Dunkerque - Meudon (Division 2, 1/8e de finale retour)

Les Corsaires préservent l'essentiel

2011-03-12-Dunkerque-MeudonLe nul arraché dans les Hauts-de-Seine grâce au triplé de François Rozenthal a maintenu intacts les espoirs de qualification des Corsaires, sans pour autant leur donner de certitudes à l'abord de ce match retour. L'ombre de l'élimination aux mains des Français Volants à pareille époque l'an dernier plane encore sur Raffoux, enceinte bien évidemment pleine et colorée en cette période carnavalesque.

Pour rassurer tout son monde, Benjamin N'Guyen a la bonne idée de loger d'entrée le palet entre Michaud et son poteau, dans un angle pourtant difficile (1-0 à 00'43"). Si Yoann Guilhem riposte de loin et si Arnaud Péan subit la première pénalité, la deuxième grosse occasion est également à mettre à l'actif des Nordistes, sur un raid en infériorité de Hanzal, qui contourne la défense et se heurte finalement à Michaud.

Toutefois, les Comètes commencent à leur tour à trouver leurs automatismes. Les hommes forts prennent environ 1'40 de temps de glace sur ce jeu de puissance. Des lancers à la bleue de Lebailly et Tourte emploient Martel, dont la cage est par ailleurs prise d'assaut par la paire Guilhem - To-Landry. Après une alerte du capitaine Bernardon, dont l'essai frôle le poteau gauche, approche la deuxième supériorité. Sur cette séquence, Vikhaël To Landry contre une relance de Folcke et se présente seul devant son compatriote, bien en place.

Marc-André Martel est encore bien seul sur une accélération d'Antoine Bernardon, mais il ne fait que repousser l'inéluctable. Lancé dans le dos de la défense, To-Landry se présente seul face à lui pour le déjouer et sceller une égalisation assez logique (1-1 à 11'26"). Les locaux éprouvent des difficultés à poser leur jeu, et même à se relancer. C'est d'ailleurs sur un repli dans une zone neutre bien quadrillée que Bernardon récupère la rondelle et la transmet à Nicolas François, au lancer précis vers la lucarne droite (1-2 à 13'37").

Alors seul à posséder la clé du coffre-fort francilien, François Rozenthal tente par deux fois sa chance devant Sylvain Michaud, impeccable sur un tir en force de la droite et au secours de son défenseur Varga, déshabillé par l'ailier nordiste. Loïc Destoop parvient à imiter son partenaire, d'un lancer puissant dévié par l'épaule du cerbère des visiteurs.

Derepper_ClementLe bloc mis en place par Francis Larivée est toujours aussi peu friable au retour des vestiaires. To-Landry, qui n'a pas failli à sa moyenne de deux points par match la semaine dernière avec ses deux buts agrémentés de deux assistances, a écourté son premier tiers-temps de deux minutes pour un retour prématuré aux vestiaires. Il revient en force, résiste à Zich et défie encore Martel de la gauche. Au contre devant Rozenthal, Thomas Lebailly se permet lui aussi une montée dangereuse, avant qu'un retour in extremis de Chabot ne prive Yoann Guilhem d'une belle occasion de donner deux buts d'avance aux visiteurs...

Les Comètes ont-elles laissé passer une belle opportunité de break ? Sans doute, car Clément Derepper soulage (un peu) l'assistance d'un lancer rageur de la bleue (2-2 à 22'25"). Le dynamique défenseur des Maritimes crée ainsi un électrochoc chez ses partenaires, enfin aux commandes du jeu et dominateurs dans la période intermédiaire. Rozenthal affole une nouvelle fois la défense, et son compère Jiri Hanzal voit sa tentative déviée au dernier moment par Michaud.

Renvoyé en prison avec Clément Derepper pour retenir, To-Landry constate la montée en puissance des Dunkerquois, encore actifs sur un dribble de Destoop, un revers de Rozenthal et surtout un centre idéal de ce dernier pour Hanzal, mais Michaud se déporte rapidement sur sa droite et prive le Tchèque du troisième but (30'55"). Désormais acculé dans sa zone, Thomas Lebailly s'attire les foudres de Monsieur Hauchart pour un retard de jeu contesté. Face au rideau placé devant lui, Clément Thomas insiste alors pour trouver une position de tir, mise à profit victorieusement (3-2 à 33'29").

Discret depuis plusieurs minutes, le danger numéro 1 de Meudon occupe à nouveau Martel à deux reprises, la seconde sur un travail de Gaël Guilhem, infatigable derrière la cage, mais la rondelle, que l'ancien gardien de Mulhouse a perdu de vue, ne franchit pas la ligne fatidique... quelques secondes avant qu'un coup de coude de Florian Nesa n'offre la possibilité aux Corsaires d'évoluer à cinq contre quatre. Le palet parvient à François Rozenthal, posté entre les deux cercles, qui se retourne et le propulse dans les filets des visiteurs (4-2 à 42'12").

Dunkerque a l'occasion de se mettre définitivement à l'abri sur une reprise sans contrôle de Hanzal et des lancers de Derepper et Rozenthal, bien repoussés par Sylvain Michaud. Mais les Comètes n'abdiquent pas. Les lancers de Gaël Guilhem et Antoine Bernardon se succèdent vers un Martel imperturbable. Le danger se précise suite à une charge incorrecte de Dubois derrière le but adverse (51'12"). Thomas Lebailly allume la mèche, et Martel abandonne un rare rebond vers Bernardon, qui ne saisit pas l'occasion face à la cage grande ouverte.

