Mulhouse - Anglet (Division 1, 22e journée)

L'obstination récompensée

HurajtRadovanCela ressemble à l'élite, ça en a même le goût, les consonances (Aubry, Prunet, Daramy, Rousselin, Maréchal, Grenier, Bellier...). Et pourtant, c'est de la division 1. Mais pas n'importe quelle affiche : Mulhouse-Anglet. Les nostalgiques se rappelleront notamment des temps "anciens" où Basques et Alsaciens jouaient les premiers rôles en élite. Disputant notamment d'épiques quarts de finales en Super 16, au printemps 2004, couronnés d'une fameuse séance de tirs aux buts qui avait finalement souri aux coéquipiers de Jean-Christophe Filippin.

Fief d'irréductibles en terre d'ovalie, Anglet a raté son "au-revoir" à La Barre (qui va fermer pour rénovation) samedi dernier face à Nice (1-2 t.a.b.). En attendant une hypothétique délocalisation de l'autre côté des Pyrénées, à Saint-Sébastien (le temps des playoffs), l'Hormadi bouclera l'exercice par six déplacements consécutifs. Le plus long étant évidemment celui qui mène aujourd'hui à l'Illberg. Mais les "hockeyeurs des sables" en ont vu d'autres ces cinq dernières années, entre le purgatoire de la D3 et ces deux titres consécutifs venus récompenser la fidélité d'un groupe n'ayant, sur le papier, rien à envier aux favoris de division 1.

Les hommes de Christer Eriksson, eux, peinent à confirmer leur excellente saison passée. Il a notamment fallu nager à contre-courant, entre les retards administratifs, les blessures (Kulevicius début octobre et Gadoury fin novembre) et les départs. Dernièrement celui de Thomas Öberg, reparti pour raisons familiales en janvier au moment où le défenseur suédois tissait une belle complicité avec Dustin Hatlelid. L'arrivée d'un gardien confirmé, Radovan Hurajt, a toutefois permis aux Scorpions de retrouver une assise défensive digne de ce nom. Et de grappiller quelques points précieux pour revenir dans la course aux playoffs.

Pour l'instant, c'est Courbevoie qui est le mieux placé pour jouer les "souffre-douleur" face à l'ogre brestois. Il ne faut plus laisser de points en route et ceux ramenés d'Avignon (3-1) samedi sont d'autant appréciables qu'ils entretiennent l'espoir d'une participation aux quarts de finale. Autant dire qu'un succès, ce soir, plaiderait grandement la cause des Alsaciens...

Mulhouse-Anglet_HormadiUne véritable opposition de styles les attend, face à des Basques attentistes, voire frileux par moments. Loin de l'énergie déployée par les locaux, qui mettent rapidement Guillaume Richard à contribution. Un gardien très solide au demeurant, que les dirigeants morzinois jugeaient insuffisamment performant en début de saison. Son équipement rouge, reliquat de ses "années Pingouins", tranche avec l'uniforme gris-blanc de l'Hormadi à l'extérieur. Une tenue au design travaillé par une grande marque de sous-vêtements, qui avait déjà signé le maillot "fraises" il y a deux ans. Et a remis ça, cette année, en multipliant les masques de gardien pour faire de ce chandail une véritable curiosité...

Mais en ce début de partie, le noir des Scorpions est plus fringant. Enfin jusqu'à ce faire trébucher d'Aleš Černý (05'24") profitant à Mathieu Cyr, en embuscade sur un cafouillage né des efforts combinés de Patrice Bellier, Xavier Daramy et Dave Grenier (0-1 à 06'15").

Sanctionné pour un jeu trop rugueux à l'encontre de Julien Aubry (08'55"), le "vétéran" Patrice Bellier concède une pénalité qui manque de coûter très cher à ses coéquipiers. Seulement voilà, Matej Kiška, imparablement servi au second poteau par Tomáš Kukučka, rate de peu l'égalisation (09'56"). Les deux compères slovaques sont imités peu après par leur capitaine Julien Aubry, lancé par Mans Papaux vers un duel repoussé de la botte par Guillaume Richard (12'25")BellierPatrice.

Cela commence à faire beaucoup d'occasions ratées, comme pour rappeler que Mulhouse manque cruellement d'un "serial-buteur". Et c'est encore plus remarquable en supériorité numérique, où les palets traînent dangereusement, mais impunément devant Richard. Radovan Hurajt, lui, est impérial sur ce rebond de Cyr consécutif à un tir à bout portant de Ladonne (19').

Les Scorpions ont beaucoup tenté pendant vingt minutes et cela va bien finir par payer. Comme la ténacité n'est visiblement pas la dernière des qualités mulhousiennes, l'espoir est permis surtout qu'en face, l'Hormadi s'endort sur ses lauriers. Quelques banderilles viennent néanmoins secouer Hurajt avant qu'un tir croisé de Marchand n'amène une égalité méritée (1-1 à 25'13").

