Reims - Montpellier (Division 1, 22e journée)

Reims a le numéro des Vipers

A quatre journées du terme de la saison régulière, la lutte pour se placer en vue des séries est intense et ce samedi voit se présenter à Bocquaine les Vipers de Montpellier pour le choc au sommet de la 22ème journée. Au coup d’envoi, trois points séparent Rémois et Héraultais d’où l’enjeu pour la troupe à François Dusseau de prendre de la marge par rapport à leur adversaire du jour et de préparer également les play-offs au mieux. Montpellier a le vent en poupe ces dernières semaines (succès 7-5 contre Brest notamment) et Reims sait qu’il devra être prêt dès l’entame pour prendre le match par le bon bout.

Pour ce match au sommet, Bocquaine revêtit son habit de gala. Travées pleines et garnies de tap tap bleus, une nouvelle mascotte nommée « Youppi », tout est là pour donner un soupçon supplémentaire d’adrénaline et de motivation aux Phénix dans ce match au parfum de play-offs. Dès l’entame, les locaux impriment leur rythme dans ce match, mais ne parviennent pas à se créer de réelles opportunités face à des Vipers bien regroupés face aux vagues bleues. Les hommes de François Dusseau n’oublient pas d’envoyer au passage un message à leurs invités en leur servant quelques mises en échec bien appuyés, œuvre de Vesely ou encore Prochazka.

Après quelques minutes en guise de round d’observation, le match se décante un peu. La première occasion arrive à la 5ème par l’intermédiaire de Rehor, qui n’arrive toutefois pas à prendre en défaut Agnel. Reims ne s’arrête pas là et se créé une nouvelle occasion dans la minute suivante. Vigners s’amuse avec son garde du corps le long de la bande et parvient à repiquer vers la cage. Le Letton élimine Agnel, mais se retrouve en déséquilibre et loupe le cadre de peu. Le danger se rapproche pour les Vipers tant les attaques rémoises se font plus pressantes. A la 8ème, Desrosiers saute sur un retour de lancer de Gervais, hélas, la réussite fuit également le top scorer rémois. «Rassuré » par ces échecs rémois, Montpellier s’enhardit et commence à chauffer le gant de Kubis. Pas de quoi troubler la sérénité du Tchèque, qui répond présent.

A 12’20", les Phénix obtiennent une belle occasion de prendre les devants au score avec une supériorité pour une obstruction de Fojtik. L’attaque massive rémoise entre en scène et tente alors de faire sauter le verrou, mais elle est mise en échec par le boxplay des Vipers. Les Héraultais croient tenir le bon bout jusqu’à 20 secondes du terme, mais une relance hasardeuse va leur coûter cher. Rehor profite d’un palet mal dégagé, pour transmettre le puck à Florian Sabatier, qui fixe Kaisjoki puis décale Grill au second poteau, et ce dernier s’en va ajuster avec malice Agnel, après avoir fait se coucher le portier des Vipers (1-0 à 13’58"). L’ouverture du score rémoise est logique tant les occasions les plus chaudes sont du côté des locaux jusque-là. Montpellier se montre toujours timoré jusque-là et ses quelques attaques sont bien maîtrisées par Kubis ou la défensive des Phénix. Le jeu reste agréable à suivre et va d’un camp à un autre dans les dernières minutes, sans que rien n’évolue à la marque. Seule une pénalité rémoise à 19’08" vient donner une occasion aux Vipers de frapper à la porte de Kubis, qui ferme la boutique à double tour jusqu’à la sirène. Reims regagne sa chambre avec un petit avantage, et, avec plus de réussite, aurait pu se retrouver avec un écart plus important.

