Rouen - Strasbourg (Ligue Magnus, finale, match 1)

Rouen ne laisse aucune chance à Strasbourg

DESROSIERS_Julien_100925_101

Pour faire douter Rouen, Strasbourg devait d'abord essayer de résister le plus longtemps possible aux assauts normands. On y croit très brièvement quand Timothée Franck trouve l'extérieur du poteau après seulement trente secondes. Mais c'est peine perdue face à des Dragons partis le mors aux dents, qui ont mis énormément d'intensité dès le début du match pour faire vaciller la citadelle alsacienne. Dès la troisième minute, un lancer non cadré de Julien Desrosiers frappe le fond de la bande et revient sur François-Pierre Guénette qui ouvre le score en angle derrière Hiadlovsky avancé sur le tir initial. Si même les rebonds semblent sourire aux Normands, que faire ?

La première pénalité du match contre Juha Alen relance pourtant les visiteurs. David Striz égalise cinq secondes après la fin de la supériorité numérique, à la faveur d'un bon écran devant la cage de Franck. Le RHE poursuit néanmoins sa route sur un rythme fort. Les visiteurs doivent alors espérer que Hiadlovsky retarde encore l'échéance, comme sur ce face-à-face gagné face à Thinel et suivi d'un arrêt de la botte à bout portant face à Thinel car le palet traîne encore.

Rouen prend un avantage déterminant sur un mélange de force et de subtilité. La force, c'est celle de Luc Tardif, avec une mise en échec puissante sur Ziga Svete qui empêche celui-ci de dégager aisément et permet à Jonathan Janil (dont l'assistance sera omise sur la feuille de match) de fermer la zone. La subtilité, c'est celle de Jonathan Zwikel qui vient dévier la passe du jeune défenseur. Son expérience a eu raison sur cette action de la naïveté de son vis-à-vis au centre, l'ex-Rouennais Édouard Dufournet. Le capitaine Carl Mallette place ensuite un tir du poignet dans le haut du filet, côté mitaine de Hiadlovsky, pour achever la bonne résistance alsacienne (3-1).

MALLETTE_Carl_100925_080Achever, c'est de cela qu'il s'agit. Strasbourg a deux buts de retard et a perdu son meilleur défenseur Pasi Petriläinen, qui a dû être évacué à l'hôpital à la fin du premier tiers avec une fracture ouverte de l'annulaire après avoir reçu un cinglage.

Dans une réaction d'orgueil, le début de la deuxième période est le seul moment où Strasbourg arrive à dominer le jeu en mettant son adversaire en difficulté. Mais cela ne dure pas. Les Rouennais se reprennent vite pour gérer leur avance. Guénette s'échappe à quatre contre quatre et inscrit son deuxième but personnel en feintant le gardien.

On est à la mi-match et Strasbourg semble déjà baisser les bras et ne plus croire une remontée possible. Seule l'abnégation retrouvée des Alsaciens lorsqu'ils jouent en infériorité numérique empêche les Dragons de creuser l'écart en s'amusant. Teddy Da Costa gagne son duel physique en fond de zone face à Jan Cibula et sert Mallette seul dans le slot qui glisse palet sous la jambière de Hiadlovsky et complète un tranquille succès rouennais (5-1).

Strasbourg n'a pas pu se hisser au niveau d'un Rouen décidément trop fort. Plus ennuyeux, les Alsaciens ont paru usés physiquement, et on le serait moins après un tel parcours en play-offs. Ils ont donc subi la vitesse de patinage des Canadiens de Rouen. Auront-ils les forces pour renverser demain une tendance qui paraît inexorable ?

Inexorable comme la réussite de Julien Desrosiers face à son "club découvreur" qui lui a mis le pied à l'étrier en France. Il a encore signé trois assistances et a été élu joueur du match.

Commentaires d'après-match

David Cayer (attaquant de Strasbourg) : "On savait qu'ils allaient sortir fort. Ils nous attendaient de pied ferme, cela faisait déjà une semaine et demie qu'ils n'avaient pas joué. D'entrée de jeu, ils mènent 3-1, il ne faut pas que ça se reproduise demain. Il faut tenir le score serré le plus longtemps possible, c'est ce qui a fait notre force tout au long de ces play-offs. Il faut vraiment les attendre, ce sont des joueurs qui peuvent se frustrer s'ils sont contrés à chaque fois. Il faut jouer le style de jeu de Strasbourg et garder le petit score."

 

Rouen - Strasbourg 5-1 (3-1, 1-0, 1-0)
Mardi 29 mars 2011 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2757 spectateurs.
Arbitrage de Bruno Colleoni et Jimmy Bergamelli assistés de Pierre Dehaen et Jérémy Rauline.
Pénalités : Rouen 8' (2', 4', 2') ; Strasbourg 14' (0', 8', 6').
Évolution du score :
1-0 à 02'53" : Guénette assisté de Desrosiers et Custosse
1-1 à 08'51" : Striz assisté de Cayer
2-1 à 13'34" : Zwikel assisté de Salmivirta et Tardif
3-1 à 16'29" : Mallette assisté de Desrosiers et Da Costa
4-1 à 30'11" : Guénette assisté de Holmqvist
5-1 à 42'50" : Mallette assisté de Da Costa et Desrosiers


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry.

Défenseurs : Jens Olsson - Calle Bergström ; David Holmqvist - Cédric Custosse ; Juha Alen - Jonathan Janil ; puis Daniel Babka.

Attaquants : Julien Desrosiers - Carl Mallette (C) - Teddy Da Costa ; Marc-André Thinel (A) - François-Pierre Guénette - Mathieu Brunelle ; Luc Tardif Jr - Jonathan Zwikel (A) - Ilpo Salmivirta ; puis Peter Valier – Alexandre Mulle – Anthony Rech.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Aurélien Greverend.

Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský.

Défenseurs : Michal Cesnek - David Stríž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Pasi Petriläinen puis Julien Burgert à 20'00" - Žiga Svete.

Attaquants : Ján Cibula - Timothée Franck - David Cayer ; Élie Marcos (C) - Paul Bradley - Juho Lehtisalo ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet - Julien Burgert puis Pierre Bougé à 20'00".

Remplaçants : Gilles Beck (G), Noé Gersanois, Jérémy Quillier. Absent : Pierre-Antoine Devin (bras gauche).