Danemark - France (match international)

Lorsqu'on a demandé à Vladislav Tretiak, de passage à Paris pour la finale de la Coupe de France, s'il était envisageable qu'un match amical puisse être organisé entre l'équipe de France et son homologue russe, il a répondu poliment à côté... en évoquant la reformation cette année de l'équipe B de Russie. Il avait oublié que cette réserve russe devait déjà affronter la France deux semaines plus tard au Danemark, et que ce n'était bien sûr pas le sens de la question. À défaut d'affronter de sitôt les hommes de Bykov, il faut se contenter de ceux de Valeri Bragin, de retour dans un pays qu'il connaît bien (il a fini sa carrière au Danemark pendant cinq ans) avec sa médaille d'or flambant neuve de champion du monde junior. Un titre qui lui vaut de continuer son travail au sein de cette équipe B pour amener progressivement cette nouvelle génération à la maturité.

Malheureusement, les Français n'ont pas plaidé leur cause. Le 5-0 que leur a infligés hier la Russie "B" fait douter que la fédération russe accepte de sitôt un duel avec la "A". Ce score lourd resté sur les tablettes est malheureux, car les Bleus ont bien résisté à cinq contre cinq. Mais ils ont accumulé les pénalités pour accrochage et ont souffert en infériorité numérique face à la vitesse russe, encaissant quatre buts dans cet exercice dont deux en double désavantage.

Les Bleus sont venus sans le moindre de leurs joueurs évoluant dans de grands championnats, tous forfaits (Meunier, les frères Treille, Bellemare). Seuls deux expatriés sont présents, Johan Auvitu et Nicolas Besch, dont les responsabilités doivent croître en défense du fait de la blessure de Baptiste Amar qui a fini sa saison.

2011-02-DanemarkLe Danemark est dans une situation similaire, puisqu'il se présente sans Galbraith, Green et Madsen (au repos), et sans Staal, Dresler et Degn, blessés. L'autre point commun entre les sélections est leur confiance envers leurs sélectionneurs. Dave Henderson et Pierre Pousse sont sous contrat jusqu'en 2014, date des prochains Jeux Olympiques. Per Bäckman, l'entraîneur suédois du Danemark, vient pour sa part d'être prolongé la semaine dernière jusqu'en 2013 : sa mission est identique, se qualifier pour le tournoi olympique de Sotchi, et l'année supplémentaire de mandat sera sans doute liée à cette condition.

Les Français entrent mieux dans le match, et après seulement 22 secondes, Dave Henderson ouvre le score. Un tir, un but. Idéal pour faire douter Sebastian Dahm, qui n'avait plus porté le maillot national depuis 2009. Après avoir navigué entre diverses ligues américaines, Dahm est resté au chômage jusqu'en décembre cette saison, quand son club formateur Rødovre l'a appelé pour une pige car ses deux gardiens étaient indisponibles. Ses deux rencontres se sont très bien passées, et il a du coup retrouvé un poste à Esbjerg. Le sélectionneur avait promis qu'il aurait sa chance en sélection, c'est chose faite.

Ces premières minutes sont difficiles pour Dahm, car il reçoit peu de tirs. Soudain, Kasper Jensen se fait prendre de vitesse, et Nicolas Arrossamena inscrit le 2-0. Plus efficaces, les Bleus sont en confiance dans cette première période. Ils résistent même pendant une minute quarante à 3 contre 5 après des pénalités de Mulle et de Raux, ce qu'ils n'avaient pas su faire contre les Russes.

La France semble bien aborder la deuxième période. Vincent Bachet tente sa chance à deux reprises, puis Raux et Hecquefeuille testent le gardien pendant une pénalité de Nielsen. Mais lorsque les Danois reviennent au complet, Nichlas Hardt, revenu d'une longue blessure, marque à bout portant après un très bon travail préparatoire de Julian Jakobsen. Les rouges prennent le match à leur compte et multiplient les lancers, bien arrêtés par Ronan Quemener.

Le troisième tiers-temps suit le même chemin : le Danemark pousse, et les dégagement interdits plus fréquents sont le signe que les blancs commencent à souffrir. Le but contre le cours du jeu de Gary Leveque, mué en attaquant pour pallier l'absence de Desrosiers, semble arriver à point : à 3-1 avec dix minutes à jouer, la France est bien partie.

