Viry-Châtillon - Meudon (Division 2, 14e journée)

Meudon à l'attaque sans le meilleur buteur de D2

CohenAntoineL'année 2011 a mal commencé pour Viry-Châtillon, retombé sous la barre des qualifiés en play-offs après avoir perdu la semaine dernière en déplacement dans la Vanoise. Si les Jets s'étaient inclinés 1-3 à l'aller sur une grande performance du gardien adverse, ils ont encaissé au retour un 5-11 beaucoup plus suspect, tant sur leur comportement défensif que la forme et la confiance de leur gardien Geoffroy Marcon, remplacé par Lallemand à 4-7 après trente-cinq minutes.

Viry est maintenant devancé par Vanoise aux confrontations directes et compte deux points de retard sur Meudon. Autant dire que c'est un match à quatre points pour les deux équipes. Or, les visiteurs l'abordent sans leur buteur-vedette Vikael To-Landry, 20 buts en 13 journées : il est habillé sur le banc mais boîte un peu, blessé à la cuisse.

Meudon paraît donc à la portée de Virois qui attaquant le match très fort. Dès la deuxième minute, un tir de la bleue de Romain Costes est dévié sur Antoine Cohen placé au second poteau (1-0, 01'27"). La domination locale continue mais Kevin Dugas le concrétise pas une reprise à bout portant dans le slot. C'est donc la troisième ligne qui se charge de doubler la mise. Le travail de patinage de Loïc Lemoine met la pression dans le coin et ramène le palet devant la cage où Alexis Gautron le lève dans le haut du filet (2-0, 07'54").

Les premiers coups s'échangent et Viry passe quatre minutes en infériorité après une pénalité de Costes. Les Jets durcissent le jeu sans palet et semblent sur le point de tuer la double pénalité quand, à sept secondes de l'échéance, le défenseur junior Thomas Lebailly monte pour une ultime offensive et trompe Geoffroy Marcon, coupable au niveau de sa botte gauche (2-1, 13'21"). Marcon se rattrape sur un revers de Gaël Guilhem puis sur le rebond, mais sur l'engagement, Lebailly tire et le palet dévié retombe dans le filet avec une trajectoire bizarre (2-2, 16'34").

La première ligne de Viry rétorque une minute plus tard. Anthony Kodyjasz envoie le palet le long de la bande vers Karl Gilbert derrière la cage qui remet aussitôt dans le slot où Kevin Dugas arrive démarqué pour rediriger tranquillement le palet entre les jambières du gardien (3-2, 17'44"). La défense meudonnaise a été absente sur cette action, et c'est loin d'être la première fois qu'elle était prise à défaut sur des palets en retrait devant la cage. Après vingt minutes, les visiteurs ne paraissent pas capables de gérer la vitesse des Jets.

DugasKevinLa situation change radicalement au deuxième tiers-temps. Viry est sous pression dans sa zone et le but lui pend au nez. Marcon pare du gant un tir de Bernardon sur un palet conquis derrière la cage par Soustelle, mais dans la continuité de l'action, Gaël Guilhem se défait de David Layne pour venir dans l'angle lever le palet au-dessus de l'épaule du gardien (3-3, 23'29").

Après un surnombre meudonnais, Viry n'arrive pas à s'installer et accumule tout ce qu'il ne faut pas faire dans sa zone défensive avec le palet. Au contraire, quand Denis est pénalisé pour coup de coude, Meudon convertit sa supériorité numérique : Marcon ferme mal ses bottes face au tir du cercle gauche de Florian Nesa, et le palet glisse doucement derrière lui (3-4, 29'40").

Antoine Cohen, qui a mis fin à sa malédiction offensive avant Noël à Cholet, a retrouvé la mire et place un tir précis à mi-hauteur, côté gant de Michaud (4-4, 30'51"). Mais dix-sept secondes plus tard, ce même Cohen voit sous ses yeux Florian Nesa dévier tranquillement un centre au second poteau de Gaël Guilhem, une faute de marquage imputable à ses arrières et plus particulièrement à Layne (4-5, 31'08"). Même quand le positionnement défensif est plus serré, Antoine Bernardon, entouré de deux Virois dont Kerneis qui hurle sa frustrtion, parvient à reprendre la passe de derrière la cage de Nesa (4-6, 34'46").

