Compiègne - Briançon 2 (Division 3, 1/4 de finale aller)

Messieurs, merci !

Quel spectacle ! «  Sûrement le plus beau match que le public ait vu cette saison. » David Dostal, entraîneur-joueur de Compiègne, ne s’y est pas trompé, ce quart de finale aller entre Compiègne et Briançon 2 fut de haute volée. Revenus de nulle part, les Lions s’imposent sur le fil face à de courageux Gaulois (5-4).

Avant le coup d’envoi, la valeur des Briançonnais reste un mystère. Leader et invaincu de leur poule, les Gaulois ont pourtant éliminé Chalons, équipe battue plutôt facilement par Compiègne, dans la douleur (6-5 ; 6-5), au tour précédent. Malgré tout, l’équipe est composée de plusieurs joueurs d’expérience, habitué à la pression inhérente à ce genre de match.

Du côté des jaunes, les Compiégnois restent sur une belle victoire face aux Taureaux de Limoges (11-3) en match amical. Alors que les hommes de David Dostal avaient éliminé Besançon en huitième de finales.

Les Gaulois sont Roussie

L’entame de match est équilibrée. Le palet va d’un but à l’autre, mais ni Compiègne, ni Briançon ne parviennent à se mettre en position de frappe. Les deux équipes semblent avant tout vouloir se rassurer en défense. Après une période d’observation, les Lions prennent les choses en main. Sur phase offensive jouée rapidement, David Dostal transmet à Ondrej Prokop qui envoie la rondelle sur le poteau de Mickaël Dore, le dernier rempart gaulois (3’45’’). Mais sur l’action qui suit, l’attaquant picard commet la faute et laisse ses coéquipiers pour deux minutes. En supériorité, Briançon assiège la cage de Richard Caladi. Emmanuel Giusti se teste mais ne trouve pas le cadre (4’45’’).

IMG_08251À quatre contre quatre, pendant le passage en prison de Stéphane Ravoire, les Lions repartent à l’attaque mais Alexandre Delplanque bute sur Mickaël Dore (5’55’’). Puis, en supériorité cette fois-ci, le capitaine des Jaunes, Julien Lefranc, envoie un missile sur le dernier rempart briançonnais, avant que celui-ci détourne de la jambière un shoot d’Ondrej Prokop (6’55’’).

Peu réaliste, Compiègne se met en mauvaise posture pendant l’exclusion de Rémy Feuillet. Sans conséquence toutefois, puisque les Jaunes se créent même une occasion par Alexandre Delplanque qui part en contre-attaque, mais l’attaquant ne cadre pas sa tentative (8’20’’). À force d’insister, les Lions vont être récompensés de leurs efforts. Le palet arrive à Clément Roussie sur la droite. Pas attaqué, l’attaquant picard s’avance et envoie la rondelle sur la droite de Mickaël Dore qui ne peut que l’effleurer (1-0, 12’34’’).

Peu de répit pour le public venu en masse. Il faut une très bonne défense de Christopher Texeira Leite sur Sébastien Vidal qui partait défier Richard Caladi (13’00’’). En supériorité, Briançon se jette en attaque. Mais Richard Caladi bouche bien son angle sur une frappe d’Emmanuel Guisti (14’05’). Les Lions patinent bien en fin de tiers-temps. Pour preuve cette faute de Hugues Moreaux qui est contraint de stopper irrégulièrement Ondrej Prokop. Les hommes de David Dostal en profitent pour faire tourner le palet dans la zone de Briançon. Après plusieurs décalages, Christopher Texeira Leite met Mickaël Dore à contribution (17’42’’). Peu avant le retour aux vestiaires, Compiègne insiste et veut mettre le but du break. Las, Briançon défend chèrement sa peau et le score n’évolue plus.

Quand on attaque le lion…

À l’image de la première manche, le début du second tiers-temps et très équilibré. Sur une première incursion de Julien Lefranc qui donne à Ondrej Prokop qui est sur le point de reprendre de près (21’13’’), le Briançonnais Frederick Borgnet répond d’une lourde frappe dans la mitaine de Richard Caladi (31’35’’). David Dostal tente sa chance sans plus de réussite (24’25’’). Le maître à jouer des Lions pourra peut être avoir quelques regrets, puisque sur l’action qui suit, Briançon part en contre-attaque sur la gauche, le palet arrive à Frederick Borgnet qui n’a plus qu’à pousser le palet au fond (1-1, 24’46’’).

IMG_08732C’est dur pour Compiègne qui a l’occasion de se racheter sur une double supériorité, avec les excusions consécutives des briançonnais Antoine Heritier (25’19’’) et François Gonthier (25’47’’). Mais les Jaunes gâchent cette opportunité avec l’envoi en prison dans la foulée d’Alexandre Delplanque (26’00). Pire, les Compiégnois vont jouer de malchance. Toujours en supériorité, ils font tourner le palet dans la zone de Briançon. Mais dans le même temps, Antoine Heritier a purgé sa pénalité. Opportuniste, celui-ci reste seul au milieu de la glace. Tactique gagnante pour le Briançonnais qui voit la rondelle lui arriver et va gagner son duel avec Richard Caladi (1-2, 27’27’’).

