Extraliga (½ finales) : la hiérarchie respectée

Ivan_KolozvaryLes affiches du dernier carré ont rendu un verdict conforme aux attentes. Trenčín n’a pu piper mot à Košice qui a pris un malin plaisir à montrer toute l’étendue de sa puissance avant de disputer sa onzième finale de championnat en dix-huit éditions, la quatrième de rang. Les « Chamois » de Poprad, quant à eux, atteignent pour la seconde fois de leur histoire ce stade de la compétition après avoir bataillé ferme avec les « Béliers » de Banská Bystrica. Ces derniers n’ont pas tout perdu dans l’affaire puisqu’ils sont repartis des Tatras avec leur première médaille d’Extraliga autour du cou.

HC Košice (1er) – Dukla Trenčín (5e) : 4-0

Le HC Košice est en quête d’un double « hat-trick » cette saison après que les seniors se soient qualifiés pour leur quatrième finale d’Extraliga d’affilée. Car outre la troisième couronne en élite qui tend les bras aux Oceliari, les juniors locaux ont déjà glané le titre en fin de semaine dernière aux dépens de Martin et le groupe U18 peut lui aussi chercher son trophée contre… Trenčín. Le club de la Métropole de Slovaquie orientale surfe plus que jamais sur la vague du succès et la demi-finale expédiée face au Dukla Trenčín a renforcé cette impression d’invincibilité ; les coéquipiers de Ján Pardavý se sont cassé les dents et les deux mâchoires avec ! Il faut dire que Dušan Gregor a dû composer avec un groupe amputé – ou presque – de certains de ses meilleurs éléments, à l’instar de Radoslav Tybor, meilleur buteur des quarts-de-finale (six réalisations), affaibli par un virus chopé au mauvais moment. La fatigue née des sept matches contre Bratislava et les fautes à foison provoquées sur la glace de la Steel Aréna ont également pesé très lourd.

Sans cela, il reste toutefois fort peu probable que les « militaires » aient eu les moyens de contester la suprématie des champions. La déculottée finale est trop grande. Seul le troisième duel a été disputé, et il aura fallu user des fusillades pour en désigner le vainqueur. Sauf que même là, Košice dispose d’une bonne marge sur les autres puisque la formation a avec le capitaine Peter Bartoš et Michel Miklík les plus fins archers de la ligue lorsqu’il s’agit de transformer un tir au but. Ça n’a pas loupé ; les deux gaillards ont été les seuls à la mettre au fond.

Les autres rencontres ont rapidement montré les limites des Trenčania en attaque (seulement cinq buts inscrits et un ordinaire savoir-faire en supériorité trop facilement cadenassé) ainsi qu’en défense (vingt-deux buts encaissés en cours de jeu !). Les attaquants de Košice, plus rapides et surtout plus techniques, ont donc pu se faire plaisir et en profiter pour rectifier leurs mauvaises gestions de power-play en marquant huit fois en surnombre. Miroslav Zálešák (2+6), Michel Miklík (3+4), Jaroslav Kristek (2+4) et Stanislav Gron (quatre buts) ont ainsi fait le plein de points au cours de la série.

KosiceEnfin, à Košice comme à Trenčín, l’immense fair-play qui a imprégné les tribunes est à citer en exemple. Les supporters du Dukla avaient reçu comme message d’accueil des coups de poings et autres bourrades à Bratislava lors du tour précédent. Là, ils ont été fêtés en amis par leurs homologues de l’Est. Ils n’ont pas manqué de leur rendre la pareille sur les matches retours au cours desquels on a d’ailleurs joué à guichets fermés. Chacun des kops a tenu à rendre hommage à l’adversaire à l’issue de la qualification des Cassoviens et l’on a même pu entendre des « Vous serez champions ! » scandés avec gaîté par les « sang et or » à l’adresse de ces derniers. Sans oublier, évidemment, de reprendre en chœur avec les « Steelers » le refrain de Smrť Slovanu (« la mort de Slovan »), le chant de ralliement dans les patinoires « provinciales ».

Résultats

Dimanche 13 mars : Košice – Trenčín 9-1 (3-1, 1-0, 5-0)
Lundi 14 mars : Košice – Trenčín 5-0 (1-0, 2-0, 2-0)
Jeudi 17 mars : Trenčín – Košice 3-4 t.a.b. (0-1, 1-0, 2-2, 0-0)
Vendredi 18 mars : Trenčín – Košice 1-5 (1-2, 0-3, 0-0)

 

HK Poprad (2e) - HC'05 Banská Bystrica (3e) : 4-3

Marek_BiroLes matches fermés du quart de finale contre Skalica n’avaient pas permis aux attaquants de Poprad de s’exprimer à leur pleine mesure. Contre Banská Bystrica, autre formation très offensive, on ne pouvait que s’attendre à plus d’occasions et donc plus de buts. On a été servi, et ce pas plus tard que la rencontre d’ouverture. Douze buts sont en effet venus sanctionner ce match de gala d’abord outrageusement dominé par les locaux (4-0 puis 5-1) et qui a ensuite mis en lumière l’incroyable ténacité des « Béliers » qui portaient bien là leur surnom. Les hommes de Milan Staš sont en effet revenus à 6-5 à cinq minutes de la sirène mais n’ont pu poursuivre leur remontée fantastique. L’euphorie dissipée chez son adversaire, Poprad finissait le festival offensif et marquait alors le premier point de la série.

