Strasbourg - Briançon (Ligue Magnus, 21e journée)

Actuellement, l'Étoile Noire vit une période plutôt tourmentée en alternant de bonnes et de moins bonnes parties. Ainsi, après une victoire plutôt laborieuse contre Caen, les Alsaciens ont ensuite enchaîné par une défaite à Poissompré puis une autre, encore moins reluisante, à l'Iceberg contre l'Avalanche megèvo-saint-gervolaine avant de redresser la barre dernièrement à Trimolet (0-3 contre Dijon).

La partie de ce soir, contre des Briançonnais placés trois points devant eux au classement, constituait donc un test pour savoir si le club bas-rhinois avait définitivement vaincu ses doutes.

Les Diables rouges haut-alpins n'arrivaient pas à Cronenbourg avec toutes les chances de leur côté, en cause un effectif décimé par les blessures plus ou moins temporaires (Edo Terglav et Jaka Ankerst, rejoints le week-end dernier par Sébastien Rohat) ou les suspensions (Charles Townsend). C'était pour eux l'occasion de faire tourner un peu plus l'effectif, renforcé par le retour du buteur canadien Marc-André Bernier.

Les Briançonnais commençaient par subir le début de partie, suite à deux pénalités consécutives de Bernier et Dusseau. Strasbourg s'imposait rapidement en zone adverse et tirait beaucoup sur Ramon Sopko. Néanmoins, ses rebonds n'étaient pas captés, hormis sur un essai à bout portant de Jan Cibula auquel le Slovaque faisait pourtant impeccablement barrage (4'20").

Ramon_SopkoUne fois revenus à égalité d'effectif, les Haut-Alpins commençaient alors à déployer leur tactique, en montant progressivement les alignements vers la zone neutre et en grattant tout palet. Les locaux repoussaient les avancées adverses, mais pas très fermement, et exposaient ainsi leur défense à des occasions chaudes comme ce rebond exploité par Grégory Alberti, alors que Briançon est en avantage numérique (13'40").

Cependant, dans l'ensemble, le tiers est plutôt crispé car chacune des deux équipes ne laisse pas beaucoup de liberté à l'autre pour perforer chaque bleue défensive.

La deuxième période voit Strasbourg perdre progressivement sa concentration et son emprise sur le match. Sur une des rares supériorités du tiers, c'est d'abord Bernier, jusque là oublié de marquage, qui profite d'une légère passivité de la défense locale pour donner le petit coup de rein nécessaire afin de chiper le palet et scorer à mi-zone (0-1 à 22'08"). Nicholas Romano manque dans les instants suivants de doubler la mise sur un rush-turbo (24'37"), avant que Cibula, idéalement démarqué par Lionel Tarantino, ne lance à côté un brûlot de l'ancien Rouennais (26'38).

Jusque là, Strasbourg tient le coup, sans arriver à remédier à une nette passivité dans sa zone de défense. Vlad Hiadlovsky sauve une première fois la baraque, d'un plongeon réflexe, face à Florian Chakiachvili libre de tout marquage (33'06"). Il ne pourra pas, ensuite, grand-chose sur deux énormes bévues de ses défenseurs. C'est tout d'abord Loïc Lampérier qui bénéficie d'une hésitation alsacienne en entrée de zone locale pour prendre de vitesse tout son monde et tromper Vlad' (0-2 à 34'23"). Même schéma dans la minute qui suit, la défense alsacienne est contrée et hésite une seconde de trop pour se replier, c'est le temps qu'il faut à Michael Perez pour gagner son duel face à Vlad, pas à la noce à ce moment de la partie (0-3 à 35'18"). Daniel Bourdages aura beau demander un temps mort pour calmer ses boys, la fin de tiers est très longue pour eux et une nouvelle boulette d'hésitation menace Vlad, qui heureusement ferme bien la porte cette fois-ci (36'27").