Au plus mal, Compiègne demande un temps mort. Mais les hommes de David Dostal n’ont pas leur rendement habituel. Les passes ont du mal à arriver à destination et les offensives restent stériles. Ainsi, Jérémy Lebreton n’arrive pas à pousser au fond un palet d’Anthony Panto (29’00’’) et Pierre Brochard ne cadre pas sa tentative (29’53’’). À l’inverse, Briançon joue toutes ses attaques à fond. Richard Caladi doit par exemple s’interposer avec brio sur un tir d’Emmanuel Guisti (33’14’’). En supériorité pendant le passage par la case prison de Benjamin Masse, Compiègne se fait une fois de plus surprendre en contre-attaque par les Gaulois. Frederick Borgnet remonte le palet sur la gauche avant de remettre dans l’axe à Emmanuel Guisti qui ajuste Richard Caladi de près (1-3, 35’09’’).

Le scénario ne pouvait être pire pour les Lions qui s’énervent. Sur un choc violent avec un Compiégnois, Lionel Blanchard reste à terre. Complètement hors du coup en fin de tiers, les Jaunes ne trouvent plus la clé du coffre briançonnais. Au contraire des Gaulois qui, fidèles à leur stratégie depuis le début de la rencontre, évoluent en contre. Et cette fois-ci c’est Rémy Feuillet qui se fait piéger en stoppant irrégulièrement un attaquant adverse qui partait défier seul Richard Caladi. L’arbitre siffle un tir de pénalité pour Briançon. Le scénario catastrophe continue. Sous les sifflets du public picard, Christophe Gastaud ne perd pas son sang-froid et trompe le gardien des Lions (1-4, 38’45’’).  

Briançon gère tranquillement son avantage et les deux équipes regagnent les vestiaires. À ce moment du match, on voit mal Compiègne revenir dans le match tant les Lions ne parviennent pas à créer le danger sur la cage de Mickaël Dore.

… il mord !

À peine le palet est-il remis en jeu que Briançon est sur le point d’enfoncer encore un peu plus Compiègne, puisque Christophe Gastaud voit son tir heurter la barre transversale de Richard Caladi (40’40’’). Ouf ! Les Lions tentent bien de repartir à l’attaque, mais leurs offensives restent trop brouillonnes pour inquiéter des Gaulois en pleine confiance. Ainsi, Anthony Panto en est réduit à tenter sa chance de loin sans inquiéter Mickaël Dore qui bloque le palet dans sa mitaine (44’11’’).

Après plusieurs minutes de flottement, Ondrej Prokop envoie un joli tir en direction du but briançonnais mais un Gaulois dévie de la crosse la frappe de l’attaquant, malchanceux sur ce coup là (47’36’’). Dans la foulée, les Lions ne passent pas loin du bouillon sur une énième contre-attaque ravageuse des Briançonnais. Heureusement pour les hommes de David Dostal, Richard Caladi joue les pompiers de service et remporte son duel avec Christophe Gastaud 48’03’’). Puis c’est Frederick Borgnet qui allume un pétard sur le gardien compiégnois (48’16’’). Les Gaulois accentuent la pression en supériorité numérique en faisant tourner le palet dans la zone de Compiègne. Heureusement pour les Lions, Briançon ne parvient pas à décocher une frappe dangereuse.

IMG_08901Au fur et à mesure que les minutes s’égrènent la tension monte. Sur un choc avec Rémy Feuillet, Lionel Blanchard reste à terre. Puis c’est au tour d’Alexandre Delplanque de ne pas se relever tout de suite. Le briançonnais Jean-François Cal est même exclu par l’arbitre ! À moins de dix minutes du terme de la rencontre, plus rien ne paraît menacer Briançon. Pourtant tout va s’accélérer…

Deux nouvelles pénalités contre les Gaulois mettent Compiègne est situation favorable. Après une bonne phase de conservation, Ondrej Prokop transmet à David Dostal sur la droite, ce dernier propulse le palet dans la lucarne de Mickaël Dore (2-4, 53’39’’). Le public reprend espoir est pousse son équipe comme jamais. Attitude gagnante puisqu’à peine une minute après Aurélien Delanchy reprend victorieusement une passe de Jonathan Boucher (3-4, 54’45’’). L’entraineur de Briançon demande alors un temps mort et tente de remobiliser ses troupes. Mais rien n’y fait, les Lions sont sur un nuage en cette fin de match.

En supériorité, les Picards se ruent en attaque. David Dostal, encore lui, fait trembler les filets. Le public explose, mais c’est à l’extérieur (56’50’’) ! Ce n’est que partie remise pour les Lions qui multiplient les assauts. Si bien que le palet se retrouve dans un cafouillage juste devant le but de Mickaël Dore. Intelligemment, Christopher Texeira Leite remet derrière pour Alexandre Delplanque qui arrive lancé et envoie le palet au fond (4-4, 57’47’’).

