Épinal - Morzine-Avoriaz (Ligue Magnus, 20e journée)

Quand Lacasse va, tout va !

Lohtander_TuomasDans cette Ligue Magnus perpétuellement fluctuante, l'IC Épinal reste une valeur-sûre. Contrairement au HCMA, qui a vu ses actions dégringoler le mois dernier. Pourtant, la tendance des Pingouins est à la hausse après leur victoire à Caen samedi dernier (2-1 a.p.). Leurs premiers points pris en championnat depuis le 3 décembre...

La cote des Dauphins, affaiblie par le fiasco rouennais, est bien remontée après la victoire sur Strasbourg (4-2). Une tendance confirmée par ce succès ramené mardi de Chamonix (4-3 a.p.). Oui, l'ICE a rebondi, comme Santino Pellegrino l'avait prédit. Ce soir pourtant, l'Italo-Canadien devait faire sans Jan Hagelberg, à qui Ján Šimko a visiblemement "refilé" sa gastro.

Forts d’un groupe résolument cosmopolite, les Haut-Savoyards ont brisé, un soir de novembre, les rêves spinaliens en Coupe de France (8-4). Pour se venger d'un adversaire les ayant également battus de peu à l'aller (2-3 a.p.), les Vosgiens devaient donc impérativement s'imposer...

Et la vengeance, justement, c’est un plat qui se mange froid. Mais pas trop quand même. Aussi les Dauphins prennent-ils d’emblée les choses en main, portés par l'aisance technique de Ján Plch et Michal Petrák. Aux abois, les Alpins souffrent mais se rebiffent sans tarder, bien aidés il est vrai par de fâcheuses approximations dans les transmissions. Il suffit ainsi d'un palet perdu en zone neutre pour que Štefan Majernik s'en aille tester Lacasse (02'25").

Pourtant, c'est bien l'équipe de contres qui va se faire contrer. Tout part d'un "sacrifice" de Stéphane Gervais dans son camp, qui sert de rampe de lancement à une rupture rondement menée. Et surtout bien conclue par Šimko, qui déborde côté gauche pour fixer Lohtander d'un tir étonnement précis (1-0 à 06'42").

Un Lacasse "tous risques"

Le Finlandais n'a pas le temps de gamberger que le danger lui revient... pour mieux repartir devant Lacasse. Et pour cause, l'ICE joue avec le feu, signant quelques passes mal assurées comme cette relance dans l'axe de Fabien Leroy sur Toni Koivunen, le vétéran aux 859 matchs de SM-liiga (16e). Un palet perdu en zone neutre met même Kadić sur orbite pour un break-away illicitement avorté par Leroy, en position de dernier défenseur (16'13"). Le Slovène, qui n'avait pu glisser la rondelle entre les bottes de Lacasse, s'exécute alors pour un tir de pénalité, copie conforme de son occasion précédemment ratée.

Si Loïc Lacasse impressionne, Tuomas Lohtander ne montre pas une grande assurance devant le filet. C'est à se demander si Morzine a réellement gagné au change par rapport à Guillaume Richard, son prédécesseur débarqué en novembre (et reparti depuis à Anglet). Pourtant, et malgré cette fébrilité qui déteint parfois sur ses coéquipiers, Morzine se procure les meilleures occasions. Avec un score nul, il n’y aurait pas eu grand-chose à redire... 

Les hommes de Santeri Immonen s'emploient à ramener la parité au retour des vestiaires, appuyant là où ça fait mal. C'est à dire sur une défense éreintée par ces assauts répétés. Heureusement, Loïc Lacasse garde les siens sous respirateur artificiel. Normal pour un gardien venu d'outre-Atlantique pour donner un second souffle à sa carrière (qui ne lui offrait d'ailleurs pas d'autres perspectives que l'ECHL ou la LNAH) !

MPetrak_Michal2ais Lacasse ou pas, la pression ne faiblit pas, notamment alimentée par l'activité des "trois K". À savoir Kadić, Kralj et Koivunen, réunis sur une ligne opposée, ce soir, au troisième trio local. Pour autant de temps forts stériles...

Le temps mort qui tue

Contre le cours du jeu, Ján Plch aurait pu doubler la mise si son essai n'avait pas heurté le poteau (24'19"). Mais au lieu de ça, Morzine-Avoriaz garde la même intensité, ne relâchant pas l'étreinte et asphyxiant des Spinaliens incapables de se dégager. Santino Pellegrino n'a pas trente-six solutions pour stopper l'hémorragie et réclame donc un temps-mort (27'27"). Coaching gagnant puisque Boisclair, excentré, nettoie aussitôt la lucarne opposée (2-0 à 27'43"). C'est un coup terrible porté au moral des Pingouins, coup sur coup pénalisés dans la foulée et exposés, durant 1'39", au double avantage numérique vosgien.

Comme toujours, Santino Pellegrino ignore l'option Gervais et introduit plutôt Fabien Leroy dans son "cinq majeur" en lieu et place de Timo Kuuluvainen. Mais voilà, les pénalités récoltées par Ben O'Connor (29'05") et Christian Élian (29'27") sont tuées tant bien que mal par le box-play morzinois, également tout près de survivre à l'absence de Santala, mis au frais pour deux minutes (33'55"). Tout près seulement puisque Ján Plch, à la pointe, prend un lancer qui va surprendre Lohtander (3-0 à 35'52").