DestoopLoicLe temps presse pour les équipiers de Vikhaël To-Landry, auteur d'un cinglage à quatre minutes du terme. Ces cent vingt secondes passées, Francis Larivée rappelle son portier. Puis une faute de Rozenthal met fin aux dribbles de l'infatigable Gaël Guilhem. Marc-André Martel tient bon, repousse quatre lancers successifs de Comètes désespérées. Le cinquième est le bon pour Guilhem, finalement récompensé tardivement de ses efforts (4-3 à 59'43").

La saison se termine pour Meudon, loin d'avoir démérité dans cette double confrontation, mais distancé à des moments-clés de la rencontre, sur deux buts en infériorité. Dunkerque retrouve les quarts de finale dans la douleur. Deux ans après avoir subi la loi des Scorpions de Mulhouse, un autre club de l'Est se dresse sur la route de la troupe de Marc Leroux, Amnéville. D'ici là, le coach espère récupérer un groupe en pleine possession de ses moyens, car Petr Zich a quitté la glace à mi-rencontre, Loïc Destoop, Ghislain Folcke et Clément Thomas ayant eux aussi connu des moments difficiles aux abords des balustrades...

Commentaires d'après-match

Marc Leroux (entraîneur de Dunkerque) : "L'essentiel est la qualification. Pour ceux qui étaient étonnés du résultat de l'aller, il y eut une sacrée confrontation, avec des joueurs et un entraîneur meudonnais talentueux et au plan de jeu simple et efficace. Les défenseurs ont fait un gros match, notamment Clément Derepper qui a parfaitement paré à la sortie de Petr Zich. On a fait ce qu'il fallait au deuxième tiers, pour reprendre l'ascendant sur l'adversaire, sans se démobiliser. Nous sommes restés sereins, avons remis les choses dans le bon sens. Je devais rester à l'affût car le banc meudonnais voulait placer sa première ligne face à notre troisième ligne. D'ici Amnéville, il nous faudra soigner nos bobos et récupérer un effectif au complet. Je suis content pour Benjamin N'Guyen, qui marque son premier but depuis son retour, et qui n'a pas lâché pour retrouver le chemin du but."

Francis Larivée et Romain Dubourdieu (entraîneur et entraîneur-adjoint de Meudon) : "L'équipe a effectué un bon pressing, très haut, et respecté les consignes en jouant vite. On était préparé au départ en trombe de Dunkerque et, après quelques minutes de flottement on a remis le palet vers la cage, simplement. Au deuxième tiers-temps on continue de presser leurs défenseurs de façon intensive, mais sur un mauvais dégagement Dunkerque revient contre le cours du jeu. Ensuite, ils possèdent les qualités techniques et la cohésion pour nous mettre en danger. La déception prime dans le vestiaire, en playoffs il n'y a plus de classement qui compte. Ce fut une année d'apprentissage pour tout le monde. Nous avons amené différentes façons de voir le hockey, sans dénigrer le travail réalisé auparavant. Nous nous sommes trompés sur le choix du gardien en début de saison mais tenterons de ne pas rééditer nos erreurs. Ce que l'on a appris, c'est que même une équipe composée d'une grande majorité de joueurs français peut réaliser de bonnes choses. Il faut continuer d'intégrer les jeunes pousses et bien les encadrer."


Dunkerque - Meudon 4-3 (1-2, 3-0, 1-1).
Samedi 12 mars 2011 à 18h45 à la patinoire Michel Raffoux. 1 022 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Christophe Picard et Nicolas Dessaint.
Pénalités : Dunkerque 14' (6', 4', 4'), Meudon 18' (6', 8', 4').
Tirs : Dunkerque 48 (18, 14, 16), Meudon 43 (20, 8, 15).

Évolution du score :
1-0 à 00'43" : N'Guyen assisté de Destoop
1-1 à 11'26" : Varga
1-2 à 13'37" : François assisté de Bernardon
2-2 à 22'25" : Derepper
3-2 à 33'29" : Thomas assisté de Hanzal et Rozenthal (sup. num.)
4-2 à 42'12" : Rozenthal assisté de Hanzal et Péan (sup. num.)
4-3 à 59'43" : G. Guilhem (sup. num.)

 

Dunkerque

 Gardien : Marc-André Martel.

Défenseurs : Grégory Dubois (A) - Petr Zich (puis Derepper au 2e tiers) ; Simon Chabot - Ghislain Folcke ; Clément Derepper.

Attaquants : Clément Thomas (A) - Jiri Hanzal - François Rozenthal (C) ; Loïc Destoop  - Benjamin N’Guyen - Arnaud Péan ; Aurélien Zajac - Christophe Eichenholc  - Antoine Houque.
Remplaçants : Pierrick Boudot (G), Benjamin Denis.

Absents : Xavier Davranche, François Moretti (hernie discale, saison terminée).

Meudon

Gardien : Sylvain Michaud.

Défenseurs : Thomas Lebailly (A) - Juraj Varga ; Gaëtan Tourte - Thomas Ruffin ; Sébastien Grasset - Jordan Toolsee.

Attaquants : Gaël Guilhem - Florian Nesa - Vikhaël To-Landry ; Yoann Guilhem - Nicolas Barbey (A) - Julien Libat ; Baptiste Blommaert - Antoine Bernardon (C) - Nicolas François ; Benjamin Voyer.

Remplaçants : Maxime Bonnet (G), Aymeric Millet. Absents : Jean-Marie Chevalier et Romain Soustelle (blessés), Sébastien Derderian et Anthony Daguerre (obligations professionnelles).