le palet plein axe à Kévin Bergin qui punit la défense locale. Une véritable crucifixion à ce moment de la partie (4-7, 49'15).

Difficile de se relever d'une telle bourde qui met à nouveau Amiens à trois buts d'écart. Et Kévin Hecquefeuille qui slalome sur la droite et derrière le but local, personne ne parvenant à lui prendre le puck ! Quel joueur. Un régal !

Il reste à présent neuf minutes de jeu, Morzine n'arrive plus à contenir les Gothiques. Ceux-ci sont décidément plus frais ! Après une pénalité sifflée contre Martin Arup, Amiens trouve à nouveau l'ouverture sur un lancer dans le traffic, dévié : un but accordé à Pavel Kowalczyk (4-8, 54'11).

Morzine-Amiens_d-1

La fin de match est quelque peu débridée, chaque équipe portant tour à tour le danger sur le but adverse. Thompson effectue un plongeon spectaculaire (57'13), sur un beau redoublé Deniset oblige Lohtander à un bel arrêt (57'23) et, pour conclure, Hecquefeuille trouve la mitaine du finlandais (58'00).

La coupe est pleine, le score un peu sévère car le scénario n'a pas été favorable aux Pingouins.

Depuis quelques matchs, le rebond du palet leur est défavorable. La gastro ou la grippe vient s'y ajouter. Bref, rien ne va plus, mais on sait que la roue tourne toujours et que l'on ne reste jamais éternellement en situation de déveine.

Du côté amiénois, l'équipe semble en pleine confiance et il est vrai qu'avec des Paul Deniset ou des Kévin Hecquefeuille, on possède de vraies perles. Somme toute, un match agréable, et l'on souhaite que les Pingouins pourront mieux rivaliser à l'avenir, notamment si les équipes devaient se rencontrer lors des phases finales.

 

Morzine - Amiens 4-8 (1-1, 1-3, 2-4)
Samedi 15 janvier à 20h30 au Parc des Sports de Morzine 825 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Nicolas Cregut et Benjamin Gremion.
Pénalités : Morzine 12' (6', 0', 6'), Amiens 12' (4', 6', 2').

Évolution du score :
1-0 à 02'17" : Kralj assisté de Majernik et Kadic
1-1 à 05'05" : Deniset
2-1 à 25'46" : O'Connor assisté de Majernik et Kadic
2-2 à 26'49" : Claireaux assisté de Petit et Marcos
2-3 à 29'29" : Beron assisté de Tomasek et Kowalczyk
2-4 à 37'37" : Pazak assisté de Roussel et Offret
2-5 à 42'32  : Beron assisté de Deniset et Tomasek
2-6 à 45'11  : Pazak assisté de Mortas et Bachet (sup. num.)
3-6 à 45'44  : Kralj assisté de Arup et Majernik
4-6 à 47'27  : Santala assisté de O'Connor
4-7 à 49'15  : Bergin assisté de Deniset
4-8 à 54'11  : Kowalczyk assisté de Mortas et Pazak (sup. num.)


Morzine-Avoriaz

Gardien : Tuomas Lohtander.

Défenseurs : Nicolas Antonoff - Mathieu Jestin ; Ben O'Connor - Jimi Santala  ; Christian Élian (A) - Martin Millerioux.

Attaquants : Cyril Papa - Mickaël Brodin (C) - Martin Arup ; Denis Kadic - Toni Koivunen (A) - Matic Kralj ; Stefan Majernik - Denislam Ioussoupov - Niko Toivonen ; Olegs Koreškovs.

Remplaçants : Adrien Morin (G), Romain Bonnefond, Loïc Gaydon, Maksim Goubine, Théophile Mourin.

Amiens

Gardien : Billy Thompson.

Défenseurs : Vincent Bachet (C) – Pavel Kowalczyk ; Teddy Trabichet – Kevin Hecquefeuille ; Thomas Roussel – Romain Bault.

Attaquants : Martin Tomasek – Paul Deniset – Grégory Béron ; Miroslav Pazak – Anthony Mortas – Kevin Bergin ; Simon Petit – Valentin Claireaux – Julian Marcos ; Florent Neyens – Aïna Rambelo – Yannick Offret.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Maxim Belov.