Gap - Strasbourg (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 2)

Cherchant désespérément la réussite cette saison contre Gap, les Strasbourgeois vivent le scénario à éviter à tout prix en début de match : une obstruction de Julien Burgert, et voilà Gap qui ouvre le score par Jesse Uronen, servi dans le slot par Sean Roche (1-0, 5'11"). Strasbourg est mené au score, subit encore une infériorité, et bute encore sur le système défensif des Rapaces. Ils ne sont mis en danger qu'une fois, à la dix-septième minute, quand les visiteurs mettent une pression si forte sur la cage que Jérémie Paradis a commis un cinglage. Pénalité sans conséquence.

En deuxième période, Gap a de quoi tuer le match pendant trois supériorités numériques, dont une minute trente à 5 contre 3 avec Marcos et Svete en prison. Avoir laissé passer l'orage permet à l'Étoile Noire de faire souffler la tempête. Une passe de derrière la cage de Paul Bradley est reprise par David Cayer dans le haut du filet (1-1, 31'54).

Gap ne semble plus aussi serein, à l'instar de Jiri Jelen qui charge Dufournet au sol et écope logiquement de deux minutes de plus que son adversaire dans l'altercation. Un puissant slap de Maxime Mallette donne l'avantage à Strasbourg (1-2, 34'02").

Les Alsaciens ont enfin ce qu'ils voulaient : mener au score pour obliger les Rapaces à abandonner leur nid et à voler au large. Mais cette situation supposée confortable, ils n'en profiteront à vrai dire jamais. Huit secondes plus tard, Bradley part déjà en prison pour une altercation. Les Strasbourgeois sont pris de vitesse par la vitesse d'Uronen et de Roche, et les pénalités s'enchaînent, l'une après l'autre. Un Hiadlovsky héroïque retarde l'échéance, mais à force de jouer à 3 contre 5, il s'incline face à Jiri Jelen, à la réception d'un centre de la droite de Jiri Rambousek (2-2, 38'07").

En troisième période, Rambousek réaffirme son rôle retrouvé de leader réapparaît à la conclusion d'un bon mouvement et fait repasser Gap en tête (3-2, 41'44"). Mais Strasbourg a surmonté son "blocage Quemener". Il suffit après tout que le gardien soit masqué, et il ne peut pas faire de miracles sur un nouveau lancer de la bleue de Maxime Mallette (3-3, 45'17"). La série a changé d'âme, maintenant les deux équipes attaquent à tour de rôle et tentent de faire la différence.

Au cours de la prolongation, Maxime Mallette envoie un troisième slap de la bleue au fond des filets... mais M. Bergamelli écarte les bras. Il signale en effet que David Cayer était dans la zone du gardien, poussé là dans son duel avec Vienneau, et qu'il a gêné Quemener avancé en l'empêchant de reculer. Un but refusé qui sera longtemps regretté.

Aux tirs au but, Jiri Jelen, par une feinte à droite conclue du revers, et Jesse Uronen, qui mitraille Hiadlovsky de près, donnent la victoire à Gap, pendant que Quemener arrête deux tentatives.

Strasbourg aura mis le rythme dans les deux rencontres, mais Gap a su répondre au défi physique et à l'intensité... et ce sont les Rapaces qui mènent 2 succès à 0.

Commentaires d'après-match (dans les Dernières Nouvelles d'Alsace)

Daniel Bourdages (entraîneur de Strasbourg) : "On a prouvé que l'on a de la ressource et qu'on ne lâcherait rien. On est loin d'être morts dans cette série. À l'extérieur, on a fait largement jeu égal avec Gap. À nous de profiter maintenant de jouer à domicile. Il faudra laisser le moins d'espace possible à Gap. Mais il faudra aussi que nous soyons beaucoup plus disciplinés parce que nous avons quand même pris des prisons évitables. C'est aussi pour cela que l'on a eu un petit creux en début de troisième période. Mais on a su se remettre dans la partie. On doit continuer à mettre la même pression sur notre adversaire."

 

Gap - Strasbourg 3-3 (1-0, 1-2, 1-1, 0-0) / 2-0 aux tirs au but
Mercredi 9 février 2011 à 20h30 à la patinoire Brown-Ferrand. 957 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni assisté de Geoffrey Barcelo et Guillaume Gielly.
Pénalités : Gap 12' (4', 4', 2', 2') ; Strasbourg 28' (6', 16', 4', 2').
Tirs : Gap 41 ; Strasbourg 44.

Évolution du score :
1-0 à 05'11" : Uronen assisté de Roche et Palotie (sup. num.)
1-1 à 31'54" : Cayer assisté de Bradley et Mallette
1-2 à 34'02" : Mallette assisté de Petriläinen et Marcos (sup. num.)
2-2 à 38'07" : Jelen assisté de Rambousek et J. Paradis (double sup. num.)
3-2 à 41'44" : Rambousek assisté de Tekel et Palotie
3-3 à 45'17" : Mallette assisté de Devin et Marcos

Tirs au but :
Gap : Jelen (réussi), Rambousek (arrêté), Uronen (réussi).


Gap

Gardien : Ronan Quemener.

Défenseurs : Alexandre Cornaire - Justin Vienneau ; Jakub Suchanek - Milan Tekel (A) ; Matus Luciak - Ryan Jorde.

Attaquants : Sean Roche - Jean Charles Charette (A) - Jesse Uronen ; Jiri Jelen Mikko Palotie - Jiri Rambousek ; Romain Moussier (C) - Jérémie Paradis - Julien Correia.

Remplaçants : Adrien Fénart (G), Jérémy Baridon, Romain Vitali, Kevin Zampa, Dimitri Thillet, Mathieu André. Absent : Rane Carnegie (écarté avant les play-offs).

Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky.

Défenseurs : Michal Cesnek - David Stríž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Pasi Petriläinen - Žiga Svete.

Attaquants : Ján Cibula - Paul Bradley - David Cayer ; Timothée Franck - Élie Marcos (C) - Pierre-Antoine Devin (A) ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet - Julien Burgert.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Pierre Bougé, Noé Gersanois, Jérémy Quillier. Absent : Juho Lehtisalo (blessé).