Mulhouse - Reims (Division 1, 17e journée)

La ballade des gens heureux !

Une semaine après sa belle victoire face à Neuilly (4-3), Reims se doit de la faire fructifier lors de son périlleux déplacement chez les Scorpions de Mulhouse. A l’aube de ce match, la méfiance est de mise côté rémois face à une formation en quête de points et désireuse de faire oublier son faux pas à Brest (3-8). Pour cet affrontement, François Dusseau conserve le même alignement que face aux Bisons, qui lui a donné entière satisfaction. Seul l’absence de Molmy est à noter chez les Rémois, tandis que Mulhouse déplore les absences de Gadoury, Öberg et Kulevicius.

Au match aller, les Scorpions avaient démarré pied au plancher et pris à la gorge les Phénix. Ce samedi, les hommes de François Dusseau refont la même à leurs hôtes, leur envoyant au passage un signe fort d’entrée de match. Rapidement, Reims traduit au score sa bonne entame. A peine 50 secondes d’écoulées, Savoie déborde sur l’aile et attaque la cage d’Hurajt. Le Québécois rate son lancer, ce qui surprend la défense mulhousienne, mais pas Vrielynck qui ouvre la marque du revers (0-1 à 00’55"). Les affaires s’engagent bien pour les Phénix, qui continuent sur le même rythme et forcent Mulhouse à concéder une infériorité (02’03"). En supériorité, Reims installe son jeux de puissance et frappe plusieurs fois à la porte d’Hurajt, qui reste solide face aux essais de Vigners ou encore Gervais. Pourtant le danger est toujours présent sur les cages des locaux. Sur une remontée express du palet, Jérémy Sabatier sert Grill lancé, qui décoche une véritable mine de la bleue en pleine lucarne, laissant Hurajt sans réaction (0-2 à 04’01").

Les Scorpions ont à peine le temps de se remettre de ce but, qu’ils se retrouvent de nouveau en infériorité pour un « retenir » de Cerny (04’51"). Et là, Reims va se montrer intraitable, comme sur la supériorité précédente. Vesely lance de la bleue, Hurajt concède un rebond que Vigners convertit en but malgré la mitaine du portier slovaque (0-3 à 06’51"). Les Scorpions sont KO debout et Christer Eriksson appelle un temps-mort pour tenter de stopper l’hémorragie. Sur l’engagement, un début d’éclaircie arrive chez les Scorpions à la 7ème avec une première occasion sur les cages de Kubis, œuvre de Kiska.

Peu après, Reims concède une pénalité et donne l’occasion aux Scorpions de se relancer. Seulement, Kubis et sa défensive ne sont pas de cet avis. Le portier tchèque ferme consécutivement la porte à Croteau et Papaux, puis frustre Dufournet d'un réflexe de la botte, alors que le Mulhousien se trouve esseulé dans le slot. Mulhouse pousse, mais de façon désordonnée, à l’opposée d’une formation rémoise bien en place et qui a tous les contres en sa faveur dans ce premier tiers. Les locaux n’y sont pas et vont même offrir sur un plateau un but aux Rémois. A la 14ème, Prunet rate complètement sa relance, qui termine dans la palette de Florian Sabatier. L’avant rémois ne se pose pas de question et lance instantanément entre les bottes d’Hurajt, pour inscrire le 4ème but des Phénix (0-4 à 13’09"). Un silence de cathédrale résonne désormais dans la patinoire de l’Illberg, connue pourtant pour ses chaudes ambiances. Les supporters mulhousiens crient leur mécontentent, pendant que les joueurs essaient de réagir, sans plus de réussite. Avec son avantage, Reims se relâche quelque peu par la suite et concède deux nouvelles supériorités en fin de tiers. Toutefois, la défensive rémoise fait son boulot et Mulhouse ne parvient pas à se mettre en situation favorable. Rien n’évolue jusqu’à la sirène et les Phénix regagnent leur chambre, après un premier tiers parfaitement négocié.

Au retour sur le glaçon, les locaux semblent animés de meilleurs intentions. Dès les premières minutes du tiers, Kubis se retrouve très vite au travail face au remuant Croteau, mais le Tchèque fait barrage sur la tentative du Canadien. Mulhouse parvient enfin à faire jeu égal avec les Phénix et les partisans des Scorpions croient à ce but qui relancerait ses protégés. Rien n’y fait, même en supériorité à la 26ème, les hommes d’Eriksson ne trompent pas la vigilance d'un Kubis impérial jusque là. Pourtant plus combatif, Mulhouse n’arrive pas à décocher la timbale, tout juste une boule à facette, qui va obliger le jeu à s’arrêter quelques instants pour faire enlever les débris tombés sur la glace. Après quelques instants, le jeu reprend et voit Reims asseoir sa domination.

A la 33ème le trio Rehor-Savoie-Vrielynck se met en action et met la panique aux abords du slot mulhousien. Une nouvelle fois, Vrielynck se montre le plus opportuniste pour expédier le palet au fond et éteint définitivement les derniers espoirs de retour des locaux (0-5 à 32’11"). Sur l’engagement, Reims se présente de nouveau en zone offensive. Le duo Vigners/Florian Sabatier combine bien et donne le tournis aux défenseurs mulhousiens. Profitant du bon travail de ses partenaires de lignes, Rouillard se retrouve servi sur le coté gauche et vient loger la rondelle dans un trou de souris au premier poteau (0-6 à 32’42"). L’avant rémois est tout à sa joie en inscrivant son premier but de la saison. De l’autre côté, c’en est de trop pour Hurajt, qui est remplacé par Pingrit.