Montpellier, qui a fait le dos rond durant le premier tiers, se lance dans les premières secondes du tiers à l’assaut des cages rémoises pour niveler la marque. Mais, à trop vouloir attaquer, les visiteurs en oublient de surveiller la sortie de prison. Ce détail n’échappe pas à Gervais, qui repère Rehor. Le Tchèque accélère sur l’aile droite, s’en va à deux contre un avec Desrosiers et sert un amour de passe au Québécois, qui marque comme à la parade au 2ème poteau (2-0 à 21’24"). Le jeu en contre des Rémois a encore fait parler de lui et permet aux Phénix de se retrouver en position plus confortable.

Le temps de se remettre de ce but assassin, Montpellier repart de plus belle. L’ex-Rémois Martin-Whalen allume la première mèche, mais son essai passe à côté. Les Vipers poussent et Kubis doit sortir le grand jeu de la mitaine devant Kaisjoki, puis de la botte sur un lancer de Garcia, pour éviter un retour partiel des visiteurs. Toutefois, ces derniers trouvent récompense à la 27ème. Martin-Whalen, jamais avare d’efforts sur le glaçon, se connecte avec Danilics, qui s’en va en échappée et, malgré un retour désespéré de Coustenoble, parvient à déjouer du revers Kubis (2-1 à 26’24"). Ce but vient traduire le retour aux affaires des hommes de Lionel Bilbao, bien plus en jambes lors de ce deuxième acte.

Le jeu reste toujours aussi fluide et le corps arbitral a peu de travail jusque là. Montpellier a le momentum dans cette première moitié de tiers, mais reste sous la menace de contres rémois toujours aussi tranchants. Pour preuve sur une offensive amorcée par le tandem Garcia/Straupe, Gervais intercepte la rondelle et lance Grill en contre. Le Slovaque se connecte avec Jérémie Sabatier, lancé comme une balle et qui décoche un lancer ravageur, ne laissant aucune chance Agnel (3-1 à 33’12"). Ce but change à nouveau la donne dans ce match et ce sont les Rémois qui se retrouvent en position de force. Les Phénix ont même l’occasion de porter le coup de grâce avec une supériorité à 36’13". Conscients de cela, les Vipers s’appliquent dans un premier temps à ne pas prendre ce quatrième but, qui serait sans doute fatal. De son côté, le powerplay rémois cafouille quelque peu son jeu et Montpellier traverse finalement cette perturbation sans dommage. Le score n’évolue plus jusqu’à la sirène et Reims peut être satisfait d’avoir accentué son avantage dans ce tiers malgré la montée en puissance de son adversaire.

Avec deux unités d’avance et 20 minutes à jouer, Reims peut se montrer confiant à l’entame de ce 3ème tiers. Montpellier revient le couteau entre les dents et semble bien décidé à se battre jusqu’au bout. Et cette fois-ci, les Vipers ne réitèrent pas l’erreur du second acte et vont rapidement relancer le match. Dès la vingt-sixième seconde, Martin-Whalen et Zbriger sèment le trouble aux abords du slot rémois, ce travail profitant à Danilics, qui pousse la rondelle libre au fond des cages (3-2 à 40’26"). Coup de froid sur Bocquaine avec ce but d’entrée, qui vient contrarier les plans rémois. Rendus euphoriques par ce but, les Vipers font le siège des buts de Kubis, qui doit s’employer pour éviter l’égalisation. Hélas, le cerbère tchèque ne fait que retarder l’inévitable. A la 46ème, Deslile lance une première fois sur Kubis, qui concède un rebond, Kaisjoki saute sur le retour, Kubis réalise un deuxième arrêt, mais la rondelle revient sur Zbriger qui égalise (3-3 à 45’13").

François Dusseau sent le danger et appelle un temps-mort pour remobiliser ses troupes face à ce renversement de situation. Et cette mini-coupure semble faire du bien aux Phénix, qui repartent au combat avec plus d’intensité. Pourtant, c’est Montpellier qui va avoir l’occasion de faire pencher la balance en sa faveur avec un 5 conte 4 à 48’57". Il s’en suit une pression intense sur la cage d’un Kubis de gala, qui frustre tout à tour Straupe puis Kaisjoki, qui s’étaient déjà vu célébrer le but dans leur tête. Une fois le jeu revenu à égalité d’hommes de chaque côté, c’est Billard qui profite d’un palet mal contrôlé par la défense rémoise pour s’en aller en break. Bocquaine retient sa respiration et Kubis vient délivrer l’assistance d’un arrêt de la botte face au capitaine héraultais.

