Finlande - Slovaquie (Euro Hockey Challenge, match 1)

Huitième au classement mondial, la Slovaquie fait son apparition dans le concert continental de l’Euro Hockey Challenge. Son premier adversaire est la Finlande, formation redoutable pour les Slaves puisque seulement battue cinq fois en vingt-et-une tentatives. La formation des Tatras n’a plus gagné contre les « Lions » depuis le Mondial 2004 à Ostrava et les deux dernières confrontations lui a laissé un goût amer ; elle a raté la médaille de bronze olympique face aux Nordiques en février 2010 après avoir mené de deux buts (5-3) avant de se faire rappeler à l’ordre par ces mêmes gaillards en deuxième phase des Mondiaux quelques mois plus tard (5-2).

Le seul à avoir disputé ces deux matches, Miroslav Šatan, est encore de la partie et reste, malgré son poignet juste réparé, le leader offensif des maillots à la Double-Croix. À moins d’un mois de l’échéance mondiale organisée au pays, le vieux briscard est à cours de compétition ; ses longues recherches de contrat, sa traînante blessure puis la rapide sortie de piste du Dynamo Moscou en KHL expliquent le faible nombre de sorties en club du capitaine de la Zlatá generácia (18 dont 10 à Bratislava en début de saison). Mais de ses propres dires, le vainqueur de la Coupe Stanley 2009 a encore le temps…

Les retraits de dernière minute de Marcel Hossa et Ivan Baranka, malades, ont amputé le groupe de Glen Hanlon d’une forte dose d’expérience, et le sélectionneur canadien a appelé alors à la rescousse deux novices en sélection : Ján Sýkora (Banská Bystrica) et Tomáš Klima (Karlove Vary). Sont dans le même cas de figure le gardien Lukáš Škrečko (Zvolen), dans les cages lors du duel d’ouverture, et l’attaquant Matej Češík (Banská Bystrica). Entre blessures et championnats pas encore terminés, Hanlon, comme beaucoup d’autres techniciens, doit composer tant bien que mal avec les joueurs à sa disposition.

Jukka Jalonen, son vis-à-vis finlandais, n’échappe pas à la règle et ne peut s’appuyer pour l’instant que sur sept éléments « extérieurs » évincés de la course au titre en Suède et Russie (Puistola, Hietanen, Jalasvaara, Mäenpäa, Pesonen, Immonen et Komarov). La surprise du chef est intervenue avec la nomination de l’attaquant Joonas Donskoi qui évolue déjà depuis deux saisons en SM-liiga avec Oulun Kärpät (19+11 en 2010/2011). Le jeune phénomène, 19 ans la semaine prochaine, a participé aux derniers Mondiaux juniors. « J’avais décidé de partir en vacances lorsque j’ai reçu ma convocation, déclarait cette semaine l’intéressé au journal finlandais « Raahen Seutu ». Je ne me mets aucune pression, je prends cela comme une étape dans ma carrière. »

Réalisme nordique contre maladresse slave

Les Finlandais débutent activement et dominent déjà les premiers instants de la rencontre grâce une excellente glisse. Tomáš Surový file sur le banc des fautifs (1'35) et les locaux vont rapidement mettre à profit leur supériorité numérique. Janne Pesonen déborde sur la droite et centre depuis le cercle pour Pasi Puistola qui, démarqué au poteau gauche, trompe sans souci le débutant Škrečko après seulement quatorze secondes en power-play (1-0, 1'49).

IMMONEN_Jarkko-100520-034Les Leijonat poursuivent sur leur lancée en attaque mais manque de précision dans le geste final. La formation slave, visiblement empreinte d’une certaine nervosité en entame de match, se relâche peu à peu et s’en va tenter sa chance plus souvent. Le gardien Niko Hovinen lit cependant assez bien les offensives slovaques et annihile leurs frappes. Radoslav Tybor commet une faute complètement inutile (14'53) et voilà une belle occasion pour les Scandinaves de faire le break.

À trois contre deux, Pesonen feinte la frappe côté gauche et passe en retrait à Masi Marjamäki qui reprend derechef dans l’axe. La vitesse d’exécution de l’action met les défenseurs et le gardien slovaques dans le vent et la rondelle passe entre les deux jambières de Škrečko, qui ne s’attendait certainement pas à une telle première sous le maillot national (2-0, 16'25). En faisant mouche deux fois en cinq tirs cadrés, les « Blancs » ont fait preuve d’une rare efficacité offensive dans le premier acte.

Glen Hanlon a semble-t-il recadré certaines choses dans les vestiaires ; ses ouailles offrent un bien meilleur visage en deuxième période. Le patinage est plus assuré et la pression sur la défense adverse se fait sentir davantage. Sauf que la finition reste à désirer. Plus sérieux à l’avant, il n’en reste pas moins que les Slovaques ont parfois fort à faire pour contenir certains assauts finlandais, comme les deux menaces de Leo Komarov que Škrečko repousse avec sang-froid (27'39 puis 28'41).