Changement de gardien bénéfique pour les locaux ? Dans la minute suivante, Papaux apporte un début de réponse en déviant habilement un tir de Salvin (1-6 à 32’58"). Le public local est tout à sa joie de pouvoir fêter enfin un but. Pourtant, le speaker a tout juste le temps d’annoncer les marqueurs, que Reims se pointe en zone et va en remettre une couche. Savoie sert Vrielynck, qui lance une première fois sur Pingrit, mais le palet s’égare sur le coté… vers le Québécois, qui n’en demande pas tant et inscrit le 7ème but (1-7 à 34’26"). Les Phénix continuent leur récital et montrent qui est le patron sur la glace. A la 36ème, Gervais envoie Grill en break, le Slovaque feinte Pingrit et loge la rondelle en partie supérieure (1-8 à 35’50"). Partisans et joueurs des Scorpions sont sonnés par la tournure des évènements, tandis que les supporters mulhousiens, totalement désabusés, préfèrent la lecture des nouvelles locales…En toute fin de tiers, Desrosiers corse l’addition, en se jouant de Pingrit avec malice, le top-scorer québécois tirant de derrière le but dans le dos du portier (1-9 à 39’05"). Le match tourne à la démonstration et Reims a donné au score des dimensions abyssales avant le dernier acte. A la sirène, le public de l’Illberg gronde avec véhémence et des sifflets accompagnent le retour des joueurs aux vestiaires.

A la reprise du match au 3ème tiers, l’objectif pour Reims est de gérer au mieux le dernier 20, tout en continuant à se faire plaisir et à éviter d’éventuelles blessures ou suspensions. Reims se contente de faire tourner le chrono face à des Scorpions qui attendent la fin de leur calvaire. Néanmoins, Mulhouse tente bien de se rebeller, mais le cœur n’y est plus. Croteau avec Kiska sont parmi les seuls mulhousiens à essayer de troubler la quiétude de Kubis. D’ailleurs, c’est ce duo qui va être à l’origine de la réduction la marque à la 46ème. Kiska s’échappe sur l’aile droite, sa tentative est contrée par le retour de Gervais, mais le Slovaque réussit dans un 2ème temps à servir dans l’axe Croteau qui marque (2-9 à 45’36").

Cependant, la joie va être de courte durée pour les Scorpions ! A croire que les Rémois se font un malin plaisir à ramener son adversaire à la réalité du soir. Dans la minute qui suit, Grill inscrit son premier hat-trick de la saison, en conclusion d’un service en or de Jérémy Sabatier, posté derrière les cages (2-10 à 46’39"). Dès lors, rien ne peut empêcher les Phénix de dérouler leur jeu. Toutefois, Pingrit réalise quelques parades pour éviter à ses couleurs de sombrer encore plus. Le gardien mulhousien en vient même à déplacer sa cage volontairement pour éviter un but de Jérémy Sabatier, qui semble pourtant avoir marqué avant l’intervention du portier. L’arbitre sanctionne malgré tout Pingrit et Reims se retrouve en avantage numérique à 53’08". Les hommes de François Dusseau ne perdent pas de temps pour en tirer profit. Sur la supériorité, Gervais se trouve à la conclusion d’un jeu en triangle, amorcé par Savoie puis relayé par Vrielynck, parachevant du même coup la belle partition des Phénix (2-11 à 53’18"). Les dernières minutes s’écoulent sans faits nouveaux et la sirène vient mettre fin à la soirée cauchemardesque des locaux. De son côté, Reims savoure un succès mérité dans un match dominé de bout en bout.

Dans une rencontre qui s’annonçait particulièrement piégeuse, Reims a parfaitement géré son affaire, mettant rapidement à la raison son adversaire avec un jeu rapide et efficace. Avec les deux points, les Phénix continuent sur leur lancée et consolident du même coup leur 3ème place au classement. Prochaine étape pour la formation de François Dusseau, la réception à Bocquaine des Aigles de Nice, qui ont donné du fil à retordre à Jean Bouin lors du match aller (Ndlr : gain 4-2 des Rémois avec dernier but en cage vide), pour un match indécis entre deux équipes en forme.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Mulhouse - Reims 2-11 (0-4, 1-5, 1-2).
Samedi 22 janvier 2011 à 17h45 à l'Illberg. 885 spectateurs.
Arbitrage de Gilles Durand assisté de Matthieu Pretat et Sueva Torribio.
Pénalités : Mulhouse 8' (6', 0', 2'), Reims 10' (8', 2‘, 0').
Évolution du score :
0-1 à 00'55" : Vrielynck assisté de Savoie et Coustenoble
0-2 à 04'01" : Grill assisté de Prochazka et J. Sabatier (sup. num.)
0-3 à 06'19" : Vigners assisté de Vesely (sup. num.)
0-4 à 13'09" : F. Sabatier
0-5 à 32'11" : Vrielynck assisté de Savoie et Rehor
0-6 à 32'42" : Rouillard assisté de F. Sabatier et Vigners
1-6 à 33'58" : Papaux assisté de Salvin et Aubry
1-7 à 34'26" : Savoie assisté de Vrielynck
1-8 à 35'50" : Grill assisté de Gervais
1-9 à 39'05" : Desrosiers assisté de Gervais et Prochazka
2-9 à 45'36" : Croteau assisté de Kiska et Cerny
2-10 à 46'39" : Grill assisté de J. Sabatier et Prochazka et Desrosiers
2-11 à 53'18" : Gervais assisté de Vrielynck et Savoie (sup. num.)