C'est alors qu'elle retombe dans ses travers : deux accrochages d'Albert et de Besch, à huit secondes d'intervalle, offre une double supériorité numérique au Danemark. Le capitaine Daniel Nielsen n'en demandait pas tant, ses slaps trouvent la faille à la seconde tentative (3-2). Les dernières minutes sont entièrement locales, et Mads Christensen, de retour au jeu après ses commotions cérébrales, égalise après une belle combinaison avec Poulsen (3-3). La prolongation, ponctuée d'une pénalité de Romand, est à sens unique pour le Danemark, mais le score n'évolue plus.

Le Danemark a cependant une carte dans la manche : Julian Jakobsen. L'attaquant de Södertälje en élite suédoise est un spécialiste ès pénalty. Il amorce une feinte, force le gardien à se déplacer, et place un tir du poignet à cet instant précis. La Norvège et la Slovénie y avaient succombé en novembre. Ronan Quemener n'échappe pas à la règle.

Désignés joueurs du match : Kevin Hecquefeuille pour la France et Julian Jakobsen pour le Danemark.

Commentaires d'après-match

Per Bäckman (entraîneur du Danemark) : "Nous étions nerveux au début, mais nous avons été fantastiques dans les deux dernières périodes et en prolongation. Je suis très satisfait. Lasse Lassen a effectué son meilleur match international."

 

France - Danemark 3-3 (2-0, 0-1, 1-2, 0-0) / 0-1 aux tirs au but
Jeudi 11 février 2011 à 19h30 à la Vestfyen Arena d'Odense. 547 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau (FRA) et Evgeni Romasko (BLR) assistés de Jacques Riisom et Claus Hansen (DAN).
Pénalités : France 14' (4', 4', 4', 2'), Danemark 6' (2', 4', 0', 0').
Tirs : France 18 (7, 8, 3, 0), Danemark 35 (9, 12, 11, 3).

Évolution du score :
1-0 à 00'22" : Henderson assisté d'Auvitu
2-0 à 08'08" : Arrossamena assisté de Raux et Auvitu
2-1 à 26'38" : Hardt assisté de Jakobsen
3-1 à 49'40" : Levêque assisté d'Albert
3-2 à 53'31" : D. Nielsen assisté de Hardt (double sup. num.)
3-3 à 57'41" : Christensen assisté de Poulsen

Tirs au but :
France : Raux (manqué), Da Costa (arrêté), Hecquefeuille (arrêté).
Danemark : L. Lassen (manqué), Jakobsen (réussi).


France

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Yohan Auvitu (+2) - Nicolas Besch (+1, 2') ; Vincent Bachet (C, -1) - Kévin Hecquefeuille (A) ; Thomas Roussel - Antonin Manavian (2') ; Teddy Trabichet.

Attaquants : Jérémie Romand (+1, 2') - Damien Raux (+1, 4') - Nicolas Arrossamena (+2) ; Brian Henderson (-1) - Laurent Gras (A, -2) - Teddy Da Costa (-1) ; Erwan Pain - Loïc Lampérier - Matthieu Le Blond ; Gary Levêque (+1) - Alexandre Mulle (+1, 2') - Julien Albert (+1, 2').

Remplaçants : Fabrice Lhenry (G). Absent : Julien Desrosiers.

Danemark

Gardien : Sebastian Dahm.

Défenseurs : Jesper Jensen (-3) - Daniel Nielsen (C, -1, 2') ; Stefan Lassen (+2) - Philip Hersby (-1) ; Kasper Jensen - Michael Esksesen (2') ; Nicklas Hansen (+1).

Attaquants : Jesper Jensen (-2) - Mads Christensen (-1, 2') - Morten Poulsen (-1) ; Nichlas Hardt (+1) - Julian Jakobsen (+1) - Lasse Holgaard (+1) ; Lasse Lassen (-1) - Morten Andreasen - Frederik Storm (-1) ; Nicklas Carlsen - Olafur Gunnarsson.

Remplaçant : Frederik Andersen (G). Absent : Kirill Starkov (fièvre).