Allemagne - Bélarus (match international)

Il connaît pas Raoul...

MEZIN_Andrei-100516-842Cela fait près d'un an que le hockey de haut niveau a disparu de Francfort, le club des Lions ayant déposé son bilan pendant l'été. Le public local n'a pas abandonné son sport pour autant, et continue à répondre présent pour soutenir son équipe, désormais en quatrième division, avec 3500 spectateurs de moyenne. Ils sont un peu moins nombreux ce soir. Malheureusement, le calendrier est peu favorable car le match de l'équipe d'Allemagne de hockey est en concurrence frontale directe avec celui de son homologue de football à la télévision.

Le Bélarus est un peu la bête noire des Allemands : il les a battus trois fois de suite, y compris lors de "leur" Mondial dans ce qui a constitué leur seule contre-performance du tournoi (1-2). Un test idéal, par conséquent, pour amorcer la dernière ligne droite de la préparation aux prochains championnats du monde en Slovaquie. Le but d'uwe Krupp était de rassembler l'équipe la plus proche possible de sa formation-type, mais il a dû déchanter. Le naturalisé Darin Olver, la star du moment dans la DEL où il caracole en tête des marqueurs, a renoncé en raison de problèmes de dos. Klinge, Seidenberg, Gawlik ou Barta ont aussi déclaré forfait. Hier, Felix Schütz a quitté le camp malade, pendant que l'on faisait état d'une blessure au genou de Kai Hospelt.

La Nationalmannschaft est donc composée pour moitié de titulaires, et pour moitié de jeunes joueurs appelés en complément. Jeune ne veut cependant pas dire petit et fluet : avec Denis Reul, le défenseur de Mannheim au crâne rasé, faut reconnaître, c'est du brutal ! Le "tonton flingueur" correctionne, dynamite, disperse et ventile Evgeni Solomonov par une mise en échec. Il connaît pas Raoul, ce mec ? Et bien dorénavant, il connaît Reul !

La réception est parfois rude pour les Biélorusses. Prenez les jeunes Kitarov et Pavlovich : ils reviennent tout juste de Turquie où ils ont remporté la médaille d'argent des Universiades, et ils enchaînent avec l'équipe nationale senior. Kitarov, dont le palmarès enfle vite puisqu'il a aussi remporté la Coupe Continentale le mois dernier, n'est cependant aligné qu'une période afin de le reposer un peu.

STAS_Andrei-100516-728Les adversaires se regardent longtemps dans le blanc des yeux, jusqu'à la mi-match où les Allemands débloquent la situation. Frank Mauer, qui avait passé les dernières rencontres de Mannheim sur le banc comme treizième attaquant, marque son premier but en équipe nationale, en reprenant de volée dans les airs une passe aérienne de Constantin Braun. Dans la minute qui suit, l'Allemagne récupère un palet à la bleue et lance un contre rapide que Robert Dietrich conclut à la volée (2-0). Une avance qui aurait même pu être encore agrandie, mais Patrick Hager manque un tir de pénalité consécutif à une faute de Drozd.

La fin de deuxième tiers est plus houleuse. Denisov et Schubert en viennent aux mains, puis "Raoul" fait un petit tour à l'ombre. Le Bélarus est donc en supériorité numérique à la reprise, et après un lancer de Ryadinsky de la bleue, Stas et Meleshko finissent le travail dans le slot (2-1). Les visiteurs ne se sont quand même jamais mis en position de remporter le match. Une dernière pénalité de Ryadinsky, et l'Allemagne solde l'affaire. Même si Patrick Reimer ne trouve que la transversale, Michael Wolf finit par creuser l'écart définitif (3-1).

Désignés joueurs du match : Michael Wolf pour l'Allemagne et Andrei Stas pour le Bélarus.

Commentaires d'après-match

Uwe Krupp (entraîneur de l'Allemagne) : "C'est agréable de battre un adversaire si sérieux, même en amical. Nous avons livré un match plein de concentration. J'ai cherché à forcer mon équipe à jouer son jeu dès la première minute, et cela a réussi. C'était une bonne performance de la part d'une équipe rajeunie après dix forfaits. C'est une bonne opportunité pour les autres joueurs de se montrer."

Eduard Zankovets (entraîneur du Bélarus) : "Les Allemands ont mérité leur victoire. Ils étaient rapides, agressifs, et nous ont surtout dominés dans le rythme. Ce n'est qu'une demi-surprise. Ce n'est pas un secret que les Allemands ont une bonne condition physique. Nous n'y étions pas prêts psychologiquement. Ils avaient l'avantage avant même le coup d'envoi. Et ils ont dominé au moins jusqu'à la troisième période. Franchement, les statistiques [16 tirs] me surprennent. Selon nos calculs, nous avons tiré plus que ça, mais, on ne peut le nier, moins que nous l'aurions souhaité. Je ne sais pas d'où vient ce désir excessivement académique de faire une passe supplémentaire au lieu de tirer. Il nous a manqué en premier lieu le courage de prendre le match à son compte et de mener ses partenaires, avec une saine agressivité, dirigée vers la conquête du palet. [...] Du banc, il était évident que la mise en échec [de Reul sur Solomonov] n'avait rien de si terrible. Voilà un autre problème : beaucoup de nos joueurs perdent l'équilibre à chaque collision."

 

Allemagne - Bélarus 3-1 (0-0, 2-0, 1-1)
Mercredi 9 février 2011 à 19h30 à Francfort-sur-le-Main. 3200 spectateurs.
Arbitrage de Didier Massy (SUI) et Marcus Brill (ALL) assistés de Robert Schelewski et Andreas Kowert (ALL).
Pénalités : Allemagne 26' (6', 8', 2'+10'), Bélarus 14' (6', 4', 4').
Tirs : Allemagne 29 (11, 15, 3), Bélarus 16 (5, 6, 5).
Évolution du score :
1-0 à 29'41" : Mauer assisté de Braun et Buchweiser
2-0 à 30'53" : Dietrich assisté de Kreutzer et Reimer
2-1 à 40'25" : Meleshko assisté de A. Stas et Ryadinsky (sup. num.)
3-1 à 58'10" : Wolf assisté de Pietta (sup. num.)


Allemagne

Gardien : Rob Zepp.

Défenseurs : Justin Krueger - Constantin Braun ; Denis Reul (2') - Christoph Schubert (2') ; Christopher Fischer - Robert Dietrich ; Frank Hördler - Benedikt Kohl.

Attaquants : Michael Wolf (C) - Christoph Ullmann - Philip Gogulla ; Patrick Reimer (2') - Daniel Pietta - Daniel Kreutzer ; Frank Mauer (4') - Alexander Weiss - Martin Buchweiser ; Simon Danner - Marcus Kink (4') - Patrick Hager (2'+10').

Remplaçant : Jochen Reimer (G).

Bélarus

Gardien : Andrei Mezin [sorti de sa cage à 59'35"].

Défenseurs : Aleksandr Ryadinsky (2') - Nikolai Stasenko ; Ivan Usenko - Andrei Antonov ; Dmitri Korobov - Viktor Kostyuchenok (A) ; Vladimir Denisov (2').

Attaquants : Sergei Demagin - Andrei Stas - Dmitri Meleshko ; Mikhaïl Stefanovich (2') - Sergei Drozd - Aleksandr Kulakov ; Andrei Mikhalev (C) - Pavel Musiyenko - Aleksei Efimenko (2') ; Aleksandr Pavlovich - Evgeni Solomonov (4') - Artyom Kisly (2') ; Aleksandr Kitarov.

Remplaçant : Vitali Koval (G).