Russie - République Tchèque (Euro Hockey Tour 3)

Bykov compare la Suède à la grande URSS

AFINOGENOV_Maxim-100516-273Encaisser six buts est toujours un évènement douloureux pour la Russie. Dans les cinq ans de mandat de Bykov, cela n'était arrivé que deux fois avant le match d'hier : la première année, déjà contre la Suède et déjà pendant les Sweden Hockey Games (déjà 6-2), et bien sûr en quart de finale des Jeux olympiques contre le Canada (7-3), la défaite sans rémission. Au moins, au milieu d'un tournoi, il est possible de se relever tout de suite, et sans devoir attendre quatre ans...

Comme sa doublure Volkov est un peu blessée, le gardien Mikhaïl Biryukov a l'occasion de prendre aussi une revanche personnelle et de faire oublier son match-catastrophe. Mais les premières minutes ne lui sont guère favorables. Une première fois, la barre transversale le sauve sur un tir de Petr Prucha. Pire encore, pendant la première pénalité de Kuznetsov, un lancer de la bleue d'Ondrej Nemec frappe la transversale, rebondit dans le dos du pauvre portier et passe derrière la ligne de but (1-0). Décidément, ce n'est pas le tournoi de Biryukov...

Les Tchèques ne mènent à la marque que pendant une minute, le temps pour Maksim Rybin d'égaliser (1-1). La République Tchèque ne se laisse pas faire et resserre sa défense. Elle a même une occasion de reprendre l'avantage au début du deuxième tiers-temps par un revers de Roman Cervenka, mais retombe dans son indiscipline. Les Russes installent leur jeu de puissance, mais n'obtient quer quelques tirs de défenseurs. Et juste avant la seconde pause, Denis Parshin, qui a raté son retour en équipe nationale hormis sur ces deux actions, récupère un palet devant la cage et délivre sa seconde passe décisive à destination de Rybin qui marque dans le haut du filet (1-2).

EMELIN_Alexei-100516-337C'est à la septième supériorité numérique qu'Aleksandr Galimov trouve enfin la faille, bien décalé par Churilov (1-3). Les Tchèques craquent alors complètement sur un tir du poignet parfait d'Evgeni Kuznetsov, le champion du monde junior qui inscrit déjà son troisième point. Rolinek ne fera que réduire le score à 2-4.

Les débuts internationaux de Kuznetsov constituent la belle satisfaction russe du week-end. Aura-t-il le même parcours que le modèle désigné Malkin en étant aussi sélectionné à 18 ans aux championnats du monde ? Il a réalisé un beau tournoi sur une quatrième ligne peu prestigieuse avec Yuri Trubachev, joueur expérimenté mais jamais appelé en équipe nationale depuis huit ans, et le très bon passeur Shipachev. Le problème de Kuznetsov est que sa saison avec le Traktor Chelyabinsk s'achève la semaine prochaine, faute de qualification en play-offs, et qu'il passera plus de cinq semaines sans match de haut niveau avant le début du camp d'entraînement. Les chances de le voir en Slovaquie sont donc minces...

À vrai dire, on ne sait pas qui on reverra au Mondial dans cette attaque russe qui a laissé ses cadres à la maison. Elle a cruellement manqué de meneurs, et les lignes de Glukhov (centre inexpérimenté) et de Fedorov (centre improvisé qui joue à l'aile en club) n'ont jamais trouvé la bonne alchimie. Même le plus susceptible d'être titulaire, le rapide et expérimenté Maksim Afinogenov, n'a pas sa place acquise sur ces prestations de ce week-end. Si l'attaque risque d'être très différente en Slovaquie, la plupart de la défense-type était présente en revanche. Et le fait qu'elle ait encaissé 11 buts en trois rencontres n'a rien de rassurant pour les Russes...

Désignés joueurs du match : Maksim Rybin pour la Russie et Jakub Stepanek pour la République Tchèque.

