Strasbourg - Gap (Ligue Magnus, 1/4 de finale, match 3)

Quatre fois déjà, Strasbourg aura vécu le même scénario face à Gap : dominer la plupart du temps, mais buter sans cesse sur le gardien Ronan Quemener. Devront-ils une fois encore subir le même scénario ?

Certes, en première période, on voit encore des phases où les Alsaciens dominent face à une bloc regroupé. Mais le premier tir de la partie est pour Roche après treize secondes, et les contre-attaques de Gap sont toujours tranchantes. Alors que la défense strasbourgeoise est concentrée sur sa moitié gauche de glace, Jiri Rambousek décale Jiri Jelen pour un slap puissant, que Vladimir Hiadlovsky dévie d'un réflexe in extremis. Le gardien slovaque empêche ce premier but qui vaut si cher.

CesnekMichalÀ la seizième minute de jeu, Paul Bradley subit une grosse mise en échec de Suchanek en entrée de zone, mais parvient à laisser le palet à Cayer qui le redirige vers Cibula pour un tir trop croisé. Le jeu s'arrête alors car Bardley est toujours au sol : il faut dire que la charge de Suchanek l'a propulsé sur Jérémie Paradis qui revenait en défense. L'Américain peine à se relever, il est vraiment blessé, et le jeune Timothée Franck le remplace en première ligne.

Le public ne comprend pas la décision de l'arbitre de ne pas siffler de faute (la charge paraissait légale). Dans une ambiance qui est montée d'un coup, Pasi Petriläinen gagne ses duels face à André et Charette contre la bande, et ressort le palet pour Julien Burgert. Celui-ci effectue une passe transversale en zone neutre pour Lionel Tarantino, qui remonte côté gauche et envoie un lancer puissant. Au rebond, le petit Édouard Dufournet est plus vif que le grand Justin Vienneau (1-0, 17'16").

La stratégie de contre est cette fois favorable à Strasbourg. Surtout que, juste avant la pause, le magicien David Cayer place un revers dos au but qui surprend supporters, partenaires, adversaires... et Quemener (2-0, 19'43"). La malice du Canadien a levé la malédiction, et enfin fait craquer ce jeune gardien au mental d'acier.

Avec deux buts d'avance, tout devient plus facile. Les Rapaces doivent se dévoiler et ont des trous d'air. À trois contre deux, Cayer entre en zone sur la droite et ouvre un boulevard à Cibula dans l'axe qui décale Franck. Le premier tir est repoussé par Quemener, qui pare aussi du bout de la crosse le rebond de Cibula alors qu'il est complètement couché à un mètre du but ! Arrêt miraculeux mais inutile, car la troisième tentative de Franck est la bonne (3-0, 24'01").

Strasbourg, qui s'était parfois plaint de l'arbitrage au match précédent, a aussi comme atout sa discipline. Les Alsaciens prennent peu de pénalités, mais ils punissent celles de Luciak et Cornaire. D'abord, un lancer axial de Cesnek heurte Cornaire, qui vacille face à ce palet, et Cibula récupère le palet aux pieds du Gapençais lorsqu'il s'écroule au sol (4-0, 31'27"). Ensuite, David Cayer réussit un une-deux fabuleux avec Cibula qu'il décale à droite pour mieux s'avancer dans le slot (5-0, 35'34").

Décidément, les prouesses de Cayer vont trop vite pour Ronan Quemener, qui ne peut plus s'opposer aux attaques alsaciennes. Sur une nouvelle contre-attaque initiée par Petriläinen (tout en patinage cette fois), le gardien gapençais laisse un rebond à Tarantino sur un lancer excentré de Burgert (6-0, 38'05").

Patrick Turcotte change logiquement de gardien pour ménager Quemener dans une troisième période qui n'a plus d'enjeu. Il fait tourner tout son banc et rentrer ses jeunes, et c'est l'un d'eux, Dimitri Thillet, qui marque le premier but gapençais en déviant un slap de Tekel venu de la bande gauche (6-1, 42'49").

Tarantino de près, Strik en déviant un lancer axial de Cesnek, et Devin au rebond en cage ouverte feront passer le score final à 9-2 dans cette dernière période jouée dans un faux-rythme avec les remplaçants. Tout le monde pense déjà à demain et au quatrième match que Strasbourg vient d'obtenir en réduisant l'écart à 2 victoires à 1 dans la série.

Commentaires d'après-match (dans les Dernières Nouvelles d'Alsace)

David Cayer (attaquant de Strasbourg) : "Qu'on gagne 9-2 ou 2-1, c'est juste une victoire. Mais la manière nous donne encore plus le moral. On n'a pas eu plus d'occasions que lors des deux matches là-bas, mais cette fois c'est rentré. Pour la confiance avant le match de demain, c'est parfait."

 

Strasbourg - Gap 9-2 (2-0, 4-0, 3-2)
Vendredi 11 février 2011 à 20h00 à l'Iceberg. 1622 spectateurs.
Arbitrage de Savice Fabre assisté de Yann Furet et Nicolas Cregut.
Pénalités : Strasbourg 12' (2', 2', 8') ; Gap 22' (2'+10', 6', 4').
Tirs : Strasbourg 42 (11, 15, 16) ; Gap 31 (8, 8, 9+6).

Évolution du score :
1-0 à 17'16" : Dufournet assisté de Tarantino
2-0 à 19'43" : Cayer assisté de Tarantino et Cibula
3-0 à 24'01" : Franck assisté de Cibula
4-0 à 31'27" : Cibula (sup. num.)
5-0 à 35'34" : Cayer assisté de Cibula (sup. num.)
6-0 à 38'05" : Tarantino assisté de Burgert
6-1 à 42'49" : Thillet (sup. num.)
7-1 à 44'52" : Tarantino assisté de Burgert et Dufournet
7-2 à 45'31" : Correia assisté de Tekel et J. Paradis
8-2 à 50'20" : Striz assisté de Cesnek et Cayer (sup. num.)
9-2 à 59'44" : Devin assisté de Cesnek et Marcos


Strasbourg

Gardien : Vladimir Hiadlovsky puis Gilles Beck à 51'00".

Défenseurs : Michal Česnek - David Stříž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Pasi Petriläinen - Žiga Svete.

Attaquants : Ján Cibuľa - Paul Bradley puis Timothée Franck à 15'59" - David Cayer ; Juho Lehtisalo - Élie Marcos (C) - Pierre-Antoine Devin (A) ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet - Julien Burgert ; puis à 40' Jérémy Quillier - Noé Gersanois - Pierre Bougé.

Gap

Gardien : Ronan Quemener puis Adrien Fénart à 40'00".

Défenseurs : Alexandre Cornaire - Justin Vienneau ; Jakub Suchanek - Milan Tekel (A) ; Matus Luciak - Ryan Jorde ; Jérémy Baridon.

Attaquants : Sean Roche - Jean Charles Charette (A) - Jesse Uronen ; Jiri Jelen - Mikko Palotie - Jiri Rambousek ; Romain Moussier (C) - Jérémie Paradis - Julien Correia ; Mathieu André ; puis à 40' Dimitri Thillet - Kevin Zampa.

Absent : Rane Carnegie (écarté avant les play-offs).