Compiègne revient de nulle part mais les Lions ont faim. Christophe Gastaud tente bien d’enrailler la marche en avant des Picards mais Richard Caladi reste concentré (58’00’’). C’est le money time est Briançon est acculé en défense. Pourtant, la hargne un peu trop poussée des Lions envoie Anthony Panto en prison et les Picards vont devoir terminer la rencontre en infériorité. Sur la remise en jeu, Compiègne prend possession du palet et se rue sur le but de Mickaël Dore. Alexandre Delplanque hérite de la rondelle, il remise à Ondrej Prokop qui fait chavirer de bonheur le public de la Mercières (5-4, 59’17’’). Dépité, Antoine Heritier doit laisser ses coéquipiers pour les secondes restantes. Les Lions ne seront plus inquiétés, le public acclame ses hommes.

Grâce à ce come-back incroyable, les Lions ont prouvé leur grande force mentale. Battus sur le fil, pour la première fois de la saison, les briançonnais ont eux montré qu’ils avaient de la ressource. Le match retour s’annonce plus que chaud pour une place dans le carré final, objectif revendiqué par les deux équipes. Les Lions ont-ils pris un avantage psychologique avec ce retour fabuleux ? Les Gaulois auront-ils suffisamment de caractère pour s’imposer à domicile ? Réponses dans le second acte.

Charles Thelliez / Photos : Hervé Reynaud

Réactions d’après match :

David Dostal (entraîneur-joueur de Compiègne) : « C’était une très belle équipe de Briançon. Ils ont joué très physique, ils sont restés opportunistes et lucides. On fait un bon premier tiers-temps et on commence bien le second. Puis on se relâche, on panique. Puis avec le second but on y a cru. On devient euphorique, opportuniste et on est récompensé. Pour le match retour, l’arbitrage ne va pas être facile, il va y avoir beaucoup de tension. On a mieux fini psychologiquement. Ça peut avoir son importance pour le match retour. Ça va être un roman d’Hitchcock où tous les détails vont compter. »

Christophe Tagliapietra (président de Compiègne) : « On n’a pas réussi à rester dans le match dans le second tiers temps. Mais on a su répondre. Oui le public a été super, il a vraiment participé au match. Avant le match, nos joueurs ne savaient pas trop où ils mettaient les pieds face à cette équipe de Briançon. Pour moi Briançon s’est plus fort que Metz. Ils ont une équipe plus homogène. Là-bas ça va être compliqué. »

Emmanuel d’Elia (entraîneur de Briançon) : « Je ne m’attendais pas à perdre le match. Mais quand ils marquent dans le dernier tiers temps, ils repartent et le match devient dur pour nous à la fin. Mais on reste content. C’est notre premier gros match de la saison. C’est aussi notre première défaite. On sait ce qu’ils nous restent à faire. Mais on reste déçu de s’être fait rattraper. »

 

Compiègne – Briançon II 5-4 (1-0, 0-4, 4-0)
Samedi 26 mars 2011 à 20h30 à la patinoire de Mercières. 400 spectateurs.
Arbitrage de Yann Furet et d'Adrien Ernecq.
Pénalités : Compiègne 22' (6', 8', 8') ; Briançon 48' (4', 12'+10', 12'+10').
Evolution du score :
1-0 à 12'34" : Roussie assisté de Fronty et Brochard
1-1 à 24'46" : Borgnet assisté de Ravoire et Guisti
1-2 à 27'27" : Heritier
1-3 à 35'09" : Guisti assisté de Borgnet (sup. num.)
1-4 à 38'45" : Gastaud (tir de pénalité)
2-4 à 53'39" : Dostal assisté de Prokop et Lefranc (double sup. num.)
3-4 à 54'45" : Delanchy assisté de Boucher et Panto (sup. num.)
4-4 à 57'47" : Delplanque assisté de Texeira Leite
5-4 à 59'17" : Prokop assisté de Delplanque et Dostal (inf. num.)

 

Compiègne

Gardien : Richard Caladi.

Défenseurs : Christopher Texeira Leite – Pierre Brochard ; Aurélien Delanchy – David Selin.

Attaquants : Alexandre Delplanque – Julien Lefranc – Anthony Panto ; Jonathan Boucher – Ondrej Prokop – David Dostal ; Clément Roussie – Rémy Feuillet – Jérémy Lebreton.

Remplaçants : Antoine Loriot, Alain Jeremine Corée. Absents : Thibault Varin, Maxime Caillard.

Briançon 2

Gardien : Mickaël Dore

Défenseurs : Jean-François Cal – Jonathan Vaissaire ; Hugues Moreaux – Alexandre Joubert.

Attaquants : Sébastien Vidal – Benjamin Masse – Christophe Gastaud ; Lionel Blanchard – Frederick Borgnet – Emmanuel Guisti ; Stéphane Ravoire – Antoine Heritier – François Gonthier.

Remplaçants : Matthias Aman, Laurent Cal.