Les quatre buts meudonnais de cette deuxième période ont été marqués par la même ligne, constituée à la pause par la promotion de Gaël Guilhem aux côtés de Bernardon et Nesa. Celui qui a perdu son poste sur le premier trio, c'est Romain Soustelle, mais il perd bien plus quand, dérapant dans un freinage, il heurte la balustrade patins en avant : il se tient aussitôt la cheville et doit quitter le jeu.

La troisième période commence par deux pénalités consécutives des défenseurs virois, un retenir de Layne et une dure charge contre la bande de Kerneis sur Blommaert. Le très bon travail en infériorité de Costes, Dugas et Kodyjasz notamment prive au mieux Meudon de palet pendant quatre minutes sans prendre de risques. Un déclic pour une équipe viroise qui doute ? On peut le croire quand Alexis Gautron remet le palet en retrait pour Loïc Lemoine dans le slot (5-6, 47'17").

Quatorze secondes. Les Jets ont l'espoir plus furtif qu'un F-22... Geoffroy Marcon encaisse en effet un but de Nesa sur l'action suivante (5-7, 47'31"). Le coupable relâchement virois laisse Meudon partir en 2 contre 1 pour un nouveau but de Gaël Guilhem (5-8, 48'13"). On marche sur la tête puisque cette fois les joueurs de l'Essonne répliquent en sept secondes, par un bon décalage de Dugas pour Kodyjasz (6-8, 48'20").

Meudon tue le temps mieux qu'un Sudoku. Viry doit tuer une troisième pénalité de Layne, mais peu après le retour au complet, Nicolas Barbey place une contre-attaque fatale (6-9, 54'24"). Les Jets n'attaquent presque plus que pour l'honneur. Marouillat effectue un 360° en zone offensive et arrive à la cage, où une échauffourée éclate : le gardien Sylvain Michaud, très calme avant et après cette action, donne alors deux droites à Chougui qui lui tourne le dos, enserré dans la mêlée. La pénalité du gardien réduit Meudon à 3 contre 5, et Juraj Varga déplace la cage pour éviter le but à 59'31". L'arbitre accorde le tir de pénalité, Dugas part tout droit, Michaud quitte sa ligne rapidement et gagne le duel en captant le tir dans son gant. Le score en reste donc là.

Meudon prend quatre points d'avance sur Viry avec l'avantage aux confrontations directes, et a déjà un pied en huitièmes de finale. Ses meneurs offensifs se sont dévoilés hors de l'ombre de To-Landry. Quant à Sylvain Michaud, réputé à Cergy pour son audace dans les relances, il s'est adapté ce soir à d'autres consignes de jeu en restant très calme et placé sur sa ligne.

Les joueurs de Viry quittent la glace avec la mine sombre des mauvais jours. Deux déplacements difficiles les attendent à Amnéville et à Lyon, et ils y sont contraints à l'exploit pour ne pas perdre la maîtrise de leur destin. Ce soir, le marc de café présente une couleur inquiétante, celle de la poule de relégation.

Commentaires d'après-match

Francis Larivée (entraîneur de Meudon) : "Cela fait deux matches d'affilée qu'ils mettent six buts, et on sait qu'ils ont une grosse offensive. Il faut reconnaître le mérite de Sylvain Michaud car le match n'était pas facile avec beaucoup de palets dans le bas de la cage. C'est une victoire même si ce n'est pas un score de hockey. Malheureusement, je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de [Geoffroy] Marcon, je le connais bien et ce n'est pas son niveau. On s'est battu d'autant plus fort que Vikael [To-Landry] n'a pas fait une présence. Neuf buts sans le meilleur marqueur du championnat des deux poules confondues, ce n'est pas mal. On a modifié nos trios au deuxième tiers pour amener plus de profondeur à Nesa et Bernardon, qui faisaient un fort début de match, avec l'expérience et la qualité technique de Gaël Guilhem. Certains ont moins joué, la roue tourne, mais j'attends avant la fin de saison le réveil de joueurs comme Ruffin ou Millet."