Le siège des cages slovaques qui suit la faute d’Ivan Švarný (30'04) génère son flot d’occasions mais ce sont les Bleus qui sont pourtant à rien de réduire la marque lorsque Štefan Ružička, en maraudeur, reçoit le palet dans le dos de deux défenseurs finlandais mais Hovinen gère bien le coup en canalisant l’échappée (31'29). L’attaquant du Spartak Moscou remet le couvert plus tard après un travail en relais de Šatan et Vladislav Baláž mais l’issue est la même (37'00).

La partie reste équilibrée dans l’ultime tiers-temps. Jarko Immonen oblige Škrečko à sortir le grand jeu sur un nouvel avantage numérique (43'13). Le joueur de Kazan sera plus chanceux par la suite. À la suite d’une imcompréhnesion dans la défense locale, Matej Češík met le feu devant Hovinen qui repousse tant bien que mal le palet du 2-1. La Finlande relance dans la foulée et Immonen, comme Ružička en deuxième période, se fait oublier en zone d’attaque et plante le troisième but des siens (3-0, 48'28). Pesonen inscrit quant à lui son troisième point de la soirée.

Le score est sévère pour la Slovaquie qui n’a pas tant démérité et qui pousse toujours en fin de rencontre pour réduire la différence. Jarmo Koskiranta parti en prison (57'58), les visiteurs font sortir Lukáš Škrečko et se retrouvent alors à deux de plus sur la glace. L’opération est risquée – les Finlandais ont le palet du 4-0 – mais payante. Baláž tente sa chance de loin et le caoutchouc repoussé arrive sur Šatan qui n’est pas plus adroit. La défense finlandaise ne sait plus où donner de la tête et Ružička, en reprenant enfin au poteau droit, sauve l’honneur de son équipe (3-1, 58'29).

Commentaires d’après-match (www.szlh.sk)

Jukka Jalonen (sélectionneur de la Finlande) : « On peut être satisfaits de notre jeu. J’ai surtout apprécié notre efficacité en première période. Ces deux buts sont importants pour l’évolution des prochains matches. »

Glen Hanlon (sélectionneur de la Slovaquie) : « Notre jeu s’est amélioré progressivement et l’on a maintenu notre adversaire sous pression en fin de rencontre. Les joueurs se sont efforcés de respecter ce qu’on s’était dit : presser devant les buts, faire du mieux possible pour filtrer les attaques et reprendre les éventuels rebonds. (…) Dans le premier tiers, on a encaissé deux buts en infériorité dont l’une a résulté d’une faute complètement inutile. On doit à tout prix améliorer notre gestion en infériorité. Les Finlandais ont produit leur hockey classique avec une vitesse de glisse. (…) Quelques joueurs, de qui on n’attendait pas autant, nous ont agréablement surpris, et on espérera beaucoup plus des autres les prochains  matches. »

 

Finlande – Slovaquie 3-1 (2-0, 0-0, 1-1)
Vendredi 1er avril à 17h30 à la Isku Aréna de Lahti. 4006 spectateurs.
Arbitrage de Tobias Björk et Mikael Sjöqvist (SUE) assistés de Jari Korteniemi et Kristian Vikman (FIN).
Pénalités : Finlande 10' (2', 2', 6') ; Slovaquie 10' (4', 2', 4')
Tirs : Finlande 23 (5, 9, 9) ; Slovaquie 30 (10, 9, 11)

Evolution du score :
1-0 à 01'49'' : Puustinen assisté d’Immonen et Pesonen (sup. num.)
2-0 à 16'25'' : Marjamäki assisté de Pesonen et Nordlund (sup.num.)
3-0 à 48'28'' : Immonen assisté de Puustinen et Pesonen
3-1 à 58'29'' : Ružička assisté de Šatan et Baláž (sup. num.)


Finlande

Gardien : Niko Hovinen.

Défenseurs : Juuso Hietanen – Pasi Puistola ; Mikko Mäenpäa – Janne Jalasvaara ; Markus Nordlund – Joonas Järvinen ; Juha Leimu (2') – Mikko Pukka (2').

Attaquants : Juuso Puustinen – Jarko Immonen – Janne Pesonen ; Joonas Donskoi – Leo Komarov (2') – Toni Rajala ; Tero Koskiranta – Jarmo Koskiranta (2') – Masi Marjamäki (2') ; Jukka Peltola – Joonas Kemppainen – Kim Strömberg.

Remplaçant : Teemu Lassila (G).

Slovaquie

Gardien : Lukáš Škrečko [sorti de 57'26 à 58'29 et de 58'48 à 59'41].

Défenseurs : Dominik Graňák – Peter Podhradský ; Michal Sersen – Richard Lintner (2') ; Ivan Švarný (2') – Juraj Cebák ; Marek Ďaloga.

Attaquants : Miroslav Šatan – Juraj Mikúš – Vladislav Baláž (2') ; Štefan Ružička – Tomáš Surový (2') – Branko Radivojevič ; Rastislav Dej – Martin Cibák – Milan Bartovič ; Radoslav Tybor – Matej Češík – Ján Sýkora.

Remplaçant : Branislav Konrád (G). Non-utilisé : Tomáš Klima  (A).