Russie - Finlande (Euro Hockey Tour 3)

Slava Bykov se plaint souvent que certains commentateurs cherchent à tout prix la polémique avec des arguments parfois contradictoires. Quand il sélectionne trop de joueurs de son club, on lui reproche un favoritisme, et quand il n'en sélectionne plus, on l'accuse de vouloir fatiguer les joueurs des clubs adverses avant les play-offs ! Même Jagr a repris cet argument en voyant que la ligne numéro un de l'Avangard Omsk (Perezhogin-Kuryanov-Popov), excellente en novembre puis laissée au repos en décembre, avait été de nouveau retenue.

KuznetsovEvgeniIl paraît clair que Bykov a reposé les quelques titulaires indiscutables ("son" joueur Radulov mais aussi Nikulin, Zaripov et Morozov de Kazan) pour tester les autres, mais la stratégie s'est confrontée à la suspicion de double jeu. Les deux ailiers Perezhogin et Popov ont déclaré forfait sur blessure, mais Bykov a demandé à Kuryanov de se présenter quand même... Il n'est pas venu et le sélectionneur a évoqué des sanctions disciplinaires. Maintenant, l'Avangard Omsk raconte que le joueur  - qui répond habituellementy toujours présent aux convocations - a de la fièvre depuis une semaine, une excuse avancée bien tardivement.

Le nouveau Malkin ?

Si Bykov tenait à Kuryanov, c'est parce que la Russie a toujours un déficit au poste de centre. La grave blessure vendredi dernier d'Evgeni Malkin, qui s'est rompu les ligaments du genou droit et ne rejouera plus avant septembre, rend le sujet préoccupant.

La solution se trouve-t-elle parmi les récents champions du monde juniors ? Si plusieurs d'entre eux sont partis avec la nouvelle équipe "Russie B", qui a balayé la France 5-0, Evgeni Kuznetsov a déjà été convoqué avec l'équipe première. Son entraîneur au Traktor Chelyabinsk, Valeri Belousov, le compare déjà à Evgeni Malkin, il en a la précocité internationale. Malkin avait 18 ans et 10 mois le jour de ses débuts mémorables en équipe nationale, Kuznetsov l'a devancé de plus d'un mois. Ce n'est pas fréquent en Russie : le second joueur le plus jeune dans l'équipe a d'ailleurs 23 ans. Mais dès sa première présence, le junior s'arrange avec l'autre débutant Shipachev pour voler un palet en zone offensive.

La Finlande frappe la première, par un impressionnant slap poteau rentant de Tommi Santala. Deux minutes plus tard, elle perd Mika Pyörälä, blessé au genou et remplacé sur sa ligne par le débutant Jani Lajunen. La Russie, elle, tâtonne pendant ses supériorités numériques et n'arrive pas à s'installer en zone offensive. Elle peut s'estimer heureuse de terminer le premier tiers à parité (1-1) grâce à un tir de la droite d'Aleksandr Kalyanin qui passe entre les jambières du gardien.

Le gardien finlandais, Karri Ramö, n'est pas au bout de ses peines. En deuxième période, il relâche un tir de Maksim Afinogenov. La défense essaie tant bien que mal d'empêcher Artyukhin d'arriver au rebond, mais ses 115 kilos sont lancés et il n'a plus qu'à marquer dans la cage ouverte. En infériorité, Ramö a des problèmes pour écarter le palet qu'il remet de manière répétée dans les crosses des joueurs de Yaroslavl : c'est le doublé pour Aleksandr Kalyanin et sa ligne, révélée lors du premier tournoi de la saison en septembre (3-1). Ramö frappe la glace avec sa crosse et est prêt à quitter son poste. C'est Aaltonen qui vient le voir et le convainc de ne pas démissionner.

À dix minutes de la fin, au même moment que Malkin il y a six ans, Kuznetsov ouvre son compteur en équipe nationale. Il se contente d'une mention d'assistance pour Trubachev. Le match semble plié, mais deux rebonds de Riku Hahl et Ossi Louhivaara. Les Finlandais peuvent y croire, mais s'inclinent sur un but en cage vide d'Afinogenov.

Désignés joueurs du match : Aleksandr Kalyanin pour la Russie et Sami Vatanen pour la Finlande.