Briançon ne forcera pas son talent lors du dernier tiers. Et pourtant, les hommes de Luciano Basile auront tout loisir de pousser le bouchon plus loin, au niveau du score. Strasbourg n'est en effet toujours pas au mieux et laisse toujours autant d'espaces aux visiteurs. C'est ainsi que lors d'un travail contre la bande, côté local, Romano est le plus déterminé à gratter et manier le palet, puis remonter devant Hiadlovsky qui ne peut que repousser... Kevin Dusseau, qui stationnait au second poteau, enfonce le clou, histoire de rassurer son entraîneur de père présent dans les tribunes (0-4 à 46'05").

Strasbourg est contraint de regarder jouer cette partie, les Alsaciens sont constamment en retard sur leurs actions, et subissent très mal ce travail de grattage incessant des lignes adverses, comme le symbolise cette nouvelle action du plus gratteur-fou des Briançonnais, Alberti : le petit Canadien, non content de harceler constamment ses adversaires, les prend régulièrement de vitesse, mais Vlad gère bien ce nouveau duel (49'58").

On s'achemine péniblement vers la fin pour les locaux qui ont du mal à franchir la bleue haut-alpine, hormis sur cet essai à bout portant de Paul Bradley que Sopko repousse (55'14")... avant qu'Élie Marcos ne sauve enfin l'honneur sur une dernière remontée de David Striz, appuyée ensuite par Édouard Dufournet qui décentre son capitaine (1-4 à 59'37").

La partie n'aura donc pas rassuré les Strasbourgeois quant à leur guérison. Toujours aussi inconstants dans leurs parties, c'est surtout au niveau des tâches défensives que le bât blessait sur cette dernière : quatre hésitations qui se sont payées cash aussitôt. Pas facile alors de rester concentré sur le jeu.

À plus forte raison quand, en face, les quinze Alpins ont eu une réussite affolante au niveau de leur fore-checking, ils ont gagné presque tous leurs palets grattés. Ajoutons une vitesse de patinage nettement plus compétitive que celle des locaux sur le match, ainsi qu'une discipline de placement plus marquée (c'est toujours plus facile quand on mène au score, après tout). Briançon a donc enlevé cette partie de façon méritée.

Récompensés à la fin du match : Vladimir Hiadlovsky pour Strasbourg et Ramon Sopko pour Briançon.

 

Strasbourg - Briançon 1-4 (0-0, 0-3, 1-1)
Mardi 1er février 2011 à 20h00 à la patinoire de l'Iceberg. 1000 spectateurs.
Arbitrage de M. Hauchart assisté de MM Geoffroy et Caillot.
Pénalités : Strasbourg 8' (2', 2', 4') ; Briançon 10' (4', 4', 2').
Tirs : Strasbourg 25 (12, 7, 6) ; Briançon 22 (10, 8, 4).

Évolution du score :
0-1 à 22'08" : Bernier assisté de Perez et Raux (sup. num.)
0-2 à 34'23" : Lampérier
0-3 à 35'18" : Perez
0-4 à 46'05" : Dusseau assisté de Romano et Lampérier (sup. num.)
1-4 à 59'37" : Marcos assisté de Dufournet et Striz


Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Michal Cesnek - David Striz ; Ziga Svete - Pasi Petrilaïnen ; Hugues Cruchandeau - Maxime Mallette.

Attaquants : Lionel Tarantino - Jan Cibula - David Cayer ; Édouard Dufournet - Élie Marcos (C) – Pierre-Antoine Devin ; Juho Lehtisalo - Paul Bradley - Julien Burgert ; Thimothée Franck (en supériorité numérique).

Remplaçants : Gilles Beck (G), Pierre Bougé.

Briançon

Gardien : Ramon Sopko.

Défenseurs : Viktor Szelig (A) - Michal Korenko ; Gary Levêque (A) – Kai Ohberg ; Luka Tosic – Kevin Dusseau.

Attaquants : Marc-André Bernier (C) – Damien Raux – Michael Perez ; Nicolas Romano – Loïc Lampérier – Gregory Alberti ; Florian Chakiachvili – Pierre-Charles Hordelalay – Peter Bourgaut.

Remplaçant : Aurélien Bertrand (G). Absents : Edo Terglav (genou), Jaka Ankerst (genou), Sébastien Rohat (genou), Charles Townsend (suspendu).