Sylvain Michaud (gardien de Meudon) : "J'ai fait un camp de CHL à Oklahoma parce que ça pouvait m'ouvrir la porte de grosses ligues. J'ai été retranché et j'ai souhaité alors revenir en France. Je n'ai pas aimé l'expérience aux Etats-Unis, c'est un gros business, je ne souhaite plus rejouer là-bas. Meudon est un club familial qui m'a accueilli de manière remarquable, les gens viennent vers nous. On aurait pu aborder ce match avec des craintes car To-Landry est un très bon rouage de notre équipe, mais les autres joueurs ont saisi l'opportunité. En troisième période, le mot d'ordre était de ralentir le plus possible le jeu, de casser leur rythme. Le plan de match était de les endormir et je l'ai appliqué. [...] Je reçois un coup derrière la tête, je ne sais pas qui c'est, mais j'ai voulu faire passer un message pour qu'ils n'aient pas le sentiment de pouvoir donner des coups sans qu'on réponde jamais."

 

Viry-Châtillon - Meudon 6-9 (3-2, 1-4, 2-3)
Samedi 22 janvier 2011 à 20h30 à la patinoire des Lacs. 160 spectateurs.
Arbitrage de Christophe Moncozet et Ronan Tomou.
Pénalités : Viry 26' (6', 4', 6'+10), Meudon 34' (4', 6', 4'+10'+10').
Tirs : Viry 46 (14, 16, 16), Meudon 33 (12, 13, 8).

Évolution du score :
1-0 à 01'27" : Costes assisté de Marouillat
2-0 à 07'54" : Lemoine assisté de Chougui
2-1 à 13'21" : Lebailly assisté de Libat et Barbey (sup. num.)
2-2 à 16'34" : Lebailly assisté de Libat et Blommaert
3-2 à 17'44" : Dugas assisté de Gilbert et Kodyjasz
3-3 à 23'29" : G. Guilhem assisté de Nesa
3-4 à 29'40" : Nesa assisté de G. Guilhem et Varga (sup. num.)
4-4 à 30'51" : Cohen
4-5 à 31'08" : Nesa assisté de G. Guilhem et Bernardon
4-6 à 34'46" : Bernardon assisté de Nesa et G. Guilhem
5-6 à 47'17" : Lemoine assisté de Gautron et Chougui
5-7 à 47'31" : Nesa assisté de Bernardon et Soustelle
5-8 à 48'13" : G. Guilhem
6-8 à 48'20" : Kodyjasz assisté de Gilbert et Delecour
6-9 à 54'24" : Barbey assisté de G. Guilhem et Varga


Viry-Châtillon

Gardien : Geoffroy Marcon.

Défenseurs : Yvan Kerneis (C) – Guillaume Jeanette ; David Layne - Hugo Delecour ; Romain Costes.

Attaquants : Kévin Dugas (A) - Karl Gilbert - Anthony Kodyjasz ; Antoine Cohen - Mickaël Marouillat - Mickaël Denis (A) ; Loïc Lemoine - Alexis Gautron - Felix Chougui.

Remplaçants : Thierry Lallemand (G), Gautier Rauline. Absents : Giovanni Lelièvre (luxation de l'épaule), Nicolas Cargou (G), Thomas Frachon.

Meudon

Gardien : Sylvain Michaud.

Défenseurs : Thomas Lebailly (A) - Juraj Varga ; Sébastien Grasset - Jordan Toolsee ; Gaëtan Tourte - Thomas Ruffin.

Attaquants : Florian Nesa [puis G. Guilhem à 20'] - Antoine Bernardon (C) - Romain Soustelle [puis Nesa à 20'] ; Gaël Guilhem [puis Soustelle à 20'] puis Aymeric Millet à 40' - Yoann Guilhem - Nicolas François ; Baptiste Blommaert - Nicolas Barbey (A) - Julien Libat.

Remplaçants : William Bonnet (G), Vikaël To-Landry.