Davos expéditif… et premier finaliste !

HC_DavosAprès avoir dominé la saison régulière, le HC Davos a fait très forte impression en écrasant tout sur son passage dans ces playoffs 2011 de LNA. Fribourg-Gottéron en quarts de finale ? Balayé 4 à 0. Zoug en demi ? Broyé 4 à 0 également, avec là encore des scores très lourds (1-3, 2-5, 1-6, 1-6). 

Véritable machine à buts, le HCD a marqué 42 fois en huit matchs en séries, n’a de cesse de faire valoir toute l’étendue de sa diversité offensive. Hier soir encore, toutes les lignes ont marqué : la première avec  Petr Taticek, la deuxième avec Josef Marha, la troisième avec Dario Bürgler et Dino Wieser sans oublier la quatrième, présente au pointage grâce au duo Mathias Joggi – Gregory Sciaroni.

C’est dire si les rouages sont bien huilés dans les Grisons, où les ingrédients du succès restent inchangés depuis des années. Une défense de fer où règnent, devant le gardien Leonardo Genoni, les Beat Forster, Jan von Arx, Tim Ramholt et un Robin Grossmann dont on ne manquera pas de reparler…

Une attaque de feu aussi, avec des bras armés (Reto von Arx, Jaroslav Bednar, Petr Sykora, Peter Guggisberg) bien soutenus par des "chevilles ouvrières" de luxe qui ne fuient jamais leurs responsabilités.

Vu comme ça, Davos, le grand spécialiste des années impaires (sacré en 2005, 2007 et 2009) sera le grand favori d’une finale qui pourrait lui permettre de décrocher son 30e titre de champion.

Berne en sursis

Kloten, le dauphin, avait hier soir l’occasion de rejoindre les Grisons en finale. Après s’être débarassés des ZSC Lions au premier tour (4 à 2), les Aviateurs menaient 3 à 0 dans leur série face à Berne. Des Ours vainqueurs grâce à deux déviations de Martin Plüss et Ivo Rüthemann mais qui restent malgré tout en ballotage défavorable face aux Flyers, qui auront l’occasion de classer l’affaire jeudi dans leur Kolping-Arena.

Viège,ehc_visp l’incroyable barragiste

En LNB, on attendait Lausanne, voire La Chaux de Fonds… mais pas Viège ! Moribonds en début de saison, les finalistes 2010 ont joué de réalisme et de rigueur pour déjouer tous les pronostics, éliminant successivement Langenthal (4 à 2) et La Chaux de Fonds (4 à 3) avant d’humilier Lausanne en finale (4 à 0).

Cette irrésistible ascension, Viège l’a doit à ce fighting spirit qui a cruellement défaut à Lausanne en finale.  Un LHC qui, comme d’habitude, s’était mis en difficulté au premier tour face au HC Ajoie, étant mené 0-2, puis 2-3 dans la série avant de se qualifier à l’arrachée. Les mauvaises langues diront que la saison, à Lausanne, commence souvent au 3e match des quarts de finales. Et pour la 3e année consécutive, cela s’est encore vérifié !

Lausanne, le fiasco de trop ?

LHCQualifié in-extremis contre Ajoie (4 à 3), Lausanne a ensuite battu Olten (privé de son top-scoreur Marty Sertich, blessé) en demi-finales et la suite logique, c’était le titre, pour une 3e année de suite. Seulement voilà, les Vaudois sont tombés sur un os : Viège. Eux les habitués des barrrages de promotion/relégation, obsédés par la LNA depuis leur rétrogradation en 2005 et qui avaient tout misé sur cette échéance, ont dû se rendre à l’évidence.

Lausanne a plus d’une fois sauvé ses saisons par des playoffs couronnés de succès. Mais cette année, le LHC n’avait définitivement pas l’étoffe d’un champion. Malgré l’efficacité d’Oliver Setzinger et le baroud d’honneur du désormais retraité Gianluca Mona devant le filet. Pas assez de profondeur de banc, pas suffisamment de talent et de bons joueurs suisses malgré l’arrivée providentielle de Florian Conz (Genève-Servette). L’échec est cuisant… et l’été sera encore très agité dans ce coin-là du Léman ! Ce n’est donc pas encore cette fois que les Vaudois cesseront d’être la risée de leurs congénères romands…

À Viège en revanche, on savoure l’instant présent . Et pourtant, le club haut-valaisan revient de loin.  Il a fallu digérer l’après John Fust et procéder à deux changements d’entraîneurs avant que Bob Mongrain (ex-Sierre) ne s’avère être l’homme de la situation. L’équipe repose il est vrai sur de solides fondations, à l’image du défenseur de métier Beat Heldstab (12e saison au club) ou de l’attaquant canadien Steve Brulé, revenu de Thurgovie après le transfert du décevant Cory Pecker à Lausanne (d’où il fut pourtant viré en 2008 !).

L’ex-joker grenoblois Dominic Forget, qui avait réduit sa production de moitié (de 105 points à 51 cette année !) en saison régulière, est ainsi devenu le meilleur compteur des séries aux-côtés des Luca Triulzi, Michel Zeiter, Tomas Dolana et autres Michaël Loichat. Avec une mention pour le dernier cité, qui s’est révélé dans ces playoffs aux-côtés de Forget et Brulé sur la première ligne avec huit buts à son compteur, dont un la veille, dans l’ultime victoire viégeoise dans une  Litternahalle pleine à craquer (3-2 devant 4 300 spectateurs).

Une apothéose pour le club du Haut-Valais, modèle de régularité et de stabilité depuis plusieurs années. Et disposant accessoirement d’un budget moitié moins élevé que celui du LHC…

Reste à voir qui d’Ambrì ou Rapperswil Viège affrontera prochainement en barrages de promotion de relégation.  Tessinois et Saint-Gallois sont au coude à coude en play-out (2-2) et le vaincu, qui sera désigné « cancre 2010/11 » de LNA, devra se coltiner ces irréductibles viégeois, champions de LNB pour la deuxième fois de leur histoire. Et plus près que jamais de retrouver la LNA… trente-neuf ans après leur dernière apparition à ce niveau !