Français Volants - Lyon (Division 2, poule B, 18e journée)

À l'aube de ce match, les données sont claires pour les Volants pour pouvoir se qualifier pour les play-off : gagner ce match des plus difficiles d'une part et espérer un ou plusieurs faux-pas de leurs adversaires directs,

Et le moins que l'on puisse dire est que le match démarre tambour battant en faveur des Lyonnais qui signent leur premier tir dangereux après seulement 18 secondes de jeu. Durant les 5 premières minutes, les locaux essuient plusieurs minutes d'infériorité numérique et Johan Backö doit s'employer à de multiples reprises. Les Volants ne commencent à développer leur jeu offensif qu'au bout de 7 à 8 minutes. Et, paradoxalement, ce sont eux qui vont marquer à 11'28'' par l'intermédiaire de Kévin Guimbard parti en échappée à 2 contre un avec Einar Engström.

Et Paris fait le break à 45 secondes de la fin du tiers par Arnaud Mazzone suite à un joli travail le long de la bande et la complicité du gardien lyonnais Daniel Svedin, qui se troue quelque peu sur l'arrêt.

Tout en ayant eu peu de tirs cadrés et en ayant été largement dominés dans les premières minutes, les Français Volants mènent au score à la fin de ce tiers. À noter les arrêts de toute beauté du cerbère parisien, au contraire de son homologue lyonnais très fébrile sur les quelques tirs reçus. Les spectateurs ont pu assister à un tiers de bonne qualité.

Le deuxième tiers commence fort mal pour les locaux qui se retrouvent très rapidement à 3 contre 5. Les Lyonnais en profitent quasi-instantanément (22'25'') par l'entremise de Mathieu Reverdin sur une belle passe côté opposé de Mike Ruberto.

Lyon-Zelubovskis2Les Parisiens étant toujours aussi indisciplinés, les visiteurs égalisent dans la même configuration de jeu à 24'42'' grâce à Adryan Serrano suite à une superbe transversale d'Alexander Olsson partie de la ligne bleue. Et les malheurs ne s'arrêtant pas, les Volants se font prendre en contre en supériorité numérique (26'13'') : Alexander Olsson marque en contre avec la complicité du francilien Thomas Faudot qui dévie la rondelle. En moins de 5 minutes, les Lyonnais ont retourné le score à leur avantage.

S'ensuit des pénalités des deux côtés, l'arbitre se montrant des plus tatillons notamment vis à vis des locaux. En nouvelle supériorité à 4 contre 3, les Lyonnais marquent un quatrième but d'une superbe mine de Elvis Zelubovskis en pleine lucarne. À ce moment du match, les spectateurs peuvent raisonnablement penser que les Volants vont lâcher prise mais, contre toute attente, l'heure de la révolte parisienne va sonner. À 35'06'', Einar Engström se bat pour récupérer le palet, pivote et shoote. Ce but superbe superbe plein de spontanéité va être rapidement suivi (38'24'') par celui d'Alexander Muse qui profite d'une double supériorité bien exploitée en plaçant un joli tir d'un frappé puissant. 21 secondes plus tard, à nouveau en double supériorité, les locaux reprennent l'avantage au score : suite à une mise en jeu gagnée en zone offensive, Thomas Faudot effectue un tir en pleine lucarne.

Ce deuxième tiers a été très paradoxal : 10 premières minutes marquées par une mainmise lyonnaise profitant de chaque supériorité numérique ou presque. Les 10 dernières vont se montrer quasi-identiques mais à l'avantage des locaux cette fois-ci … Néanmoins, la fébrilité défensive des Lyonnais et de leur gardien est inquiétante pour une telle équipe visant la montée.

Dès l’entame du derniers tiers, les Parisiens vont confirmer leur fin du précédant tiers : à 41'25'', suite à une mauvaise passe d'un défenseur lyonnais, Antoine Amsellem crucifie le gardien visiteur d'un tir plein axe. 15 secondes plus tard, ce dernier inscrit un deuxième but d'un tir excentré où le gardien de Lyon se troue à nouveau. Suite à ce septième but parisien, Daniel Svedin est remplacé dans les cages lyonnaises par Quentin Wargnier.

On pourrait penser les Lyonnais définitivement perdus mais ceux-ci vont, une fois encore, profiter d'une supériorité numérique pour marquer : après une mise en jeu gagné en zone défensive par les Volants, un défenseur renvoie le palet sur un joueur lyonnais, Elvis Zelubovskis, qui reprend instantanément. Le jeu devient plutôt brouillon pendant quelques minutes avec des infériorités numériques parfaitement tuées de part et d'autre. Mais en infériorité numérique, les Volants tuent quasiment le match à 54'42'' : Nicolas Chauveau s'échappe le long de la bande droite, un défenseur lyonnais arrive à reprendre la palet mais ne peut s'en saisir parfaitement, et Alexander Muse en profite pour tirer plein axe (8-5).

Sur une énième supériorité, les Lyonnais réduisent la marque par l'intermédiaire d'Elvis Zelubovskis, mais il est trop tard, les Volants inscrivant même un 9è but dans une cage vide par Einar Engström.

Si les Volants ont su créer une surprise en battant l'ogre lyonnais, en profitant de la fébrilité défensive de cette équipe sur ce match, cet exploit n'a servi à rien vu les résultats des autres concurrents. Néanmoins, cette belle prestation doit permettre de créer une dynamique positive afin d'aborder dans de bonnes conditions la poule de relégation.

 

 

Français Volants – Lyon 9-6 (2-0, 3-4, 4-2)
Samedi 26 février 2011 à 18h45 à la patinoire Sonja-Henie. 300 spectateurs.
Pénalités : Français Volants 50' (8', 12'+10'+10', 10') ; Lyon 26' (0', 12'+10', 4').
Évolution du score :
1-0 à 11'28'' : Guimbard assisté de Engström
2-0 à 19'15" : Mazzone
2-1 à 22'25'' : Reverdin assisté de A. Olsson et Puech (sup. num.)
2-2 à 24'42" : Serrano assisté de Tourte et Bernardon (sup. num.)
2-3 à 26'13" : A. Olsson assisté de Frioux (inf. num.)
2-4 à 32'34" : Zelubovski assisté de Bonello et Ruberto (sup. num.)
3-4 à 35'06" : Enström assisté de Guimbard
4-4 à 38'24" : Muse assisté de Blanchard et Amsellem (sup. num.)
5-4 à 38'45" : Faudot assisté de Segura (sup. num.)
6-4 à 41'25" : Amsellem
7-4 à 41'40" : Amsellem assisté de Muse
7-5 à 47'00" : Zelubovskis assisté de Reverdin et Svedin (sup. num.)
8-5 à 54'48" : Muse assisté de Chauveau (inf. num.)
8-6 à 55'31" : Zelubovskis assisté de Bonello (sup. num.)
9-6 à 58'45" : Engström (cage vide)