Mulhouse colle aux Basques

Les Aquitains, emmenés par leur "lutin" Dave Grenier, doivent maintenant sortir de leur coquille, s'appuyant au besoin sur leurs meilleures individualités. Sébastien Rousselin notamment, dont la pointe de vitesse pemet un "solo" bien stoppé par Hurajt (26'26"). Anglet en profite aussi pour étaler, par séquence, une cohésion vieille de plusieurs années entre des joueurs habitués à se côtoyer. Mulhouse ne s'en laisse pas compter avec un Aleš Černý taille patron. Autant derrière que devant avec une précision de tous les instants et des montées souvent remarquées. Le Tchèque y va d'ailleurs d'un shoot repoussé par Richard sur Croteau. La cage est ouverte mais Bellier se sacrifie en contrant le tir du Québécois (33').

Le jeu, très alerte en cette fin de deuxième période, n'est pas fertile en occasions franches surtout que les deux gardiens veillent au grain. Mulhouse aurait pourtant pu virer en tête si Croteau avait réussi son tour de cage. Et surtout si Aubry n'avait pas trop enlevé son tir (39')...

L'Hormadi,CroteauDavid ayant décidé que la plaisanterie avait assez duré, reprend les choses en main au retour du second entracte. La rondelle est confisquée et les Scorpions, qui n'ont plus grand chose à se mettre sous la dent, se contentent des miettes. Comme sur cet exploit individuel d'Aubry, décidément au four et au moulin, qui embarque toute la défense dans son wrap-around pour finalement échouer sur Richard (45'). Une bonne piqûre de rappel pour un ensemble angloy dominateur, certes, mais impuissants devant Hurajt, qui cueille au vol l'essai de Daramy (49').

Anglet n'a définitivement pas l'efficacité escomptée, même en powerplay. Rien n'y fait, même sur ce contre favorable à Xavier Daramy, accroché par le retour d'Aleš Černý mais qui parvient tout de même à tirer... sur le poteau (51') !

Marquer ce soir semble être une tâche insurmontable pour les acteurs de cette partie ô combien indécise. L'une des deux équipes aura forcément laisser passer sa chance, faute de réalisme. Ou d'application offensive, tout simplement, à l'image d'un Croteau généreux dans l'effort mais bien trop brouillon dans la finition. Les tirs se multiplient de part et d'autre pour éviter les prolongations. Le slap de Rousselin tutoie le montant droit. Černý, lui, voit Richard s'interposer avant de plonger pour geler un rebond brûlant (59'). Une dernière pression angloye ne changera rien à l'affaire. Avec des finisseurs aux abonnés absents, il ne pouvait en être autrement...

Force est de constater que les gardiens ont leur part de responsabilité dans ce mutisme généralisé. Richard notamment, qui se démultiplie devant Croteau (61') avant que Kukučka ne parvienne à glisser la rondelle dans un trou de souris. Et, pour quelques petits centimètres, derrière la ligne fatidique (2-1 à 62'42").

C'est une délivrance pour les Scorpions, qui n'ont rien lâché pour venir à bout d'un adversaire solide mais pas toujours très inspiré offensivement. Les attaques n'ont d'ailleurs pas brillé ce soir, contrairement aux deux gardiens, qui ont sorti tout un match devant le filet. Finalement, l'obstination mulhousienne a payé, permettant aux hommes de Christer Eriksson de faire une entrée remarquée dans les "huit"... et ce pour la première fois de la saison grâce à la défaite de Courbevoie à Neuilly (2-8) !

Ce troisième succès consécutif est de bon augure avant le lointain déplacement à Bordeaux. En attendant la venue des Coqs à l'Illberg dans quinze jours !

 

Mulhouse - Anglet 2-1 a.p. (0-1, 1-0, 0-0, 1-0)
Samedi 26 février 2011 à 17h45 à la patinoire de l'Illberg. 912 spectateurs.
Arbitrage de Julien Avavian assisté de Sueva Torribio-Rousselin et Christophe Moncozet.
Pénalités : Mulhouse 32' (14', 0', 18', 0') ; Anglet 14' (6', 4', 4', 0').

Évolution du score :
0-1 à 06'15" : Cyr assisté de Molia (sup. num.)
1-1 à 25'13" : Marchand assisté de Claesson
2-1 à 62'42" : Kukučka assisté de Papaux


Mulhouse

Gardien : Radovan Hurajt.

Défenseurs : Aleš Černý - Maximilien Tromeur ; Lilian Prunet (A) - Yann Marez ; Dustin Hatlelid.

Attaquants : Tomáš Kukučka - David Croteau - Matej Kiška ; Mans Papaux - Julien Aubry (C) - Jonathan Boehrer ; Ludvig Claesson - Adrien Dufournet (A) - Michaël Marchand ; Maxime Mathieu.

Remplaçants : Joffrey Pingrit (G), William Ohlund, Benoît Salvin, Antoine Delhostal. Absents : Kevin Gadoury (genou, saison terminée), Dovydas Kulevičius (genou, saison terminée).

Anglet

Gardien : Guillaume Richard.

Défenseurs : Thomas Molia - Dave Grenier ; Patrice Bellier - Christophe Cantos (A) ; Mickaël Wiart - Julien Hitze.

Attaquants : Benoît Ladonne - Mathieu Cyr - Gautier Lafrancesca ; Sébastien Rousselin - Xavier Daramy (C) - Géraud Maréchal ; Martin Trecu [puis Aurélien Frasier] - Mathieu Saint-Marc - Jérôme Patard.

Remplaçants : Julien Pradera (G), Pierre-Hervé Coulombeix, Jimmy Ferrez. Absents : Guillaume Drouot, Benoît Cormier.