Commentaires d'après-match

KOUKAL_Petr-100509-034Vyacheslav Bykov (entraîneur de la Russie) : "Peut-être ai-je dit quelques mots abrupts après le match contre la Suède, notamment ceux sur l'arbitrage que je dirais maintenant plus calmement : pas au niveau du tournoi. En même temps, notre réaction est compréhensible. Quand on porte le maillot ou le costume avec les armoiries de la Russie, il faut en être digne. On ne peut pas se permettre de perdre, et un 2-6 est un challenge. Peut-être faut-il le répéter quitte à en être ennuyeux, le hockey moderne devient de plus en plus mobile. Les fonctions des défenseurs et des attaquants se nivellent, chaque groupe de cinq devient un seul organisme. De mon temps au CSKA Moscou et en équipe d'URSS, nous avons vu des éléments du hockey total. Les Suédois ont montré des choses similaires contre nous. [...] Ceux qui voulaient jouer pour leur pays sont venus. Le staff était informé de tous les blessés ou malades. Mais le reste, ce sont des excuses. Kuryanov nous a mis dans une situation difficile par son absence à la dernière minute. Je remercie l'Atlant et son attaquant Glukhov, qui devait partir avec eux en stage en République Tchèque, et qui nous a rejoints comme un vrai professionnel. Je ne comprends pourquoi on ne prête pas plus attention à lui, et pas à un homme qui nous a laissé tomber."

Alois Hadamczik (entraîneur de la République Tchèque) : "Par rapport au précédent tournoi, il nous manque Karel Rachunek, Blaták, Barinka et Krajíček, ce qui est un coup dur. Quelques clubs russes ne veulent malheuresement pas relâcher nos joueurs. Notre jeu à cinq n'est pas très cohérent, parce que nos défenseurs expérimentés nous manquents. Cela se ressent aussi dans le jeu offensif, il manque un défenseur au soutien offensif, capable de surprendre l'adversaire et d'accélérer l'action. [...] Les gardiens n'ont pas déçu, Prucha a été très solide, Adamsky a bien joué parmi les débutants, et Koukal a été un bon meneur."

 

Russie - République Tchèque 4-2 (1-1, 1-0, 2-1)
Dimanche 13 février 2011 à 12h00 au Globen. 1857 spectateurs.
Arbitrage de Sören Persson et Morgan Johansson (SUE) assistés de Christian Tillerkvist et Johannes Käck (SUE).
Pénalités : Russie 14' (2', 6', 6') ; République Tchèque 14' (4', 6', 4').
Tirs : Russie 36 (16, 6, 14) ; République Tchèque 25 (6, 10, 9).
Évolution du score :
0-1 à 06'00" : Nemec (sup. num.)
1-1 à 07'02" : Rybin assisté de Parshin et Emelin
2-1 à 38'26" : Rybin assisté de Parshin
3-1 à 45'06" : Galimov assisté de Churilov (sup. num.)
4-1 à 46'28" : Kuznetsov assisté de Shipachev
4-2 à 55'51" : Rolinek assisté de Prucha et Marek (sup. num.)


Russie

Gardien : Mikhaïl Biryukov.

Défenseurs : Dmitri Kalinin - Konstantin Korneev (4') ; Evgeni Biryukov - Aleksandr Guskov ; Aleksei Emelin (A, +2, 2') - Denis Kulyash (+1) ; Nikolaï Belov (+1, 4') - Vitali Atyushov (C, +1).

Attaquants : Evgeni Artyukhin - Aleksandr Glukhov - Maksim Afinogenov (A) ; Aleksandr Kalyanin - Gennadi Churilov (+1) - Aleksandr Galimov (2') ; Denis Parshin (+2) - Fedor Fedorov (+2) - Maksim Rybin (+2) ; Evgeni Kuznetsov (+1, 2') - Vadim Shipachev (+1) - Yuri Trubachev (+1).

Remplaçant : Aleksei Volkov (G).

République Tchèque

Gardien : Jakub Štepánek.

Défenseurs : Martin Škoula (A) - Lukaš Zib ; Petr Cáslava (-1) - Ondrej Nemec (-1, 2') ; Tomaš Mojžíš (-2, 2') - Martin Lojek (-2, 2').

Attaquants : Roman Červenka (A, -1) - Jiři Novotný (2') - Lukaš Kašpar (-1) ; Tomas Rolinek (C, -1) - Jan Marek (-1) - Petr Prucha (-2, 4') ; Martin Adamský (-1) puis Milan Gulaš à 18' - Petr Vampola (-1) - David Květoň (-1, 2') ; Ivan Rachunek - Petr Koukal - Peter Jánský.

Remplaçants : Alexander Salak (G), Jakub Jeřábek. Absent : Jakub Nakladal (fracture de l'auriculaire droit).