Strasbourg - Mont-Blanc (Ligue Magnus, 19e journée)

Le Mont-Blanc, toujours en quête de points en vue de se sauver de la zone rouge, se devait de revenir de Strasbourg avec la victoire.

Les Strasbourgeois veulent imprimer le rythme du match et effectuent un pressing constant sur la défense des visiteurs dès le début de la soirée. Les rouges et verts profitent de leur première supériorité, consécutive à un cinglage de Cibula, pour ouvrir le score. Étienne Croz, bien servi par Clément Masson, parvient à tromper le gardien local (0-1, 15'09"). Le Mont-Blanc est maintenu en zone défensive mais Henry-Corentin Buysse est impérial sur sa ligne et parvient à bloquer tous les tirs de l'Étoile noire.

La seconde période sera rythmée par les différentes pénalités des deux équipes. Le score ne change pas pour autant. Malgré tout, en toute fin de période, Johan Chang récupère un palet en zone offensive et parvient à le glisser à Numa Besson qui se retrouve seul face au portier strasbourgeois et le trompe (0-2, 38'03").

Avec un avantage de deux buts, les coéquipiers de Clément Masson revenaient pour le dernier tiers-temps avec de bonnes chances de s'imposer. Julien Burgert ne voyait pas les choses ainsi. Il profitait de la première supériorité de son équipe pour réduire le score et mettre la pression sur l'équipe du Mont-Blanc (1-2, 43'10"). Après l'expulsion pour piquage de Dufournet et une double pénalité mineure de Cesnek, les hommes de Christopher Lepers se retrouvaient avec un avantage de deux hommes, mais l'Étoile noire résistait bien. En toute fin de match, le coach local tentait le tout pour le tout et sortait son gardien. L'inverse de sa stratégie arriva, John Sullivan parvenait à libérer les siens en inscrivant le dernier but en cage vide (1-3, 59'55").

Les hommes de Christopher Lepers remportent leur seconde victoire de la saison et se rapprochent doucement de Caen, avant-dernier, avec 6 matchs à jouer. Tout reste possible.

Communiqué du HC Mont-Blanc

Commentaires d'après-match (dans les Dernières Nouvelles d'Alsace)

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "Pas de rythme, pas d'envie, pas de pression. On pensait peut-être que ça serait facile, qu'ils allaient nous donner le palet. Quand on ne respecte pas l'adversaire, on ne peut pas espérer gagner. Face à une équipe qui attend dans sa zone, il faut faire l'effort pour se démarquer, l'effort pour faire la bonne passe. Il n'y avait rien de tout cela. C'est peut-être humain de vouloir du répit, mais il ne peut pas y en avoir. On ne peut pas accepter de jouer comme cela, on ne peut pas se satisfaire d'être à cette place (8e) alors qu'on peut faire beaucoup mieux."

 

Strasbourg – Mont-Blanc 6-3 (4-0, 2-2, 0-1)
Mardi 25 janvier 2011 à 20h00 à l'Iceberg. 805 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de David Courgeon et Mathieu Loos.
Pénalités : Strasbourg 37' (2', 4', 6'+5'+20') ; Mont-Blanc 12' (2', 0', 10').
Tirs cadrés : Strasbourg 40 ; Mont-Blanc 24.
Évolution du score :
0-1 à 15'09" : Croz assisté de Masson et Clarke (sup. num.)
0-2 à 38'03" : N. Besson assisté de Chang et Masson
1-2 à 43'10" : Burgert assisté de Bradley et Mallette (sup. num.)
1-3 à 59'55" : Sullivan assisté de Masson et Clarke (cage vide)


Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský [sorti de sa cage de 58'22" à 59'55"].

Défenseurs : Pasi Petriläinen - Žiga Svete ; Michal Cesnek - David Stríž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette.

Attaquants : Lionel Tarantino - Ján Cibula - David Cayer ; Édouard Dufournet - Élie Marcos (C) - Pierre-Antoine Devin (A) ; Juho Lehtisalo - Paul Bradley - Julien Burgert ; Timothée Franck.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Pierre Bougé.

Mont-Blanc

Gardien : Henry-Corentin Buysse.

Défenseurs : Dusan Brincko - Stefan Wiktorsson ; Numa Besson - Arthur Cocar ; Sébastien Borini.

Attaquants : Jeffrey Clarke - Clément Masson (C) - John Sullivan ; Josselin Besson - Romain Orset (A) - Arthur Coulon ; Jérémy Ares - Étienne Croz (A) - Johan Chang.

Remplaçants : Luc Saccomano (G), Lionel Simon, Victor Cocar, Morgan Vialle, Gaël Jeanbourquin. Absent : Kévin Hamon.