Suède - Finlande (Euro Hockey Tour 3)

La meilleure équipe d'Europe... même à quatre défenseurs

KONTIOLA_Petri-100520-009On peut vérifier le classement, c'est bien la Russie qui est en tête de l'Euro Hockey Tour. Pour autant, les médias russes ne font que répercuter l'avis du staff de leur équipe nationale en proclamant que "la Suède est la meilleure équipe en Europe actuellement". Un argument utilisé pour réveiller les consciences, mais aussi un aveu de faiblesse étonnant des Russes, et pas seulement du point de vue de la Sbornaïa : la Tre Kronor est en effet l'équipe qui compte le moins de joueurs de KHL.

L'argument de la supériorité suédoise a été totalement intégré par les Tchèques, eux aussi largement battus ce week-end, mais pas encore par la Finlande. Jamais les Leijonat ne se laisseront si facilement imposer la domination de leur voisin. Même si la Suède a d'ores et déjà remporté ces Sweden Hockey Games, elle ne peut s'estimer satisfaite tant qu'elle n'est pas venue à bout de sa rivale.

Or, la Finlande s'avère coriace. À la huitième minute, à quatre contre quatre, Petri Kontiola bénéficie d'un contre favorable sur le défenseur Sebastian Erixon, récupère ainsi le palet et le place dans la lucarne au terme de son action solitaire (0-1). Enfin un peu de réalisme offensif, le seul ingrédient manquant selon l'entraîneur finlandais. Celui-ci a modifié sa première ligne dans ce dernier match pour y faire monter Mikko Lehtonen à la place d'Antti Pihlström. Joueur d'énergie, Pihlström est très décrié comme exemple d'un favoritisme supposé du staff envers les joueurs du JYP. Une chose est sûre, Pihlström n'est pas un joueur de premier trio, et il prouve juste après le but : il réussit une très belle accélération en milieu de glace... mais son revers n'inquiète pas le gardien.

La soirée prend mauvaise tournure pour la Suède. Jonas Andersson et Daniel Fernholm ont déjà renoncé à jouer après l'échauffement. Puis le sort s'acharne avec la commotion cérébrale de David Petrasek et surtout le genou de Sebastian Erixon, le plus gravement blessé des quatre. La Tre Kronor finit le match à quatre défenseurs, après en avoir perdu trois en cours de route !

ERICSSON_Jimmie-100511-542Et pourtant, malgré cet effectif réduit, Martin Thörnberg délivre une bonne passe pour Jimmie Ericsson qui glisse le palet du revers entre les bottes de Karri Rämö (1-1). Ce week-end sert de grands débuts internationaux pour les frères Lajunen. Le plus jeune, Jani (20 ans), est épatant et est tout près de marquer, mais Björn Melin sauve miraculeusement sur la ligne. Le plus âgé, Ville (22 ans), a plus de mal, et dans la dernière minute du deuxième tiers-temps, il fait faute sur Jimme Ericsson : tir de pénalité. Rämö lit bien la tentative et la repousse aisément.

Hormis cette frayeur, la Finlande domine nettement le match. Lennart Petrell, qui a plutôt marqué des points pour une éventuelle sélection au Mondial, lui redonne rapidement l'avantage en troisième période (1-2). La Suède ne voit guère le jour, et sur une de ses rares incursions en zone offensive, une escarmouche éclate devant le gardien. Thörnberg, qui a commis une obstruction, se fait casser une dent par un crocher du gauche de Niskala. Deux minutes de chaque côté. Une action qui révolterait toute la Suède... si Thörnberg n'était pas un des joueurs les plus détestés de l'Elitserien.

Tout concourt donc à une victoire finlandaise. Pourtant, à deux minutes de la fin, un tir de la bleue de Jan Sandström passe dans le trafic, quelque part à travers Petrell et Pihlström. Le gardien Karri Rämö n'a rien pu voir, et il s'inclinera du coup aux tirs au but pour finir la soirée.

La Finlande n'est donc pas parvenue à arrêter la marche triomphale de cette équipe de Suède qui, même décimée, continue d'entretenir son capital-confiance... et au passage le complexe d'infériorité finlandais. À force de garder les mêmes joueurs tournoi après tournoi, le nouveau sélectionneur suédois Pär Mårts est en train de construire un groupe, en plus de mettre en place un système agressif déjà redouté.

Désignés joueurs du match : Magnus Johansson pour la Suède et Jani Lajunen pour la Finlande.

 

Suède - Finlande 2-2 (0-1, 1-0, 1-1, 0-0) / 2-1 aux tirs au but
Dimanche 13 février 2011 à 16h30 au Globen. 9359 spectateurs.
Arbitrage de Viktor Gashilov et Aleksei Ravodin (RUS) assistés de Jimmy Dahmén et Henrik Pihlblad (SUE).
Pénalités : Suède 14' (2', 8', 4', 0') ; Finlande 14' (6', 2', 6', 0').
Tirs : Suède 21 (7, 6, 5, 3) ; Finlande 41 (11, 10, 17, 3).

Évolution du score :
0-1 à 08'23" : Kontiola
1-1 à 27'57" : Ericsson assisté de Thörnberg et Melin
1-2 à 41'46" : Petrell assisté de Niskala et J. Lajunen
2-2 à 57'56" : Sandström assisté de Persson et Johansson

Tirs au but :
Finlande : Kontiola (réussi), Aaltonen (manqué), Puustinen (réussi).
Suède : Axelsson (réussi), Lindström (réussi).


Suède

Gardien : Daniel Larsson.

Défenseurs : Mattias Ekholm (+1) - Magnus Johansson (C, 2') ; Sebastian Erixon (-1) - Elias Fälth (+1) ; Jan Sandström - David Petrasek (A, -1, 2').

Attaquants : Joakim Lindström (-1) - Niklas Persson (A, -1) - Niklas Nordgrén (+1, 2') ; Martin Thörnberg (2') - Jimmie Ericsson (+1, 4') - Björn Melin (+1, 2') ; Dick Axelsson (-1) - Mattias Sjögren - Simon Hjalmarsson ; Mattias Tjärnqvist - Rickard Wallin - Daniel Brodin.

Remplaçant : Stefan Liv (G), Daniel Fernholm, Jonas Andersson. En réserve : Marcus Krüger.

Finlande

Gardien : Karri Rämö.

Défenseurs : Pasi Puistola (+1) - Sami Vatanen ; Ossi Väänänen - Jere Karalahti (A, -2, 4') ; Janne Niskala (+1, 2') - Ville Lajunen (+2, 4') ; Mikko Mäenpää (-1) - Lasse Kukkonen (C, -1).

Attaquants : Mikko Lehtonen - Petri Kontiola (+1) - Juhamatti Aaltonen (+1) ; Teemu Laine (-1) - Tommi Santala (-1) - Juuso Puustinen (-1) ; Riku Hahl (A) - Jani Lajunen (2') - Lennart Petrell ; Antti Pihlström - Juha-Pekka Hytönen (2') - Ossi Louhivaara.

Remplaçants : Teemu Lassila (G), Petteri Wirtanen.