Rouen - Amiens (Ligue Magnus, demi-finale, match 2)

À Amiens le prix du mérite... (ça leur fait une belle jambe) !

2011-03-19-Rouen-Amiens2Ce deuxième match de la demi-finale n'aura rien à voir avec le précédent. Amiens a élevé son jeu d'une marche pendant que Rouen est resté sur le palier. Un match de play-off, pas du Canada dry, enfin du côté rose et blanc seulement !

Les Gothiques ont bouffé du Dragon pendant quarante minutes, sauf deux : Fabrice Lhenry et Marc-André Thinel, messies locaux d'une rencontre très dense, intensive et un peu mieux arbitrée qu'hier (il n'y avait pas trop de mal), qui n'aurait pas dû pencher pour les champions de France en titre.

Les Normands n'y sont pas, ils ne se créent rien de bon sur la première supériorité numérique du match (2'01). Kevin Hecquefeuille, en deux contre un avec Grégory Béron, a même le palet de but. Mais déjà Fabrice Lhenry esquive la rondelle de son gant (3'16). Revenus à parité, lors d'un trois-contre-deux, les Picards jouent bien le coup. De nouveau, Fabrice Lhenry s'interpose, cette fois devant Mortas (5'29). Même si Billy Thompson semble battu sur un lancer au-dessus de David Holmqvist, les barbus du RHE 76 ne sont pas inspirés. Heureusement, ils patinent, s'accrochent, et annihilent une infériorité amiénoise (7'05). Tout comme les Gothiques par deux fois (8'31 & 16'50). Le jeu est rapide et le palet circule... seulement en zone neutre car les enclaves sont bouchées et le trafic ne s'y installe pas. La meilleure occasion survient en fin de tiers. Elle est pour Tomasek. Fabrice Lhenry la détourne (19'15). Ouf !

Les locaux reviennent sur la glace avec un esprit plus conquérant. François-Pierre Guenette touche un poteau (21'06). La mitaine de Thompson frustre Marc-André Thinel (23'17). Juha Alen trouve lui aussi le cerbère d'en face (23'45). Mais ces quatre minutes noires et jaunes ne sont que du bluff !

2011-03-19-Rouen-Amiens3Dieu soit loué, Jonathan Zwikel sent le coup et revient du diable vauvert, se violente et empêche Bergin démarqué dans le haut du slot de reprendre un palet alors que Fabrice Lhenry n'est plus devant sa cage (24'15). Amiens est dominant comme jamais sur l'île Lacroix depuis une demi-douzaine d'années, depuis la trilogie mythique de 2003 !

Les Dragons sont à la rue. Les Picards, plus rapides, plus physiques (plus corrects aussi qu'hier soir), gagnent les duels, et ils ont raison des dentelliers normands (Desrosiers, Janil & Guenette) ou du frappeur de plexi au talent gâché (Tardif). Ils maintiennent Rouen dans leur zone défensive. Le jeu long des hommes de Rodolphe Garnier est contrecarré, et chaque palet contré est une chance amiénoise, l'horreur. Simon Petit a la meilleure occasion, cependant Fabrice Lhenry est encore très solide (26'30).

Tout à coup, Marc-André Thinel s'extirpe de son camp replié grâce à la passe de François-Pierre Guenette et et au travail de Matthieu Brunelle. Sur "son" aile gauche, à mi-distance le Québécois envoie fort tout ce qu'il a dans le ventre. Thompson est friable et laisse passer entre ses jambières l'inertie du puck (1-0 à 29'26).

Un but immérité qui ravit tout le monde. Mais contre le cours du jeu. Les Picards maintiennent la pression. Mortas joue derrière la cage pour Deniset... Toujours pas de filet (30'14). M.Bourreau est abusé par Hecquefeuille qui tombe avant le contact de Juha Alen. Le Finlandais, pierre d'achoppement du killing-play rouennais, s'en va en taule. Kowalczyk manque son tir frappé de loin, mais Bachet en écran peut prolonger à ras la glace entre les bottes de Fabrice Lhenry le lancer raté de l'arrière tchèque (1-1 à 32'57).

