Caen - Chamonix (Ligue Magnus, 20e journée)

Les Drakkars forcent le destinJulien Lebey

Usé par deux matchs capitaux perdus en prolongation, le HCC navigue entre  deux eaux. D’un côté il y a le club très motivé qui a conquis le cœur du public grâce à de nombreuses opérations de communication. De l’autre côté, il y a les résultats en-dessous des espérances, la frustration et la mémoire des débâclés passées (surtout la relégation 3 ans plus tôt). Les supporters hésitent entre croire aux play-offs en rattrapant les 6 points qui séparent Caen de Villard et se résigner à attendre les barrages de relégation.

En face, les Chamois de Chamonix affichent des résultats inconstants en balançant leur modeste place au classement par des coups d’éclat comme le 4-0 infligé à Amiens. Chamonix ne doit pas sauver sa peau, mais chasse plusieurs équipes à quelques points devant.

Pas de démarrage canon sur ce match. Les deux équipes se neutralisent assez vite. Les défenses sont rapidement sur la brèche et tentent de repousser les assaillants. Les Hauts-Savoyards tendent à se remettre facilement en ordre de bataille. C’est plus dur pour les locaux dont les petits gabarits défensifs peinent à écarter les attaquants. Chamonix en profite pour intensifier le pressing, et perturber les relances. C’est ainsi que Marie se fait chiper le palet par Audibert qui contourne par l’arrière du but et transmet à Lauzon pour prendre rapidement un tir mou. Clément Fouquerel l’écarte aisément mais Richard Aimonetto est sur la trajectoire et il ouvre le score en contournant le portier caennais (0-1 à 12'13").

 

Les contre-performances des joueurs de Bertrand Pousse s’expliquent par des lacunes récurrentes depuis le début de la saison. Le mental, la capacité à conserver sa concentration après avoir pris de l’avance ou après avoir encaissé un but en est une. Le power play en est une autre. La première supériorité des Bas-Normands est faible en nombre de tirs. Alors quand ils bénéficient de la seconde juste après le but encaissé, ils s’appliquent. Le palet entre dans la zone, tourne, revient vers le défenseur Samuel Gibbons qui prend un premier tir. C’est repoussé mais le Canadien parvient à prendre une nouvelle fois sa chance. Florian Hardy repousse le palet et Antti Urpo, sur la trajectoire du rebond cherche le trafic et rentre la rondelle dans les filets (1-1 à 13'36"). Immédiatement, la troisième ligne remet le couvert. Bennett sert Lebey qui tire. Kevin Da Costa est sur la déviation et permet aux Drakkars de prendre l’avantage (2-1 à 13'53"). La réussite aidant, les lignes caennaises prennent confiance et déploient un jeu de qualité. La défense est en place et ne se fait pas déborder. L’attaque est dangereuse sans toutefois parvenir à augmenter son avance. Mais Caen conserve cette qualité de jeu jusqu’à la fin du match.

 

Les Chamoniards ne se contentent pas de regarder leur adversaire évoluer. En défense ils sont dissuasifs et repoussent les avants vers les balustrades. Une défense musclée voir percutante qui reste acceptable selon l’arbitre bien que le public ne partage pas son avis. La charge dans le dos d’Erwan Pain en est un exemple « frappant ». Le joueur se retrouve au sol. Chamonix dégage le palet en zone adverse avant que l’arbitre n’interrompe le match pour que le Caennais sorte. Mais malgré les protestations du capitaine Tommy Lafontaine, le jeu reprend en zone locale. Quelques cafouillages et c’est Carl Lauzon qui récupère le palet et l’envoie en cloche. Le palet prend un mauvais rebond et trompe le gardien (2-2 à 39'23").

Carl LauzonLe troisième tiers est une répétition du précédent. Jusqu’à ce que Jeremiah Cuningham se réveille. L’ex-universitaire américain n’était plus très productif ces derniers mois, mais sur un contre mené par sa ligne il réussit à trouver un trou dans la défense d’Hardy (3-2 à 51'31").

