Suède - Russie (Euro Hockey Tour 3)

Tre Kronor puissance 200

2011-02-12-Suede-RussieChaque mois de février, les Sweden Hockey Games sont la grande fête du hockey en Suède. Cette année, ils ont un rival médiatique, le populaire Peter Forsberg qui tente un énième retour au jeu en NHL. La Tre Kronor ne s'en laisse pas compter et se met en valeur par un jeu éclatant. Les Tchèques ont déjà été balayés 6-1, mais le vrai étalon de l'Euro Hockey Tour est la Russie, éternelle dominatrice.

La journée est déjà placée sous le signe de la célébration, en l'honneur du deux centième match international du défenseur offensif Magnus Johansson, à qui l'on a confectionné un maillot n°200 pour cette marque rare mais pas rarissime, déjà atteint par plus d'une dizaine de hockeyeurs suédois avant lui. Celle-là sera quand même particulière, car coïncidant avec un match très spécial...

Deux minutes de jeu, deuxième attaque suédoise, et le gardien Mikhaïl Biryukov ne parvient pas à saisir un tir lointain. Le palet erre près de la ligne et Martin Thörnberg l'envoie au fond. La réponse russe est assez timide, et un bonne action de Dick Axelsson offre le 2-0 à Marcus Krüger dans une défense dépassée. Alerte rouge ! Vyacheslav Bykov prend son temps mort et élève la voix comme rarement en public.

Rien ne change dans le jeu. Les Suédois gagnent encore tous les duels et pratiquent toujours un hockey à grande vitesse. Emelin prend la première pénalité et le gardien russe Biryukov vit un mauvais jour et manque un lancer puissant de David Petrasek. Dans la minute qui suit, sa défense subit encore le forechecking. Denis Kulyash, récent recordman mondial du slap le plus puissant, cède le palet sous la pression des griffes de Krüger, et Björn Melin centre au milieu des cercles pour le but de... Magnus Johansson ! Le numéro 200 est à l'honneur et la fête est totale.

JOHANSSON_Magnus-100511-449Sauf, bien sûr, pour le camp russe. Biryukov, qui jouait gros ce week-end en l'absence du titulaire Koshechkin blessé, n'a pas su se montrer à la hauteur de l'enjeu. Aleksei Volkov entre en jeu et stabilise du jeu. Il a beaucoup de travail parce que les Suédois ne ralentissent pas le jeu et que les Russes prennent pénalité sur pénalité. Le score n'enfle plus, le 4-0 étant déjà bien suffisant. En fin de tiers, les hommes de Bykov ont leur premier avantage numérique, mais Stefan Liv s'impose dans la mêlée face à Galimov. Le premier tiers-temps s'achève avec 23 tirs à 6 : une démonstration de la Tre Kronor devant plus de onze mille spectateurs.

En deuxième période, les Russes se montrent plus mobiles et commencent à construire quelques actions. Fedor Fedorov envoie Maksim Rybin en un contre un face au gardien, mais Liv a l'avantage. Rybin a une seconde chance un peu plus tard sur un tir de pénalité, mais le palet s'échappe de sa crosse... Les Russes ont retrouvé leur jeu, mais ne se sont pas repris au score, et les arbitres finlandais sont impitoyables en sanctionnant des simulations de la part de Fedorov et Parshin.

Dès le début de la troisième période, Volkov ne capte pas un tir anodin de Sjögren, et Axelsson profite du rebond (5-0). C'est le junior Evgeni Kuznetsov qui sauve l'honneur russe en cage ouverte après une passe parfaite de Yuri Trubachev. Il garde le palet de son premier but en équipe nationale et sera le seul Russe à garder un bon souvenir de ce match... Niklas Persson envoie Martin Thörnberg marquer le bouquet final, un breakaway somptueux de qualité russe, maniant une superbe feinte à droite et un revers dans l'angle.

