Lyon - Evry (Division 2, 1/4 de finale, match retour)

Kevin_LEDOUX_Evry_-_9719Comme au tour précédent, la troupe de Pascal Margerit a fait la différence dès le match aller et aborde ce soir le match retour tranquillement avec un matelas confortable de huit buts d'avance. Devant le filet, l'alternance continue et c'est au tour de Daniel Svedin de défendre la maison lyonnaise.

Les premières banderilles sont lancées par les Lions à la quatrième minute, en situation de supériorité numérique. Chris Mannix est sauvé une première fois par son poteau et les Peaux Rouges se dégagent. La rondelle est rapidement ramenée dans la zone de défense francilienne et Mike Ruberto trouve la barre transversale. Ce premier temps fort local est toutefois écourté car Damien Croux est envoyé en prison pour avoir accroché.

Au retour de Dan Gordon sur la glace, Évry profite à son tour d'une courte période d'avantage numérique. Le palet circule mais il faut attendre la toute fin de cette séquence pour voir Nicolas Pousset lancer en direction de Svedin, qui maîtrise bien le rebond. À mi-tiers, Évry profite d'une nouvelle supériorité numérique en conséquence d'une charge irrégulière d'Arnaud Magallon. Milan Sejna alerte une première fois Svedin au bouclier d'un tir frappé de la ligne bleue. Intervient alors le premier coup d'éclat de Kévin Ledoux, capitaine des visiteurs d'un soir. Il entre en zone offensive sur l'aile gauche, feinte le défenseur et contourne la cage. Profitant d'un marquage plus que laxiste, il tire en pivot et ouvre le score au premier poteau, mal couvert par Svedin (0-1, 11'15'').

Lyon tente de réagir rapidement, tout d'abord avec Thomas Puech qui cherche la déviation de Mathieu Reverdin devant la cage, sans succès. Quelques minutes plus tard, en supériorité, c'est le capitaine Damien Croux qui cherche une déviation dans l'enclave. Dans le trafic Mannix fait trébucher Alexander Olsson et les Peaux Rouges se retrouvent à trois. Et un malheur n'arrive jamais seul puisque Nicolas Pousset écope d'une méconduite pour contestation. Les Essonniens se démènent mais la sanction ne tarde pas à tomber. Andrew Bonello fixe à la pointe et décale Elvis Zelubovskis qui tire sur réception depuis le cercle gauche. Le palet ricoche entre les jambières du portier américain et termine sa course dans le but (1-1, 16'31''). Nicolas Pousset ne décolère pas et quitte la prison, Damien Velay le renvoie alors à la douche.

Les occasions les plus franches découlent de situations spéciales. Évry se jette à l'attaque pour tenter de reprendre l'avantage mais s'expose aux contres. Croux manque son face à face avec Mannix juste avant la première pause. Le match est équilibré lors du premier vingt. Les Lyonnais cherchent trop la solution individuellement et devront jouer plus collectivement pour faire la différence ce soir.

Dès la reprise, Elvis Zelubovskis rate une occasion en or. Il se retrouve seul devant Mannix, a tout son temps pour manœuvrer le cerbère mais il rate totalement sa finition (23'). Deux minutes plus tard, Ledoux récupère la rondelle à sa ligne bleue et remonte la glace à toute allure. Gêné par Nicolas Deshaies, il s'arrache pour défier Svedin mais le Suédois veille au grain. Au cours de cette période d'infériorité, Alexander Olsson arrive à se faire oublier et part au but dans le dos de la défense. Il transmet à son homonyme Robert dont le tir s'échoue sur la botte de Mannix. Les Peaux Rouges repartent à l'assaut avec Dan Gordon. Ce dernier embarque toute la défense et passe le palet à Ledoux, démarqué, qui reprend de volée et trouve la lucarne d'un superbe tir croisé (1-2, 26'25'').

Troisième but de la rencontre, et troisième but inscrit en supériorité numérique. Et ce n'est pas terminé. Milan Sejna est envoyé au cachot et après seulement quinze secondes de jeu de puissance, alors qu'il a un genou à terre, Baptiste Frioux trompe Mannix de près (2-2, 29'21'').