Les Vipers ont laissé passer leur chance et c’est maintenant aux Phénix d’avoir l’opportunité de forcer la décision avec des supériorités à 51’09" et 53’32". Installés en zone offensive, les avants rémois bourdonnent et appliquent de la pression sur les cages adverses, mais Agnel, bien secondé par sa défense, fait bloc. En parallèle, la tension monte de plus en plus entre les acteurs du match, pour preuve cet accrochage entre Savoie et Brakss à 54’10". Reims pousse pour reprendre l’avantage, mais manque de se faire surprendre par Garcia. Le n°96 des Vipers fausse compagnie à l’arrière-garde rémoise et il faut un puck-check décisif de Kubis pour voler un but certain aux visiteurs. Remis de cette sueur froide, Les Phénix font le forcing dans les derniers instants, sans parvenir à décrocher le gros lot comme face à Neuilly. En dépit d’une dernière poussée rémoise, les deux formations sont égalité au buzzer et doivent se départager en prolongation.

Après quelques rapides consignes des coachs à leur formation respective, la prolongation débute. Plus à l’aise dans l’exercice que les Vipers cette saison, Reims part avec un petit avantage psychologique. Et les Phénix le démontrent très vite avec un premier essai de Desrosiers bien stoppé par Agnel. Montpellier réplique avec une tentative lointaine sans danger pour Kubis. Reims met davantage d’envie dans ses actions et semble vouloir plus la victoire. A la soixante-deuxième Billard a le mauvais réflexe d’accrocher pour freiner une offensive. L’arbitre signale la pénalité et les Rémois ayant toujours la possession de la rondelle, le jeu se poursuit. Rehor transmet à Desrosiers, qui laisse sur place Bohin et sert dans l’axe Vesely, dont la reprise est stoppée par Agnel dans un premier temps, mais Florian Sabatier saute sur le rebond et délivre Bocquaine (4-3 à 61’54") !

Pour la troisième fois de la saison, la prolongation sourit aux Phénix et leur permet de glaner de précieux points face à un adversaire, qui aura vendu chèrement sa peau. Avec cette victoire acquise de haute lutte, les Rémois conservent leur troisième place au classement, en même temps que de repousser leur adversaire du soir à 5 points. Reste aux Phénix à continuer sur cette dynamique la semaine prochaine face aux Chiefs de Deuil/Garges, toujours redoutables sur leur petite glace, afin d’être dans les meilleures conditions pour la réception des Boxers de Bordeaux dans deux semaines à Bocquaine.

Compte-rendu du site officiel des Phoenix de Reims


Reims - Montpellier 4-3 (1-0, 2-1, 0-2, 0-1).
Samedi 26 février 2011 à 20h00 à Bocquaine. 1 008 spectateurs.
Arbitrage de Stéphane Péronnin assisté de Laurent Rouèche et Sébastien Geoffroy.
Pénalités : Reims 6' (2', 0', 4', 0'), Montpellier 12' (2', 2’, 6', 2').
Évolution du score :
1-0 à 13'58" : Grill assisté de F. Sabatier et Rehor (sup. num.)
2-0 à 21'24" : Desrosiers assisté de Rehor
2-1 à 26’24" : Danilics assisté de Martin-Whalen
3-1 à 33‘12" : J. Sabatier assisté de Grill et Gervais
3-2 à 40'26" : Danilics assisté de Martin-Whalen et Zbriger
3-3 à 45‘13" : Zbriger assisté de Kaisjoki et Delisle
4-3 à 61'54" : F. Sabatier assisté de Vesely et Desrosiers (sup. num.)