La Russie réduit le score final à 6-2 avec un engagement de Churilov pour un tir puissant de Galimov au-dessus de l'épaule de Liv, pris à défaut pour la première fois. Quant au second gardien russe Volkov, se plaignant de la jambe, il ne finit pas le match et laisse rentrer Biryukov pour les dernières minutes.

Désignés joueurs du match : Martin Thörnberg pour la Suède et Evgeni Kuznetsov pour la Russie.

Commentaires d'après-match

Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Je n'ai pas envie de commenter cet arbitrage honteux. Dans mon expérience c'est la première fois que je ne peux même pas trouver de mots pour cet outrage. Le spectacle n'était pas agréable, surtout en première période. Nous avons donné des buts trop facilement. Le plan de match était d'être compacts et mobiles. Mais entre le discours et la réalité, la distance est grande. Peu importe le plan, tant qu'on ne le ressent pas, on ne le comprend pas. C'est une leçon pour les joueurs. C'est la première année que les Suédois et les Finlandais pratiquent un hockey plus agressif, et beaucoup y étaient confrontés pour la première fois."

 

Suède - Russie 6-2 (4-0, 0-0, 2-2)
Samedi 12 février 2011 à 16h30 au Globen. 11071 spectateurs.
Arbitrage de Tatu Savolainen et Tom Laaksonen (FIN) assistés de Jimmy Dahmén et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Suède 18' (2', 8', 8') ; Russie 24' (10', 8', 6').
Tirs : Suède 35 (23, 3, 9) ; Russie 26 (6, 10, 10).
Évolution du score :
1-0 à 02'04" : Thörnberg assisté de Krüger et Melin
2-0 à 04'05" : Krüger assisté d'Axelsson et Andersson
3-0 à 06'45" : Petrasek assisté de Andersson et Axelsson (sup. num.)
4-0 à 07'33" : Johansson assisté de Melin et Thörnberg
5-0 à 40'18" : Axelsson assisté de Sjögren
5-1 à 45'27" : Kuznetsov assisté de Trubachev et Atyushov
6-1 à 47'50" : Thörnberg assisté de Persson
6-2 à 52'15" : Galimov assisté de Churilov


Suède

Gardien : Stefan Liv.

Défenseurs : Mattias Ekholm (2') - Magnus Johansson (C, +1, 2') ; Sebastian Erixon (-1) - Elias Fälth ; Daniel Fernholm (+3) - David Petrasek (A, +3) ; Jan Sandström (+1).

Attaquants : Joakim Lindström (-2, 2') - Niklas Persson (-1) - Niklas Nordgrén (-2, 2') ; Martin Thörnberg (+3, 2') - Marcus Krüger (+3) - Björn Melin (+2) ; Dick Axelsson (+2) - Mattias Sjögren (+1, 2') - Jonas Andersson (+3) ; Simon Hjalmarsson (2') - Rickard Wallin - Daniel Brodin (4') ; Jimmie Ericsson.

Remplaçant : Daniel Larsson (G).

Russie

Gardien : Mikhaïl Biryukov, remplacé de 07'33" à 53'35" par Aleksei Volkov et sorti de sa cage à 59'50".

Défenseurs : Konstantin Korneev (-1) - Dmitri Kalinin ; Evgeni Biryukov - Aleksandr Guskov ; Aleksei Emelin (A, -3, 2') - Denis Kulyash (-3, 2') ; Nikolaï Belov (2') - Vitali Atyushov (C, +1, 2').

Attaquants : Evgeni Artyukhin (-1, 4') - Aleksandr Glukhov (-1) - Maksim Afinogenov (A, -2, 6') ; Aleksandr Kalyanin - Gennadi Churilov - Aleksandr Galimov ; Denis Parshin (-2, 2') - Fedor Fedorov (-3, 4') - Maksim Rybin (-3) ; Vadim Shipachev (+1) - Yuri Trubachev (+1) - Evgeni Kuznetsov (+1).