Grenoble et Dijon éliminés, Épinal et Morzine en vie

Nous sommes le 4 mars et Grenoble peut déjà ranger ses crosses. Cela faisait 24 ans que la saison de hockey ne s'était pas terminée aussi tôt pour les Brûleurs de Loups. Une élimination précoce qui met fin à une année-galère pour les Grenoblois, et qui n'arrange pas les internationaux potentiels (Arrossamena notamment, puisqu'Amar et Ferhi sont blessés) qui perdront le rythme de la compétition avant le début du stage pour le Mondial.

Les Brûleurs de Loups ont rendu les armes ce soir face à leur rival de toujours, le voisin du plateau Villard-de-Lans. Jean-Christophe Gauthier a ouvert le score, mais après l'égalisation d'Avenel, c'est cette fois son centre Thibaut Sage-Vallier qui a porté le coup de grâce en donnant un avantage 1-3 aux visiteurs. Dufour a demandé son temps mort et sorti son gardien, Krayzel a suscité un fol espoir à 17 secondes de la fin, mais cinq secondes plus tard, Daniel Sedlak pliait l'affaire en cage vide.

Qualification dans la douleur pour Amiens, pas rassuré par le réalisme de Nicolas Ritz au premier tiers et par le jeu de contre-attaque de Dijon. Kevin Bergin a su faire la différence au bon moment, à 5 contre 3, après un cinglage de Riendeau qui avait pourtant réussi un bon retour au Coliseum. Cela n'a pas suffi, et Kevin Hecquefeuille a donné la victoire à Amiens avec son second but de la soirée. Pendant une fin de match houleuse (blessure de Trabichet à priori out pour la fin de la saison, Dmytruk qui sèche Hecquefeuille puis s'énerve en prison au point d'être expulsé, bagarre avec Riendeau), les Ducs ont réduit le score à 4 contre 4 par Peter Trokan d'un joli tir dans le petit filet gauche d'un Thompson bien présent ce soir. Le portier bourguignon Mojmir Bozik a eu beau s'employer bravement tout au long du match, son titre d'homme du match ne suffira pas à le consoler.

Après la sirène, Loïc Sadoun était dans un autre esprit : le Dijonnais et ex-Amiénois a donné son maillot au public et embrassé la glace. Un signe d'adieux ?

Loin des atmosphères de Pôle sud et du Coliseum, Épinal craignait une élimination sans gloire dans le hangar de Poissompré-bis. Menés 0-2 par Strasbourg à huit minutes de la fin, les Dauphins n'en menaient pas large. Pourtant, deux buts de leur capitaine et symbole Guillaume Chassard ont renversé la situation et entretenu la flamme.

Dans un match parfois rugueux, marqué une bagarre en fin de deuxième période entre Brodin et Patry, expulsés, Morzine-Avoriaz et Chamonix ont lutté durement pour se départager. C'est aux tirs au but que Denislam Yusupov a soulagé les Pingouins, qui tenteront de récidiver demain, toujours sur la glace chamoniarde.