Le match est équilibré et aucune équipe n'accapare le palet. Malgré tout on constate un déchet technique assez inhabituel côté lyonnais ce soir, principalement dans la transmission du palet. Toujours dans les bons coups évryens, Kévin Ledoux est tout proche de rééditer son deuxième but mais sa tentative n'est pas cadrée (33'). Mannix est alors de plus en plus souvent alerté, mais il répond on ne peut plus présent. Solide de la botte face à Mathieu Reverdin, impeccable en face à face avec Alexander Olsson, l'Américain est au four et au moulin. De l'autre côté, Svedin est soudain un peu plus tranquille mais ne doit pas baisser sa garde. Il est même sauvé par son montant (39'). Les deux équipes regagnent les vestiaires dos à dos, comme à la première pause.

Dès la reprise Zelubovskis est à la conclusion d'un beau mouvement collectif. Mannix est pris de vitesse mais le Letton, moins en réussite qu'à l'accoutumée ce soir, tire à côté d'un filet ouvert. Il a une deuxième chance quelques instants plus tard mais Mannix bloque cette fois la rondelle. Les deux gardiens se répondent à coup d'arrêts nets et sans bavures. Svedin bloque tout d'abord de la mitaine un lancer de Gordon puis Mannix annihile la contre-attaque menée par Mathieu Combe.

Un premier avertissement sans conséquence alors qu'Évry évolue en supériorité numérique. Visiblement la leçon n'est pas retenue et Bonello lance Mike Ruberto avec une passe dont il a le secret. Le Canadien manque la rondelle mais il n'y a pas de dégagement interdit et il trompe Mannix à ras la glace après avoir fait le tour de la cage (3-2, 48'57''). S'ensuit une minute folle sur le but francilien avec cinq énormes occasions, au milieu desquelles Mannix a brièvement perdu sa crosse. Les Peaux Rouges se dégagent tant bien que mal. La dernière occasion est pour Romain Gentilleau mais il bute sur Daniel Svedin alors que la Ola est en mouvement dans la patinoire.

Lyon se qualifie donc sans surprise, même si ce soir Évry lui a donné du fil à retordre. Peut-être déjà trop la tête en demi-finale, les Lions auraient pu l'emporter plus facilement sans des soucis dans la finition et dans la transmission du palet. Des détails qu'ils pourront peaufiner dans la semaine pour préparer la réception d'Annecy à Charlemagne samedi prochain.

Désignés meilleurs joueurs de la rencontre par les entraîneurs : Andrew Bonello (Lyon) et Kévin Ledoux (Évry).

 

Lyon - Évry 3-2 (1-1, 1-1, 1-0)
Samedi 26 mars 2011 à 20h30 à la patinoire Charlemagne.
Arbitrage de Damien Velay assisté d'Hervé Roulet et Didier Drif.
Pénalités : Lyon 22' (8', 8', 6'), Évry 32' (6'+10'+10', 6', 0').
Évolution du score :
0-1 à 11'15" : Ledoux (sup. num.)
1-1 à 16'31" : Zelubovskis assisté de Bonello et Mi. Ruberto (sup. num.)
1-2 à 26'25" : Ledoux assisté de Gordon et Gentilleau (sup. num.)
2-2 à 29'21" : Frioux assisté de R. Olsson et A. Olsson (sup. num.)
3-2 à 48'57" : Mi. Ruberto assisté de Bonello et Zelubovskis (inf. num.)

Lyon

Gardien : Daniel Svedin.

Défenseurs : Thomas Puech – Andrew Bonello ; Damien Croux (C) ou Martin Croguennec – Matt Ruberto ; Nicolas Deshaies – François-Henri Désérable.

Attaquants : Elvis Zelubovskis – Mathieu Reverdin (A) – Mike Ruberto ; Alexander Olsson – Robert Olsson – Baptiste Frioux ; Adryan Serrano (A) – Mathieu Combe – Dorian Duchosal ; Frédéric Figon – Paulin Jouanin – Arnaud Magallon.

Remplaçants : Quentin Wargnier (G), Christopher Cirgues.

Évry

Gardien : Chris Mannix.

Défenseurs : Alexis Niverd – Nicolas Pousset (A) [puis De Avelar à 16'31''] ; Alexandre Devaux (A) – Milan Sejna ; Yann Morette – Benjamin De Avelar.

Attaquants : Romain Gentilleau – Dan Gordon – Kévin Ledoux (C) ; Harond Litim – Loïc Morette – Romain Danton ; Arnaud Niverd – Yann Thiebauld – Dan Gordon.

Remplaçants : Vincent Vancayseele (G), Dimitri Juan, Nicolas Adamopoulos.