La suite est toujours à sens unique car les Dragons ne s'impliquent pas assez dans le combat, au contraire de Gothiques très combatifs. Béron manque le cadre (34'28). Les Picards excellent en résistant en infériorité, après qu'Offret a commis une faute offensive sur Jens Olsson (35'43). Heureusement, la seconde pause semble sauver les locaux du naufrage.

2011-03-19-Rouen-AmiensLa dernière période devrait permettre aux joueurs du président Chaix de se reprendre. Que nenni ! Béron a une occasion en béton, mais Fabrice Lhenry sort le caoutchouc de sa destination finale (44'36). L'heure est grave. La preuve, on envoie Marc-André Thinel, enfin (des matches que l'on a pas vu l'éternel seigneur incompris sur ce bloc), sur la première unité spéciale. Mais Rodolphe Garnier galvaude un temps mort au milieu du jeu de puissance en faveur de son monde (48'15).

Le temps n'a servi à rien. Pire, sans la superbe mitaine de Fabrice Lhenry, Rouen en avantage numérique aurait encaissé un but de Béron, très malchanceux ce soir (49'04). Kowalcyk est un peu en retard sur Ilpo Salmivirta (un des Rouennais les plus combatifs avec Carl Mallette). C'est un nouveau power-play des Normands. Dans le bazar, devant la cage, Marc-André Thinel délivre tout un peuple en surtension et reprend un rebond laissé libre (2-1 à 53'39).

Dans les deux dernières minutes de la rencontre, Amiens, sans Hecquefeuille qui a pris une méconduite avant le second but de Thinel, jouera son va-tout. Pendant la prison de Jens Olsson, Thompson est remplacé par un attaquant supplémentaire. Bien évidemment, ça chauffe autour de la cage de Lhenry. Mais rien y fera. Amiens, bien meilleur que Rouen (une fois n'est pas coutume), ne vaincra pas ce soir.

Du côté d'Amiens, la défaite d'un seul petit but et totalement contre le cours du jeu sera difficile à avaler. Le sommeil n'a pas dû être facile à trouver, et lorsque celui-ci est survenu, c'est sans doute pour cauchemarder sur Lhenry et Thinel. Du côté de Rouen, les Dragons sont prévenus. Et comme un homme averti en vaut deux, cela ne sera pas facile pour Amiens de surprendre le RHE 76 trois fois de suite !

 

Rouen – Amiens 2-1 (0-0, 1-1, 1-0)
Samedi 18 mars 2011 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitrage d'Alexandre Bourreau assisté de Matthieu Loos et Guillaume Gielly.
Pénalités : Rouen 8' (2', 2', 4') ; Amiens 24' (6', 2', 6'+10').
Évolution du score :
1-0 à 29'26" : Thinel assisté de Guenette et Brunelle
1-1 à 32'57" : Bachet assisté de Kowalczyk et Béron (sup. num.)
2-1 à 53'39" : Thinel assisté de Guenette (sup. num.)


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Jens Olsson – Calle Bergström ; David Holmqvist – Daniel Babka; Juha Alen – Jonathan Janil.

Attaquants : Julien Desrosiers – Carl Mallette (C) – Alexandre Mulle ; Marc-André Thinel (A) – François-Pierre Guénette – Mathieu Brunelle ; Luc Tardif Jr – Jonathan Zwikel (A) – Ilpo Salmivirta.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Aurélien Greverend, Cédric Custosse, Anthony Rech, Peter Valier et Romain Gutierrez. Absent : Teddy Da Costa.

Amiens

Gardien : Billy Thompson [sorti à 57'54"].

Défenseurs : Romain Bault – Pavel Kowalczyk ; Vincent Bachet (C) – Teddy Trabichet ; Thomas Roussel – Kevin Hecquefeuille (A).

Attaquants : Martin Tomasek – Kevin Bergin (A) – Julian Marcos ; Paul Deniset – Anthony Mortas – Grégory Béron ; Yannick Offret – Valentin Claireaux – Simon Petit.

Remplaçants : Léo Bertein (G), Maxime Belov, Aina Benjamin Rambelo, Florent Neyens. Absent : Miroslav Pazak (fractures tibia/péroné).