À deux minutes de la fin, Erwan Pain est sanctionné pour retenir. Chamonix se met en place. Un tir rebondit devant la cage, la défense flotte. Clément Fouquerel prend les devants et plonge pour écarter le palet. Mais c’est Patry qui est sur la trajectoire et convertit ce caviar (3-3 à 58'09"). Dans les bons coups, il y a ce « diable » de Carl Lauzon qui réalise 3 points sur 3 buts dans le temps réglementaire. Sur cette égalisation, où les Caennais ont « accusé le coup », les deux équipes se retrouvent en prolongation. Chacun  reste prudent et personne ne s’impose malgré le temps mort appelé par Chamonix à 10 secondes de la fin.

Les tirs au but sont donc le dernier moyen de se départager. Le public donne de la voix pour soutenir ses joueurs. La première série de tirs écarte Duchesneau et Da Costa comme tireurs pour Caen, Hascoët et Aimonetto pour Chamonix. Lauzon et Cunningham sont encore en lice, étant les seuls à avoir réussi leur tir. Carl Lauzon fait durer le suspense : son deuxième tir est d’abord refusé par l’arbitre principal mais le joueur et son assistant lui font changer d’avis. Qu’importe pour Cuningham qui sert à Hardy un tir sans fioritures mais efficace. Au troisième tir, Lauzon réalise la même feinte qu’aux deux premiers : il oblige Fouquerel à ouvrir ses jambières pour passer le palet entre deux, mais cette fois le portier vient perturber la course du palet avec sa crosse et prend le meilleur. Enfin, Hardy discute avec Monsieur Bergamelli qui consulte longuement la table de marque avant de laisser le Caennais tenter sa chance. Et Cuningham, imperturbable, vient offrir la victoire à son équipe !

Au final, Caen reste dans la partie et peut se sauver des barrages. Comme un signal, Villard et Mont-Blanc ont réalisé des contre-performances et le HCC n’a plus que 4 points de retard sur les Isérois. Chamonix ramène un point de ce match mais peut encore remercier son meilleur pointeur, Carl Lauzon dont le sens infaillible du but est dangereux à tout instant. On peut se demander quelle serait la place des Chamois sans ce joueur.

 

Caen - Chamonix 3-3 après prolongation (2-1, 0-1, 1-1, 0-0) / 3-2 aux tirs au but
Vendredi 28 janvier 2011 à 20h00 à la patinoire Caen la mer. 1040 spectateurs.
Arbitrage de Jimmy Bergamelli assisté de Thomas Caillot et Nicolas Piedigrossi.
Pénalités : Caen 12' (6', 4', 2', 0'), Chamonix 10' (4', 4', 2', 0').

Evolution du score :
0-1 à 12'13" : Aimonetto assisté d’Audibert et Lauzon
1-1 à 13'36" : Urpo assisté de Gibbons
2-1 à 13'53" : Da Costa assisté de Lebey et Bennett
2-2 à 39'23" : Lauzon
3-2 à 51'31" : Cuningham assisté d’Urpo et Romand
3-3 à 58'09" : Patry assisté de Aimonetto et Lauzon

Tirs au but :
Caen : Duchesneau (raté), Cuningham (réussi, réussi, réussi), Da Costa (raté)
Chamonix : Lauzon (réussi, réussi, raté), Hascoët (raté), Aimonetto (raté)

Caen

Gardien : Clément Fouquerel.

Défenseurs : Tommy Lafontaine (C) - Aziz Baazzi ; Samuel Gibbons - Udo Marie ; Vladimir Urban -  Antoine Vigier.

Attaquants : Antti Urpo - Jeremiah Cunningham - Jérémie Romand ; Jonathan Duchesneau - Erwan Pain - Jonathan Avenel (A) ; Charles Geslain - Kevin Da Costa - Julien Lebey ; Pierre Bennett.

Remplaçants : Arnaud Goëtz (G), Raphaël Mazie, Alexis Gomane.

Chamonix

Gardien : Florian Hardy.

Défenseurs : Antoine Claret-Tournier - Kévin Igier ; Brent Aaron Patry- Damien Veydarier ; Anders Torgersson (A) – Damien Torfou.

Attaquants : Aram Kevorkian – Richard Aimonetto (C) – Vincent Kara ; Matthias Terrier – Thibault Geffroy – Matthieu Seguy ; Arnaud Hascoët – Laurent Gras (A) – Carl Lauzon; Alexandre Audibert;

Remplaçants : Tom Charton (G), Clément Colombin, Emil Tobiasson-Harris, Laurent Deldicque.