La même histoire se répétait samedi dernier lors du match décisif alors que les Chamois, menant de nouveau avec une large avance (3-0), se faisaient revoir par la bande à Miroslav Hlinka avant de définitivement plier l’affaire grâce à trois buts inscrits en moins de cinq minutes.

On a retrouvé le Poprad de la saison régulière, plein d’allant à l’avant et solide à l’arrière même si quelques égarements (dus à la fin à un manque de banc) ont permis à Banská Bystrica de prolonger la série. Contrairement au tour précédent, les fautes adverses ont été très nombreuses et les ouailles de Ján Jaško ne se sont pas privées pour capitaliser justement en supériorité. C’est ce qui a fait notamment la différence sur les premier, cinquième et septième duels de la série. Les attaquants n’ont pas été beaucoup plus en verve que leurs homologues de Banská Bystrica mais ont été plus réalistes aux moments opportuns et ont la plupart du temps contraint ces derniers à courir derrière le score. La première ligne, composée de Martin Kuľha (4+3), Emil Lundberg (2+2) et Miroslav Škovira (2+5), a particulièrement brillé et il est de bon augure avant la finale que les deux premiers cités aient retrouvé leur rendement habituel. Mention spéciale à Patrik Svitana, 23 ans, qui a trouvé quatre fois la voie des filets dans cette demi-finale et qui prend un peu plus d’étoffe à chacune de ses sorties.

Patrik_SvitanaDu côté des Banskobystričania, les vacances interviennent sur un sentiment mi-figue mi-raisin. Le long quart de finale dont ils sont sortis victorieux contre Zvolen a laissé des traces, notamment lorsqu’il a fallu défendre pendant les nombreuses infériorités, mais ils ont quand même offert de beaux arguments aux Chamois. Ils ont d’ailleurs mené la série après le premier match à domicile. Marcel Šimonovič, qui fut longtemps le portier de Poprad avant de partir pour le centre du pays cet été, a cédé sa place à Ivan Fedor lors des déplacements sous les Tatras et le numéro 2 s’est montré à son avantage malgré une quantité de palets encaissés. Les premières périodes ont cependant été mal négociées et Banská Bystrica y a souvent concédé un déficit numérique au score qui, malgré une force de caractère certaine, n’a jamais pu être transformé en solde positif. Roman Tománek, meilleur buteur du club, n’a réalisé qu’une passe décisive et Michal Hudec (3+1) a déclaré forfait pour l’ultime opus. Après quatorze matches en play-offs, les forces ont manqué aux Barani qui ont quand même conclu là-dessus leur meilleure saison en Extraliga.

Résultats

Mardi 15 mars : Poprad – Banská Bystrica 7-5 (2-0, 3-3, 2-2)
Mercredi 16 mars : Poprad – Banská Bystrica 1-3 (0-0, 1-1, 0-2)
Samedi 19 mars : Banská Bystrica – Poprad 3-1 (0-1, 0-0, 3-0)
Dimanche 20 mars : Banská Bystrica – Poprad 2-3 (1-3, 0-0, 1-0)
Mardi 22 mars : Poprad – Banská Bystrica 4-3 a.p. (2-3, 0-0, 1-0, 1-0)
Jeudi 24 mars : Banská Bystrica – Poprad 2-1 t.a.b. (0-0, 0-0, 1-1, 0-0)
Samedi 26 mars : Poprad – Banská Bystrica 6-4 (3-1, 0-2, 3-1)

 

Le derby de l’Est en finale

La dernière affiche de cette Extraliga – inédite – mettra donc en opposition les deux premiers de la saison régulière, ce qui est déjà arrivé à dix reprises en dix-huit éditions, ainsi que les deux seuls représentants de l’Est de la Slovaquie en championnat. Les deux équipes se caractérisent par un hockey rapide et offensif, en attaque comme en défense, et même si Košice fait figure d’immense favori, la lutte s’annonce belle. Les six rencontres de la saison régulière ont en tous cas offert le meilleur spectacle de l’année 2010/2011. Poprad a gagné une fois chez son voisin tandis que Košice a gagné trois fois à l’extérieur aux tirs au but. Entre la plus large patinoire (Steel Aréna) et la plus étroite de Slovaquie, les données risquent par ailleurs d’être chamboulées. À moins que le facteur fraîcheur ne joue un rôle trop important et déséquilibre le duel ; les Košičania ont en effet disputés quatre matches de moins que les Kamzíki en play-offs et ont disposé de trois fois plus de temps pour se reposer (douze jours). En dépit de pronostics en sa défaveur, Poprad se lancera dans la bataille gonflé à bloc et tâchera de faire mieux que son unique finale, perdue contre Žilina en 2006.

Programme : mercredi 30 et jeudi 31 mars à Košice, dimanche 3 et lundi 4 avril à Poprad. Matches d’appui : jeudi 7 avril (Košice), samedi 9 avril (Poprad), lundi 11 avril (Košice).

 

Photos : Michel Bourdier / www.hockeyarchives.info