Dunkerque - Orléans (Division 2, poule A, 17e journée)

Entre saison noire et Chat Noir...

2011-02-12-Dunkerque-Orleans2Les deux premiers points obtenus à domicile ont permis à Orléans d'abandonner la lanterne rouge à son rival campinois et de se rapprocher de la huitième place synonyme de play-offs. Mais ce regain d'espoir a été battu en brèche en fin de semaine par la confirmation de la sanction fédérale pour infraction au règlement lors de la victoire obtenue à La Roche, du fait du recours à un joueur non qualifié, Justin Bélanger. Avec quatre points de pénalité, les Renards n'ont plus d'espoir.

Ce soir, leur tâche s'annonce compliquée devant un public carnavaleux, en quête d'un résultat autre que les sinistres performances de la fin de saison dernière. À pareille époque en 2010, rappelons que Champigny était venu remporter un improbable 9-0 avant que les Français Volants ne tirent le rideau sur une saison décevante... Toutefois, Dunkerque aurait tort de prendre ses visiteurs à la légère, eux qui se sont imposés à La Roche et sont passés à quelques minutes d'un exploit à Annecy.

Après les jeunes pousses du HGD, la paire Hanzal - Rozenthal se charge de souhaiter la bienvenue à ses visiteurs dès les premières secondes. S'en suit une passe de Loïc Destoop vers le centre, où Antoine Houque a bien suivi (1-0 à 01'17"). Comme face à Wasquehal, c'est donc un membre du percutant troisième bloc qui se charge de l'ouverture du score dès la deuxième minute. Difficile entrée en matière pour Arthur Noale, ensuite bien en place devant Thomas puis Dubois, et les Orléanais, dont la réaction venue de Saint-André est coupée net par la première faute de Gren.

NoaleMorganPeu en verve sur leurs entrées de zone, les Corsaires attendent la fin de cette supériorité pour lancer, sur une passe croisée de Rozenthal vers Hanzal. Ce dernier, dont la reprise n'est pas assez appuyée, se rachète vite en chargeant Milec contre la bande. Le palet, récupéré par Thomas, est exploité de volée par François Rozenthal, seul devant la cage (2-0 à 10'32"). Le capitaine nordiste sanctionné peu après, il apparaît que le jeu à cinq contre quatre n'inspire pas plus les Orléanais. Un rebond surprend même Morgan Noale à la ligne bleue, mais Clément Thomas et Jiri Hanzal ne peuvent en profiter sur le contre.

Les Renards sont plus réalistes au retour à cinq, sur un débordement de Smolka repris par Thomas Saint-André (2-1 à 14'38"). Sur leur lancée, les hommes de Gilbert Ledigarcher sont plus présents aux abords de la cage gardée par Marc-André Martel. Mais ils s'exposent aux contre-attaques dunkerquoises, illustrées par une ouverture d'Arnaud Péan vers Loïc Destoop, qui trompe Noale de près (3-1 à 16'17"). Le passeur devient buteur une minute plus tard, sur un tir initial de Folcke (4-1 à 17'16").

Mené sans avoir démérité, Orléans cède une nouvelle fois dès la reprise, sur une action incisive de Jiri Hanzal, qui récupère le palet dans la neutre et le propulse en force sous la barre (5-1 à 20'17"). Alors sur le flanc pour cinglage, Arnaud Péan remonte sur la glace, se fait oublier dans le dos des défenseurs venus du Loiret et ajuste Arthur Noale, totalement abandonné et contraint de laisser sa place à Marek Pastorek (6-1 à 23'33").

On craint alors le pire pour les jaunes et rouges, limités ce soir encore à deux blocs. Le meilleur pointeur de la division, Pavol Milec, sonne la révolte. Souvent à la manoeuvre, il tente de semer le trouble dans une défense bien regroupée. Un sacrifice de Folcke et la maladresse empêchent toutefois les jaunes d'entrevoir un hypothétique retour.

En face, la précision du lancer de Simon Chabot face à un Pastorek totalement surpris tranche fortement (7-1 à 29'33"). En ce soir de bal du Chat Noir, la malchance poursuit les Renards, notamment Thomas Saint-André, dont un lancer frôle le montant avant qu'il ne trébuche seul... Dans la foulée, Judicaël Xavier arme son lancer... vers son malheureux équipier Lucas Déhu, en fâcheuse posture sur le banc. Puis Milec revient de prison pour trouver du métal sur la route de sa tentative !

