Angers - Strasbourg (Ligue Magnus, demi-finale, match 1)

Dominer n'est pas gagner

2011-03-19-Angers-Strasbourg5Les Ducs recevaient l'Étoile Noire de Strasbourg pour le compte de la première manche des demi-finales de ligue Magnus. Les deux équipes se présentent au complet devant une patinoire bien garnie – 1130 spectateurs – malgré la concurrence du football dans la cité de Ducs (Le SCO d'Angers reçoit les leaders de ligue 2, Evian-Thonon).

Le match débute fort, et après à peine dix secondes de jeu, Vladimir Hiadlovsky détourne in extremis de la jambière droite un missile de Pierre-Luc Laprise. Les Angevins ont décidé de mettre la pression sur des Strasbourgeois bien en jambes. Mais petit à petit, les débats s'équilibrent. Ainsi, quelques tentatives de David Cayer en break (3') ou Michal Cesnek de la bleue (5') trouvent un Peter Aubry solide. Les Alsaciens ont le rythme des play-offs, au contraire des Angevins qui semblent un peu poussifs. Ces derniers gèrent cependant bien leurs hôtes, et les gardiens n'ont pas grand chose à faire durant une bonne partie de cette première période. Tout juste pourra-t-on noter quelques vaines tentatives de la bleue de Daniel Carlsson (11') ou de Marc Bélanger en angle fermé (13') qui passent tout près des cages strasbourgeoises.

Aucune des deux équipes n'a pris l'ascendant sur l'autre. Le pressing haut imposé par les hommes de Daniel Bourdages gêne considérablement les schémas de jeu des Angevins. Les quelques contres strasbourgeois auraient pu avoir des conséquences plus importantes si Peter Aubry n'avait pas veillé au grain.

LAPRISE_PierreLuc_100911_09Le deuxième tiers repart sur les mêmes bases et les gardiens n'ont toujours pas grand chose à faire. Le rythme est peu soutenu et l'investissement des joueurs n'est pas digne d'un match de play-offs. Néanmoins, les Alsaciens – un peu contre le cours du jeu – prennent l'avantage à la mi-match. Julien Burgert, superbement servi à la bleue par Édouard Dufournet, s'avance et ajuste tranquillement le portier local en plaçant la rondelle au ras de son poteau droit (0-1, 32'55). Stupeur au Haras !

Dès lors, les Ducs vont placer un coup d'accélérateur et la fin du tiers sera entièrement angevine. Ainsi, Pierre-Luc Laprise tire entre les jambières de Vladimir Hiadlovsky... La rondelle transperce le gardien slovaque et roule tranquillement vers le poteau extérieur droit (34'). Ensuite, un tir de la bleue de Michael Irani file en lucarne, mais le cerbère visiteur, d'un réflexe étonnant, dévie de la mitaine le palet sur l'équerre (36'). Puis Éric Fortier, dans un tir en angle fermé, trouve une nouvelle fois le poteau droit d'un Vladimir Hiadlovsky tout heureux de préserver sa cage inviolée. Le "bouillant" gardien slovaque redynamise verbalement ses défenseurs (notamment Hugues Cruchandeau) et sauve les siens du marasme sur quelques tirs surpuissants de Jonathan Bellemare (38') et Lauri Lahesalu (39'). Des Alsaciens asphyxiés mais qui tiennent miraculeusement grâce à leur gardien jusqu'à la fin de ce deuxième tiers.

2011-03-19-Angers-Strasbourg4Le troisième tiers voient des Angevins se ruer sur les cages adverses mais le dernier rempart de l'Étoile Noire continue de faire le spectacle. Il ne laisse aucun rebond sur des tirs surpuissants de Tomas Baluch (43'), Pierre-Luc Laprise (46') ou Simon Lacroix (49'). Mais à force de résister, les Alsaciens finissent par craquer. Ils se retrouvent en infériorité lorsque Ziga Svete va se voir sanctionner d'un "accrocher" sur Juho Jokinen. La sanction vient sur une action d'école de la part des Angevins. Thiery Poudrier sert Éric Fortier dans l'enclave qui feinte le tir ; il sert Pierre-Luc Laprise sur sa gauche qui marque dans une cage logiquement désertée par Vladimir Hiadlovsky (1-1, 51'27").

Le verrou alsacien est enfin forcé et les visiteurs sont à deux doigts de craquer, mais la déviation de Julien Albert devant le slot finit sur la transversale alsacienne (53'). Une transversale qui sauve encore les visiteurs sur un tir rapide du poignet de la bleue signé Tomas Baluch (55'). Un Baluch qui s'illustre dans les quatre dernières minutes en prenant coup sur coup des pénalités stupides et évitables (charge contre la bande et cinglage sur le gardien). Des pénalités qui cassent la dynamique angevine, mais heureusement pour les locaux, le power-play alsacien est loin de donner son meilleur rendement. On arrive donc aux prolongations, ce qui est déjà un exploit pour l'Étoile Noire au vu de la physionomie du match.

Une prolongation où les deux équipes sont timides, mais sur une montée rageuse de Paul Andrew Bradley, celui-ci est illégalement arrêté par un défenseur angevin alors qu'il se présentait tout seul devant Peter Aubry. Verdict du zèbre : tir de pénalité. Une décision sévère mais logique. Ce même Bradley se fait justice lui-même en plaçant la rondelle entre les jambières d'un Peter Aubry fébrile sur ce pénalty.

Dur pour les Angevins, mais ces derniers n'ont commencé à jouer qu'à partir du moment où ils ont été menés. Les Strasbourgeois solidaires autour de Vladimir Hiadlovsky – désigné pompier de service sur ce match – repartent avec le gain de la première manche. Ils reprennent donc l'avantage de la glace sur cette série.

Étoiles du match : *** Vladimir Hiadlovsky (Strasbourg), ** Pierre-Luc Laprise (Angers), * Paul Andrew Bradley (Strasbourg).

 

Angers - Strasbourg 1-2 après prolongation (0-0, 0-1, 1-0, 0-1)
Vendredi 18 mars 2011 à 20h30 à la patinoire du Haras. 1130 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Hauchart assisté de Yann Furet  et Jérémy Rauline.
Pénalités : Angers 10' (2', 2', 6') ; Strasbourg 10' (4', 0', 6').
Évolution du score :
0-1 à 32'55" : Burgert assisté de Dufournet
1-1 à 51'27" : Laprise assisté de Fortier et Poudrier (sup. num.)
1-2 à 64'21" : Bradley (tir de pénalité)


Angers

Gardien : Peter Aubry.

Défenseurs : Daniel Carlsson - Lauri Lahesalu ; Michael Irani - Simon Lacroix ; Pavol Mihalik - Per Braxenholm.

Attaquants : Eric Fortier - Jonathan Bellemare (C) - Marc Bélanger ; Tomas Baluch (A) - Thierry Poudrier - Pierre-Luc Laprise ; Juho Jokinen (A) ou Brice Chauvel - Brian Henderson - Julien Albert.

Remplaçants : Lucas Normandon (G), Charlie Doyle, Valentin Michel, Mathieu Frécon. Absent : Antonin Manavian (suspendu).

Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský.

Défenseurs : Michal Česnek - David Stříž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Pasi Petriläinen - Žiga Svete.

Attaquants : Ján Cibuľa - Paul Bradley - David Cayer ; Édouard Dufournet - Élie Marcos (C) - Pierre-Antoine Devin (A) ; Lionel Tarantino - Juho Lehtisalo - Julien Burgert.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Pierre Bougé, Timothée Franck, Noé Gersanois, Jérémy Quillier.