Extraliga slovaque : Košice loin, très loin !

La grosse page de la saison régulière a été tournée dimanche soir. Championnats du Monde organisés au pays obligent, les festivités se sont terminées avec trois semaines d’avance par rapport aux années précédentes, si bien que le calendrier n’a pas connu de temps morts cette saison, hormis quelques pauses internationales ici et là. Košice a dominé sans une seule baisse de régime de septembre à février et c’est en toute logique que les Oceliari ont clos l’exercice, pour la cinquième fois depuis 1993/1994, à la première place du classement, qui plus est avec un record de points à la clé. En 57 matches, ils ont cumulé la bagatelle de 137 unités, soit onze de plus que leur propre marque instaurée il y a deux saisons (126 points en 56 rencontres). L’écart – le fleuve ! – qui les sépare de leur dauphin Poprad (26 points) manifeste à lui seul l’hégémonie de la formation de l’Est.

La surprise de l’année est venue du côté de Martin, véritable dindon de la farce de cette dix-huitième édition. Médaillés de bronze en avril dernier, le MHC Mountfield a scié la branche du succès et planté l’arbre de la déroute. Le dernier jour de la période des transferts (31 janvier), les deux meilleurs éléments offensifs du club quittaient le navire à la dérive : Jaroslav Jabrocký, 27 réalisations au compteur,  rejoignait le deuxième échelon suédois (Västerås) tandis que Marek Uram retrouvait ses anciens potes de classe à Bratislava. Ce n’était pas le bon moment pour les Martinčania, premiers leaders de la compétition, de perdre leurs armes les plus efficaces alors qu’ils étaient en train de connaître une descente aux enfers, due à un catastrophique mois de janvier (neuf défaites en dix matches, dont une humiliante contre les juniors d’Orange).

Jabrocky_Uram

Inéluctable. Skalica et Nitra se refaisant la cerise, Martin s’est alors fait piéger à la neuvième place en toute fin de parcours, synonyme de vacances prématurées. Il ne devance au classement que Žilina, frappé d’une incroyable paralysie dans la seconde moitié de la saison régulière. Jusqu’à dimanche dernier inclus, Les « Loups » ont perdu lors des onze dernières journées disputées (exceptée celle contre les Juniors) et n’ont même pas autant capitalisé qu’au cours de la saison dernière, pourtant plus courte de dix matches (55 points contre 56) ! En l’absence de vrais buteurs et de piliers en défense, les « Verts et Jaunes » se sont logiquement coiffés du bonnet d’âne et devront, comme l’an passé d’ailleurs, affronter en barrages le champion de la Prvá Liga – la deuxième division slovaque –  pour décider de son avenir en élite. Ce sera soit contre Piešťany soit contre Liptovský Mikuláš.

Voici le classement à l’issue de la 54e journée disputée le 20 février (57 matches en tout pour chaque équipe). Les juniors slovaques n’ont disputés de trente matches.

 1 HC Košice   137 (+115)
 2 HK Poprad   111 (+52)
 3 HC’05 Banská Bystrica  97 (+39)
 4 HC Slovan Bratislava   90 (+25)
 5 Dukla Trenčín   88 (-21)
 6 HKm Zvolen    84 (+7)
 7 HK 36 Skalica   79 (-10)
 8 HK Nitra    77 ( -21)
 9 MHC Mountfield (Martin)  74 (-29)
10 MsHK DOXXBet Žilina   55 (-59)
NC Slovaquie moins de 20 ans   8 (-98)

Meilleur pointeur : Miroslav Zálešák (Košice), 64 points (28+36) dont (23+33 à Skalica).
Meilleurs buteurs : Michel Miklík (Košice) et Roman Tománek (Banská Bystrica), 29 buts.
Meilleur gardien : Július Hudáček (Košice), 93,61 % d’arrêts

 

Košice (1er) – Nitra (8e)

Malgré la blessure de Dušan Andrašovský à Trenčín la semaine dernière, le potentiel offensif cassovien sera décuplé pour les play-offs. Outre Vladimír Dravecký, de retour au club depuis décembre après une mésaventure en KHL (Iougra-Khanty), Peter Fabuš et surtout Miroslav Zálešák, le meilleur pointeur de l’actuel cru, ont signé en janvier et ont rapidement pris leurs aises dans leurs lignes respectives. Les éclopés de longue date sont revenus aux affaires – Stanislav Gron en janvier, Dušan Pašek, Marcel Haščák et Marek Vorel dernièrement – et seront eux aussi de précieux atouts dans la course au « Golden hat-trick » toujours inédit. La mission s’annonce donc impossible pour Nitra.