Ce but ne pouvait pas mieux tomber pour l'ICE, d'autant que Boisclair en remet une couche sur un débordement de Kuuluvainen, qu'il reprend du revers pour habilement se jouer du gardien (4-0 à 36'55"). Le Canadien d'origine haïtienne a mis trois bons mois pour s'adapter au jeu français et donne aujourd'hui pleine mesure à ses possibilités. Retrouvant notamment son sens du but. Ainsi, depuis la dernière trêve internationale, Maxime Boisclair a marqué huit fois. Soit plus, en un mois, que lors de son premier trimestre spinalien en championnat.

Les Pingouins étaient manchots...

Quatre buts à rien, c'est cher payé pour Morzine-Avoriaz. Mais pas totalement immérité pour les Dauphins, qui semblent avoir tué le match. Ils débutent toutefois le dernier tiers en infériorité numérique. Ce qui n'empêche pas Ján Plch d’exploiter une mésentente adverse pour s'en venir titiller Lohtander (41'00"). Le Slovaque avait peut-être mieux à faire sur ce coup mais l'essentiel est ailleurs. Les Lorrains tuent une nouvelle pénalité et s'en tirent à bon compte sur un énième raté devant une cage vide, œuvre cette fois du capitaine Mickaël Brodin (45e).

Avec sa rudesse caractéristique, Nicolas Antonoff tente bien d'envenimer une fin de match dénuée de tout suspens. Enfin pas tant que ça : Loïc Lacasse n’ayant pas encore finalisé son premier jeu blanc en Ligue Magnus. Qui serait d’ailleurs son deuxième après celui réalisé en Coupe de France devant Mulhouse.

L'ICE sait tout ce qu'elle doit à son gardien ce soir même s'il faut bien avouer que les attaquants adverses ont parfois rivalisé de maladresse. Tellement d'ailleurs qu'ils auraient encore pu jouer cinq heures sans parvenir à marquer ! Et pourtant, il y avait moyen mais ni Matic Kralj, ni le grand (1,92 m) Martin Arup, le bourreau du match aller, n'ont trouvé l'ouverture. Denis Kadić, en embuscade, ratant même l'immanquable sur un décalage lui offrant une cage grande ouverte (54e)...

D'une accélération dont il a le secret, Ján Šimko parachève cette belle victoire spinalienne, d'un but ressemblant étrangement au premier de la soirée (5-0 à 53'17"). Oui, la boucle est bouclée !

L'an passé, les Pingouins furent les premiers à tomber au "hangar" de Poissompré. Et ils ne seront pas les derniers puisqu'un calendrier très favorable attend les Dauphins à domicile. Des "rose et bleu" toujours dans la course à la quatrième place et qui n'auront rien à perdre mardi, chez les Gothiques d'Amiens. Gare toutefois à ne pas s'enflammer car Dieu sait qu'avec ces Spinaliens, on est jamais à l’abri de rien...

 

Épinal - Morzine-Avoriaz 5-0 (1-0, 3-0, 1-0)
Vendredi 28 janvier 2010 à 20h15 à la patinoire provisoire de Poissompré. 300 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Benjamin Gremion et Mathieu Loos.
Pénalités : 14' (2', 4', 8') contre Épinal ; 8 ' (2', 6', 0') contre Morzine-Avoriaz.
Tirs : 30 (9, 14, 7) pour Épinal ; 32 (9, 12, 11) pour Morzine-Avoriaz.

Évolution du score :
1-0 à 06'42" : Šimko assisté de Gervais
2-0 à 27'43" : Boisclair assisté de Chassard et Leroy
3-0 à 35'52" : Plch assisté de Chassard et Petrák (sup. num.)
4-0 à 36'55" : Boisclair assisté de Kuuluvainen et Chassard
5-0 à 53'17" : Šimko assisté de Petrák

Épinal

Gardien : Loïc Lacasse.

Défenseurs : Niko Mäntylä ; Fabien Leroy ; Stéphane Gervais ; Peter Slovák ; Guillaume Papelier.

Attaquants : Ján Šimko - Michal Petrák (A) - Ján Plch (A) ; Tarik Chipaux - Erwan Agostini - Kévin Benchabane ; Timo Kuuluvainen - Maxime Boisclair - Guillaume Chassard (C).

Remplaçants : Mathieu Perrin (G), Jonathan Gury, Anthony Rapenne. Absents : Jan Hagelberg (gastro-entérite), Benoît Quessandier (épaule).

Morzine-Avoriaz

Gardien : Tuomas Lohtander.

Défenseurs : Ben O'Connor - Martin Millerioux ; Nicolas Antonoff - Jimi Santala ; Maksim Gubin - Christian Élian (A) ; Mathieu Jestin.

Attaquants : Cyril Papa - Mickaël Brodin (C) - Martin Arup ; Denis Kadić - Toni Koivunen (A) - Matic Kralj ; Štefan Majernik - Denislam Yusupov - Niko Toivonen ; Oļegs Koreškovs.

Remplaçants : Adrien Morin (G), Romain Bonnefond, Loïc Gaydon.