2011-02-12-Dunkerque-OrleansFort de cet écart quasi décisif, Marc Leroux opère à son tour un changement de portier pour le dernier vingt. Désormais équipé d'une casquette aux couleurs du Canadien de Montréal, Martel a l'occasion d'apprécier l'entrée en jeu de sa doublure Pierrick Boudot. Alors que Thomas, suite à une intervention initiale de Pastorek devant Hanzal (8-1 à 54'07") et Péan, face à un portier encore surpris (9-1 à 58'29") aggravent le score, le nouveau venu multiplie les parades. Nul doute qu'il aurait mérité une autre sortie que le but de Pavol Milec, de près, à quatre secondes de la sirène (9-2 à 59'56").

Ce nouveau carton à domicile assure aux Corsaires l'une des deux premières places de la poule. Puissent les prochaines festivités qui vont faire de la Cité de Jean Bart une ville pas comme les autres ne pas entraver la préparation aux play-offs.

Commentaires d'après-match

Gilbert Ledigarcher (entraîneur d'Orléans) : "Ce qui se passe avec la Fédération ne nous concerne pas car il s'agit de problèmes administratifs, que les dirigeants vont gérer. Nous avons expliqué la situation aux joueurs. Étant en désaccord avec la Fédération, nous ferons appel au CNOSF pour traiter la question. Le dossier est dans les mains de notre avocat , nous avons des arguments à défendre. Je suis confiant sur la procédure de conciliation avec le CNOSF qui démarre lundi pour sortir de cette galère administrative. Sur le plan sportif, la galère dure depuis le début de saison. On s'attendait à un championnat dur, mais pas aussi difficile et compliqué. Le nombre important de blessures nous contraint à se serrer les coudes chaque week-end, ce qui nous coûte les matchs. Ce soir nous n'étions pas à armes égales, entre une équipe qui tourne fort dans une ambiance exceptionnelle (les joueurs n'arrivaient pas à se comprendre !) et une autre qui joue sa survie. Notre match ne fut pas bon mais ce ne fut pas une déroute, cela aurait pu tourner à la démonstration. Les joueurs se sont battus. Avec un week-end de repos et le retour de deux blessés, nous allons jouer notre va-tout contre Asnières, sachant que Dunkerque va à Chambéry. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir et peut-être trouverons-nous le sourire à la fin de cette saison ? C'est une saison où on apprend beaucoup, tous les jours, et cela pourra difficilement être aussi difficile."

 

Dunkerque - Orléans 9-2 (4-1, 3-0, 2-1).
Samedi 12 février 2011 à 18h45 à la patinoire Michel Raffoux. 1000 spectateurs.
Arbitrage de Frédéric Massé et Christophe Picard.
Pénalités : Dunkerque 20' (4', 10', 6'), Orléans 24' (2'+10', 6', 6').
Tirs : Dunkerque 47 (20, 11, 16), Orléans 38 (16, 12, 10).

Évolution du score :
1-0 à 01'17" : Houque assisté de Destoop et N'Guyen
2-0 à 10'32" : Rozenthal assisté de Thomas et Hanzal
2-1 à 14'38" : Saint-André assisté de Smolka et M. Noale
3-1 à 16'17" : Destoop assisté de Péan
4-1 à 17'16" : Péan assisté de Chabot et Folcke
5-1 à 20'17" : Hanzal assisté de Rozenthal (inf. num.)
6-1 à 23'33" : Péan assisté de Zich
7-1 à 29'33" : Chabot assisté de N'Guyen
8-1 à 54'07" : Thomas assisté de Rozenthal et Hanzal
9-1 à 58'29" : Péan assisté de N'Guyen et Zajac
9-2 à 59'56" : Milec assisté de Saint-André et Smolka

Dunkerque

Gardien : Marc-André Martel puis Pierrick Boudot à 40'00".

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Petr Zich ; Simon Chabot - Ghislain Folcke ; Clément Derepper - Benjamin Denis ; Xavier Davranche.

Attaquants : Clément Thomas (A) - Jiri Hanzal - François Rozenthal (C) ; Loïc Destoop [puis Eichenholc à 40'00"] - Benjamin N’Guyen - Arnaud Péan ; Aurélien Zajac - Christophe Eichenholc [puis Destoop à 40'00"] - Antoine Houque.

Absents : François Moretti (hernie discale, saison terminée).

Orléans

Gardien : Arthur Noale puis Marek Pastorek à 23'33".

Défenseurs : Numa Mineur - Morgan Noale ; David Gren - Alexandre Paul [puis Xavier à 20'00"].

Attaquants : Thomas Saint-André - Tomáš Smolka - Pavol Milec (C) ; Nicolas Viguier ou Seydou Diarra - Lucas Déhu (A) - Judicaël Xavier [puis Paul à 20'00"].

Absents : Alexandre Aufrère et Mickaël Degand (obligations professionnelles), Gianni Vigezzi et Aurélien Morillon (blessés), Antoine Aubert (obligations professionnelles, parti à Shanghai).