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "En première période, nous n'avons joué que trois minutes. Nous nous sommes créé des occasions, puis nous avons lâché le match. À la pause, nous avons fait des ajustements tactiques et psychologiques. Nous avons ainsi obtenu la victoire, mais il est dommage d'avoir laissé l'adversaire revenir à la fin. Il faut toujours jouer jusqu'au bout. Les gars ont essayé de se montrer individuellement, et cela leur a joué un vilain tour."

Jukka Jalonen (entraîneur de la Finlande) : "Un match fluctuant, très bon à son meilleur, vraiment mauvais à 'autres moments. Nous avons manqué d'un peu de courage. La défense n'était a commis des erreurs évidentes. Karri Ramö a bien repoussé les premiers tirs, mais ensuite le niveau a un peu baissé. Je pense qu'à la fin nous avons trouvé plus d'espaces qu'eux, mais nous étions inefficaces. La ligne de Tommi Santala a fait un très bon match, Puustinen a eu deux grosses occasions."

Karri Ramö (gardien de la Finlande) : "Un match horrible. Tout ce que je veux maintenant, c'est l'oublier. Après trois erreurs, je voulais franchement demander à être remplacé. Mais Aaltonen a plaisanté : 'Tu penses te sentir mal ? Non, les challenges sérieux t'attendent en play-offs [de KHL], quand mon Metallurg marquera dans les filets.' Ces mots sont venus à point pour renverser mes émotions. Personne en Finlande ne sera satisfait que nous ayons perdu trois fois contre les Russes cette saison. On peut soit se consoler en disant que le championnat du monde constituera la revanche, soit admettre que la Russie est plus forte que nous. Je ne veux pas croire que cette seconde hypothèse soit la vérité."

 

Russie - Finlande 5-3 (1-1, 2-0, 2-2)
Jeudi 10 février 2011 à 20h00 à la patinoire de Mytishchi. 7200 spectateurs.
Arbitrage de Martin Frano et Jan Hribik (TCH) assistés de Sergei Shelyanin et Dmitri Sivov (RUS).
Pénalités : Russie 8' (2', 4', 2') ; Finlande 24' (6', 4'+10', 4').
Tirs : Russie 22 (5, 11, 6) ; Finlande 29 (10, 10, 9).

Évolution du score :
0-1 à 10'00" : Santala assisté de Mäenpää
1-1 à 17'01" : Kalyanin
2-1 à 27'13" : Artyukhin assisté d'Afinogenov
3-1 à 35'36" : Kalyanin assisté de Churilov et Guskov (sup. num.)
4-1 à 49'56" : Trubachev assisté de Kuznetsov et Belov (sup. num.)
4-2 à 54'23" : Lajunen assisté de Wirtanen et Mäenpää
4-3 à 54'55" : Louhivaara assisté de Karalahti
5-3 à 59'30" : Afinogenov assisté de Glukhov et Artyukhin


Russie

Gardien : Mikhaïl Biryukov.

Défenseurs : Dmitri Kalinin - Konstantin Korneev (2') ; Evgeni Biryukov (+1) - Aleksandr Guskov (+1) ; Aleksei Emelin (-2, 4') - Denis Kulyash (-1) ; Nikolaï Belov - Vitali Atyushov.

Attaquants : Evgeni Artyukhin - Aleksandr Glukhov - Maksim Afinogenov ; Aleksandr Kalyanin (+2) - Gennadi Churilov (+1) - Aleksandr Galimov (+1) ; Maksim Rybin (-1) - Fedor Fedorov (-1, 2') - Denis Parshin (-1) ; Yuri Trubachev - Vadim Shipachev - Evgeni Kuznetsov.

Remplaçant : Aleksei Volkov (G).

Finlande

Gardien : Karri Rämö [sorti de 59'15" à 59'30"].

Défenseurs : Janne Niskala (-1, 2') - Sami Vatanen (-1, 2') ; Jere Karalahti (+1, 4') - Ossi Väänänen ; Lasse Kukkonen - Mikko Mäenpää (-1) ; Pasi Puistola.

Attaquants : Juhamatti Aaltonen (-3) - Petri Kontiola (-2, 10') - Antti Pihlström (-1) ; Juuso Puustinen (2') - Tommi Santala (-2, 2') - Teemu Laine (-2) ; Mika Pyörälä puis à 12' Jani Lajunen (+1) - Petteri Wirtanen (+1, 2') - Riku Hahl (+1) ; Ossi Louhivaara (+1) - Juha-Pekka Hytönen (+1) - Lennart Petrell (+1).

Remplaçant : Teemu Lassila (G).