Rouen - Strasbourg (Ligue Magnus, finale, match 2)

Rouen a toujours un temps d'avance

THINEL_MarcAndre_100911_117

Battu sèchement hier, Strasbourg se présente avec deux défenseurs en moins. La douleur à l'épaule avec laquelle le défenseur slovène Ziga Svete avait fini le match ne s'est pas calmée, et il a rejoint Petriläinen en tribune.

Le deuxième match de la finale de Ligue Magnus prend pourtant une toute autre tournure que le premier. Après deux minutes, Juha Alen a été pénalisé pour dureté, et David Striz dévie le lancer de David Cayer entre les jambières de Lhenry. Mais ce sont ensuite Marcos et Cayer qui visitent la prison, et après avoir résisté une vingtaine de secondes à 3 contre 5, les Alsaciens s'inclinent à 4 sur un but de François-Pierre Guénette. Le match est clairement plus disputé qu'hier, et Strasbourg ne s'en laisse pas compter.

Dans le deuxième tiers, les Rouennais semblent faire la différence. Jonathan Zwikel, exemplaire dans l'attitude, prend le palet à Hiadlovsky derrière la cage et le glisse en filou au premier poteau, son deuxième but de renard en deux jours. Strasbourg se retrouve aussitôt pour une minute à 5 contre 3 après deux pénalités de Holmqvist et Alen, mais les réflexes de Lhenry sont étonnants sur des rebonds à bout portant. L'orage passe. Même si Thinel lancé à la bleue perd son face-à-face avec Hiadlovsky, l'action continue et le lancer en force à ras glace de Mathieu Brunelle creuse l'écart (3-1, 29'15"). On pense que le trou est fait, mais Daniel Bourdages prend aussitôt un temps mort... à effet immédiat.

Alors qu'on ne s'y attend plus, Juho Lehtisalo réussit un exploit venu de nulle part en faisant le tour de la cage puis en marquant du revers dans la lucarne opposée. Trente secondes plus tard, les ex-Rouennais se rappellent au bon souvenir de l'île Lacroix : Édouard Dufournet sert Lionel Tarantino qui égalise d'un slap puissant (3-3, 31'01"). Quarante minutes jouées et on ne s'est toujours pas départagé.

L'une des clés de cette résistance alsacienne est la discipline : Strasbourg n'a pris aucune pénalité au deuxième tiers. Il est d'autant plus dommage d'en prendre une... pour être arrivé en retard au retour sur la glace ! Une pénalité récurrente à l'île Lacroix depuis la Coupe Continentale. Vestiaires si confortables qu'on s'y endort à la pause ? Excès d'insonorisation rendant la sirène inaudible ? Couloirs piégés où les patins se coincent dans des chausse-trappes ? En attendant que Sherlock Holmes se penche sur le problème, Strasbourg reprend le jeu en infériorité numérique.

Une aubaine pour des Dragons tout feu tout flamme. Carl Mallette voit son tir échouer sur la transversale, mais Marc-André Thinel finit par trouver le chemin des filets. Un Thinel qui soldera son titre de joueur du match par un 4e point de la soirée pendant la pénalité de Tarantino (5-3).

La très brève bagarre entre Brunelle et Dufournet (le Canadien y met un terme anticipé, ce qui vaut dix minutes de plus à son adversaire) ne doit pas faire croire qu'il n'y a pas de bon esprit dans cette finale, au contraire. Chambré tout au long du troisième tiers-temps par le public, Hiadlovsky joue ainsi le jeu et accompagne le rythme des chants en son honneur en hochant la tête. Après la sirène, il se retourne et salue d'un signe de main les supporters rouennais qui réservent une ovation au gardien slovaque pour sa réaction positive et sympathique.

Strasbourg s'est approché, mais pas encore suffisamment. Rouen enchaîne sa 19e victoire de suite depuis son retour de Minsk et vise le 20/20 vendredi pour remporter le titre à l'Iceberg. L'Étoile Noire comptera sur son public pour, une fois de plus, réussir l'impossible.

 

Rouen - Strasbourg 5-3 (1-1, 2-2, 2-0)
Mercredi 30 mars 2011 à 20h00 au centre sportif Guy Boissière. 2747 spectateurs.
Arbitrage de Nicolas Barbez et Savice Fabre assistés de Mathieu Loos et Guillaume Gielly.
Pénalités : Rouen 16' (6', 4', 6') ; Strasbourg 28' (10', 2', 6'+10').
Tirs : Rouen 43, Strasbourg 27.

Évolution du score :
0-1 à 02'43" : Striz assisté de Cayer et Cesnek (sup. num.)
1-1 à 06'08" : Guénette assisté de Thinel (sup. num.)
2-1 à 22'00" : Zwikel
3-1 à 29'15" : Brunelle assisté de Thinel et Custosse
3-2 à 30'29" : Lehtisalo assisté de Quillier et Marcos
3-3 à 31'01" : Tarantino assisté de Dufournet et Mallette
4-3 à 41'11" : Thinel assisté de Desrosiers (sup. num.)
5-3 à 50'45" : Thinel assisté de Guénette et Brunelle (sup. num.)


Rouen

Gardien : Fabrice Lhenry [sorti de 15'50" à 16'41"].

Défenseurs : Jens Olsson - Calle Bergström ; David Holmqvist - Cédric Custosse ; Juha Alen - Jonathan Janil ; Daniel Babka.

Attaquants : Julien Desrosiers - Carl Mallette (C) - Teddy Da Costa ; Marc-André Thinel (A) - François-Pierre Guénette - Mathieu Brunelle ; Luc Tardif Jr - Jonathan Zwikel (A) - Ilpo Salmivirta.

Remplaçants : Sebastian Ylönen (G), Aurélien Greverend, Alexandre Mulle, Anthony Rech, Romain Gutierrez.

Strasbourg

Gardien : Vladimír Hiadlovský.

Défenseurs : Michal Cesnek - David Stríž ; Hugues Cruchandeau (A) - Maxime Mallette ; Julien Burgert.

Attaquants : Ján Cibula - Paul Bradley - David Cayer ; Timothée Franck ou Jérémy Quillier - Élie Marcos (C) - Juho Lehtisalo ; Lionel Tarantino - Édouard Dufournet - Pierre Bougé.

Remplaçants : Gilles Beck (G), Noé Gersanois. Absents : Pierre-Antoine Devin (épaule), Pasi Petriläinen (doigt fracturé), Ziga Svete (épaule).