Il ne faudrait cependant pas vendre trop rapidement la peau de l’ours. Au regard de leurs performances depuis deux mois, les Corgoňi figurent au quatrième rang des équipes ayant engrangé le plus (après Košice, Poprad et Bratislava) et ils ont d’ailleurs prouvé lors de leurs confrontations avec le champion qu’ils avaient les moyens de leur contester la victoire. Ils ont même réussi à faire tomber les Oceliari dans leur Steel Aréna alors qu’ils étaient encore lanterne rouge (13e journée). Nitra pourra s’appuyer sur son gardien Ján Laco, sur le défenseur à la verve recouvrée Štefan Fabian et surtout sur des attaquants qui ont récemment pris de l’envergure, parmi lesquels Henrich Ručkay, les frangins Saliji (Samir et Garip) ou encore le Tchèque Lubomír Korhoň, dont l’arrivée en décembre a marqué un tournant.

Programme : 24 et 25 février à Košice, 28 février et 1er mars à Nitra. Matches d’appui : 4 mars (Košice), 6 mars (Nitra) et 8 mars (Košice).

 
Poprad (2e) – Skalica (7e)

BarteckoLe Poprad de décembre ne ressemble en rien au Poprad de septembre pas plus qu’au Poprad d’aujourd’hui. Tout ça pour dire que la formation des Tatras a connu une nouvelle fois des remaniements au sein de son effectif, ce qui peut expliquer d’ailleurs sa moins bonne rentabilité depuis janvier. Les deux stars nationales Ladislav Nagy et Ľuboš Bartečko sont parties avant Noël en Suède où ils font désormais les beaux jours du MODO et Emil Lundberg, longtemps attaquant le plus prolifique des Chamois, s’est blessé il y a trois semaines et pourrait manquer les phases finales. Le surprenant retour au club de Martin Kuľha après neuf saisons dans la capitale aurait pu compenser ces pertes mais le meilleur buteur du dernier championnat est pour le moment l’ombre de lui-même. La défense (Radoslav Suchý, Jaroslav Kasík, Stanislav Jasečko) maintient heureusement ses hautes prestations mais la perte d’efficacité offensive pousse à des résultats de plus en plus étriqués, comme la semaine dernière contre les Juniors (victoire de Poprad 3-2 en fusillade).

La faveur des pronostics reste tout de même du côté des coéquipiers d’Arne Kroták même si Skalica s’est refait une santé lors de ces récentes sorties. Paradoxalement, les « frontaliers » n’ont pas – encore – souffert du départ de Miroslav Žálešák pour Košice et de la blessure de René Školiak, soit ses deux joueurs les plus productifs. Peut-être que le capitaine Tibor Višňovský, le troisième larron qui formait la première attaque, en a perdu de sa réactivité devant le but, mais d’autres ont depuis pris la relève et profité de cette plus grande place pour s’exprimer (cf. René Jarolín, Patrik Lušňák). Le Tchèque Petr Obdržálek a quant à lui apporté de la fraicheur en janvier. Le bât blesse à l’arrière où la défense alterne solidité et grossier manque de vigilance et où le portier Vlastimil Lakosil n’est plus un gage de sécurité. Malgré tout, la mayonnaise entre jeunes et vieux battue par l’entraîneur Peter Oremus semble avoir pris et il sera intéressant de voir comment réagira Skalica en play-offs, sans réelle pression depuis qu’il a abandonné sa pancarte de « gros calibre » du championnat cette saison.

Programme : 24 et 25 février à Poprad, 28 février et 1er mars à Skalica. Matches d’appui : 4 mars (Poprad), 6 mars (Skalica) et 8 mars (Poprad).


→ Retrouvez les présentations des deux autres quarts-de-finales (Banská-Bystrica/Zvolen et Bratislava/Trenčín) en fin de semaine, ainsi qu’un magazine sur le HC Košice.